Différences entre les versions de « Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/51 »

Aller à la navigation Aller à la recherche
(→‎Page non corrigée : Page créée avec « fittératitre. L’AUTRE CHAMBRE’, Conte fantastique. I — LE FRERE. En 18.., à Berlin, vivaient deux jeunes orphelins, frère et sœur, Théodore et Dorothée... »)
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
  +
'''{{T2|Littérature}}'''
fittératitre.
 
   
  +
{{T2|'''L’AUTRE CHAMBRE''' <ref>L’anecdote suivante a été recueillie en Prusse ; elle était citée comme une aventure arrivée à Hoffmann dans sa première jeunesse. Le lecteur, néanmoins, voudra bien se souvenir que ceci est un conte et non une histoire, et qu’on ne lui garantit l’authenticité ni du fond ni des détails.</ref>,}}
L’AUTRE CHAMBRE’,
 
   
Conte fantastique.
+
{{Centré|'''Conte fantastique.'''}}
   
I — LE FRERE.
+
{{T3|I — {{sc|le frère}}.}}
   
En 18.., à Berlin, vivaient deux jeunes orphelins, frère et
+
En 18.., à Berlin, vivaient deux jeunes orphelins, frère et sœur, Théodore et Dorothée : ils habitaient un petit logement au rez-de-chaussée dans le quartier de Friedrichstadt.
  +
sœur, Théodore et Dorothée : ils habitaient un petit logement
 
  +
Théodore était un blond de dix-sept à dix-huit ans. Il était resté long-temps sans grandir ; mais pendant une dangereuse maladie à laquelle il venait d’échapper, sa taille s’était considérablement développée. Ce n’est pas qu’à tout prendre son corps en occupât plus de surface, car ce que la hauteur avait gagné, la largeur l’avait perdu, et c’était moins un accroissement qu’une répartition différente.
au rez-de-chaussée dans le quartier de Friedrichstadt.
 
Théodore était un blond de dix-sept à dix-huit ans. Il était
 
resté long-temps sans grandir ; mais pendant une dangereuse
 
maladie à laquelle il venait d’échapper, sa taille s’était considérablement
 
développée. Ce n’est pas qu’à tout prendre
 
son corps en occupât plus de surface, car ce que la hauteur
 
avait gagné, la largeur l’avait perdu, et c’était moins un
 
accroissement qu’une répartition différente.
 
L’anecdote suivante a été recueillie en Prusse ; elle était citée comme
 
une aventure arrivée à Hoffmann dans sa première jeunesse. Le lecteur,
 
néanmoins, voudra bien se souvenir que ceci est un conte et non une
 
histoire, et qu’on ne lui garantit l’authenticité ni du fond ni des détails.
 
20 694

modifications

Menu de navigation