Vie de Napoléon/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par Henri Martineau, Le Livre du divan (Napoléon. Tome Ip. 68-69).


CHAPITRE XXII [1]


Napoléon n’avait déjà plus de rivaux parmi les grands hommes des temps modernes ; il était arrivé au faîte de la gloire, et s’il eût voulu donner la liberté à sa patrie, il n’aurait plus trouvé d’obstacles.

On le louait surtout d’avoir rendu la paix à l’Église par son Concordat. Ce fut une grande faute et qui reculera d’un siècle l’affranchissement de la France ; il aurait dû se contenter de faire cesser toute persécution[2]. Les particuliers doivent payer leur prêtre, comme leur boulanger.

Il maintint toujours la plus parfaite tolérance envers les Français protestants ; de son temps, l’homme qui eût parlé de la violation possible de ce premier droit des hommes, eût passé pour fou. Mettant le doigt sur la plaie qui empêche le catholicisme de se relever, il avait demandé au pape le mariage des prêtres ; mais il trouva peu de lumières dans la cour de Rome. Comme il le dit à Fox, s’il avait insisté sur cet objet, on aurait crié au pur protestantisme.

Il avait introduit plus d’équité et plus de rapidité dans l’administration de la justice ; il était occupé de son plus noble ouvrage, le Code Napoléon. Ainsi, exemple unique dans l’histoire, la France doit à son plus grand capitaine d’avoir remédié à la confusion et aux contradictions du dédale de lois qui la régissait. Enfin, à l’aspect de ces gendarmes qu’il choisit parmi ses meilleurs soldats, le crime disparut.



  1. Note of a great man. I would have added some observation and some anecdotes, here and there, but the departure has robbed me of the opportunity.
  2. Au contraire, une fois pris le parti de la monarchie, qui n’avait pas les idées nouvelles en politique, a dû s’environner de la religion, lui donner un lustre, etc… (Note de Vismara.)

    Il n’avait pas besoin du concordat pour régner sur un peuple d’une extrême indifférence sur la religion, et le seul obstacle sérieux qu’il ait rencontré, a été le Pape à Savone. S’il n’avait pas fait de concordat, le Pape eût toujours été a ses genoux. Cela fut très bien dit à Napoléon par le troisième consul le Brun. (Note de Stendhal.)