Modifications

Sauter à la navigation Sauter à la recherche
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Aussi il ne voulut s’en rapporter qu’à lui-même du soin d’examiner la côte ; il monta dans le nid de pie, et il y passa plusieurs heures de la matinée du samedi.
 
L’équipage se rendait parfaitement compte de la situation du navire ; un profond silence régnait à bord ; la machine ralentit ses mouvements ; le ''Forward'' se tint aussi près de terre que possible ; la côte était hérissée de ces glaces que les plus chauds étés ne parviennent pas à dissoudre ; il fallait un œil habile pour démêler une entrée au milieu d’elles.
 
Hatteras comparait ses cartes et la terre. Le soleil s’étant montré un instant vers midi, il fit prendre par Shandon et Wall une observation assez exacte qui lui fut transmise à voix haute.
Il y eut là une demi-journée d’anxiété pour tous les esprits. Mais soudain, vers deux heures, ces paroles retentissantes tombèrent du haut du mât de misaine :
 
« Le cap à l’ouest, et forcez de vapeur. »
 
Le brick obéit instantanément ; il tourna sa proue vers le point indiqué ; la mer écuma sous les branches de l’hélice, et le ''Forward'' s’élança à toute vitesse entre deux ice-streams convulsionnés.
 
Le chemin était trouvé ; Hatteras redescendit sur la dunette, et l’ice-master remonta à son poste.
 
« Eh bien, capitaine, dit le docteur, nous sommes donc enfin entrés dans ce fameux détroit ?
 
— Oui, répondit Hatteras en baissant la voix ; mais ce n’est pas tout que d’y entrer, il faut encore en sortir. »
 
Et sur cette parole, il regagna sa cabine.
 
« Il a raison, se dit le docteur ; nous sommes là comme dans une souricière, sans grand espace pour manœuvrer, et s’il fallait hiverner dans ce détroit !… Bon ! nous ne serions pas les premiers à qui pareille aventure arriverait, et où d’autres se sont tirés d’embarras nous saurions bien nous tirer d’affaire ! »
 
Le docteur ne se trompait pas. C’est à cette place même, dans un petit port abrité nommé port Kennedy par MacClintockMac Clintock lui-même, que le ''Fox'' hiverna en 1858. En ce moment, on pouvait reconnaître les hautes chaînes granitiques et les falaises escarpées des deux rivages.
 
Le détroit de Bellot, d’un mille de large sur dix-sept milles de long, avec un courant de six à sept nœuds, est encaissé dans des montagnes dont l’altitude est estimée à seize cents pieds. ; ilIl sépare North-Sommerset de la terre Boothia ; les navires, on le comprend, n’y ont pas leurs coudées franches. Le ''Forward'' avançait{{tiret|avan|çait}}
3 617

modifications

Menu de navigation