Traité de la peinture (Cennini)/CLXV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

CLXV.Comment on procure la respiration à la personne dont on moule la figure.

Il te faut faire travailler à un orfèvre deux tubes de cuivre ou d’argent, qui sont plus ronds et plus ouverts par le haut que par le bas, comme est une trompette, et chacun à peu près de la longueur d’une palme, de la grosseur d’un doigt et travaillés le plus légèrement possible. Par le bout d’en bas ils doivent avoir la forme de l’ouverture du nez, et plus petits seulement, assez pour entrer juste à toucher dans la narine sans que le nez ait à s’ouvrir en rien. Fais qu’il y ait des morceaux forés de petits trous dans le milieu au-dessus liés ensemble du pied où puisse entrer l’espace de chair qui sépare une narine de l’autre.