Rutebeuf - Oeuvres complètes, 1839/Un dist de Nostre-Dame

La bibliothèque libre.
(Redirigé depuis Un dist de Nostre Dame)
Aller à : navigation, rechercher
Texte établi par Achille Jubinal Chez Édouard Pannier (2pp. 19-23).

Un Dist de Nostre-Dame,


Ms. 7615.


Séparateur



De la très glorieuse Dame
Qui est saluz de cors et d’ame
Dirai, que tère ne m’en pui ;
Mès l’en porroit avant .i. pui
Espuisier c’on poïst retrère
Combien la dame, est débonaire.
Por ce si la devons requerre
Qu’avant qu’elle chaïst sor terre
Mist Diex en li humilité,
Pitiez, dousors et charitez,
Tant que ne sai où je commance :
Besoignex sui par l’abondance.
L’abondance de sa loance
Remue mon corage et change.
Si qu’esprouver ne me porroie,
Tant parlasse je voudroie,
Tant a en li de bien à dire
Que trop est belle la matire :
Se j’estoie bons escrivens
Àinz seroie d’escrire vains
Que je vous éusse conté
La tierce part de sa bonté
Ne la quarte ne redéisme.
Se set chacuns par lui-méisme,

Qui orroit comment elle proie
Celi qui de son cors fist proie
Por nous tous d’enfer despraer,
C’onques ne vest le cors despraer,
Ainz fu por nos praez et pris
Dou feu de charité espris ;
Et tot ce li ramantoit-elle,
La très douce Virge débonaire :
« Biaus filz, tu sais fame et home,
Quant il orent mors en la pome,
Il furent mort par le pechié :
Dou maufez est toz entechiez ;
En enfer il dui descendirent
Et tuit cil qui d’eus issirent.
Biaux chiers fis, il t’emprist pitiez
Et tant lor montras d’amitiez
Que por aus decendis ès ciaus :
Li dessandres fu bons et biax.
De ta fille féis ta mère ;
Tiex fu la volanté dou père.
De la crèche te fit-on coche ;
Sans orguel est qui là se couche.
Porter te covint en Égypte ;
La demorance i fu petite,
Car après toi ne vesqui gaires
Tes anemis, li deputaires
Hérodes, qui fist decoler
Les inocens et afoler,
Et desmembrer par chacuns membre,
Si com l’Escriture remembre.
Après ce revenis arrière :
Jui refirent belle chière,

Car tu lor montroies ou Temple
Maint bel mot et maint bel example :
Mout lor plot canques tu déis
Juqu’à ce tens que tu féis
Ladre venir de mort à vie ;
Lors orent-il sor toi envie,
Lors fus d’aus huiez et haïz[1],
Lors fus enginiez et traïz
Par les tiens et à aus bailliez.
Lors fus penez et travillez,
Et lors fus liez à l’estache ;
N’est nus qui ne le croie et sache.
Là fus batuz et déplaiez,
Là fus de la mort esmaiez,
Là te covint porter la croiz,
Où tu crias à haute voiz
Au Juis que tu soif avoies ;
La soif estoit que tu savoies
Tes amis mors et à malaise
En la dolor d’enfer punaise.
L’âme dou cors fu en Enfer
Et brisa la porte d’enfer ;
Tes amis tressis de léans ;
Ainc ne remest clerc ne lai anz.
Li cors remest en la croiz mis :
Joseph, qui tant fu tes amis,
A Pilate te demanda ;
Li demanders mout l’amanda.

« Lors fu ou sépucre posez.

De ce fu hardiz et osez
Pilate, qu’à toi garde mist,
Car de folie s’entremist.
Au tiers jors fu resuscitez :
Lors fu et cors et déitez
Ensamble sans corricion,
Lors montas à l’Ascencion.

« Au jor de Pentecouste droit,
Droit à celle hore et à cel androit
Que li apostre èrent assis
A la table chacuns pencis,
Lors envoias-tu à la table
La toe grâce esperitable
Dou Saint-Espérit emflamée,
Que tant fu joïe et amée.
Lors fus chacuns d’aus ci hardiz,
Et par paroles et par diz,
C’autant pris a mort comme vie :
N’orent fors de t’amor envie.
Biax chiers fiz, por humain lignage
Jeter de honte et de domage
Féist tote ceste bonté,
Et plus assez que n’ai conté.
S’or laissoies si esgaré
Ce que si chier as comparé,
Ci auroit trop grant mesprison ;
S’or les lessoies en prison
Entrer don tu les as osté,
Car ci auroit trop mal hosté,
Trop grant duel et trop grant martire,
Biau filz, biau père, biau doz sire. »

Ainsi recorde tote jor
La doce Dame sans séjor :
Jà ne fina de recorder ;
Car bien nous voudroit racorder
A li, don nos nos descordons
De sa corde et de ses cordons.
Or nous acordons à s’acorde.
La Dame de miséricorde
Et li prions que nous acort
Par sa pitié au dine acort
Son chier fil, le dine cor Dé[2] :
Lors si serons bien racordé[3].


Explicit de Nostre-Dame.

  1. Hué et haï
  2. Le dine cor Dé, le digne corps de Dieu.
  3. Voyez, pour des cacophonies semblables et sur le même mot, la pièce intitulée Li Diz des Cordeliers, strophes 2e et 5e.