« Fables et opuscules pédagogiques » : différence entre les versions

Aller à la navigation Aller à la recherche
Vous savez que rien n’est plus doux que de paître dans une verte prairie, émaillée de fleurs, pour apaiser sa faim et d’aller éteindre sa soif dans un clair ruisseau : j’ai trouvé ici l’un et l’autre.
 
Que faut-il davantage ? j’aimeJ’aime la philosophie qui enseigne à se contenter de peu.
 
Est-il donc vrai, repartit le jeune Mouton, que vous ne mangez point la chair des animaux et qu’un peu d’herbe vous suffit ? si cela est, vivons comme frères et paissons ensemble. »
Utilisateur anonyme

Menu de navigation