Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher


Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas
1850
Texte sur une seule page




CE QU’ON VOIT


ET


CE QU’ON NE VOIT PAS[1].






  1. Ce pamphlet, publié en juillet 1850, est le dernier que Bastiat ait écrit. Depuis plus d’un an, il était promis au public. Voici comment son apparition fut retardée. L’auteur en perdit le manuscrit lorsqu’il transporta son domicile de la rue de Choiseul à la rue d’Alger. Après de longues et inutiles recherches, il se décida à recommencer entièrement son œuvre, et choisit pour base principale de ses démonstrations des discours récemment prononcés à l’Assemblée nationale. Cette tâche finie, il se reprocha d’avoir été trop sérieux, jeta au feu le second manuscrit et écrivit celui que nous réimprimons. (Note de l’éditeur.)