« La pensée française des origines à la Révolution » : différence entre les versions

Aller à la navigation Aller à la recherche
aucun résumé de modification
Aucun résumé des modifications
Balises : Modification par mobile Modification par le web mobile Modification sur mobile avancée
Aucun résumé des modifications
Balises : Modification par mobile Modification par le web mobile Modification sur mobile avancée
Il ne s'agit plus de chercher la connaissance pour elle-même, mais de dénoncer les préjugés hostiles au bonheur des hommes. C'est dans les Lumières qu'on met l'espérance pour transformer la condition humaine.
 
« À la veille de la convocation des États Généraux par Louis XVI, les conditions objectives, économiques et sociales de la Révolution étaient parvenues à la maturité. Mais déjà, les transformations nécessaires, devenues inévitables s'étaient reflétées dans l'oeuvre prérévolutionnaire des penseurs francais du XVIIIème siècle.
Les Encyclopédistes, groupés autour de Diderot, approfondissaient le côté matérialiste de la pensée cartésienne et élevaient un monument durable. Ils jetèrent les fondements de notre propre doctrine.
« La base philosophique du marxisme, ainsi que l'ont proclamé maintes fois Marx et Engels, est le matérialisme dialectique, qui a pleinement fait siennes les traditions historiques du matérialisme français du XVIIIème siècle », nous a rappelé Lénine.
 
`',t)wilife,Les it-ithrafsécrivains français du XVIII,XVIIIème siècle exercèrent une influence rion c.considérable,171 non seulement en France, mais à, travers le monde, et r.;;,/,,..,,f,,,./h4eitle rayonnement de la, pc.,rigAcepensée fran(;alsefrançaise de cette époque est encore tel jtJuntde (jolinos tr()uble.;jours qu'il trouble et. Irriteirrite les dictateurs fascistes. (ian3 les divers paya allemands, d'une auto-r►tê, jr,41,,,,ritabic, I4 DIS«) là k5 ur l'in6galité, le Contrat social ont (p,-fivres comme le» Brigands et Intrigue et Amour de
 
)(• h(efftC.,t‘114/ amv(1.;-4„ rlii tmulp3 de Voltaire, résident à. Paris t, inatimeqnprit. à la vie de la société intellectuelle fran-Wpubflr.jue des lettres » dont on parlait hors de tiril,t.le-r(14. ;J,vec adusiration Jieaucoup de ces étrangers rédigent leur» compattlotes des Y correspondances « qui circu-it '0, q•Oifirei trianuscriteg et tont connaltre a. l'Europe et aussi au française. m,()11-v<t-ttle! étrupgers protègent les écrivains français. Voltaire est l'hôte de Frédéric II. Le philosophe français Condillac est choisi comme précepteur du prince de Parme. Catherine II protège Diderot et le fait venir pendant quelque temps à Saint-Péters-bourg... (I). La Révolution française allait être la vérification des critiques du 4 siècle philosophe ).> Toutes les formes antérieures de société et cl'Eta.t, toutes les notions anciennes transmises par tradition furent jetées au rancart comme contraires à la raison : le monde s'était laissé jusqu'alors mener exclusivement par des préjugés ; tout ce qui appartenait au passé ne méritait que compassion et mépris. Enfin, l'aurore se levait : désormais la superstition, l'in-justice, le privilège et l'oppression devaient céder la place à. la vérité éternelle, à la justice éte'rnelle, à l'égalité fondée sur la attire et aux droits inaliénables de l'homme. » (2).
Jean-Jacques Rousseau jouit dans les divers pays allemands, d'une autorité indiscutable. Le Discours sur l'inégalité, le Contrat social ont inspiré des oeuvres comme les Brigands et Intrigue et Amour de
Schiller.
 
De nombreux étrangers, du temps de Voltaire, résident à Paris et se mêlent intimement à la vie de la société intellectuelle française, de cette « République des lettres » dont on parlait hors de nos frontières avec admiration. Beaucoup de ces étrangers rédigent à l'usage de leurs compatriotes des « correspondances » qui circulent d'abord manuscrites et font connaître à l'Europe et aussi au Nouveau Monde la pensée française.
 
Des souverains étrangers protègent les écrivains français. Voltaire est l'hôte de Frédéric II. Le philosophe français Condillac est choisi comme précepteur du prince de Parme. Catherine II protège Diderot et le fait venir pendant quelque temps à Saint-Pétersbourg... » (1).
 
)(• h(efftC.,t‘114/ amv(1.;-4„ rlii tmulp3 de Voltaire, résident à. Paris t, inatimeqnprit. à la vie de la société intellectuelle fran-Wpubflr.jue des lettres » dont on parlait hors de tiril,t.le-r(14. ;J,vec adusiration Jieaucoup de ces étrangers rédigent leur» compattlotes des Y correspondances « qui circu-it '0, q•Oifirei trianuscriteg et tont connaltre a. l'Europe et aussi au française. m,()11-v<t-ttle! étrupgers protègent les écrivains français. Voltaire est l'hôte de Frédéric II. Le philosophe français Condillac est choisi comme précepteur du prince de Parme. Catherine II protège Diderot et le fait venir pendant quelque temps à Saint-Péters-bourg... (I). La Révolution française allait être la vérification des critiques du 4« siècle philosophe ).>» : « Toutes les formes antérieures de société et cld'Eta.tÉtat, toutes les notions anciennes transmises par tradition furent jetées au rancart comme contraires à la raison : le monde s'était laissé jusqu'alors mener exclusivement par des préjugés ; tout ce qui appartenait au passé ne méritait que compassion et mépris. Enfin, l'aurore se levait : désormais la superstition, l'in-justiceinjustice, le privilège et l'oppression devaient céder la place à. la vérité éternelle, à la justice éte'rnelleéternelle, à l'égalité fondée sur la attirenature et aux droits inaliénables de l'homme. » (2).
page 147.) (I1) m.[[w:Maurice Thorez|Maurice TitmuttThorez]] : une''Une poutiquepolitique de grandeur française''. (EditionsÉditions sociales, (;?page 147.) Eivons
 
(2) [[Friedrich Engels]] : ''M. Duhring bouleverse la Science''. (Trad. Bracke, tome I, page 2.)
 
 
3 763

modifications

Menu de navigation