Différences entre versions de « Page:Erckmann-Chatrian - Contes et romans populaires, 1867.djvu/642 »

Sauter à la navigation Sauter à la recherche
 
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 114 : Ligne 114 :
 
droite, les hautes fenêtres du bâtiment donnant
 
droite, les hautes fenêtres du bâtiment donnant
 
sur la rue, quelques pots de fleurs desséchées,
 
sur la rue, quelques pots de fleurs desséchées,
— tout cela sombre, lézardé, humide
+
— tout cela sombre, lézardé, humide.
  +
 
Le soleil ne pénétrait qu’une heure ou deux
 
Le soleil ne pénétrait qu’une heure ou deux
par jour au fond de ce cloaque ; puis, l’ombre
+
par jour au fond de ce cloaque ; puis l’ombre
 
remontait : la lumière se découpait en losanges
 
remontait : la lumière se découpait en losanges
 
sur les murailles décrépites, sur le balcon
 
sur les murailles décrépites, sur le balcon
130 962

modifications

Menu de navigation