Différences entre les versions de « Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/257 »

Aller à la navigation Aller à la recherche
m (Phe: split)
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
  +
{{tiret2|re|gardé}} deux fois avec insolence. Tout cela lui sera appelé lorsque nous devrons compter ensemble. Vers dix heures, je me suis levé et suis sorti dehors il faisait noir à perdre la vue<ref>Expression russe.</ref>. Des nuages épais et froids s’étendaient sur les sommets des montagnes environnantes. À peine si de temps à autre une brise mourante agitait les peupliers qui entourent l’hôtel. La foule se pressait aux fenêtres. J’ai descendu la colline et en atteignant la porte, j’ai pressé le pas. Il m’a semblé soudain que quelqu’un marchait derrière moi. Je me suis arrêté et j’ai regardé. Dans l’obscurité il était impossible de rien distinguer ; seulement, par prudence, j’ai fait, en me promenant, le tour de la maison ; en passant près des fenêtres de la jeune princesse, j’ai entendu de nouveau des pas derrière moi. Un homme, enveloppé dans un manteau, a passé rapidement à mes côtés. Cela m’a inquiété ; mais je me suis approché furtivement du perron et avec précipitation j’ai gravi l’escalier au milieu des ténèbres. La porte s’est ouverte ; une petite main a saisi ma main.
deux fois avec insolence. Tout cela lui sera
 
appelé lorsque nous devrons compter ensemble.
 
Vers dix heures, je me suis levé et suis sorti
 
dehors il faisait noir à perdre la vue <ref>Expression russe.</ref>. Des
 
nuages épais et froids s’étendaient sur les sommets des montagnes environnantes. À peine si
 
de temps à autre une brise mourante agitait ; les
 
peupliers qui entourent l’hôtel. La foule se pressait aux fenêtres. J’ai descendu la colline et en
 
atteignant la porte, j’ai pressé le pas. Il m’a
 
semblé soudain que quelqu’un marchait derrière
 
moi. Je me suis arrêté et j’ai regardé. Dans
 
l’obscurité il était impossible de rien distinguer ;
 
seulement, par prudence, j’ai fait, en me promenant, le tour de la maison ; en passant près
 
des fenêtres de la jeune princesse, j’ai entendu
 
de nouveau des pas derrière moi. Un homme,
 
enveloppé dans un manteau, a passé rapidement à mes côtés. Cela m’a inquiété ; mais je
 
me suis approché furtivement du perron et avec
 
précipitation j’ai gravi l’escalier au milieu des
 
ténèbres. La porte s’est ouverte ; une petite
 
main a saisi ma main.
 

Menu de navigation