Utilisateur:Reptilien.19831209BE1/test

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L’y de èye est l’y euphonique ou de liaison, de même que le w, intercalaire de owe que l’on rencontre dans nombre de mots (rowe = rue, crowe = crue, etc.). De là la prononciation française défectueuse, si souvent signalée chez les Wallons, de mari(y)e, aimé(y)e, ru(w)e, ému(w)e, etc.

Verbes irréguliers.

En premier lieu viennent les verbes ayant une forme que l’on pourrait appeler forte, à côté d’une autre forme régulière que possèdent la plupart d’entre eux.

Parmi ces verbes, nous rencontrons fer, de la première conjugaison, dont le participe passé est fait.

Dans la seconde conjugaison, nous ne trouvons plus que prinde, qui a pris à côté de prindou.

La troisième conjugaison possède :

Mori qui donne morou et moirt.

Dovri (ouvrir) = dovrou et doviért ou droviért (deopertus). J’ai rencontré en outre la forme corrompue doviè.

Covri (couvrir) = covrou et coviért (coopertus).

Quant à la quatrième conjugaison, nous l’avons déjà dit, c’est la conjugaison des exceptions.

Nous y voyons :

dire = dit, fém. dite. dire.
dûre = dût et dûhou, f. dûhowe. plaire à.
distrûre = distrût et distrûhou, f. owe. détruire.
lére = et léhou, f. léhowe. lire.
plaire = plait et plaihou. plaire.
taire = tait et taihou. taire.
cûre = cût, f. cûte (parfois cuhou). cuire.
lûre = lût. luir.
beûre = bu et bèvou, f. owe. boire.
riçûr = riçu et riçuvou. recevoir.
plour = ploû et plovou (?) pleuvoir.

sûre = sût et sûvou. suivre.
bour = bolou, f. owe. bouillir.
moure = moû, et molou. moudre.
clôre = clôs et cloyou. clôre.
scrîre = scrit, f. scrite (parfois scrise). écrire.
creûre = crèyou. croire.
veûr = vèyou. voir.
assîr = assis et assiou. asseoir.
hére = hèyou (parfois hayou). haïr.
heûre = hoyou. secouer.
keûre = kèyou. voir d’un bon œil ce qui arrive à quelqu’un.
braire = braît. crier (braire).
ôr = oyou. entendre (ouïr).

Le féminin de tous ces participes est très rarement employé (sauf pour quelques verbes), le wallon n’aimant en général pas la forme passive. Je ne connais pas de féminin à braît, à oyou, à kèyou, à vèyou, à bu, etc., qui sont pourtant des verbes transitifs. Le wallon tourne toujours sa phrase à l’actif, de façon à éviter les féminins.

Parmi les verbes anomaux proprement dits, fer a été traité plus haut ; aller fait régulièrement allé et allêye.

Èsse a comme participe passé stu (ou situ avec ĭ intercalaire, lorsque le mot précédent se termine par un e muet ou par une consonne sonnante). Remarquons l’absence de l’e prosthétique (stare). L’u (ŭ) et ou (ꭒ̆) dans certains dialectes est copié de l’ou (ꭒ̆) du participe des autres conjugaisons. Cet u est néanmoins remarquable, la forme régulière devant être sté (stĕ́) (status), qui existe dans certains dialectes. Le Namurois a sti (stĭ).

Aveûr possède plusieurs formes : avu, d’un radical hab(u)itus et avou ; puis awou, par syncope du v et intercalation du w bien connu ; puis oyou. Nous expliquons cette dernière forme