Une allée du Luxembourg

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Choix de poésies
Texte établi par Alphonse SéchéLouis-Michaud (p. 28).

UNE ALLÉE AU LUXEMBOURG


Elle a passé, la jeune fille.
Vive et preste comme un oiseau :
À la main une fleur qui brille,
À la bouche un refrain nouveau.

C’est peut-être la seule au monde
Dont le cœur au mien répondrait ;
Qui venant dans ma nuit profonde
D’un seul regard l’éclairerait !…

Mais non, — ma jeunesse est finie…
Adieu, doux rayon qui m’a lui, —
Parfum, jeune fille, harmonie…
Le bonheur passait — il a fui !