Sonnet un de vingt neuf

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Étienne de La BoétieSonnets
Sonnet un de vingt neuf
Sonnet suivant



Sonnet1de29.jpg



PARDON AMOUR, pardon, ô Seigneur je te voue
Le reste de mes ans, ma voix et mes écrits,
Mes sanglots, mes soupirs, mes larmes et mes cris :
Rien, rien tenir d’aucun que de toi, je n’avoue.

Hélas comment de moi, ma fortune se joue.
De toi n’a pas long temps, amour, je me suis ri,
J’ai failli, je le vois, je me rends, je suis pris.
J’ai trop gardé mon cœur, or je le désavoue.

Si j’ai pour le garder retardé ta victoire,
Ne l’en traite plus mal, plus grande en est ta gloire.
Et si du premier coup tu ne m’as abattu,

Pense qu’un bon vainqueur et né pour être grand,
Son nouveau prisonnier, quand un coup il se rend,
Il prise et l’aime mieux, s’il a bien combattu.