« L’Étui de nacre/Le Petit Soldat de plomb » : différence entre les versions

Aller à la navigation Aller à la recherche
m
match
m (Typographie)
m (match)
<div class="text">
[[Category:Nouvelles|Petit Soldat de plomb]]
{{ChapitreNav
| [[Auteur:Anatole France|Anatole France]]
}}
 
[[CategoryCatégorie:Nouvelles|Petit Soldat de plomb]]
[[Catégorie:Contes et Nouvelles d’Anatole France|Petit soldat]]
 
==__MATCH__:[[Page:Anatole France - L’Étui de nacre.djvu/306]]==
 
Cette nuit-là, comme la fièvre de l’"influenza" m’empêchait de dormir, j’entendis très distinctement trois coups frappés sur la glace d’une vitrine qui est à côté de mon lit et dans laquelle vivent pêle-mêle des figurines en porcelaine de Saxe ou en biscuit de Sèvres, des statuettes en terre cuite de Tanagra ou de Myrina, des petits bronzes de la Renaissance, des ivoires japonais, des verres de Venise, des tasses de Chine, des boîtes en vernis Martin, des plateaux de laque, des coffrets d’émail ; enfin, mille riens que j’aime pour le fini du travail ou la beauté de la matière. Les coups étaient légers, mais parfaitement nets et je reconnus, à la lueur de la veilleuse, que c’était un petit soldat de plomb, logé dans le meuble, qui essayait de se donner la liberté. Il y réussit, et, bientôt, sous son poing, la porte vitrée s’ouvrit toute grande. A vrai dire, je ne fus pas surpris plus que de raison. Ce petit soldat m’a toujours eu l’air d’un fort mauvais sujet. Et depuis deux ans que madame G. M… me l’a donné, je m’attends de sa part à toutes les impertinences. Il porte l’habit blanc bordé de bleu : c’est un garde française, et l’on sait que ce régiment-là ne se distinguait point par la discipline.
 
— Je le pense bien, me dit le garde française. Mais qui était ce Voltaire ? Un bourgeois, sans doute, qui n’entendait rien à la guerre. J’ai grand soif. Faites monter une chopine.
[[Catégorie:Contes et Nouvelles d’Anatole France|Petit soldat]]
182 415

modifications

Menu de navigation