Différences entre les versions de « Page:Revue des Deux Mondes - 1835 - tome 2.djvu/584 »

Aller à la navigation Aller à la recherche
(Pywikibot touch edit)
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page corrigée
+
Page validée
En-tête (noinclude) :En-tête (noinclude) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
  +
{{nr|578|REVUE DES DEUX MONDES.|}}
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 3 : Ligne 3 :
 
Il est remarquable de voir le droit constitutionnel moderne prendre racine dans la terre des Franks, des Ripuaires et des ''Allemanni''. Nous tenons cette importation pour salutaire à la France et à l’Allemagne, non par un fol engouement des transactions constitutionnelles ; mais ces formes sont ici une enveloppe et une procédure nécessaire pour faire admettre dans le cours légal des choses quelques-uns des principes généraux du siècle et de l’humanité.
 
Il est remarquable de voir le droit constitutionnel moderne prendre racine dans la terre des Franks, des Ripuaires et des ''Allemanni''. Nous tenons cette importation pour salutaire à la France et à l’Allemagne, non par un fol engouement des transactions constitutionnelles ; mais ces formes sont ici une enveloppe et une procédure nécessaire pour faire admettre dans le cours légal des choses quelques-uns des principes généraux du siècle et de l’humanité.
   
Les petites principautés constitutionnelles de l’Allemagne jouent un rôle plus considérable que leur puissance effective. Quelquefois dans l’ensemble des affaires générales on méprise les petits états ; mais ici le dédain doit céder la place à l’estime. Si l’on rit en voyant une frêle existence vouloir se donner la même importance et la même attitude qu’un grand corps, le ridicule doit être réservé tout entier aux ducs et aux princes, qui, dans les compartimens étroits de leurs cours et de leurs châteaux, imitent et enferment la royauté. Mais il faut honorer les hommes courageux qui se donnent la peine d’une grande énergie sur un petit théâtre et qui combattent à l’étroit. Ainsi dans le duché de Hesse-Darmstadt, le pouvoir, se pavanant dans une capitale en miniature, est risible ; mais la liberté, parlant à une tribune peu retentissante, est sacrée. Quant à Mayence, qui depuis 1815 appartient au grand-duché ; , c’est une tête de pont, un poste militaire gardé par la Prusse sur les bords du Rhin. Il est douteux que cette ville ait donné le jour à
+
Les petites principautés constitutionnelles de l’Allemagne jouent un rôle plus considérable que leur puissance effective. Quelquefois dans l’ensemble des affaires générales on méprise les petits états ; mais ici le dédain doit céder la place à l’estime. Si l’on rit en voyant une frêle existence vouloir se donner la même importance et la même attitude qu’un grand corps, le ridicule doit être réservé tout entier aux ducs et aux princes, qui, dans les compartimens étroits de leurs cours et de leurs châteaux, imitent et enferment la royauté. Mais il faut honorer les hommes courageux qui se donnent la peine d’une grande énergie sur un petit théâtre et qui combattent à l’étroit. Ainsi dans le duché de Hesse-Darmstadt, le pouvoir, se pavanant dans une capitale en miniature, est risible ; mais la liberté, parlant à une tribune peu retentissante, est sacrée. Quant à Mayence, qui depuis 1815 appartient au grand-duché, c’est une tête de pont, un poste militaire gardé par la Prusse sur les bords du Rhin. Il est douteux que cette ville ait donné le jour à
52 300

modifications

Menu de navigation