Érec et Énide

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher


Érec et Énide


LI vilains dit an son respit
Que tel chose a l'an an despit,
Qui mout vaut miauz que l'an ne cuide.
Por ce fet bien qui son estuide
Atorne a san, quel que il l'et;
Car qui son estuide antrelet,
Tost i puet tel chose teisir,
Qui mout vandroit puis a pleisir.
Por ce dit Crestiiens de Troies,
Que reisons est que totes voies
Doit chascuns panser et antandre
A bien dire et a bien aprandre,
Et tret d'un conte d'avanture
Une mout bele conjointure,
Par qu'an puet prover et savoir
Que cil ne fet mie savoir,
Qui sa sciance n'abandone
Tant con Deus la grace l'an done.
D'Erec, le fil Lac, est li contes,
Que devant rois et devant contes
Depecier et corronpre suelent
Cil qui de conter vivre vuelent.
Des or comancerai l'estoire
Qui toz jorz mes iert an memoire
Tant con durra crestiantez;
De ce s'est Crestiiens vantez.
UN jor de Pasque, au tans novel,
A caradigan, son chastel,
Ot li rois Artus cort tenue.
Ains si riche ne fu veüe;
Car mout i ot buens chevaliers,
Hardiz et corageus et fiers,
Et riches dames et puceles,
Filles a rois, jantes et beles.
Mes einçois que la corz faussist,
Li rois a ses chevaliers dist
Qu'il voloit le blanc cerf chacier
Por la costume ressaucier.
Mon seignor Gauvain ne plot mie,
Quant il ot la parole oïe.
"Sire!, fet il, de ceste chace
N'avroiz vos ja ne gré ne grace.
Nos savomes bien tuit pieç'a,
Quel costume li blans cers a.
Qui le blanc cerf ocirre puet,
Par reison beisier li estuet
Des puceles de vostre cort
La plus bele, a quoi que il tort.
Maus an porroit venir mout granz:
Ancore a il ceanz cinc çanz
Dameiseles de hauz parages,
Filles a rois, jantes et sages,
Ne n'i a nule, n'et ami
Chevalier vaillant et hardi,
Qui chascuns desresnier voudroit,
Ou fust a tort ou fust a droit,
Que cele qui li atalante
Est la plus bele et la plus jante".
Li rois respont: "Ce sai je bien,
Mes por ce n'an leirai je rien.
Car ne doit estre contredite
Parole, puis que rois l'a dite.
Demain matin a grant deduit
Irons chacier le blanc cerf tuit
An la forest avantureuse.
Ceste chace iert mout deliteuse".
EINSI est la chose atornee
A l'andemain, a l'ajornee.
L'andemain, lués que il ajorne,
Li rois se lieve, si s'atorne,
Et por aler an la forest
D'une corte cote se vest.
Les chevaliers fet esvellier,
Les chaceors, aparellier.
Ja sont tuit monté, si s'an vont,
Lor ars et lor saietes ont.
Aprés aus monte la reïne,
Ansanble o li une meschine.
Pucele estoit, fille de roi,
Et sist sor un blanc palefroi.
Aprés les siut a esperon
Uns chevaliers, Erec ot non.
De la Table Reonde estoit,
Mout grant los an la cort avoit.
De tant come il i ot esté,
N'i ot chevalier plus loé;
Et fu tant biaus, qu'an nule terre
N'esteüst plus bel de lui querre.
Mout estoit biaus et preuz et janz,
Et n'avoit pas vint et cinc anz.
Onques nus hon de son aage
Ne fu de greignor vasselage.
Que diroie de ses bontez?
Sor un cheval estoit montez,
Afublez d'un mantel ermin
Galopant vint tot le chemin,
S'ot cote d'un diaspre noble,
Qui fu fez an Costantinoble.
Chauces de paile avoit chauciees,
Mout bien feites et bien tailliees,
Et fu es estriers afichiez,
Uns esperons a or chauciez;
Si n'ot arme o lui aportee
Fors que tant solemant s'espee.
La reïne vint ateignant
Au tor d'une rue poignant.
"Dame! fet il, an ceste voie,
S'il vos pleisoit, o vos iroie.
Je ne ving ça por autre afeire
Fors por vos conpeignie a feire."
Et la reïne l'an mercie:
"Biaus amis! vostre conpeignie
Aim je mout, ce sachiez de voir;
Car ne puis pas mellor avoir".
LORS chevauchent a grant esploit,
An la forest vienent tot droit.
Cil qui devant ierent alé,
Avoient ja le cerf levé.
Li un cornent, li autre huient;
Li chien aprés le cerf s'esbruient,
Corent, angressent et abaient;
Li archier espessemant traient.
Devant aus toz chaçoit li rois
Sor un chaceor espanois.
LA reïne Guenievre estoit
El bois, ou les chiens escoutoit,
Lez li Erec et sa pucele
Qui mout estoit cortoise et bele;
Mes d'aus tant esloignié estoient
Cil qui le cerf chacié avoient,
Qu'an ne pooit d'aus oïr rien,
Ne cor ne chaceor ne chien,
Por orellier et escouter,
S'il orroient home corner
Ne cri de chien de nule part.
Tuit troi furent an un essart
Delez le chemin aresté;
Mes mout i orent po esté,
Quant il virent un chevalier
Venir armé sor son destrier,
L'escu au col, la lance el poing.
La reïne le vit de loing.
Delez lui chevauchoit a destre
Une pucele de grant estre,
Et devant aus sor un roncin
Venoit uns nains tot le chemin,
Et ot an sa main aportee
Une corgiee an son noee.
La reine Guenievre voit
Le chavalier bel et adroit,
Et de sa pucele et de lui
Viaut savoir, qui il sont andui.
Sa pucele comande aler
Isnelemant a lui parler.
"DAMEISELE! fet la reïne,
Cel chevalier qui la chemine
Alez dire que vaingne a moi
Et amaint sa pucele o soi".
La pucele va l'anbleüre
Vers le chevalier a droiture.
Li nains a l'ancontre li vient,
An sa main la corgiee tient. .,
"Dameisele! estez!" fet li nains,
Qui de felenie fu plains;
"Qu'alez vos ceste part querant?
Ça ne passeroiz vos avant!"
"Nains!", fet ele, "leisse m'aler!
A cel chevalier vuel parler;
Car la reïne m'i anvoie."
Li nains s'estut anmi la voie,
Qui mout fu fel et de put' eire,
"Ça n'avez vos", fet il, "que feire!
Alez arriere! n'est pas droiz
Qu'a si buen chevalier parloiz."
La pucele s'est avant treite,
Passer vost outre a force feite;
Car le nain ot an grant despit
Por ce qu'ele le vit petit.
Et li nains hauce la corgiee,
Quant vers lui la vit aprochiee.
Ferir la vost parmi le vis:
Et cele a son braz devant mis.
Cil recuevre, si l'a ferue
A descovert sor la main nue;
Si la fiert sor la main anverse
Que tote an devint la main perse.
La pucele, quant miauz ne puet,
Vuelle ou non, retorner l'estuet.
Retornee s'an est plorant:
Des iauz li desçandent corant
Les lermes contreval la face.
La reïne ne set que face;
Quant sa pucele voit bleciee,
Mout est dolante et correciee.
"Ha! Erec, biaus amis!" fet ele,
"Mout me poise de ma pucele,
Que si m'a bleciee cil nains.
Mout est li chevaliers vilains,
Quant il sofri que teus feiture
Feri si bele creature.
Biaus amis Erec! alez i
Au chevalier et dites li,
Qu'il vaingne a moi, et nel lest mie.
Conoistre vuel lui et s'amie."
Erec cele part esperone,
Des esperons au cheval done,
Vers le chevalier point tot droit.
Li nains cuiverz venir le voit,
A l'ancontre li est alez.
"Vassaus!", fet il, "arriers estez!
Ça ne sai je, qu'a feire aiiez.
Arriers vos lo que vos traiiez."
"Fui!" fet Erec, "nains enuiieus!
Trop es fel et contraliieus.
Leisse m'aler !" -- "Vos n'i iroiz !"
"Je si ferai." -- "Vos non feroiz!"
Erec bote le nain an sus.
Li nains fn fel tant que nus plus:
De la corgiee grant colee
Li a parmi le col donee.
Le col et la face ot vergiee
Erec del cop de la corgiee.
De chief an chief perent les roies
Que li ont feites les corroies.
Il sot bien que del nain ferir
Ne porroit il mie joïr;
Car le chevalier vit armé
Mout felon et desmesuré,
Et crient qu'assez tost l'ocirroit,
Se devant lui son nain feroit.
Folie n'est pas vasselages.
De tant fist mout Erec que sages:
Rala s'an; qu'il n'i ot plus fet.
"Dame!" fet il, "or est plus let.
Si m'a li nains cuiverz blecié
Que tot m'a le vis depecié.
Ne l'osai ferir ne tochier,
Mes nus nel me doit reprochier;
Que trestoz desarmez estoie.
Le chevalier armé dotoie,
Qui vilains est et outrageus.
Et il nel tenist mie a jeus:
Tost m'oceïst par son orguel.
Mes itant prometre vos vuel
Que, se je puis, je vangerai
Ma honte ou je l'angreignerai.
Mes trop me sont mes armes loing,
Nes avrai pas a cest besoing;
Qu'a Caradigan les leissai
Hui matin, quant je m'an tornai.
Se je la querre les aloie,
Ja mes retrover ne porroie
Le chevalier par avanture,
Qui s'an va mout grant aleüre.
Siure le me covient adés,
Ou soit de loing ou soit de pres,
Tant que je puisse armes trover
Ou a loiier ou a prester.
Se je truis, qui armes me prest,
Maintenant me trovera prest
Li chevaliers de la bataille.
Et bien sachiez sanz nule faille,
Que tant nos conbatrons andui
Qu'il me conquerra ou je lui;
Et se je puis, jusqu'au tierz jor
Me serai je mis el retor.
Lors me reverroiz a l'ostel
Lié ou dolant, ne sai le quel.
Dame, je ne puis plus targier,
Siure m'estuet le chevalier.
Je m'an vois. A Deu vos comant."
Et la reïne autressimant
A Deu, qui de mal le deffande,
Plus de cinc çanz foiz le comande.
EREC se part de la reïne,
Del chevalier siure ne fine;
Et la reine el bois remaint,
Ou li rois ot le cerf ataint.
A la prise del cerf einçois
Vint que nus des autres li rois;
Le blanc cerf ont desfet et pris.
Au repeirier se sont tuit mis,
Le cerf an portent, si s'an vont,
A Caradigan venu sont.
Aprés soper, quant li baron
Furent tuit lié par la meison,
Li rois si con costume estoit,
Por ce que le cerf pris avoit,
Dist qu'il iroit le beisier prandre
Por la costume del cerf randre.
Par la cort an font grant murmure:
Li uns a l'autre dit et jure,
Que ce n'iert ja fet sanz desresne
D'espee ou de lance de fresne.
Chascuns viaut par chevalerie
Desresnier, que la soe amie
Est la plus bele de la sale;
Mout est ceste parole male.
Quant mes sire Gauvains le sot
Sachiez que mie ne li plot.
A parole an a mis le roi.
"Sire!" fet il, "an grant esfroi
Sont ceanz vostre chevalier.
Tuit parolent de cel beisier.
Bien dïent tuit que ja n'iert fet,
Que noise et bataille n'i et."
Et li rois li respont par san:
"Biaus niés Gauvains! conselliez m'an
Sauve m'enor et ma droiture!
Car je n'ai de la noise cure."
AU consoil granz partie cort
Des mellors barons de la cort.
Li rois Yders i est alez,
Qui premiers i fu apelez.
Aprés li rois Cadovalanz
Qui mout fu sages et vaillanz.
Keus et Girflez i sont venu,
Et Amauguins, li rois, i fu,
Et des autres barons assez
I ot avuec aus amassez.
Tant fu la parole esmeue
Que la reïne i est venue.
L'avanture lor a contee,
Qu'an la forest avoit trovee,
Del chevalier que armé vit
Et del nain felon et petit,
Qui de la corgiee ot ferue
Sa pucele sor la main nue,
Et ot feru tot einsimant
Erec el vis mout leidemant,
Qui a seü le chevalier
Por sa honte acroistre ou vangier;
Et dist que repeirier devoit
Jusqu'au tierz jor, se il pooit.
"Sire!", fet la reïne au roi,
"Antandez un petit a moi!
Se cist baron loent mon dit,
Metez cest beisier an respit
Jusqu'au tierz jor qu'Erec revaingne.
N'i a cel, qu'a li ne se taingne,
Et li rois meïsmes l'otroie.
EREC va siuant tote voie
Le chevalier qui armez fu,
Et le nain qui l'avoit feru,
Tant qu'il vindrent a un chastel
Mout bien seant et fort et bel;
Parmi la porte antrent tot droit.
El chastel mout grant joie avoit
De chevaliers et de puceles;
Car mout an i avoit de beles.
Li un peissoient par les rues
Espreviers et faucons de mues.
Et li autre aportoient fors
Terciaus, ostors mu et sors.
Li autre jeuent d'autre part
Ou a la mine ou a hasart,
Cil as eschas et cil as tables.
Li garçon devant cez estables
Torchent les chevaus et estrillent.
Les dames es chanbres s'atillent.
De si loing come il venir voient
Le chevalier qu'il conoissoient,
Son nain et sa pucele o soi,
Ancontre lui vont troi et troi.
Tuit le conjoent et saluent,
Mes contre Erec ne se remuent;
Qu'il ne le conoissoient pas.
Erec va siuant tot le pas
Par le chastel le chevalier
Tant que il le vit herbergier.
Quant il vit qu'il fu herbergiez,
Formant an fu joianz et liez.
Un petit est avant passez
Et vit gesir sor uns degrez
Un vavassor d'auques de jorz;
Mes mout estoit povre sa corz.
Biaus hon estoit, chenuz et blans,
De bon' eire, jantis et frans.
Iluec estoit toz seus assis;
Bien ressanbloit qu'il fust pansis.
Erec pansa que il estoit
Preudon; tost le herbergeroit.
Parmi la porte antre an la cort:
Li vavassors contre li cort.
Ainz qu'Erec li eüst dit mot,
Li vavassors salué l'ot.
Biaus sire!", fet il, "bien veigniez!
Se o moi herbergier deigniez,
Vez l'ostel aparellié ci."
Erec respont: "Vostre merci!
Je ne sui ça venuz por el.
Mestier ai anuit mes d'ostel."
EREC de son cheval desçant:
Li sire meïsmes le prant,
Par la resne aprés lui le tret,
A son oste grant enor fet.
Li vavassors sa fame apele
Et sa fille qui mout fu bele,
Qui an un ovreor ovroient;
Mes ne sai, quel oevre feisoient.
La dame s'an est fors issue,
Et sa fille qui fu vestue
D'une chemise par panz lee,
Deli blanche et ridee.
Un blanc chainse ot vestu dessus;
N'avoit robe ne mains ne plus.
Mes tant estoit li chainses viez
Que as cotes estoit perciez.
Povre estoit la robe defors,
Mes dessoz estoit biaus li cors.
MOUT estoit la pucele jante,
Car tote i ot mise s'antante
Nature qui faite l'avoit.
Ele meïsme s'an estoit
Plus de cinc çanz foiz mervelliee,
Comant une sole foiiee
Tant bele chose feire sot,
Ne puis tant pener ne se pot
Qu'ele poïst son essanpleire
An nule guise contrefeire.
De cesti tesmoingne Nature,
Qu'onques si bele creature
Ne fu veüe an tot le monde.
Por voir vos di qu' Iseuz, la blonde,
N'ot tant les crins sors ne luisanz,
Que a cesti ne fu neanz.
Plus ot, que n'est la flors de lis,
Cler et blanc le front et le vis.
Sor la blanchor par grant mervoille
D'une color fresche et vermoille,
Que Nature li ot donee,
Estoit sa face anluminee.
Li oel si grant clarté randoient
Que deus estoiles ressanbloient.
Onques Deus ne sot feire miauz
Le nes, la boche ne les iauz.
Que diroie de sa biauté?
Ce fu cele par verité,
Qui fu feite por esgarder;
Qu'an li se poïst an mirer
Aussi come an un mireor.--
Issue estoit de l'ovreor:
Quant ele le chevalier voit,
Que onques mes veü n'avoit,
Un petit arriere s'estut
Por ce qu'ele ne le conut.
Vergoingne an ot et si rogi.
Erec d'autre part s'esbas,
Quant an li si grant biauté vit;
Et li vavassors li dit:
"Bele douce fille! prenez
Cest cheval. et si le menez
An cele estable avuec les miens.
Gardez qu'il ne li faille riens.
Ostez li la sele et le frain,
Si li donez avainne et fain.
Conreez le et estrilliez
Si qu'il soit bien aparelliez."
LA pucele prant le cheval,
Si li deslace le peitral,
Le frain et la sele li oste.
Or a li chevaus mout buen oste:
Mout bien et bel s'an antremet.
El chief un chevoistre li met,
Bien le torche, estrille et conroie,
A la mangeoire le loie
Et si li met fain et avainne
Devant assez, novele et sainne;
Puis revint a son pere arriere.
Cil li dist: "Bele fille chiere!
Prenez par la main cest seignor,
Si li portez mout grant enor.
Par la main l'an menez la sus!"
La pucele ne tarda plus,
Qu'ele n'estoit mie vilainne;
Par la main contre mont l'an mainne.
La dame estoit devant alee,
Qui la meison ot atornee.
Coutes porpointes et tapiz
Ot estanduz dessor les liz,
Ou il se sont assis tuit troi,
Erec et ses ostes lez soi,
Et la pucele d'autre part.
Le feus mout cler devant aus art.
Li vavassors serjant n'avoit,
Fors un tot seul qui le servoit,
Ne chanberiere ne meschine.
Cil atornoit an la cuisine
Por le soper char et oisiaus;
De l'atorner fu mout isniaus.
Bien sot aparellier et tost
char an esseu, oisiaus an rost.
Quant le mangier ot atorné
Tel come an li ot comandé,
L'eve lor done a deus bacins.
Tables et napes, pains et vins
Fu tost aparelliez et mis,
Si se sont au soper assis.
Trestot quanque mestiers lor fu,
Ont a lor volanté eü.
Quant a lor eise orent sopé
Et des tables furent levé,
Erec mist son oste a reison,
Qui sire estoit de la meison.
"Dites moi, biaus ostes!" fet il,
"De tant povre robe et si vil
Por qu'est vostre fille atornee,
Qui tant par est bele et senee?"
"Biaus amis!", fet li vavassors,
"Povretez fet mal as plusors
Et autressi fet ele a moi.
Mout me poise, quant je la voi
Atornee si povremant,
Ne n'ai pooir que je l'amant.
Tant ai esté toz jorz an guerre,
Tote an ai perdue ma terre
Et angagiée et vandue.
Et neporquant bien fust vestue,
Se sofrisse qu'ele preïst
Tot ce qu'an doner li vossist.
Nes li sire de cest chastel
L'eüst vestue bien et bel
Et si li feïst toz ses buens;
Qu'ele est sa niece, et il est cuens;
Ne n'a baron an cest païs,
Tant soit riches ne poestis,
Qui ne l'eüst a fame prise
Volantiers tot a ma devise;
Mes j'atant ancor mellor point,
Que Deus greignor enor li doint,
Que avanture ça amaint
Ou roi ou conte qui l'an maint.
A dons soz ciel ne roi ne conte,
Qui eüst de ma fille honte,
Qui tant par est bele a mervoille
Qu'an ne puet trover sa paroille?
Mout est bele, mes miauz assez
Vaut ses savoirs que sa biautez.
Onques Deus ne fist rien tant sage
Ne qui tant fust de franc corage.
Quant je ai delez moi ma fille,
Tot le mont ne pris une bille.
C'est mes deduiz, c'est mes deporz,
C'est mes solaz, c'est mes conforz,
C'est mes avoirs, c'est mes tresorz.
Je n'aim tant rien come son cors.
QUANT Erec ot tot escouté,
Quanque ses ostes a conté,
Si li demande qu'il li die,
dont estoit teus chevalerie
Qu'an cest chastel estoit venue;
Qu'il n'i avoit si povre rue,
Ne fust plainne de chevaliers
Et de dames et d'escuiiers,
N'ostel tant povre ne petit.
Et li vavassors li a dit
"Biaus amis! ce sont li baron
De cest païs ci anviron;
Et tuit li juene et li chenu
A une feste sont venu,
Qui an cest chastel iert demain;
Por ce sont li ostel si plain.
Mout i avra demain grant bruit,
Quant il seront assanblé tuit;
Car devant trestote la jant
Iert sor une perche d'arjant
Uns espreviers mout biaus assis
Ou de cinc mues ou de sis,
Li miaudre qu'an porra savoir.
Qui l'esprevier voudra avoir,
Avoir li covandra amie
Bele et sage sanz vilenie.
S'il i a chevalier tant os,
Qui vuelle le pris et le los
De la plus bele desresnier,
S'amie fera l'esprevier
Devant toz a la perche prandre,
S'autre ne li ose deffandre.
Iceste costume maintienent
Et por ce chascun an i vienent"
Aprés li dit Erec et prie:
"Biaus ostes, ne vos enuit mie!
Mes dites moi se vos savez
Qui est li chevaliers armez
D'unes armes d'azur et d'or,
qui par ci devant passa or,
Lez lui une pucele cointe
Qui mout pres de lui estoit jointe,
Et devant aus un nain boçu".
Lors a li ostes respondu:
"C'est cil qui avra l'esprevier
Sanz contredit de chevalier.
Ne cuit que nus avant s'an traie
Ja n'i avra ne cop ne plaie.
Par deux anz l'a il ja eü
Qu'onques chalangiez ne li fu;
Mes se il ancore oan l'a,
A toz jorz desresnié l'avra.
Ja mes n'iert anz que il ne l'et
Quite sanz bataille et sanz plet".
Erec respont eneslepas:
"Cel chevalier, je ne l'aim pas.
Sachiez, se je armes avoie,
L'esprevier li chalangeroie.
Biaus ostes, par vostre franchise,
Par guerredon et par servise
Vos pri que vos me conselliez
Tant que je soie aparelliez
D'unes armes viez ou noveles,
Ne me chaut, ou leides ou beles".
Et ci li respont come frans:
"Ja mar an seroiz an espans!
Armes buenes et beles ai,
Que volantiers vos presterai.
Leanz est li haubers tresliz,
Qui antre cinc çanz fu esliz.
Chauces ai mout buenes et chieres,
Cleres et beles et legieres.
Li hiaumes est et bruns et biaus,
Et li escuz fres et noviaus.
Le cheval, l'espee et la lance,
Tot vos presterai sanz dotance;
Que ja riens n'an sera a dire".
"La vostre merci, biaus douz sire!
Mes je ne quier mellor espee
Que cele que j'ai aportee,
Ne cheval autre que le mien:
De celui m'eiderai je bien.
Se le soreplus me prestez,
Vis m'est que c'iert mout granz bontez.
Mes ancor vos vuel querre un don,
Don je vos randrai guerredon,
Se Deus done que je m'an aille
Atot l'enor de la bataille".
Et cil li respont franchemant:
"Demandez tot seürement
Vostre pleisir, comant qu'il aut!
Riens que je aie ne vos faut."
Lors dist Erec que l'esprevier
Viaut par sa fille desresnier;
Car por voir n'i avra pucele
Qui la çantisme part soit bele;
Et se il avuec lui l'an mainne,
Reison avra droite et certainne
De desresnier et de mostrer
Qu'ele an doit l'esprevier porter.
Puis dist: "Sire, vos ne savez
Quel oste herbergié avez,
De quel afeire et de quel jant.
Fiz sui d'un riche roi puissant:
Mes pere li rois Lac a non,
Erec m'apelent li Breton.
De la cort al roi Artu sui,
Bien ai esté trois anz a lui.
Je ne sai, s'an ceste contree
Vint onques nule renomee
Ne de mon pere ne de moi;
Mes je vos promet et otroi,
Se vos d'armes m'aparelliez
Et vostre fille me bailliez
Demain a l'esprevier conquerre,
Que je l'an manrai an ma terre,
Se Deus la victoire me done;
Je li ferai porter corone,
S'iert reïne de trois citez."
"Ha, biaus sire! est ce veritez
Qu'Erec, li fiz Lac, estes vos?"
"Ce sui je, fet il, a estros."
Li ostes mout s'an esjoï
Et dist: "Bien avomes oï
De vos parler an cest païs.
Or vos aim assez plus et pris,
Car mout estes preuz et hardiz.
Ja de moi n'iroiz escondiz:
Tot a vostre comandemant
Ma bele fille vos presant."
Maintenant la prist par le poing.
"Tenez, fet il, je la vos doing."
Erec lieemant la reçut.
Or a quanqu il li estut.
Grant joie font tuit par leanz:
Mout an est li pere joianz,
Et la mere plore de joie.
La pucele sist tote coie;
Mes mout estoit joianz et liee
De ce que li iere otroiiee,
Por ce que preuz iere et cortois;
Et bien savoit qu'il seroit rois
Et ele meïsme enoree
Riche reïne coronee.
Mout orent cele nuit vellié:
Li lit furent aparellié
De blans dras et de coutes moles.
A tant faillirent les paroles:
Lieemant se vont couchier tuit.
Erec dormi po cele nuit.
L'andemain lués que l'aube crieve
Isnelemant et tost se lieve,
Et ses ostes ansanble o lui.
Au mostier vont orer andui
Et firent de saint Esperite
Messe chanter a un hermite;
L'ofrande n'oblierent mie.
Quant il orent la messe oïe,
Andui anclinent a l'autel,
Si s'an repeirent a l'ostel.
Erec tarda mout la bataille:
Les armes quiert, et l'an li baille.
La pucele meïsme l'arme,
n'i ot fet charaie ne charme;
Lace li les chauces de fer
Et queust a corroie de cer.
Hauberc li vest de buene maille,
Et si li lace la vantaille.
Le hiaume brun li met el chief,
Mout l'arme bien de chief an chief.
Au costé l'espee li çaint,
Puis comande qu'an li amaint
Son cheval, et l'an li amainne:
Sus est sailliz de terre plainne.
La pucele aporte l'escu
Et la lance qui roide fu,
L'escu li baille, et il le prant,
Par la guige a son le col le pant.
La lance li ra el poing mise:
Cil l'a devers l'arestuel prise.
Puis dist au vavassor jantil:
"Biaus sire, s'il vos plest, fet il,
Feites vostre fille atorner;
Qu'a l'esprevier l'an vuel mener
Si con vos m'avez covenant."
Li vavassors fist maintenant
Anseler un palefroi bai,
Onques ne le mist an delai.
Del hernois a parler ne fet,
Car la granz povretez ne let,
Don li vavassors estoit plains.
La sele fu mise et li frains.
Desliee et desafublee
Est la pucele sus montee,
Qui de rien ne s'an fist proiier.
Erec n'i vost plus delaiier:
Or s'an va, delez lui an coste
An mainne la fille son oste.
Aprés le siuent anbedui,
Li sire et la dame avuec lui.
Erec chevauche lance droite,
Delez lui la pucele adroite.
Tuit l'esgardent parmi les rues,
Et les granz janz et les menues.
Trestoz li pueples s'an mervoille.
Li uns dit a l'autre et consoille:
"Qui est, qui est cil chevaliers?
Mout doit estre hardiz et fiers,
Qui la bele pucele an mainne.
Cist anploiera bien sa peinne,
Cist puet bien desresnier par droit
Que ceste la plus bele soit."
Li uns dit a l'autre: "Por voir
Ceste doit l'esprevier avoir."
Li un la pucele prisoient,
Et mainz an i ot, qui disoient:
"Deus! qui puet cil chevaliers estre,
Qui la bele pucele adestre?"
"Ne sai" - "Ne sai, ce dit chascuns,
Mes mout li siet li hiaumes bruns
Et cil haubers et cil escuz
Et cil branz d'acier esmouluz.
Mout est adroiz sor cel cheval,
Bien ressanble vaillant vassal.
Mout est bien fez et bien tailliez
De bras, de janbes et de piez."
Tuit a aus esgarder antandent,
Mes cil ne tardent ne atandent
Tant que devant l'esprevier furent;
Iluec de l'une part s'esturent,
Ou le chevalier atandoient.
Estes vos que venir le voient,
Lez lui son nain et sa pucele.
Il avoit oï la novele
Qu'uns chevaliers venuz estoit
Qui l'esprevier avoir voloit;
Mes ne cuidoit qu'el siecle eüst
Chevalier qui tant hardiz fust
Qui contre lui s'osast conbatre;
Bien le cuidoit vaintre et abatre.
Totes les janz le conoissoient:
Tuit le conjoent et convoient.
Aprés lui ot grant bruit de jant:
Li chevalier et li serjant
Et les dames corent aprés
Et les puceles a eslés.
Li chevaliers va devant toz,
Lez lui sa pucele et songoz.
Mout chevauche orguelleusemant
Vers l'esprevier isnelemant;
Mes antor avoit si grant presse
De la vilainne jant angresse,
Que l'an n'i pooit atochier
Ne de nule part aprochier.
Li cuens est venuz an la place,
As vilains vint, si les menace,
Une verge tint an sa main:
Arriers se traient li vilain.
Li chevaliers s'est avant trez,
A sa pucele dit an pez:
"Ma dameisele, cist oisiaus
Qui tant par est mu et biaus,
Doit vostre estre par droite rante;
Car mout par estes bele et jante.
Si iert il voir tote ma vie.
Alez avant, ma douce amie,
L'esprevier a la perche prandre".
La pucele vost la main tandre,
Mes Erec li cort chalangier
Que rien ne prise son dangier.
"Dameisele, feit il, fuiiez!
A autre oisel vos deduiiez,
Que vos n'avez droit an cestui.
Cui que torner doie a enui,
Ja cist espreviers vostre n'iert;
Que miaudre de vos le requiert,
Plus bele assez et plus cortoise."
A l'autre chevalier an poise;
Mes Erec ne le prise gueire,
Sa pucele fet avant treire.
"Bele, fet il, avant venez!
L'oisel a la perche prenez,
Car bien est droiz que vos l'aiiez.
Dameisele, avant vos traiiez!
Del desresnier tres bien me vant
Se nus s'an ose treire avant,
Que a vos ne s'an prant nes une,
Ne que au soloil fet la lune,
Ne de biauté ne de valor
Ne de franchise ne d'enor."
Li autre nel pot plus sofrir
Quant il l'oï soi porofrir
De la bataille a tel vertu.
"Qui, fet il, vassaus, qui es tu
Qui l'esprevier m'as contredit?"
Erec hardi li dit:
"Uns chevaliers sui d'autre terre.
Cest esprevier sui venuz querre;
Car bien est droiz, cui qu'il soit let,
Que cest dameisele l'et."
"Fui!, fet li autre, ce n'iertja.
Folie t' amené ça.
Se tu viaus avoir l'esprevier,
Mout le t'estuet conparer chier."
"Conparer, vassaus? Et de quoi?"
"Conbatre t'an estuet a moi
Se tu ne le me claimmes quite."
"Or avez vos folie dite,
Fet Erec, au mien esciant
Ce sont menaces de neant;
Que tot par mesure vos dot."
"Donc te desfi je tot de bot,
Car ne puet estre sanz bataille."
Erec respont: "Or Deus i vaille!
Qu'onques plus nule rien ne vos."
Des or mes an orroiz les cos.
La place fu delivre et granz,
De totes parz furent les janz.
Cil plus d'un arpant s'antresloingnent,
Por assanbler les chevaus poingnent,
As fers des lances se requierent,
Par si grant vertu s'antrefierent
Que li escu percent et croissent,
Les lances esclicent et froissent,
Li arçon depiecent deriers:
Guerpir lor estuet les estriers.
Contre terre anbedui se ruient,
Li cheval par le chanp s'an fuient.
Cil resont tost an piez sailli,
Des lances n'orent pas failli;
Les espees des fuerres traient:
Felenessemant s'antressaient,
Des tranchanz granz cos s'antredonent,
Li hiaume quassent et ressonent.
Fiers est li chaples des espees:
Mout s'antredonent granz collees,
Que de rien nule ne se faingnent.
Tot deronpent quanqu'il ataingnent,
Tranchent escuz, faussent haubers.
Del sanc vermoil rogist li fers.
Li chaples dure longuemant:
Tant se fierent menu
Que tot se lassent et recroient;
Andeus les puceles ploroient:
Chascuns voit la soe plorer,
A Deu ses mains tandre et orer
Qu'il doint l'enor de la bataille
Celui qui por li se travaille.
"Ha, vassaus!, fet li chevaliers
A Erec, traions nos arriers,
si soiiens un po an repos;
Car trop feromes foibles cos.
Mellors cos nos covient ferir;
Car trop est pres de l'anserir;
Mout est granz honte et granz leidure
Que ceste bataille tant dure.
Voi la cele jante pucele
Qui por toi plore et Deu apele.
Mout doucemant prie por toi,
Et la moie autressi por moi.
Bien nos devons as branz d'acier
Por noz amies esforcier."
Erec respont: "Bien avez dit."
Lors se reposent un petit.
Erec regarde vers s'amie
Qui por lui mout doucemant prie.
Tot maintenant qu'il l'a veüe,
Li est mout granz force creüe.
Por s'amor et por sa biauté
A reprise mout grant fierté.
Remanbre li de la reïne
Cui il ot promis an plevine
Que il sa honte vangeroit
Ou il ancor l'angreigneroit.
"Hé, mauvés, fet il, qu'atant gié?
Ancor n'ai je mie vangié
Le let que cist vassaus sofri
Quant ses nains el bois me feri!"
Ses mautalanz li renovele,
Le chevalier par ire apele.
"Vassaus, fet il, tot de novel
A la bataille vos rapel.
Trop avons fet grant reposee,
Recomançomes la meslee!"
Et cil respont: "Ce ne m'est grief."
Lors s'antrevienent de rechief.
Andui sorent de l'escremie:
A cele premiere anvaïe,
S'Erec bien coverz ne se fust,
Li chevaliers blecié l'eüst;
Et neporquant si l'a feru
Lonc la tanple dossor l'escu
Que del hiaume une piece tranche.
Res a res de la coife blanche
L'espee contre val desçant,
L'escu jusqu'a la bocle fant,
Et del hauberc lez le costé
Li a plus d'en espan osté.
Bien dut iluec estre afolez:
Jusqu'a la char li est colez
Sor la hanche li aciers froiz.
Deus le gari a cele foiz!
Se li cos ne tornast defors,
Tranchié l'eüst parmi le cors.
Mes Erec de rien ne s'esmaie:
Ce qu'il li doit, bien li repaie;
Mout hardi le requiert,
Par selonc l'espaule le fiert;
Tel anpainte li a donee
Que li escuz n'i a duree,
Ne li haubers rien ne li vaut,
Que jusqu'a l'os l'espee n'aut.
Tot contre val jusqu'au braiier
A fet le sanc vermoil raiier.
Mout sont fier andui li vassal:
Si se conbatent par igal
Que ne puet pas plain pié de terre
Li uns dessor l'autre conquerre.
Tant ont lor haubers desmailliez
Et les escuz si detailliez,
Que n'an i a tant sanz mantir
Dont il se puissent garantir;
Tot se fierent a descovert.
Chascuns del sanc grant masse i pert,
Mout afeblissent anbedui.
Cil fiert Erec et Erec lui:
Tel cop a delivre li done
Sor le hiaume que tot l'estone;
Fiert et refiert tot a bandon,
Trois cos li done an un randon.
Li hiaumes escartele toz,
Et la coife tranche dessoz.
Jusqu'au test l'espee n'areste,
Un os li tranche de la teste;
Mes ne l'atoche an la cervele.
Cil anbronche toz et chancele.
Que qu'il chancele, Erec le bote
Et cil chiet sor le destre cote.
Erec par le hiaume le sache,
A force del chief li arrache,
Et la vantaille li deslace,
Le chief li desarme et la face.
Quant li remanbre de l'outrage
Que ses nains li fist el boschage,
La teste li eüst copee,
Se il n'eüst merci criée.
"Ha, vassaus!, fet il, conquis m'as.
Merci! Ne m'occire tu pas!
Des que tu m'as outré et pris,
Ja n'an avroies los ne pris.
Se tu des or mes me tochoies,
Trop grant vilenie feroies.
Tien m'espee, je la te rant."
Mes Erec mie ne la prant,
Ainz dit: "Bien va, je ne t'oci."
"Ha, jantis chevaliers, merci!
Por quel forfet ne por quel tort
Me doiz tu donc haïr de mort?
Ains mes ne te vi, que je sache,
N'onques ne fui an ton damache
Ne ne te fis honte ne let."
Erec respont: "Si avez fet."
"Ha, sire, car le dites donques!
Ne vos vi, don moi sovaingne, onques.
Et se je rien mesfet vos ai,
An vostre merci an serai."
Lors dist erec: "Vassaus, je sui
Cil qui an la forest ier fui
Avuec la reïne Guenievre,
Ou tu sofris ton nain anrievre
Ferir la pucele ma dame.
Granz vitance est de ferir fame.
Et moi aprés referi il:
Mout me tenoit li nains por vil.
Trop grant orguel assez feïs,
Quant tu tel outrage veïs,
si le sofris et si te plot
D'une tel feiture d'un bot
Qui feri la pucele et moi.
Por tel forfet haïr te doi,
car trop feïs grant mesprison.
Fiancier t'an estuet prison,
Et sanz nul respit or androit
Iras a ma dame tot droit,
Car sanz faille la troveras
A Caradigan, se la vas.
Bien i vandras ancor anuit:
N'i a pas set liues, ce cuit.
Toi et ta pucele et ton nain
Li deliverras an sa main
Por feire son comandemant,
Et si li di que je li mant
Que demain a joie vandrai
Et une pucele amanrai
Tant bele et tant sage et tant preu
Que sa paroille n'est nul leu;
Bien li porras dire por voir!
Et ton non revuel je savoir."
Lors li dist cil, ou vuelle ou non:
"Sire, Yders, li fiz Nut, ai non.
Hui matin ne cuidoie mie
Qu'uns seus hon par chevalerie
Me peüst vaintre. Or ai trové
Mellor de moi, bien l'ai prové.
Mout estes chevaliers vaillanz.
Tenez, ma foi je vos fianz,
Que or androit, sanz plus atandre,
M'irai a la reïne randre.
Mes dites moi, nel me celez,
Par quel non estes apelez?
Que dirai je qui m'i anvoie?
Aparelliez sui de la voie."
Et cil respont: "Je te dirai,
Ja mon non ne te celerai.
Erec ai non. Va, si li di
Que je t'ai anvoiié a li."
"Et je m'an vois; je vos otroi,
Mon nain et ma pucele o moi
Metrai an son pleisir del tot,
Ja mar an seroiz an redot,
Et si li dirai la novele
De vos et de vostre pucele."
Lors an a Erec la foi prise.
Tuit sont venu a la devise,
Li cuens et les janz anviron,
Les puceles et li baron.
De liez et de maz an i ot:
As uns pesa, as autres plot.
Por la pucele au chainse blanc,
Qui le cuer ot jantil et franc,
La fille au povre vavassor,
S'esjoïssent tuit li plusor;
Et por Yder dolant estoient
Sa pucele et cil qui l'amoient.
Yders n'i vost plus arester,
Sa foi li covient aquiter;
Maintenant sor son cheval monte.
Por quoi vos feroie lonc conte?
Son nain et sa pucele an mainne,
Le bois trespassent et la plainne,
Tote la droite voie tindrent
Tant que a Caradigan vindrent.
Es loges de la sale fors
Estoit mes sire Gauvains lors
Et Keus, li seneschaus, ansanble.
Des barons i ot, ce me sanble,
Avuec aus grant masse venuz.
Caus qui vienent ont parceüz.
Li seneschaus premiers les vit,
A mon seignor Gauvain a dit:
"Sire, fet il, mes cuers devine
Que cil vassaus qui la chemine
Est cil que la reïne dist
Qui ier si grant enui li fist.
Ce m'est avis que il sont troi:
Le nain et la pucele voi."
"Voirs est, fet mes sire Gauvains,
C'est une pucele et uns nains
Qui avuec le chevalier vienent,
Vers nos la droite voie tienent.
Toz est armez li chevaliers,
Mes ses escus n'est pas antiers.
Se la reïne le veoit,
Je cuit qu'ele le conoistroit.
Ha, seneschaus, car l'apelez!"
Cil i est maintenant alez,
Trovee l'a an une chanbre.
"Dame, fet il, s'il vos remanbre
Del nain qui ier vos correça
Quant vostre pucele bleça?"
"Oïl, mout m'an sovient il bien.
Seneschaus, savez vos an rien?
Por quoi l'avez ramanteü?
"Dame, por ce que j'ai veü
Venir un chevalier errant
Armé sor un cheval ferrant,
Et se mi oel ne m'ont manti,
Une pucele avuec lui vi,
Et si m'est vis qu'avuec lui vient
Li nains qui la corgiee tient,
Dont Erec reçut la colee."
Lors s'est la reïne levee
Et dist: "Alons tost, seneschaus,
Veoir se ce est li vassaus.
Se c'est il, bien poez savoir
Que je vos an dirai le voir
Maintenant que je le verrai."
Et Keus dist: Jel vos mosterrai.
Venez an as loges amont
La ou vostre chevalier sont.
D'ilueques venir le veïmes
Et mes sire Gauvains meïsmes
Vos i atant. Dame, alons i,
Que trop avons demoré ci."
Lors s'est la reïne esmeüe,
As fenestres an est venue,
Lez mon seignor Gauvain s'estut,
Le chevalier bien reconut.
"Ha, seignor, fet ele, c'est il!
Mout a esté an grant peril.
Conbatuz s'est. Ce ne sai gié
Se Erec a son duel vangié
Ou se cist a Erec veincu,
Mes mout a cos an son escu;
Ses haubers est coverz de sanc:
De roge i a plus que de blanc."
"Voirs est, fet mes sire Gauvains;
Dame, je sui trestoz certains
Que de rien nule ne mantez.
Ses haubers est ansanglantez,
Mout est hurtez et debatuz:
Bien i pert qu'il s'est conbatuz.
Savoir poons sanz nule faille,
Que fiere a esté la bataille.
Ja li orrons tel chose dire
Don nos avrons ou joie ou ire:
Ou Erec l'anvoie a vos ci
An prison an vostre merci,
Ou il s'an vient par hardemant
Vanter antre nos folemant
Qu'il a Erec veincu ou mort.
Ne cuit qu'autre novele aport."
Fet la reïne: "Je le cuit."
"Bien puet estre" ce dïent tuit.
Atant Yders antre an la porte,
Qui la novele lor aporte.
Des loges sont tuit avalé,
A l'ancontre li sont alé.
Yders vint au perron real,
La desçandi de son cheval.
Et Gauvains la pucele prist,
Jus de son palefroi la mist:
Li nains de l'autre part desçant.
Chevaliers i ot plus de çant.
Quant desçandu furent tuit troi,
Si les mainnent devant le roi.
La ou Yders vit la reïne.
Jusque devant ses piez l'ancline,
Saluée l'a tot premiers,
Puis le roi et ses chevaliers,
Et dist: "Dame, an vostre prison
M'anvoie ci uns jantis hon,
Uns chevaliers vaillanz et preuz,
Cil cui fist ier santir les neuz
Mes nains de la corgiee el vis;
Outré m'a d'armes et conquis.
Dame, le nain vos amain ci:
Venuz est a vostre merci.
Moi et ma pucele et mon nain
An vostre prison vos amain
Por feire tot quanque vos plest."
La reïne plus ne se test,
D'Erec li demande noveles:
Dites moi, fet ele, chaeles,
Savez vos quant Erec vandra?"
"Dame, demain, et s'amanra
Une pucele ansanble o lui;
Onques si bele ne conui."
Quant cil ot conté son message,
La reïne fu franche et sage,
Cortoisemant li dist: "Amis,
Des que an ma merci t'es mis,
Plus an iert ta prisons legiere:
N'ai talant que nul mal te quiere.
Mes ce me di, se Deus t'aït,
Comant as non?" Et ci li dit:
"Dame, Yders ai non, li fiz Nut."
La verité l'an reconut.
Lors s'est la reïne levee.
Devant le roi an est alee
Et dist: "Sire, avez antandu?
Or avez vos bien atandu
Erec, le vaillant chevalier.
Mout vos donai buen consoil ier,
Quant jel vos loai a atandre.
Por ce fet il buen consoil prandre."
Li rois respont: "N'est mie fable,
Ceste parole est veritable:
Qui croit consoil n'est mie fos.
Buer creümes ier vostre los;
Mes se de rien nule m'amez,
Cest chevalier quite clamez
De sa prison par tel covant
Que il soit des or an avant
De ma mesniee et de ma cort,
Et s'il nel fet, a mal li tort."
Li rois ot sa parole dite,
Et la reïne claimme quite
Le chevalier tot maintenant;
Mes ce fu par tel covenant
Qu'a la cort del tot remassist.
Cil gueires proiier ne s'an fist,
La remenance a otroiiee.
Puis fu de cort et de mesniee;
N'an avoit pas devant esté.
Lors furent vaslet apresté
Qui le corurent desarmer.
Or redevons d'Erec parler
Qui ancor an la place estoit
Ou la bataille feite avoit.
Onques, ce cuit, tel joie n'ot
La ou Tristanz le fier Morhot
An l'Isle saint Sanson veinqui
Con l'an feisoit d'Erec iqui.
Mout feisoient de lui grant los
Grant et petit, et gresle et gros.
Tuit prisent sa chevalerie,
N'i a chevalier qui ne die:
"Deus, quel vassal! soz ciel n'a tel."
Aprés lui vont a son ostel,
Grant los an font et grant parole,
Et li cuens meïsmes l'acole,
Qui sor toz grant joie feisoit
Et dist: "Sire, s'il vos pleisoit,
Bien devriiez et par reison
Vostre ostel prandre an ma meison,
Quant vos este fiz Lac, le roi.
Se vos preniiez mon conroi,
Vos me feriiez grant enor;
Car je vos taing por mon seignor.
Biaus sire, la vostre merci,
De herbergier o moi vos pri."
Erec respont: "Ne vos enuit!
Ne leisserai mon oste anuit,
Qui mout m'a grant enor portee,
Quant il sa fille m'a donee.
Qu'an dites vos, sire? N'est dons
Mout biaus et mout riches li dons?
"Oïl voir, sire, fet li cuens;
"Mout est li dons et biaus et buens.
La pucele est et bele et sage,
Et si est mout de haut parage:
Sachiez que sa mere est ma suer.
Certes mout an ai lié le cuer,
Quant vos ma niece avoir deigniez.
Ancor vos pri que vos veigniez
A moi herbergier anuit mes."
Erec respont: "Leissiez m'an pes!
Nel feroie an nule meniere."
Cil voit n'i a mestier proiiere,
Si dist: "Sire, a vostre pleisir!
Or nos an poons bien teisir;
Mes gié et mi chevalier tuit
Serons avuec vos mes anuit
Por solaz et por conpeignie."
Quant Erec l'ot, si l'an mercie.
Venuz est Erec chiés son oste,
Et li cuens avuec lui an coste;
Dames et chevaliers i ot.
Li vavassors mout s'an esjot.
Tot maintenant que Erec vint,
Vaslet corurent plus de vint
Por lui desarmer a esploit.
Qui an cele meison estoit,
Mout pooit grant joie veoir.
Erec s'ala premiers seoir,
Puis s'assieent tuit par les rans
Sor liz, sor coutes et sor bans.
Lez Erec s'est li cuens assis
Et la pucele o le cler vis,
Qui de l'alete d'un plovier
Peissoit sor son poing l'esprevier,
Por cui la bataille ot esté.
Mout avoit le jor conquesté
Enor et joie et seignorage.
Mout estoit liee an son corage
De l'oisel et de son seignor:
Ne pot avoir joie greignor
Et bien an demostra sanblant.
Ne fist pas sa joie an anblant,
Que bien le sorent tuit et virent.
Par la meison grant joie firent
Tuit por amor de la pucele.
Erec le vavassor apele,
Si li a comancié a dire:
"Biaus ostes, biaus amis, biaus sire,
Mout m'avez grant enor portee
Mes bien vos iert guerredonee.
Demain an manrai avuec moi
Vostre fille a la cort le roi.
La la voudrai a fame prandre,
Et s'il vos plest un po atandre
Par tans vos anvoierai querre.
Mener vos ferai an la terre
Qui mon pere est et moie aprés:
Loing est de ci, n'est mie pres.
Iluec vos donrai deus chastiaus
Mout buens, mout riches et mout biaus.
Sire seroiz de Roadan
Qui fu fez des le tans Adan
Et d'un autre chastel selonc
Qui ne vaut mie mains un jonc;
Les janz l'apelent Montrevel:
Mon pere n'a mellor chastel.
Et ainz que soit tierz jorz passez
Vos avrai anvoiié assez
Or et arjant et ver et gris
Et dras de soie de chier pris
Por vestir vos et vostre fame
Qui est la moie chiere dame.
Demain par son l'aube del jor
An tel robe et an tel ator
An manrai vostre fille a cort.
Je vuel que ma dame l'atort
De la soe robe demainne
De samiz et de dras an grainne."
Une pucele estoit leanz,
Mout preuz, mout sage, mout vaillanz,
Lez la pucele au chainse blanc
S'estoit assise sor un banc
Et sa cosine estoit germainne
Et niece le conte demainne.
Quant la parole ot antandue
Que si tres povremant vestue
An voloit mener sa cosine
Erec a la cort la reïne,
A parole an a mis le conte:
"Sire, fet ele, mout grant honte
Seroit a vos plus qu'a autrui
Se cist an menoit avuec lui
Vostre niece si povremant
Atornee de vestemant."
Et li cuens respont: "Je vos pri,
Ma douce niece, donez li
De voz robes que vos avez
La mellor que vos i savez."
Erec a la parole oïe
Et dist: "Sire, n'an parlez mie!
Une chose sachiez vos bien:
Ne voudroie por nule rien
Qu'ele eüst d'autre robe point
Jusque la reïne li doint."
Quant la dameisele l'oï
Lors respondi: "Haï,
Biaus sire, quant vos an tel guise
An blanc chainse et an sa chemise
Ma cosine an volez mener,
Un autre don li vuel doner
Quant vos ne volez antreset
Que nule de mes robes et.
Je ai trois palefroiz mout buens,
Onques mellors n'ot rois ne cuens,
Un sor, un ver et un bauçant.
Sanz mantir, la ou an a çant,
N'an a pas un mellor del ver.
Li oisel qui volent par l'er
Ne vont plus tost del palefroi;
Et si n'est pas de grant esfroi,
Teus est come a pucele estuet:
Uns anfes chevauchier le puet
Qu'il n'est onbrages ne restis,
Ne mort ne fiert ne n'est ragis.
Qui mellor quiert, ne set qu'il viaut;
Qui le chevauche ne se diaut,
Ainz va plus eise et plus soef
Que s'il estoit an une nef."
Lors dist Erec: "Ma douce amie,
De cest don ne me poise mie
S'ele le prant, einçois me plest.
Ne vuel mie qu'ele le lest."
Tot maintenant la dameisele
Un suen serjant privé apele,
Si li dist: "Biaus amis, alez!
Mon palefroi ver anselez,
Si l'amenez isnelemant."
Et cil fet son comandemant:
Le cheval ansele et anfrainne,
Del bien aparellier se painne,
Puis monte el palefroi crenu.
Ez vos le palefroi venu:
Quant Erec le palefroi vit,
Ne le loa mie petit
Car mout le vit et bel et jant.
Puis comanda a un serjant
Qu'an l'estable lez son destrier
Menast le palefroi loiier.
A tant se departirent tuit;
Grant joie orent fet cele nuit.
Li cuens a son ostel s'an vet,
Erec chiés le vavassor let
Et dit qu'il le convoiera
Au matin, quant il s'an ira.
Cele nuit ont tote dormie.
Au main quant l'aube est esclarcie,
Erec s'atorne de l'aler,
Ses chevaus comande anseler,
Et s'amie, la bele, esvoille;
Cele s'atorne et aparoille.
Li vavassors lieve et sa fame,
N'i remaint chevaliers ne dame
Qui ne s'atort por convoiier
La pucele et le chevalier.
Tuit sont monté, et li cuens monte.
Erec chevauche lez le conte
Et delez lui sa douce amie
Qui l'esprevier n'oblia mie:
A son esprevier se deporte,
Nule autre richesce n'an porte.
Grant joie ont fet au convoiier.
Au departir vost anvoiier
Avuec Erec une partie
Li cuens de sa chevalerie
Por ce qu'enor li feïssiént
Se avuec lui s'an alissiént;
Mes il dist que nul n'an manroit
Ne conpeignie ne queroit
Fors la pucele solemant.
Puis lor dist: "A Deu vos comant!"
Convoiié les orent grant piece.
Le cuens beise Erec et sa niece,
Si les comande a Deu le pi.
Le pere et la mere autressi
Les beisent sovant et menu.
De plorer ne se sont tenu:
Au departir plore la mere,
Plore la pucele et li pere.
Teus est amors, teus est nature,
Teus est pitiez de norreture.
Plorer les feisoit la pitiez
Et la douçors et l'amistiez
Qu'il avoient de lor anfant;
Mes bien savoient neporquant
Que lor fille an tel leu aloit
Don granz enors lor avandroit.
D'amor et de pitié ploroient
Quant de lor fille departoient,
Ne ploroient por autre chose.
Bien savoient qu'a la parclose
An seroient il enoré.
Mout ont au departir ploré:
Plorant a Deu s'antrecomandent;
Or s'an vont que plus n'i atandent.
Erec de son oste depart
Que mervoilles li estoit tart
Que a la cort le roi venist,
De s'avanture s'esjoïst:
Mout estoit liez de s'avanture,
Qu'amie ot bele a desmesure,
Sage et cortoise et de bone eire.
De l'esgarder ne pot preu feire:
Quant plus l'esgarde, plus li plest.
Ne puet muer qu'il ne la best.
Volantiers pres de li se tret,
An li esgarder se refet.
Mout remire son chief le blont,
Ses iauz rianz et son cler front,
Le nez et la face et la boche,
Don granz douçors au cuer li toche.
Tot remire jusqu'a la hanche,
Le manton et la gorge blanche,
Flans et costez et braz et mains;
Mes ne regarde mie mains
La dameisele le vassal
De buen oel et de cuer leal
Qu'il feisoit li, par contançon.
Ne preïssent pas reançon
Li uns de l'autre regarder!
Mout estoient igal et per
De corteisie et de biauté
Et de grant deboneireté:
Si estoient d'une matiere,
D'unes mors et d'une meniere,
Que nus qui le voir vossist dire
N'an poïst le mellor eslire
Ne le plus bel ne le plus sage.
Mout estoient d'igal corage
Et mout avenoient ansanble.
Li uns a l'autre son cuer anble.
Onques deus si beles images
N'assanbla lois ne mariages.
Tant ont ansanble chevauchié
Qu'an droit midi ont aprochié
Le chastel de Caradigan
Ou andeus les atandoit l'an.
Por esgarder s'il les verroient
As fenestres monté estoient
Li mellor baron de la cort.
La reïne Guenievre i cort
Et s'i vint meïsme li rois,
Keus et Percevaus li Galois,
Et mes sire Gauvains aprés,
Et Torz, li fiz au roi Arés;
Lucans i fu, li botelliers;
Mout i ot de buens chevaliers.
Erec ont choisi qui venoit
Et s'amie qu'il amenoit.
Bien l'ont trestuit reconeü
De si loing come il l'ont veü.
La reïne grant joie mainne,
De joie est tote la corz plainne
Ancontre son avenemant;
Car tuit l'aimment comunemant.
Lués que il vint devant la sale,
Li rois ancontre lui avale
Et la reïne d'autre part:
Tuit li dient que Deus le gart;
Lui et sa pucele conjoent,
Sa grant biauté prisent et loent.
Et li rois meïsmes l'a prise,
Jus de son palefroi l'a mise.
Mout fu li rois bien afeitiez;
A cele ore estoit bien heitiez.
La pucele a mout enoree,
Par la main l'a a mont menee
An la mestre sale perrine.
Aprés Erec et la reïne
Sont andui monté main a main,
Et il li dist: "Je vos amain,
Dame, ma pucele et m'amie
De povres garnemanz garnie;
Si come ele me fu donee,
Einsi la vos ai amenee.
D'un povre vavassor est fille.
Povretez maint prodome aville:
Ses peres est frans et cortois,
Mes que d'avoir a petit pois,
Et mout jantis dame est sa mere
Qu'ele a un riche conte a frere.
Ne por biauté ne por lignage
Ne doi je pas le mariage
De la pucele refuser.
Povretez li a fet user
Cest blanc chainse tant que as cotes
An sont andeus les manches rotes.
Et neporquant, se moi pleüst,
Buenes robes assez eüst,
Qu'une pucele, sa cosine,
Li vost doner robe d'ermine,
De dras de soie, veire ou grise;
Mes je ne vos an nule guise
Que d'autre robe fust vestue
Tant que vos l'eüssiez veüe.
Ma douce dame, or an pansez!
Grant mestier a, bien le veez,
D'une bele robe avenant."
Et la reïne maintenant
Li respont: "Mout avez bien fet!
Droiz est que de mes robes et.
Et je li donrai buene et bele,
Tot or androit, fresche et novele."
La reïne erraumant l'an mainne
An la soe chanbre demainne
Et dist qu'an li aport isnel
Le fres blïaut et le mantel
De la vert porpre croisilliee
Qui por le suen cors fu tailliee.
Cil cui ele l'ot comandé
Li a le mantel aporté
Et le blïaut qui jusqu'as manches
Fu forrez d'erminetes blanches.
As poinz et a la cheveçaille
Avoit sanz nule devinaille
Plus de demi marc d'or batu;
Et pierres de mout grant vertu,
Indes et verz, bloes et bises,
Avoit par tot sor l'or assises.
Mout estoit riches li blïauz,
Mes por voir ne valoit noauz
Li mantiaus de rien que je sache.
Ancor n'i avoit nule atache;
Car toz estoit fres et noviaus
Et li blïauz et li mantiaus.
Mout fu buens li mantiaus et fins:
Au col avoit deus sebelins,
Es tassiaus ot d'or plus d'une once;
D'une part ot une jagonce,
Et un rubi de l'autre part
Plus cler que chandoile qui art.
La pane fu de blanc ermine:
Onques plus bele ne plus fine
Ne fu veüe ne trovee.
La porpre fu mout bien ovree
A croisetes totes diverses,
Indes et vermoilles et perses,
Blanches et verz, bloes et jaunes.
Unes ataches de quatre aunes,
De fil de soie a or ovrees,
A la reïne demandees.
Les ataches li sont bailliees,
Beles et bien aparelliees.
Ele les fist tot maintenant
Metre el mantel isnelemant
Et s'an fist tel home antremetre
Qui bien estoit mestre del metre;
Quant el mantel n'ot rien que feire,
La jantis dame de bone eire
La pucele au blanc chainse acole
Et si li dist franche parole:
"Ma dameisele, a cest blïaut
Qui plus de çant mars d'arjant vaut,
Vos covient cest chainse changier;
De tant vos vuel je losangier.
Et cest mantel afublez sus!
Une autre foiz vos donrai plus."
Ele ne le refusa mie,
La robe prant, si l'an mercie.
An une chanbre a recelee
L'an ont deus puceles menee.
La a son chainse desvestu,
Que nel prise mes un festu;
Si a proiié et comandé
Qu'il soit donez por amor Dé.
Puis vest le bliaut, si se çaint,
D'un orfrois a un tor s'estraint,
Et le mantel aprés afuble.
Or n'ot mie la chiere enuble;
Car la robe si li avint
Que plus bele assez an devint.
Les deus puceles d'un fil d'or
Li ont galoné son crin sor;
Mes plus estoit luisanz li crins
Que li fis d'or, qui mout est fins.
Un cercelet ovré a flors
De maintes diverses colors
Les puceles el chief li metent.
Miauz qu'eles pueent s'antremetent
De li an tel guise atorner
Qu'an n'i truisse rien qu'amander.
Deus fermeillez d'or neelez
An une cople anseelez
Li mist au col une pucele.
Or fu tant avenanz et bele
Que ne cuit pas qu'an nule terre,
Tant seüst l'an cerchier ne querre,
Fust sa paroille recovree,
Tant l'avoit bien Nature ovree.
Puis est fors de la chanbre issue,
A la reïne an est venue:
La reïne mout la conjot;
Por ce l'ama et mout li plot,
Qu'ele estoit bele et bien aprise.
L'une a l'autre par la main prise,
Si sont devant le roi venues.
Et quant li rois les a veües,
Ancontre se lieve an estant.
De chevaliers i avoit tant,
Quant eles an la sale antrerent,
Qui ancontre eles se leverent,
Que je n'an sai nomer le disme,
Le trezisme ne le quinzisme;
Mes d'auquanz des mellors barons
Vos sai je bien dire les nons,
De çaus de la Table Reonde,
Qui furent li mellor del monde.
DEVANT toz les buens chevaliers
Doit estre Gauvains li premiers,
Li seconz Erec, li fiz Lac,
Et li tierz Lanceloz del Lac.
Gornemanz de Gohort fu quarz,
Et li quinz fu li Biaus Coarz.
Li sistes fu li Lez Hardiz,
Li semes Melianz de Liz,
Li huitismes Mauduiz, li Sages,
Nuemes Dodiniaus, li Sauvages.
Gandeluz soit dismes contez;
Car an lui ot maintes bontez.
Les autres vos dirai sanz nonbre
Por ce que li nonbrers m'anconbre.
Esliz i fu avuec Briien,
Et Yvains, li fiz Uriien.
Yvains de Loenel fu outre,
D'autre part Yvains, li Avoutre.
Lez Yvain de Cavaliot
Estoit Garravains d'Estrangot.
Aprés le Chevalier au Cor
Fu li Vaslez au Cercle d'or.
Et Tristanz qui onques ne rist
Delez Bliobleheris sist,
Et par delez Brun de Piciez
Estoit ses frere Grus, l'Iriez.
Li Fevres d'Armes sist aprés,
Qui miauz amoit guerre que pes.
Aprés sist Karadués Briébraz,
Uns chevaliers de grant solaz;
Et Caverons de Robendic
Et li fiz au roi Quenedic
Et li Vaslez de Quintareus
Et Yders del Mont Dolereus,
Gaherïez et Keus d'Estraus,
Amauguins et Gales, li Chaus,
Grains, Gornevains et Carahés
Et Torz, li fiz le roi Arés,
Girflez, li fiz Do, et Taulas
Qui onques d'armes ne fu las;
Et uns vaslez de grant vertu,
Loholz, li fiz le roi Artu,
Et Sagremors, li Desreez,
Cil ne doit pas estre obli
Ne Beduiers, li conestables,
Qui mout sot d'eschas et de tables,
Ne Bravaïns ne Loz, li rois,
Ne Galegantins, li Galois,
Ne li fiz Keu, le seneschal,
Gronosis qui mout sot de mal,
[Ne Labigodés, li cortois,
Ne li cuens Cadorcaniois
Ne Letrons de Prepelesant,
An cui ot tant d'afeitemant,
Ne Breons, li fiz Canodan,
Ne le conte de Honolan,
Qui tant ot le chief bel et sor;
Ce fu cil qui reçut le cor
Au roi plain de male avanture;
Onques de verité n'ot cure.]
QUANT la bele pucele estrange
Vit toz les chevaliers an range,
Qui l'esgardoient a estal,
Son chief ancline contre val,
Vergoingne an ot, ne fu mervoille,
La face l'an devint vermoille;
Mes la honte si li avint
Que plus bele assez an devint.
Quant li rois la vit vergoignier,
Ne se vost de li esloignier.
Par la main doucemant l'a prise
Et delez lui a destre assise;
De la senestre part s'assist
La reïne, qui au roi dist:
"Sire, si con je cuit et croi,
Bien doit venir a cort de roi
Qui par ses armes puet conquerre
Si bele fame an autre terre.
Bien feisoit Erec a atandre:
Or poez vos le beisier prandre
De la plus bele de la cort.
Je ne cuit que nus vos an tort:
Ja nus ne dira, qui ne mante,
Que ceste ne soit la plus jante
Des puceles qui ceanz sont
Et de celes de tot le mont."
Li rois respont: "N'est pas mançonge;
Cesti, s'an ne le me chalonge,
Donrai je del blanc cerf l'enor."
Puis dist as chevaliers: "Seignor,
Qu'an dites vos? Que vos est vis?
Ceste est et de cors et de vis
Et de quanque estuet a pucele
La plus jantis et la plus bele,
Qui soit jusque la, ce me sanble,
Ou li ciaus et la terre assanble.
Je di que droiz est antreset
Que ceste l'enor del cerf et.
Et vos, seignor, qu'an volez dire?
Poez i vos rien contredire?
Se nus i viaut metre deffanse,
Si die or androit ce qu'il panse.
Je sui rois, ne doi pas mantir,
Ne vilenie consantir,
Ne fausseté ne desmesure:
Reison doi garder et droiture.
Ce apartient a leal roi
Que il doit maintenir la loi,
Verité et foi et justise.
Je ne voudroie an nule guise
Feire desleauté ne tort,
Ne plus au foible que au fort.
N'est droiz que nus de moi se plaingne
Ne je ne vuel pas que remaingne
La costume ne li usages,
Que siaut maintenir mes lignages
De ce vos devroit il peser,
Se je vos voloie alever
Autres costumes, autres lois,
Que ne tint mes pere, li rois.
L'usage Pandragon, mon pere,
Qui fu droiz rois et anperere,
Doi je garder et maintenir,
Que que il m'an doie avenir.
Or me dites toz voz talanz!
De voir dire ne soit nus lanz,
Se ceste n'est de ma meison
La plus bele, et doit par reison
Le beisier del blanc cerf avoir:
La verité an vuel savoir."
Tuit s'escrïent a une voiz:
"Sire, par Deu et par sa croiz!
Bien la poez beisier par droit;
Que c'est la plus bele que soit.
An cesti a plus de biauté
Qu'il n'a el soloil de clarté.
Beisier la poez quitemant:
Tuit l'otroions comunemant."
Quant li rois ot que a toz plest,
Or ne leira qu'il ne la best:
Vers li se torne, si l'acole.
La pucele ne fu pas fole,
Bien vost que li rois la beisast;
Vilainne fust, s'il l'an pesast.
Beisiee l'a come cortois
Veant toz les barons li rois
Et si li dist: "Ma douce amie!
M'amor vos doing sanz vilenie.
Sanz mauvestié et sanz folage
Vos amerai de buen corage."
Li rois par itel avanture
Randi l'usage et la droiture
Qu'a sa cort devoit li blans cers.
CI FINE LI PREMERAINS VERS.
QUANT li beisiers del cerf fu pris
Lonc la costume del païs,
Erec come cortois et frans
Fu de son povre oste an espans.
De ce que promis li avoit,
Covant mantir ne li voloit.
Mout li tint bien son covenant;
Qu'il li anvoia maintenant
Cinc somiers sejornez et gras,
Chargiez de robes et de dras,
De boqueranz et d'escarlates,
De mars d'or et d'arjant an plates,
De ver, de gris, de sebelins
Et de porpres et d'osterins.
Quant chargié furent li somier
De quanqu'a prodome a mestier,
Dis que chevaliers que serjanz
De sa mesniee et de ses janz
Avuec les somiers anvoia,
Et si lor dist mout et proia
Que son oste li saluassent
Et si grant enor li portassent
Et sa fame tot einsimant,
Con le suen cors demainnemant;
Et quant presanté lor avroient
Les somiers que il lor menoient,
L'or et l'arjant et les besanz
Et toz les autres garnemanz
Qui estoient dedanz les males,
An son reaume d'Outre-Gales
An menassent a grant enor
Et la dame et le vavassor.
Deus chastiaus lor avoit promis,
Les mellors et les miauz assis
Et caus qui mains dotoient guerre,
Qui fussent an tote sa terre.
Montrevel l'un apeloit l'an,
Li autre avoit non Roadan.
Quant an son reaume vandroient,
Cez deus chastiaus lor liverroient
Et les rantes et la justise
Einsi con lor avoit promise.
Cil ont bien la chose atornee
Si come Erec l'ot comandee.
L'or et l'arjant et les somiers
Et les robes et les deniers,
Dont il i avoit grant planté,
Tot ont son oste presanté
Li messagier eneslejor;
Qu'il n'avoient soing de sejor.
El reaume Erec les menerent
Et del servir mout se penerent.
El païs vindrent an trois jorz,
Des chastiaus lor livrent les torz,
Que li rois Lac nel contredist.
Grant joie et grant enor lor fist:
Por son fil Erec les ama,
Les chastiaus quites lor clama
Et si lor fist asseürer,
Chevaliers et borjois jurer,
Qu'il les tandroient aussi chiers
Come lor seignors droituriers.
Quant ce fu fet et atorné,
Li message sont retorné
A lor seignor Erec arriere,
Qui les reçut a bele chiere;
Del vavassor et de sa fanne
Et de son pere et de son ranne
Lor a demandees noveles.
Cil l'an dïent buenes et beles.
NE tarda gueires ci aprés,
Que li termines fu mout pres,
Que ses noces feire devoit.
Li atandres mout li grevoit;
Ne vost plus sofrir ne atandre.
Au roi an ala congié prandre,
Que a sa cort, ne li grevast,
Ses noces feire li leissast.
Li rois le don li otroia
Et par son reaume anvoia
Toz les rois et les contes querre,
Çaus qui de lui tenoient terre;
Que nul tant hardi n'i eüst,
Qu'a la Pantecoste ne fust.
N'i a nul qui remenoir ost,
Que a la cort ne vaingne tost,
Des que li rois les ot mandez.
Je vos dirai, or m'antandez!
Qui furent li conte et li roi.
Mout i vint a riche conroi
Li cuens Brandés de Gloecestre,
Qui çant chevaus mena an destre.
[Aprés i vint Menagormon
Qui cuens estoit de Clivelon.]
Et cil de la Haute Montaingne
I vint a mout riche conpaingne.
De Treverain i vint li cuens
Atot çant chevaliers des suens.
Aprés vint li cuens Godegrains,
Qui n'an amena mie mains.
Avuec çaus que m'o nomer
Vint Maheloas, uns hauz ber,
Li sire de l'Isle de Voirre;
An cele isle n'ot l'an tonoirre
Ne n'i chiet foudre ne tanpeste,
Ne boz ne serpanz n'i areste,
N'il n'i fet trop chaut ne n'iverne.
Graislemiers de Fine Posterne
I amena conpeignons vint,
Et Guigomars, ses frere, i vint;
De l'Isle d'Avalon fu sire.
De cestui avons oï dire
Qu'il fu amis Morgain, la fee,
Et ce fu veritez provee.
Daviz i vint de Tintaguel,
Qui onques n'ot ire ne duel.
Guergesins, li dus de Haut Bois,
I vint a mout riche hernois.
Assez i ot contes et dus;
Mes des rois i ot ancor plus.
Garras de Corque, uns rois mout fiers,
I vint a cinc çanz chevaliers
Vestuz de paile et de çandauz,
Mantiaus et chauces et blïauz.
Sor un cheval de Capadoce
Vint Aguisiaus, li rois d'Escoce,
Et amena ansanble o soi
Andeus ses fiz, Cadret et Coi,
Deus chevaliers mout redotez.
Avuec çaus que vos ai nomez
Vint li rois Bans de Gomeret,
Et tuit furent juene vaslet
Cil qui ansanble o lui estoient,
Ne barbe ne grenon n'avoient.
Mout amena jant anveisiee,
Deus çanz an ot an sa mesniee;
Ne n'i ot nul, queus que il fust,
Qui faucon ou terçuel n'eüst,
Esmerillon ou esprevier,
Ou riche ostor sor ou muiier.
Kerrins, li viauz rois de Ri
N'i amena nul jovancel,
Ainz ot teus conpeignons trois çanz,
Don li mains nez ot set vinz anz.
Les chiés orent chenuz et blans,
(Car vescu avoient lonc tans;)
Et les barbes jusqu'as ceinturs.
Çaus tint mout chiers li rois Arturs.
Li sire des nains vint aprés,
Bilis, li rois d'Antipodés.
Cil rois don je vos di, fu nains
Et fu Bri frere germains.
De toz nains fu Bilis li maindre,
Et Bri ses frere, fu graindre
Ou demi pié ou plainne paume
Que nus chevaliers del reaume.
Por richesce et por seignorie
Amena an sa conpeignie
Bilis deus rois qui nain estoient
Et de lui lor terre tenoient,
Grigoras et Glecidalan;
Mervoilles les esgarda l'an.
Quant a la cort furent venu,
Formant i furent chier tenu.
A la cort furent come roi
Enoré et servi tuit troi;
Car mout estoient jantil home.
Li rois Artus a la parsome,
Quant assanblé vit son barnage,
Mout an fu liez an son corage.
Aprés por la joie angreignier
Comanda çant vaslez beignier;
Que toz les viaut chevaliers feire.
N'i a nul qui n'et robe veire
De riche paile d'Alixandre
Chascuns tel come il la vost prandre
A s'eslite et a sa devise.
Tuit orent armes d'une guise
Et chevaus coranz et delivres;
Toz li pire valoit çant livres.
QUANT Erec sa fame reçut,
Par son droit non nomer l'estut;
Qu'autremant n'est fame esposee,
Se par son droit non s'est nomee.
Ancor ne savoit nus son non;
Lors premieremant le sot on;
ENIDE ot non an baptestire.
L'arcevesques de Cantorbire,
Qui a la cort venuz estoit,
Les beneï si come il doit.
Quant la corz fu tote assanblee,
N'ot menestrel an la contree,
Qui rien seust de nul deduit,
Qui a la cort ne fussent tuit.
An la sale mout grant joie ot,
Chascuns servi de ce qu'il sot:
Cil saut, cil tume, cil anchante,
Li uns conte, li autre chante,
Li uns sifle, li autre note,
Cil sert de harpe, cil de rote,
Cil de gigue, cil de vi
Cil flaüte, cil chalemele.
Puceles carolent et dancent,
Trestuit de joie feire tancent.
N'est riens qui joie puisse feire
Et cuer d'ome a leesce treire,
Qui ne fust as noces le jor.
Sonent timbre, sonent tabor,
Muses, estives et frestel,
Et buisines et chalemel.
Que diroie de l'autre chose?
N'i ot guichet ne porte close.
Les issues et les antrees
Furent totes abandonees;
N'an fu tornez povres ne riches.
Li rois Artus ne fu pas chiches:
Bien comanda as panetiers
Et as queus et as botelliers,
Qu'il livrassent a grant planté
A chascun a sa volanté
Et pain et vin et veneison.
Nus n'i demanda livreison
De rien nule, queus qu'ele fust,
Qu'a sa volanté ne l'eüst.
MOUT fu granz la joie el palés;
Mes tot le soreplus vos les,
S'orroiz la joie et le delit
Qui fu an la chanbre et el lit.
La nuit quant il assanbler durent,
Evesque et arcevesque i furent.
A cele premiere assanblee,
La ne fu pas Yseuz anblee,
Ne Brangiens an leu de li mise.
La reïne s'est antremise
De l'atorner et del couchier;
Que l'un et l'autre avoit mout chier.
Cers chaciez, qui de soif alainne,
Ne desirre tant la fontainne,
N'espreviers ne vient a reclaim
Si volantiers, quant il a faim,
Que plus volantiers ne venissent
A ce que nu s'antretenissent.
Cele nuit ont bien restoré
Ce que il ont tant demoré.
Quant vuidiee lor fu la chanbre,
Lor droit randent a chascun manbre.
Li oel d'esgarder se refont,
Cil qui d'amors la voie font
Et lor message au cuer anvoient;
Que mout lor plest, quanque il voient.
Aprés le message des iauz
Vient la douçors, qui mout vaut miauz,
Des beisiers qui amor atraient.
Andui cele douçor essaient,
Et lor cuers dedanz an aboivrent
Si qu'a grant painne s'an dessoivrent;
De beisier fu li premiers jeus.
Et l'amors, qui est antr'aus deus,
Fist la pucele plus hardie,
De rien ne s'est acoardie;
Tot sofri, que que li grevast.
Einçois qu'ele se relevast.
Ot perdu le non de pucele;
Au matin fu dame novele.
Cel jor furent jugleor lié;
Car tuit furent a gré paiié.
Tot fu randu quanqu'il acrurent,
Et maint bel don doné lor furent,
Robes de ver et d'erminetes,
De conins et de violetes,
D'escarlates, de dras de soie;
Qui vost cheval, qui vost monoie:
Chascuns ot don lonc son savoir
Si buen come il le dut avoir.
Einsi les noces et la corz
Durerent pres de quinze jorz
A tel joie et a tel richesce.
Por seignorie et por hautesce,
Et por Erec plus enorer,
Fist li rois Artus demorer
Toz les barons une quinzainne.
Quant vint a la tierce semainne,
Tuit ansanble comunemant
Anpristrent un tornoiemant.
Mes sire Gauvains s'avança,
Qui d'une part le fiança
Antre Evroïc et Tenebroc.
Et Meliz et Meliadoc
L'ont fiancié d'autre partie.
A tant est la corz departie.
UN mois aprés la Pantecoste
Li tornois assanble et ajoste
Dessoz Tenebroc an la plaingne.
La ot tante vermoille ansaingne
Et tante bloe et tante blanche,
Et tante guinple et tante manche,
Qui par amors furent donees;
Tant i ot lances aportees
D'arjant et de sinople taintes:
D'or et d'azur an i ot maintes;
Et mainte an i ot d'autre afeire,
Mainte bandee et mainte veire.
Iluec vit an le jor lacier
Maint hiaume a or et maint d'acier,
Tant vert, tant jaune, tant vermoil
Reluire contre le soloil,
Tant blazon et tant hauberc blanc,
Tante espee au senestre flanc,
Tanz buens escuz fres et noviaus,
D'arjant et de sinople biaus,
Et tant d'azur a bocles d'or,
Tant buen cheval bauçant et sor,
Fauves et blans et noirs et bes:
Tuit s'antrevienent a eslés.
D'armes est toz coverz li chans.
D'anbes deus parz fremist li rans,
An l'estor lieve li escrois.
Des lances est mout granz li frois:
Lances brisent et escu troent,
Li haubers faussent et descloent,
Seles vuident, chevalier tument,
Li cheval suent et escument.
Sor çaus qui chieent a grant bruit,
La traient les espees tuit.
Li un corent por les foiz prandre
Et li autre por le deffandre.
Erec sist sor un cheval blanc,
Toz seus s'an vint au chief del ranc,
Por joster, se il trueve a cui.
De l'autre part ancontre lui
Point li Orguelleus de la Lande
Et sist sor un cheval d'Irlande,
Qui le porte de grant ravine.
Sor l'escu devant la peitrine
Le fiert Erec de tel vertu
Que del destrier l'a abatu;
El chanp le let et point avant.
Et Rainduranz li vint devant,
Fiz la Vielle de Tergalo,
Qui fu coverz d'un çandal blo;
Chevaliers fu de grant proesce.
Li uns contre l'autre s'adresce,
Si s'antredonent mout granz cos
Sor les escuz qu'il ont as cos.
Erec tant con hanste li dure
Le trebuche a la terre dure.
An son retor a ancontré
Le roi de la Roge Cité,
Qui mout estoit vaillanz et preuz.
Les resnes pranent par les neuz
Et les escuz par les enarmes.
Andui orent mout beles armes
Et buens chevaus, forz et isniaus,
Et buens escuz, fres et noviaus.
Par si grant vertu s'antrefierent
Qu'andeus lor lances peçoiierent;
Onques teus cos ne fu veüz:
Ansanble hurtent des escuz
Et des armes et des chevaus.
Çangle ne resnes ne peitraus
Ne porent le roi retenir
Ne l'estuisse a terre venir.
Einsi vola jus del destrier:
N'i guerpi sele ne estrier;
Et nes les resnes de son frain
An porta totes an sa main.
Tuit cil qui ceste joste virent
A mervoilles s'an esbaïrent,
Et dïent que trop chier li coste,
Qui a si buen chevalier joste.
Erec ne voloit pas antandre
A chevals n'a chevaliers prandre,
Mes a joster et a bien feire
Por ce que sa proesce apeire.
Devant lui fet le ranc fremir....
Sa proesce fet resbaudir
Çaus devers cui il se tenoit.
Chevaus et chevaliers prenoit
Por çaus de la plus desconfire.
De mon seignor Gauvain vuel dire,
Qui mout le feisoit bien et bel.
An l'estor abati Guincel
Et prist Gaudin de la Montaingne;
Chevaliers prant, chevaus gaaingne:
Bien le fist mes sire Gauvains.
Girflez, li fiz Do, et Yvains
Et Sagremors li Desreez,
Çaus de la ont si conreez
Que jusqu'es portes les anbatent,
Assez an pranent et abatent.
Devant la porte del chastel
Ont recomancié le çanbel
Cil dedanz contre çaus defors.
La fu abatuz Sagremors,
Uns chevaliers de mout grant pris.
Toz estoit retenuz et pris
Quant Erec point a la rescosse,
Sor un des lor sa lance estrosse;
Si bien le fiert sor la memele
Que vuidier li covint la sele.
Puis tret l'espee, si lor passe,
Les hiaumes lor anbuingne et quasse.
Cil s'an fuient, si li font rote;
Car toz li plus hardiz le dote.
Tant lor dona et cos et bos
Que Sagremor lor a rescos;
El chastel les remet batant.
Les vespres faillirent a tant.
Si bien le fist Erec le jor
Que li miaudre fu de l'estor;
Mes mout le fist miauz l'andemain:
Tant prist chevaliers de sa main
Et tant i fist seles vuidier,
Que nus ne le porroit cuidier
Se cil non, qui veü l'avoient.
Trestuit d'anbes deus parz disoient
Qu'il avoit le tornoi veincu
Par sa lance et par son escu.
Or fu Erec de tel renon
Qu'an ne parloit se de lui non,
Ne nus n'avoit si buene grace:
Il sanbloit Assalon de face,
Et de la langue Salemon,
Et de fierté sanbloit Sanson,
Et de doner et de despandre
Fu parauz le roi Alixandre.
Au repeirier de cel tornoi
Ala Erec parler au roi.
Le congié li ala requerre,
Qu'aler l'an leissast an sa terre;
Mes mout le mercia einçois
Con frans et sages et cortois
De l'enor que feite li ot;
Que mout mervelleus gré l'an sot.
Aprés li a le congié quis,
Qu'aler s'an viaut an son païs,
Et sa fame an voloit mener.
Ce ne li pot li rois veer;
Mes son vuel n'an alast il mie.
Congié li done et si li prie
Qu'au plus tost qu'il porra retort;
Car n'avoit an tote sa cort
Mellor chevalier ne plus preu
Fors Gauvain, son tres chier neveu;
A celui ne se prenoit nus.
Mes aprés lui prisoit il plus
Erec, et plus le tenoit chier,
Que nes un autre chevalier.
EREC ne vost plus sejorner;
Sa fame comande atorner
Des que le congié ot del roi,
Et si retint a son conroi
Seissante chevaliers de pris
A chevaus, a ver et a gris.
Des que son oirre ot apresté,
N'a gueires puis a cort esté;
La reïne congié demande,
Les chevaliers a Deu comande;
La reïne congié li done.
A cele ore que prime sone
Departi del palés real.
Devant toz monte an son cheval,
Et sa fame est el ver montee,
Qu'ele amena de sa contree;
Puis monta sa mesniee tote.
Bien furent set vint an sa rote
Antre chevaliers et serjanz.
Tant trespassent puis et pandanz,
Forez et plaingnes et rivieres
Quatre granz jornees plenieres,
Qu'a Carnant vindrent au quint jor.
Ou li rois Lac iere a sejor
An un chastel de grant delit.
Onques nus miauz seant ne vit:
De forez et de praeries,
De vingnes, de gaeigneries,
De rivieres et de vergiers,
De dames et de chevaliers
Et de vaslez preuz et heitiez,
De jantis clers bien afeitiez,
Qui bien despandoient lor rantes,
De puceles beles et jantes,
Et de borjois poesteïz
Estoit li chastiaus planteïz.
Ainz qu'Erec el chastel venist,
Deus chevaliers avant tramist,
Qui l'alerent le roi conter.
Li rois fist maintenant monter
Qu'il ot oïes les noveles,
Clers et chevaliers et puceles,
Et comanda les sains soner
Et les rues ancortiner
De tapiz et de dras de soie,
Por son fil reçoivre a grant joie;
Puis est il meïsmes montez.
Quatre vinz clers i ot contez,
Jantis homes et enorables,
A mantiaus gris, orlez de sables.
Chevaliers i ot bien cinc çanz
Sor chevaus bes, sors et bauçanz.
Borjois et dames tant i ot
Que nus conte savoir n'an pot.
Tant galoperent et corurent
Qu'il s'antrevirent et conurent,
Li rois son fil et ses fiz lui.
A pié desçandent anbedui,
Si s'antrebeisent et saluent;
De grant piece ne se remuent
D'iluec, ou il s'antrancontrerent.
Li un les autres salu
Li rois d'Erec grant joie fet,
A la foiiee l'antrelet,
Si se retorne vers Enide;
De totes parz est an melide:
Anbedeus les acole et beise,
Ne set li queus d'aus miauz li pleise.
El chastel vienent lieemant:
Ancontre son avenemant
Sonent li sain trestuit a glais.
De jons, de mantastre et de glais
Sont totes jonchiees les rues
Et par dessore portandues
De cortines et de tapiz,
De diaspres et de samiz.
La ot mout grant joie menee:
Tote la janz est aünee
Por veoir lor novel seignor.
Ains nus ne vit joie greignor
Que feisoient juene et chenu.
Premiers sont au mostier venu,
La furent par devocion
Receü a procession.
Devant l'autel del crocefis
S'est Erec a genoillons mis.
Devant l'image Nostre Dame
Menerent dui baron sa fame.
Quant ele i ot s'oreison feite,
Un petit s'est arriere treite;
De sa destre main s'est seigniee
Come dame bien anseigniee.
A tant fors del mostier s'an vont,
El palés real venu sont;
La comança la joie granz.
Le jor ot Erec mainz presanz
De chevaliers et de borjois,
De l'un un palefroi norrois,
Et de l'autre une cope d'or.
Cil li presante un ostor sor,
Cil un brachet, cil un levrier,
Et cil autres un esprevier,
Cil un corant destrier d'Espaingne,
Cil un escu, cil une ansaingne,
Cil une espee, cil un hiaume.
Onques nus rois an son reaume
Ne fu plus lieemant veüz
N'a greignor joie receüz.
Tuit de lui servir se penerent:
Mout plus grant joie ancor menerent
D'Enide, que de lui ne firent,
Por la grant biauté qu'an li virent,
Et plus ancor por sa franchise.
An une chanbre fu assise
Dessor une coute de paile,
Qu'aportee fu de Tessaile.
Antor ot mainte bele dame;
Mes aussi con la clere jame
Reluist dessor le bis chaillo,
Et la rose sor le pavo:
Aussi iere Enide plus bele
Que nule dame ne pucele
Qui fust trovee an tot le monde,
Qui le cerchast a la reonde;
Tant fu jantis et enorable,
De sages diz et acointable,
De buen estre et de buen atret.
Onques nus ne sot tant d'aguet,
Qu'an li poïst veoir folie
Ne mauvestié ne vilenie.
Tant ot d'afeitemant apris
Que de totes bontez ot pris,
Que nule dame puisse avoir
Et de largesce et de savoir.
Tuit l'amoient por sa franchise:
Qui li pooit feire servise,
Plus s'an tenoit chiers et prisoit.
De li nus rien ne mesdisoit;
Car nus n'an pooit rien mesdire.
El reaume ne an l'anpire
N'ot dame de tant buenes mors;
Mes tant l'ama Erec d'amors
Que d'armes mes ne li chaloit,
Ne a tornoiemant n'aloit,
N'avoit mes soing de tornoiier;
A sa fame aloit donoiier.
De li fist s'amie et sa drue:
Tot mist son cuer et s'antandue
An li acoler et beisier;
Ne se queroit d'el aeisier.
Si conpeignon duel an avoient,
Antr'aus sovant se demantoient
De ce que trop l'amoit assez.
Sovant estoit midis passez
Einçois que de lez li levast:
Lui estoit bel, cui qu'il pesast.
Mout petit de li s'esloignoit,
Mes onques por ce ne donoit
De rien mains a ses chevaliers
Armes et robes et deniers.
Nul leu n'avoit tornoiemant
Nes i anvoiast richemant
Aparelliez et atornez.
Destriers lor donoit sejornez
Por tornoiier et por joster,
Que qu'il li deüssent coster.
Ce disoit trestoz li barnages
Que granz diaus iert et granz damages
Quant armes porter ne voloit
Teus ber come il estre soloit.
Tant fu blasmez de totes janz,
De chevaliers et de serjanz,
Qu'Enide l'oï antredire
Que recreant aloit ses sire
D'armes et de chevalerie;
Mout avoit changiee sa vie.
De ceste chose li pesa,
Mes sanblant feire n'an osa;
Car ses sire an mal le preïst
Assez tost, s'ele li deïst.
Tant li fu la chose celee
Qu'il avint une matinee
La ou il jurent an un lit,
Ou eü orent maint delit.
Boche a boche antre braz gisoient,
Come cil qui mout s'antramoient.
Cil dormi, et ele vella.
De la parole li manbra
Que disoient de son seignor
Par la contree li plusor.
Quant il l'an prist a sovenir,
De plorer ne se pot tenir.
Tel duel an ot et tel pesance,
Qu'il li avint par mescheance
Que ele dist une parole
Dont ele se tint puis por fole;
Mes ele n'i pansoit nul mal.
Son seignor a mont et a val
Comança tant a regarder,
Le cors bien fet et le vis cler,
Et plore de si grant ravine,
Que plorant dessor la peitrine
An chieent les lermes sor lui,
Et dist: "Lasse, con mar m'esmui
De mon païs! Que ving ça querre?
Bien me devroit sorbir la terre,
Quant toz li miaudre chevaliers,
Li plus hardiz et li plus fiers,
Li plus biaus et li plus cortois,
Qui onques fust ne cuens ne rois,
A del tot an tot relanquie
Por moi tote chevalerie.
Donques l'ai je honi por voir;
Nel vossisse por nul avoir."
Lors li a dit: "Con mar i fus!"
A tant se test, si ne dist plus.
Erec ne dormi pas formant,
Si l'a tresoï an dormant.
De la parole s'esvella
Et de ce mout se mervella
Que si formant plorer la vit;
Si li a demandé et dit:
"Dites moi, bele amie chiere,
Por quoi plorez an tel meniere?
De quoi avez ire ne duel?
Certes, je le savrai mon vuel.
Dites le moi, ma douce amie,
Et gardez nel me celez mie:
Por qu'avez dit que mar i fui?
Por moi fu dit, non por autrui.
Bien ai la parole antandue."
Lors fu mout Enide esperdue,
Grant peor ot et grant esmai.
"Sire!", fet ele "je ne sai
Neant de quanque vos me dites."
"Dame, por quoi vos escondites?
Li celers ne vos i vaut rien.
Ploré avez, ce voi je bien.
Por neant ne plorez vos mie;
Et an dormant ai je oïe
La parole que vos deïstes."
"Ha! biaus sire! onques ne l'oïstes,
Mes je cuit bien que ce fu songes."
"Or me servez vos de mançonges;
Apertemant vos oi mantir;
Mes tart vandroiz au repantir,
Se voir ne me reconoissiez."
"Sire, quant vos si m'angoissiez,
La verité vos an dirai,
Ja plus ne le vos celerai;
Mes je criem bien ne vos enuit.
Par ceste terre dïent tuit,
Li noir et li blont et li ros,
Que granz damages est de vos,
Que voz armes antreleissiez;
Vostre pris an est abeissiez.
Tuit soloient dire l'autre an
Qu'an tot le mont ne savoit l'an
Mellor chevalier ne plus preu;
Vostre parauz n'estoit nul leu.
Or se vont tuit de vos gabant,
Vieil et juene, petit et grant;
Recreant vos apelent tuit.
Cuidiez vos donc qu'il ne m'enuit,
Quant j'oi dire de vos despit?
Mout me poise, quant l'an le dit;
Et por ce m'an poise ancor plus
Qu'il m'an metent le blasme sus;
Blasmee an sui, ce poise moi,
Et dïent tuit reison por quoi,
Que si vos ai lacié et pris
Que tot an perdez vostre pris,
Ne ne querez a el antandre.
Autre consoil vos covient prandre
Que vos puissiez cest blasme estaindre
Et vostre premier los ataindre;
Car trop vos ai oï blasmer:
Onques nel vos osai mostrer.
Sovantes foiz quant m'an sovient
D'angoisse plorer me covient.
Tel pesance or androit an oi
Que garde prandre ne m'an soi,
Tant que je dis que mar i fustes."
"Dame!", fet il, "droit an eustes,
Et cil qui m'an blasment ont droit.
Aparelliez vos or androit,
Por chevauchier vos aprestez!
Levez de ci, si vos vestez
De vostre robe la plus bele,
Et feites metre vostre sele
Sor vostre mellor palefroi!"
Or est Enide an grant esfroi:
Mout se lieve triste et pansive,
A li sole tance et estrive
De la folie qu'ele dist;
Tant grate chievre que mal gist.
"Ha!" fet ele, "fole mauveise!
Or estoie je trop a eise,
Qu'il ne me faloit nule chose.
Deus! et por quoi fui je tant ose
Que tel forsenage osai dire?
Deus! don ne m'amoit trop mes sire?
An foi, lasse, trop m'amoit il.
Or m'estuet aler an essil!
Mes de ce ai je duel greignor
Que je ne verrai mon seignor
Qui tant m'amoit de grant meniere
Que nule rien n'avoit tant chiere.
Li miaudre hon qui onques fust nez
S'estoit si vers moi atornez
Que d'autre rien ne li chaloit.
Nule chose ne me faloit:
Mout estoie buene eüree.
Mes trop m'a orguiauz sozlevee:
An mon orguel avrai damage
Quant je ai dit si grant outrage
Et bien est droiz que je l'i aie.
Ne set qu'est biens qui mal n'essaie."
Tant s'est la dame demantee
Que bien et bel s'est atornee
De la mellor robe qu'ele ot;
Mes nule chose ne li plot,
Einçois li dut mout enuiier.
Puis a fet un suen escuiier
Par une pucele apeler,
Si li comande a anseler
Son riche palefroi norrois;
Onques mellor n'ot cuens ne rois.
Dés que ele l'ot comandé,
Cil n'i a respit demandé;
Le palefroi ver ansela.
Et Erec un autre apela,
Si li comande a aporter
Ses armes por son cors armer.
Puis s'an monta an unes loges
Et fist un tapit de Limoges
Devant lui a la terre estandre.
Et cil corut les armes prandre
Cui il l'ot comandé et dit,
Ses aporta sor la tapit.
Erec s'assist de l'autre part
Dessus l'image d'un liépart
Qui el tapit estoit portreite.
Por armer s'atorne et afeite:
Premieremant se fist lacier
Unes chauces de blanc acier.
Aprés vest un hauberc tant chier
Qu'an n'an pooit maille tranchier.
Mout estoit riches li haubers
Que a l'androit ne a l'anvers
N'ot tant de fer come une aguille,
N'il n'i pooit coillir roïlle;
Car tot estoit d'arjant feitiz,
De menues mailles tresliz;
Et iere ovrez tant sotilmant,
Dire vos puis certainnemant
Que nus qui ja vestu l'eüst
Plus las ne plus doillanz n'an fust
Que s'il eüst sor la chemise
Une cote de soie mise.
Li serjant et li chevalier
Tuit se pranent a mervellier
Por quoi il armer se feisoit,
Mes nus demander ne l'osoit.
Quant del hauberc l'orent armé,
Un hiaume a cercle d'or listé,
Plus cler reluisant qu'une glace,
Uns vaslez sor le chief li lace.
Puis prant l'espee, si la çaint,
Et comande qu'an li amaint
Le bai de Gascoingne anselé;
Puis a un vaslet apelé:
"Vaslez!", fet il, "va tost, et cor
An la chanbre delez la tor,
Ou ma fame est, et si li di
Que trop me fet demorer ci.
Trop a mis a li atorner!
Di li que vaingne tost monter;
Car je latant." Et cil i va,
Aparelliee la trova
Son plor et son duel demenant,
Si li a dit tot maintenant:
"Dame! por quoi tardez vos tant?
Mes sire la fors vos atant
De totes ses armes armez.
Grant piece a que il fust montez,
Se vos fussiez aparelliee."
Mout s'est Enide mervelliee
Que ses sire avoit an corage;
Mes de ce fist ele que sage
Que plus lieemant se contint
Qu'ele pot, quant devant lui vint.
Devant lui vint anmi la cort,
Et li rois Lac aprés li cort.
Chevalier corent qui miauz miauz.
Il n'i remaint juenes ne viauz,
N'aille savoir et demander,
S'il an voudra nus d'aus mener;
Chascuns s'an porofre et presante.
Mes il lor jure et acreante
Que il n'an manra conpeignon,
Se sa fame solemant non;
Por voir dit qu'il an ira seus.
Mout an est li rois angoisseus.
"Biaus fiz!", fet il, "que viaus tu feire?
Moi doiz tu dire ton afeire,
Ne me doiz nule rien celer.
Di moi quel part tu viaus aler;
Car por rien nule qu'an te die,
Ne viaus que an ta conpeignie
Escuiiers ne chevaliers aille.
Se tu as anprise bataille
Seul a seul vers un chevalier,
Por ce ne doiz tu pas leissier,
Que tu n'an mains une partie,
Por richesce et por seignorie,
De tes chevaliers avuec toi.
Ne doit seus aler fiz de roi.
Biaus fiz, fai chargier tes somiers,
Et mainne de tes chevaliers
Trante ou quarante ou plus ancor,
Si fai porter arjant et or,
Et quanque il estuet a prodome."
Erec respont a la parsome,
Et si li dit tot a devise
Comant il a sa voie anprise.
"Sire," fet il, "ne puet autre estre.
Je n'an manrai cheval an destre.
N'ai que feire d'or ne d'arjant,
Ne d'escuiier ne de serjant;
Ne conpeignie ne demant
Fors que ma fame solemant.
Mes je vos pri, que qu'il avaingne,
Se je muir et ele revaingne,
Que vos l'amez et tenez chiere
Por m'amor et por ma proiiere,
Et la meitie de vostre terre
Quitemant, sanz noise et sanz guerre,
Li otroiiez tote sa vie."
Li rois ot que ses fiz li prie,
Et dist: "Biaus fiz, et je l'otroi.
Mes de ce que aler t'an voi
Sanz conpeignie, ai mout grant duel,
Ja si n'i alasses mon vuel."
"Sire, ne puet estre autremant.
Je m'an vois; a Deu vos comant.
Mes de mes conpeignons pansez,
Chevaus et armes lor donez,
Et quanqu'a chevalier estuet."
De plorer tenir ne se puet
Li rois, quant de son fil depart.
Les janz replorent d'autre part:
Dames et chevalier ploroient,
Por lui mout grant duel demenoient.
N'i a un seul qui duel n'an face:
Maint s'an pasmerent an la place;
Plorant le beisent et acolent,
A po que de duel ne s'afolent.
Ne cuit que plus grant duel feïssent
Se mort ou navré le veïssent.
Lors dist Erec por reconfort:
"Seignor, por quoi plorez si fort?
Je ne sui pris ne maheigniez.
An cest duel rien ne gaeigniez.
Se je m'an vois, je revandrai,
Quant Deu pleira et je porrai.
Toz et totes vos comant gié
A Deu, si me donez congié:
Car trop me feites demorer.
Et ce que je vos voi plorer,
Me fet grant mal et grant enui."
A Deu les comande, et il lui.
DEPARTI sont a mout grant painne.
Erec s'an va; sa fame an mainne
Ne set quel part, an avanture.
"Alez", fet il, "grant aleure,
Et gardez, ne soiiez tant ose,
Se vos veez nes une chose,
Que vos m'an diiez ce ne quoi.
Gardez, ja n'an parlez a moi,
Se je ne vos aresne avant.
Grant aleüre alez devant
Et chevauchiez tot a seür."
"Sire," fet ele, "a buen eur!"
Devant s'est mise, si se tot.
Li uns a l'autre ne dit mot;
Mes mout est Enide dolante,
A li meïsme se demante
Soef an bas, que il ne l'oie.
"Lasse!", fet ele, "a si grant joie
M'avoit Deus mise et essauciee:
Or m'a an po d'ore abeissiee
Fortune qui m'avoit atreite,
Tost a a li sa main retreite.
De ce ne me chaussist il, lasse,
S'a mon seignor parler osasse.
Mes de ce sui morte et traïe
Que mes sire m'a anhaïe.
Anhaïe m'a, bien le voi,
Quant il ne viaut parler a moi;
Ne je tant hardie ne sui
Que je os regarder vers lui."
Que qu'ele se demante issi
Uns chevaliers del bois issi,
Qui de roberie vivoit.
Deus conpeignons o lui avoit,
Et s'estoient armé tuit troi.
Mout covoitent le palefroi
Que Enide va chevauchant.
"Seignor! savez que je voschant?"
Fet il a ses deus conpeignons,
"Se or androit ne gaeignons,
Mauvés somes et recreant
Et a mervoilles mescheant.
Ci vient une dame mout bele;
Ne sai, s'ele est dame ou pucele,
Mes mout est richemant vestue.
Li palefroiz et la sanbue
Et li peitraus et li lorains
Valent mil livres de chartains.
Le palefroi vuel je avoir,
Et vos aiiez tot l'autre avoir!
Ja plus n'an quier a ma partie.
Li chevaliers n'an manra mie
De la dame, se Deus me saut.
Je li cuit feire tel assaut
Qu'il conperra mout duremant.
Je l'ai veü premieremant,
Por ce est droiz que je i aille
Feire la premiere bataille."
Cil li otroient, et il point,
Tot droit dessoz l'escu se joint,
Et li dui remestrent an sus.
Adonc estoit costume et us,
Que dui chevalier a un poindre
Ne devoient a un seul joindre;
Que s'il l'eüssent anvai,
Vis fust qu'il l'eussent traï.
Enide vit les robeors,
Mout l'an est prise granz peors.
"Deus!", fet ele, "que porrai dire?
Or iert ja morz ou pris mes sire;
Que cil sont troi, et il est seus.
N'est pas a droit partiz li jeus
D'un chevalier ancontre trois.
Cil le ferra ja par detrois,
Que mes sire ne s'an prant garde.
Deus! serai je donc si coarde
Que dire ne li oserai?
Ja si coarde ne serai:
Je li dirai, nel leirai pas."
Vers lui s'an torne eneslepas,
Et dist: "Biaus sire, ou pansez vos?
Ci vienent poignant aprés vos
Troi chevalier qui mout vos chacent.
Grant peor ai mal ne vos facent."
"Quoi?" fet Erec, "qu'avez vos dit?
Or me prisiez vos mout petit!
Trop avez fet grant hardemant,
Que avez mon comandemant
Et ma deffanse trespassee.
Ceste foiz vos iert pardonee;
Mes s'autre foiz vos avenoit
Ja pardoné ne vos seroit."
Lors torne l'escu et la lance,
Contre le chevalier se lance
Cil le voit venir, si l'escrie.
Quant Erec l'ot, si le desfie.
Andui poingnent, si s'antrevienent,
Les lances aloigniees tienent;
Mes cil a a Erec failli
Et Erec a lui maubailli
Qui bien le sot droit anvaïr.
Sor l'escu fiert par tel aïr,
De l'un chief an l'autre le fant;
Ne li haubers ne le deffant:
Anmi le piz le fausse et ront,
Et de la lance li repont
Pié et demi dedanz le cors:
Au retreire a son cop estors
Et cil cheï, morir l'estut;
Car li gleives el cors li but.
Li uns des autres deus s'esleisse,
Son conpeignon arriere leisse,
Vers Erec point, si le menace.
Erec l'escu formant anbrace,
Si le requiert come hardiz:
Cil met l'escu devant le piz;
Si fierent parmi les blazons;
La lance vole an deus tronçons
Au chevalier de l'autre part.
Erec de sa lance le quart
Li fist parmi le piz passer.
Cist ne le fera plus lasser:
Pasmé jus del destrier l'anverse,
A l'autre point a la traverse.
Quant cil le vit vers lui venir,
Si s'an comança a foïr.
Peor ot, ne l'osa atandre;
An la forest cort recet prandre.
Mes li foïrs rien ne li vaut;
Erec l'anchauce et crie haut:
"Vassaus, vassaus! car retornez !
Del deffandre vos atornez,
Que je ne vos fiere an fuiant.
Vostre fuie ne vaut neant."
Mes cil n'a de retorner cure;
Fuiant s'an vet grant aleüre.
Erec l'anchauce, si l'ataint,
A droit le fiert sor l'escu taint,
Si l'anverse de l'autre part.
De cez trois n'a il mes regart:
L'un an a mort, l'autre navré
Et del tierz s'a si delivré
Qu'a pié l'a jus del destrier mis.
Toz trois an a les chevaus pris,
Ses loie par les frains ansanble.
Li uns l'autre de poil ne sanble:
Li premiers fu blans come lez,
Li seconz noirs, ne fu pas lez,
Et li tierz fu trestoz veiriez.
A son chemin est repeiriez
La ou Enide l'atandoit.
Les trois chevaus li comandoit
Devant li mener et chacier,
Et mout la prant a menacier,
Qu'ele ne soit mes tant hardie,
Que un seul mot de boche die,
Se il ne l'an done congié.
Cele respont: "Non ferai gié
Ja mes, biaus sire, s'il vos plest."
Lors s'an vont, et cele se test.
N'ORENT pas une liue alee,
Quant devant an une valee
Lor vindrent cinc chevalier autre,
Chascuns sa lance sor le fautre,
Les escuz as cos anbraciez,
Et les hiaumes bruniz laciez;
Roberie querant aloient.
A tant la dame venir voient
Qui les trois chevaus amenoit
Et Erec qui aprés venoit.
Tot maintenant que il les virent,
Par parole antr'aus departirent
Trestot lor hernois autressi
Con s'il an fussent ja seisi.
Male chose a an coveitise;
Mes ne fu pas a lor devise,
Que bien i fu mise deffanse.
Mout remaint de ce que fos panse,
Et teus cuide prandre qui faut:
Si firent il a cel assaut.
Ce dist li uns, que il avroit
La pucele ou il i morroit;
Et li autre dist que suens iert
Li destriers vers, que plus ne quiert
De trestot le gaaing avoir.
Li tierz dist qu'il avroit le noir.
"Et gié le blanc!" ce dist li quarz.
Li quinz ne fu mie coarz,
Qu'il dist qu'il avroit le destrier
Et les armes au chevalier.
Seul a seul les voloit conquerre
Et si l'iroit premiers requerre,
Se il le congié l'an donoient;
Et cil volantiers li otroient.
Lors se part d'aus, et point avant;
Cheval ot buen et bien movant.
Erec le vit et sanblant fist
Qu'ancor garde ne s'an preïst.
Quant Enide les a veüz,
Toz li sans li est esmeüz;
Grant peor ot et grant esmai.
"Lasse!" fet ele, "je ne sai
Que je die ne que je face;
Que mes sire mout me menace,
Et dit qu'il me fera enui,
Se je de rien parol a lui.
Mes se mes sire estoit or morz,
De moi seroit nus reconforz;
Morte seroie et maubaillie.
Deus! mes sire ne les voit mie!
Qu'atant je donc, mauveise fole?
Trop ai or chiere ma parole
Quant je ne li ai dit pieç'a.
Bien sai que cil qui vienent ça,
Sont de mal feire ancoragié.
Et Deus! comant li dirai gié?
Il m'ocirra. Assez m'ocie!
Ne leirai que je ne li die."
Lors l'apele doucemant: "Sire!"
"Quoi?" fet il; "que volez vos dire?"
"Sire, merci! Dire vos vuel
Que desbuschié sont de cest bruel
Cinc chevalier, don mout m'esmai.
Je pans et aparceü ai
Qu'il se vuelent a vos conbatre.
Arriere sont remés li quatre,
Et li cinquismes a vos muet
Tant con chevaus porter le puet;
Je ne gart l'ore qu'il vos fiere.
Li quatre sont remés arriere
Mes ne sont gueires de ci loing;
Tost le secorront au besoing."
Erec respont: "Mar le pansastes
Quant ma parole trespassastes,
Ce que deffandu vos avoie.
Et neporquant tres bien savoie
Que vos gueires ne me prisiez.
C'est servises mal anploiiez
Que je ne vos an sai nul gré,
Ainz sachiez que plus vos an hé;
Dit le vos ai, et di ancore.
Ancor le vos pardonrai ore
Mes autre foiz vos an gardez,
Ne ja vers moi ne regardez;
Que vos feriiez mout que fole.
Je n'aim mie vostre parole."
Lors point el chanp contre celui,
Si s'antrevienent anbedui.
L'uns anvaïst l'autre et requiert:
Erec si duremant le fiert
Que li escuz del col li vole,
Et si li brise la chanole;
Li estrier ronpent, et cil chiet,
Ne n'a pooir qu'il se reliet;
Car mout fu quassez et bleciez.
Uns des autres s'est adreciez,
Si s'antrevienent de randon.
Erec li met tot a bandon
Dessoz le manton an la gorge
Le fer tranchant de buene forge,
Tot tranche les os et les ners;
Derier le col an saut li fers,
Et li sans chauz vermauz an raie
D'anbes deus parz parmi la plaie;
L'ame s'an vet, li cuers li faut.
Li tierz fors de son aguet saut
Qui d'autre part un gué estoit;
Parmi l'eve s'an vient tot droit.
Erec point, si l'a ancontré
Ainz qu'il par fust issuz del gué;
Si bien le fiert que il abat
Et lui et le destrier tot plat.
Li destriers sor le cors li jut
Tant qu'an l'eve noiier l'estut;
Et li chevaus tant s'esforça
Qu'a quelque painne se dreça;
Einsi an a les trois conquis.
Li autre dui ont consoil pris
Que la place li guerpiront
Ne ja a lui ne chanpiront;
Fuiant s'an vont par la riviere.
Erec les anchauce deriere;
Si an fiert un dessor l'eschine
Que sor l'arçon devant l'ancline.
Trestote sa force i a mise,
Sa lance sor le cors li brise,
Et cil cheï le col avant.
Erec mout chieremant li vant
Sa lance que sor lui a freite,
Del fuerre a fors l'espee treite.
Cil releva, si fist que fos.
Erec li dona teus trois cos,
Qu'el sanc li fist l'espee boivre;
L'espaule del bu li dessoivre
Si qu'a la terre jus cheï.
A l'espee l'autre anvaï,
Qui mout isnelemant s'an fuit
Sanz conpeignie et sanz conduit.
Quant cil voit que Erec le chace,
Tel peor a ne set que face:
N'ose atandre, ganchir ne puet,
Le cheval guerpir li estuet;
Que n'i a mes nule fiance.
L'escu giete jus et la lance,
Si se leisse cheoir a terre.
Erec ne le vost plus requerre
Qu'a terre cheoir se leissa;
Mes a la lance s'abeissa:
Celi n'i a mie leissiee
Por la soe qui fu brisiee.
La lance an porte, si s'an vet,
Ne les chevaus mie ne let:
Toz cinc les prant, si les an mainne.
Del mener fu Enide an painne:
Les cinc avuec les trois li baille,
Si li comande que tost aille
Et de parler a lui se taingne,
Que maus ne enuis ne l'an vaingne;
Mes ele mot ne li respont,
Einçois se test et si s'an vont,
Les chevaus an mainnent toz huit.
CHEVAUCHI ont jusqu'a la nuit
Qu'a vile n'a recet ne vindrent.
A l'anuitier lor ostel prindrent
Soz un aubor an une lande.
Erec a la dame comande
Qu'ele dorme et il vellera.
Cele respont que nel fera,
Car n'est droiz et feire nel viaut:
Il dormira qui plus se diaut.
Erec l'otroie et bel li fu.
A son chief a mis son escu
Et la dame son mantel prant,
Sor lui de chief an chief l'estant.
Cil dormi, et cele vella;
Onques la nuit ne somella,
Ainz tint par les frains an sa main
Les chevaus jusqu'a l'andemain,
Et mout s'est blasmee et maudit
De la parole qu'ele ot dite,
Et dist que mal a esploitié,
Ne n'a mie de la meitié
Tant mal come ele a desservi.
"Lasse!" fet ele, "con mar vi
Mon orguel et ma sorcuidance!
Savoir pooie sanz dotance
Que tel chevalier ne mellor
Ne savoit l'an de mon seignor.
Bien le savoie; or le sai miauz,
Car je l'ai veü a mes iauz,
Que trois ne cinc armez ne dote
Honie soit ma langue tote,
Qui l'orguel et l'outrage dist,
Don mes cors a tel honte gist".
Si s'est tote nuit demantee
Jusqu'au demain a l'ajornee.
Erec se lieve par matin,
Si se remetent au chemin,
Ele devant et il deriers.
Androit midi uns escuiiers
Lor vint devant an un valet.
Avuec lui ierent dui vaslet
Qui portoient gastiaus et vin
Et gras formages de gaïn
As prez le conte Galoain
A çaus qui fauchoient son fain.
Li escuiiers fu de grant vide:
Quant il vit Erec et Enide
Qui de vers la forest venoient,
Bien aparçoit que il avoient
La nuit an la forest geü,
N'avoient mangié ne beu
Qu'une jornee tot antor
N'avoit chastel, vile ne tor,
Ne meison fort ne abeïe,
Ospital ne herbergerie.
Puis s'apansa de grant franchise:
Ancontre aus a sa voie anprise,
Si les salue come frans
Et dist: "Sire, je croi et pans
Qu'anuit avez mout traveillié.
Bien sai que vos avez vellié
Et geü an ceste forest.
De cest blanc gastel vos revest
S'il vos plest un po a mangier.
Nel di pas por vos losangier;
Que rien ne vos quier ne demant.
Li gastel sont de buen fromant,
Buen vin ai et formages gras,
Blanche toaille et biaus henas.
S'il vos plest a desjeüner
Ne vos covient aillors torner.
An l'erbe vert dessoz cez charmes
Vos desarmeroiz de voz armes,
Si vos reposeroiz un po.
Desçandez, que je le vos lo."
Erec a pié a terre mis,
Si li a dit: "Biaus douz amis,
Je mangerai vostre merci,
Ne quier aler avant de ci."
Li serjanz fu de bel servise:
La dame a jus del cheval mise
Et li vaslet les chevaus tindrent
Qui ansanble o l'escuiier vindrent.
Puis se vont asseoir an l'onbre.
Li escuiiers Erec desconbre
De son hiaume, si li deslace
La vantaille devant la face;
Puis a devant aus estandue
La toaille sor l'erbe drue;
Le gastel et le vin lor baille,
Un formage lor pere et taille.
Cil manjuent qui faim avoient
Et del vin volantiers bevoient.
Li escuiiers devant aus sert
Qui son servise pas ne pert.
Quant mangié orent et beü,
Erec cortois et larges fu.
"Amis!", fet il, "an guerredon
Vos faz d'un de mes chevaus don.
Prenez celui qui miauz vos siet!
Et si vos pri, mes ne vos griet,
Arriers au chastel retornez,
Un riche ostel m'i atornez."
Et cil respont que il fera
Volantiers quanque lui pleira.
Puis vint as chevaus, ses deslie,
Le ver an prant, si l'an mercie;
Car cil li sanble li miaudre estre.
Sus monte par l'estrier senestre,
Andeus les a iluec leissiez,
Au chastel vint toz esleissiez,
Ostel a pris bien atorné.
Ez le vos arriers retorné;
"Or tost, sire!", fet il, "montez;
Car buen ostel et bel avez."
Erec monta, la dame aprés.
Li chastiaus estoit auques pres:
Tost furent a l'ostel venu.
A joie furent receü:
Li ostes mout bel les reçut
Et tot quanqu il lor estut
Fist atorner a grant planté
Liez et de buene volanté.
QUANT li escuiiers fet lor ot
Tant d'enor con feire lor pot,
A son cheval vint, si remonte,
Par devant les loges le conte
Mena a ostel son cheval.
Li cuens et troi autre vassal
S'estoient venu apuiier.
Quant li cuens vit son escuiier
Qui sor le destrier ver seoit
Demanda li cui il estoit.
Et il respont qu'il estoit suens.
Mout s'an est mervelliez li cuens.
"Comant?" fet il; "ou l'as tu pris?"
"Uns chevaliers que je mout pris,
Sire," fet il, "le m'a doné.
An cest chastel l'ai amené,
S'est a ostel chiés un borjois.
Li chevaliers est mout cortois,
Et tant bel home onques ne vi.
Se juré l'avoie et plevi,
Ne vos conteroie je mie
Sa biauté tote ne demie."
Li cuens respont: "Je pans et croi
Que il n'est pas plus biaus de moi?"
"Par foi, sire," fet li serjanz,
"Vos estes assez biaus et janz.
N'a chevalier an cest païs
Qui de la terre soit naïs
Que plus biaus ne soiiez de lui;
Mes bien os dire de cestui
Qu'il est plus biaus de vos assez,
Se del hauberc ne fust quassez
Et quamoissiez et debatuz.
An la forest s'est conbatuz
Toz seus ancontre huit chevaliers,
S'an amainne les huit destriers.
Et avuec lui vient une dame
Tant bele qu'onques nule fame
La meitié de sa biauté n'ot."
Quant li cuens ceste novele ot,
Talanz li prant que veoir aille
Se ce est veritez ou faille.
"Onques mes", fet il, "n'oï tel.
Mainne moi dons a son ostel;
Que certainnemant vuel savoir,
Se tu me dis mançonge ou voir."
Cil respont: "Sire, volantiers.
Ci est la voie et li santiers,
Que jusque la n'a pas grant voie."
"Mout me tarde que je les voie,"
Fet li cuens, lors s'an vet a val;
Et cil desçant de son cheval,
Si a fet le conte monter.
Devant corut Erec conter
Que li cuens veoir le venoit.
Erec mout riche ostel tenoit,
Que bien an iert acostumez.
Mout i ot cierges alumez
Et chandoiles espessemant.
A trois conpeignons solemant
Vint li cuens, que n'an i ot plus.
Erec contre lui leva sus
Qui mout estoit bien anseigniez,
Si li dist: "Sire, bien veigniez!"
Et li cuens resalua lui.
Acoté se sont anbedui
Sor une coute blanche et mole,
Si s'antracointent de parole.
Li cuens li porofre et presante
Et prie li qu'il li consante
Que de lui ses gages repraingne.
Mes Erec prandre ne les daingne,
Ainz dit qu'assez a a despandre;
N'a mestier de son avoir prandre
Mout parolent de mainte chose,
Mes li cuens onques ne repose
De regarder de l'autre part;
De la dame se prist regart.
Por la biauté qu'an li veoit,
Tot son pansé an li avoit.
Tant l'esgarda come il plus pot;
Tant l'ancovi et tant li plot
Que sa biautez d'amors l'esprist.
De parler a li congié prist
A Erec mout covertemant.
"Sire," fet il, "je vos demant
Congié mes qu'il ne vos enuit:
Par corteisie et par deduit
Vuel lez cele dame seoir.
Por bien vos ving andeus veoir,
Ne vos n'i devez mal noter:
A la dame vuel presanter
Mon servise sor tote rien.
Tot son pleisir, ce sachiez bien,
Feroie por amor de vos."
Erec ne fu mie jalos,
Ne n'i pansa ne mal ne boise.
"Sire," fet il, "pas ne me poise.
Seoir et parler vos i loist.
Ne cuidiez pas que il m'an poist.
Volantiers congié vos an doing."
La dame seoit de lui loing
Tant con deus lances ont de lonc;
Et li cuens s'est assis selonc
Delez li sor un bas eschame.
Devers lui se torna la dame
Qui mout estoit sage et cortoise.
"Haï," fet il, "come il me poise,
Quant vos alez a tel viltance!
Grant duel an ai et grant pesance;
Mes se croire me voliiez,
Enor et preu i avriiez
Et mout granz biens vos an vandroit.
A vostre biauté covandroit
Granz enors et granz seignorie.
Je feroie de vos m'amie,
S'il vos pleisoit et bel vos iere;
Vos seriiez m'amie chiere
Et dame de tote ma terre.
Quant je d'amor vos daing requerre,
Ne m'an devez pas escondire.
Bien sai et voi que vostre sire
Ne vos aimme ne ne vos prise.
A buen seignor vos seroiz prise,
Se vos avuec moi remenez."
"Sire, de neant vos penez!"
Fet Enide; "Ce ne puet estre.
He ! miauz fusse je or a nestre,
Ou an un feu d'espines arse
Si que la çandre fust esparse,
Que j'eusse de rien faussé
Vers mon seignor ne anpansé
Felenie ne traïson.
Trop avez fet grant mesprison,
Qui tel chose m'avez requise.
Je nel feroie an nule guise."
Li cuens comance a anflamer:
"Ne me deigneriiez amer,
Dame?" fet il; "Trop estes fiere.
Por losange ne por proiiere
Ne feriiez rien que je vuelle?
Bien est voirs que fame s'orguelle
Quant l'an plus la prie et losange;
Mes qui la honist et leidange,
Cil la trueve mellor sovant.
Certes je vos met an covant,
Que, se vos mon talant ne feites,
Ja i avra espees treites.
Ocirre ferai or androit,
Ou soit a tort ou soit a droit,
Vostre seignor devant voz iauz."
"He, sire, feire poez miauz,"
Fet Enide, "que vos ne dites.
Trop seriiez fel et traïtes,
Se vos l'ocïeiiez einsi.
Rapaiiez vos, je vos an pri;
Car je ferai vostre pleisir.
Por vostre me poez tenir:
Je sui vostre et estre le vuel.
Ne vos ai rien dit par orguel
Mes por savoir et esprover
Se je porroie an vos trover
Que vos m'amissiez de buen cuer.
Mes je ne voudroie a nul fuer
Que eüssiez traïson feite.
Mes sire vers vos ne se gueite:
Se vos einsi l'ocïeiiez
Trop grant traïson feriiez
Et j'an reseroie blasmee.
Tuit diroient par la contree,
Que ce seroit fet par mon los.
Jusqu'au matin aiiez repos,
Que mes sire voudra lever.
Adonc le porroiz miauz grever
Sanz blasme avoir et sanz reproche."
El panse cuers que ne dit boche.
"Sire," fet ele, "or me creez!
Ne soiiez pas si esfreez,
Mes demain anvoiiez ceanz
Voz chevaliers et voz serjanz,
Si me feites a force prandre:
Mes sire me voudra deffandre
Qui mout est fiers et corageus.
Ou soit a certes ou a jeus,
Feites le prandre et afoler
Ou de la teste decoler.
Trop ai menee ceste vie:
Je n'aim mie la conpeignie
Mon seignor, je n'an quier mantir.
Je vos voudroie ja santir
An un lit certes nu a nu.
Des qu'a ce an somes venu,
De m'amor estes a seür."
Li cuens respont: "A buen eur,
Dame! Certes buer fustes nee;
A grant enor seroiz gardee."
"Sire," fet ele, "bien le croi;
Mes avoir an vuel vostre foi,
Que vos me tandroiz chieremant:
Ne vos an crerroie autremant."
Li cuens respont liez et joianz:
"Tenez, ma foi je vos fianz,
Dame, leaumant come cuens
Que je ferai trestoz voz buens;
Ja de ce ne vos esmaiiez:
Ne voudroiz rien que vos n'aiiez."
Lors an a cele la foi prise;
Mes po l'an est et po la prise
Fors por son seignor delivrer.
Bien set par parole enivrer
Bricon des qu'ele i met s'antante.
Miauz est assez qu'ele li mante
Que ses sire fust depeciez.
De lez li s'est li cuens dreciez,
Si la comande a Deu çant foiz;
Mes mout li vaudra po la foiz,
Que fianciee li avoit.
Erec de ce rien ne savoit,
Qu'il deüssent sa mort pleidier;
Mes Deus li porra bien eidier,
Et je cuit que si fera il.
Or est Erec an grant peril
Et si ne cuide avoir regart.
Mout est li cuens de male part
Qui sa fame tolir li panse
Et lui ocirre sanz deffanse.
Come fel prant a lui congié:
"A Deu", fet il, "vos comant gié."
Erec respont: "Sire, et gié vos."
Einsi departent antr'aus dos.
De la nuit fu granz masse alee.
An une chanbre a recelee
Furent dui lit a terre fet.
Erec an l'un couchier se vet,
An l'autre est Enide couchiee
Mout dolante et mout correciee.
Onques la nuit ne prist somoil
Por son seignor fu an esvoil
Que le conte ot bien coneü,
De tant come ele l'ot veü,
Que plains estoit de felenie.
Bien set que, se il a baillie
De son seignor, ne puet faillir
Que il nel face maubaillir;
Seürs puet estre de la mort:
De li ne set nul reconfort.
Tote la nuit vellier l'estuet;
Mes ainz le jor, se ele puet
Et ses sire la vuelle croirre,
Avront il atorné lor oirre.
EREC dormi mout longuemant
Tote la nuit seuremant
Tant que li jorz mout aprocha.
Lors vit bien Enide et soscha,
Que ele pooit trop atandre.
Vers son seignor ot le cuer tandre
Come buene dame et leaus;
Ses cuers ne fu dobliers ne faus.
Ele se lieve et aparoille,
A son seignor vint, si l'esvoille.
"Ha! sire," fet ele, "merci!
Levez isnelemant de ci,
Que traïz estes antreset
Sanz achoison et sanz forfet.
Li cuens est traïtre provez:
Se ci poez estre trovez
Ja n'eschaperoiz de la place
Que tot desmanbrer ne vos face.
Avoir me viaut, por ce vos het.
Mes se Deu plest, qui toz biens set,
Vos n'i seroiz ne morz ne pris.
Des ersoir vos eüst ocis,
Se creanté ne li eüsse
Que s'amie et sa fame fusse.
Ja le verroiz ceanz venir:
Prandre me viaut et retenir,
Et vos ocirre, s'il vos trueve."
Or ot Erec que bien se prueve
Vers lui sa fame leaumant.
"Dame," fet il, "isnelemant
Feites noz chevaus anseler
Et corez nostre oste apeler,
Si li dites qu'il vaingne ça.
Traïsons comança pieç'a."
Ja sont li cheval anselé,
Et la dame a l'oste apelé.
Erec s'est armez et vestuz.
A lui est ses ostes venuz.
"Sire", dist il, "quel haste avez,
Qui a tel ore vos levez,
Ainz que jorz ne solauz apeire?"
Erec respont qu'il a a feire
Mout longue voie et grant jornee,
Por ce a sa voie atornee
Que mout an est an grant espans;
Et dist: "Sire, de mon despans
N'avez vos ancor rien conté.
Enor m'avez feite et bonté
Et mout i afiert granz merite.
Por set destriers me clamez quite
Que je ai ceanz amenez.
Ne vos soit po, çaus retenez!
De plus ne vos puis mon don croistre,
Nes de la monte d'un chevoistre."
De cest don fu li borjois liez,
Si l'an ancline jusqu'as piez,
Granz merciz et graces l'an rant.
Lors monte Erec et congié prant,
Si se remetent a la voie.
Mout va chastiant tote voie
Enide, se ele rien voit,
Qu'ele tant hardie ne soit
Que ele le mete a reison.
A tant antrent an la meison
Çant chevalier d'armes garni;
Mes de tant furent escharni,
Qu'il n'i ont pas Erec trové.
Lors a bien li cuens esprové
Que la dame l'ot deceü.
L'esclo des chevaus a seü,
Si se sont tuit mis an la trace.
Li cuens formant Erec menace
Et dit que, s'il le puet ataindre,
Por rien nule ne puet remaindre
Que maintenant le chief n'an praingne.
"Mar i avra nul qui se faingne",
Fet il, "de tost esperoner!
Qui me porra le chief doner
Del chevalier que je tant hé,
Mout m'avra bien servi a gré."
Lors s'esleissent tuit abrivé,
De mautalant sont enivré
Vers celui qui onques nes vit,
Ne mal ne lor a fet ne dit.
Tant chevauchent qu'il le choisirent:
An chief d'une forest le virent,
Ainz qu'il par fust anforestez.
Lors n'an est uns seus arestez,
Par contançon s'esleissent tuit.
Enide ot la noise et le bruit
De lor armes, de lor chevaus,
Et voit que plains an est li vaus.
Des que ele les vit venir
De parler ne se pot tenir.
"Haï! sire," fet ele, "haï!
Con vos a cist cuens anvaï
Qui por vos amainne tel ost!
Sire, car chevauchiez plus tost,
Tant qu'an cele forest soiiens.
Espoir tost eschaperiiens,
Car cil sont ancor mout arriere.
Se vos alez an tel meniere,
Ne poez de mort eschaper,
Que n'estes mie per a per."
Erec respont: "Po me prisiez,
Ma parole mout despisiez.
Je ne vos sai tant bel priier
Que je vos puisse chastiier.
Mes se Deus et de moi merci
Tant qu'eschaper puisse de ci,
Ceste vos iert mout chier vandue
Se corages ne me remue."
Il se retorne maintenant
Et vit le seneschal venant
Sor un cheval fort et isnel.
Devant aus toz fet un çanbel
Le tret de quatre arbalestees.
N'avoit pas ses armes prestees,
Car mout s'an fu bien acesmez.
Erec a çaus de la esmez
Et voit que bien an i a çant.
Celui qui si le va chaçant
Panse qu'arester li estuet.
Li uns contre l'autre s'esmuet
Et fierent parmi les escuz
Granz cos des fers tranchanz aguz.
Erec son roit espié d'acier
Li fist parmi le cors glacier,
Ne li escuz ne li haubers
Ne li valut un çandal pers.
A tant ez vos poignant le conte,
Qui, si con l'estoire reconte,
Estoit chevaliers forz et buens;
Mes de ce fist que fos li cuens
Qu'il n'ot que l'escu et la lance.
An sa proesce ot tel fiance,
Qu'armer ne se vost autremant.
De ce fist mout grant hardemant
Que devant trestotes ses janz
S'esleissa plus de nuef arpanz.
Quant Erec le vit fors de rote,
A lui ganchist; cil nel redote,
Si s'antrevienent fieremant.
Li cuens le fiert premieremant
Par tel vertu devant le piz
Que les estriers eüst guerpiz
Se bien afichiez ne se fust.
De l'escu fet croissir le fust
Que d'autre part an saut li fers.
Mes mout fu riches li haubers
Qui si de mort le garanti
Qu'onques maille n'an desronpi.
Li cuens fu forz, sa lance froisse:
Erec le fiert par tel angoisse
Sor l'escu, qui fu tainz de jaune,
Que de la lance plus d'une aune
Parmi le vuit bu li anbat;
Pasmé jus del destrier l'abat.
A tant ganchist, si s'an retorne,
An la place plus ne sejorne.
Parmi la forest a droiture
S'an vet poignant grant aleüre.
Ez vos Erec anforesté,
Et li autre sont aresté
Sor çaus qui anmi le chanp jurent.
Mout s'afichent formant et jurent,
Que il le chaceront einçois
A esperon deus jorz ou trois
Que il nel praingnent et ocïent.
Li cuens antant ce que il dïent,
Qui mout fu el vuit bu bleciez.
Un petit s'est a mont dreciez,
Et les iauz un petitet oevre.
Bien aparçoit que mauveise oevre
Avoit ancomancié a feire.
Les chevaliers fet arriers treire:
"Seignor," fet il, "a toz vos di
Qu'il n'i et un seul si hardi,
Fort ne foible, ne haut ne bas,
Qui ost aler avant un pas.
Retornez tuit isnelemant!
Esploitié ai vilainnemant:
De ma vilenie me poise.
Mout est preuz et sage et cortoise
La dame qui deceü m'a.
Sa biautez d'amor m'aluma:
Por ce que je la desiroie,
Son seignor ocirre voloie
Et li par force retenir.
Bien m'an devoit maus avenir:
Sor moi an est venuz li maus.
Que fel feisoie et desleaus
Et traïtres et forsenez!
Onques ne fu de mere nez
Miaudre chevaliers de cestui.
Ja mes par moi n'avra enui
La ou jel puisse destorner.
Toz vos comant a retorner."
Cil s'an revont desconforté.
Le seneschal an ont porté
Mort an l'anvers de son escu.
Li cuens a puis assez vescu,
Qu'il ne fu pas a mort navrez.
Einsi fu Erec delivrez.
EREC s'an vet toz esleissiez
Une voie antre deus pleissiez,
Il et sa fame devant lui.
A esperon an vont andui.
Tant ont erré et chevauchié,
Qu'il vindrent an un pré fauchié.
Au desbuschier del pleisseïz
Troverent un pont torneïz
Par devant une haute tor,
Qui close estoit de mur antor
Et de fossé lé et parfont.
Isnelemant passent le pont,
Mes mout orent alé petit,
Quant de la tor amont les vit
Cil qui de la tor estoit sire.
De lui vos sai verité dire,
Qu'il estoit mout de cors petiz,
Mes de grant cuer estoit hardiz.
Quant il vit Erec trespassant,
De la tor contre val desçant,
Et fist sor un grant destrier sor
Metre une sele a lions d'or.
Puis comande qu'an li aport
Escu et lance roide et fort,
Espee forbie et tranchant,
Et son hiaume cler et luisant,
Hauberc blanc et chauces treslices;
Car veü a devant ses lices
Un chevalier armé passer,
A cui se viaut d'armes lasser,
Ou cil a lui se lassera
Tant que toz recreanz sera.
Cil ont son comandemant fet:
Ez vos ja le cheval fors tret;
La sele mise et anfrené
L'a uns escuiiers amené;
Uns autre les armes aporte.
Li chevaliers parmi la porte
S'an est issuz plus tost qu'il pot
Toz seus, que conpeignon n'i ot.
Erec s'an vet par un pandant:
Ez vos le chevalier fandant
Parmi le tertre contre val,
Et sist sor un mout fort cheval
Qui si grant esfroi demenoit
Que dessoz ses piez esgrumoit
Les chaillos plus menu
Que muele n'esquache fromant,
Et s'an voloient de toz sanz
Estanceles cleres ardanz,
Que des quatre piez iert avis
Que tuit fussent de feu espris.
Enide ot la noise et l'esfroi;
A po que de son palefroi
Ne cheï jus pasmee et vainne.
An tot le cors de li n'ot vainne,
Don ne li remuast li sans.
Toz li devint pales et blans
Li vis con se ele fust morte.
Mout se despoire et desconforte,
Que son seignor dire ne l'ose,
Qui la menace mout et chose
Et comande qu'ele se teise.
De deus parz est mout a mal eise,
Qu'ele ne set le quel seisir,
Ou le parler ou le teisir.
A li meïsme se consoille:
Sovant del dire s'aparoille
Si que la langue se remuet,
Mes la voiz pas issir n'an puet;
Car de peor estraint les danz,
S'anclot la parole dedanz.
Einsi se justise et destraint:
La boche clot, les danz estraint,
Que la parole fors n'an saille.
A li a prise grant bataille
Et dist: "Seüre sui et certe,
Que mout recevrai leide perte,
Se je einsi mon seignor pert.
Dirai li donc tot an apert?
Nenil. Por quoi? Je n'oseroie,
Que mon seignor correceroie.
Et se mes sire se corroce
Il me leira an ceste broce
Sole, cheitive et esgaree.
Lors serai plus male eüree.
Male eüree? Moi que chaut?
Diaus ne pesance ne me faut
Ja mes, tant con je aie a vivre,
Se mes sire tot a delivre
An tel guise d'ici n'estort,
Qu'il ne soit maheigniez a mort.
Mes se je tost ne li acoint,
Cil chevaliers qui ci apoint
L'avra mort ainz qu'il se regart;
Car mout sanble de male part.
Oïl, trop ai je atandu!
Si le m'a il mout deffandu;
Mes ja nel leirai por deffanse.
Je voi bien que mes sire panse
Tant que lui meïsmes oblie;
Donc est bien droiz que je li die."
Ele li dist. Cil la menace,
Mes n'a talant que mal li face,
Qu'il aparçoit et conoist bien
Qu'ele l'aimme sor tote rien,
Et il li tant que plus ne puet.
Contre le chevalier s'esmuet,
Qui de bataille le semont.
Assanblé sont au pié del mont,
La s'antrevienent et desfïent.
As fers des lances s'antranvïent
Anbedui de totes lor forces.
Ne lor valurent deus escorces
Li escu qui as cos lor pandent.
Li cuir ronpent et les es fandent,
Et des haubers ronpent les mailles.
Anbedui jusques as antrailles
Se sont des gleives anferré,
Et li destrier sont aterré;
Car mout ierent li baron fort.
Ne furent pas navré a mort,
Mes duremant furent blecié.
Isnelemant sont redrecié,
S'ont a aus lor lances retreites:
Ne furent maumises ne freites;
Anmi le chanp les ont gitees.
Del fuerre traient les espees,
Si s'antrevienent par grant ire.
Li uns l'autre blesce et anpire
Que de rien ne s'antrespargnierent.
Si granz cos sor les hiaumes fierent,
Qu'estanceles ardanz an issent,
Quant les espees ressortissent.
Les escuz fandent et esclicent,
Lor haubers faussent et deslicent.
An quatre leus sont anbatues
Les espees jusqu'as charz nues,
Que mout afebloient et lassent;
Et se les espees durassent
Anbes deus longuemant antieres,
Ja ne s'an treississent arrieres,
Ne la bataille ne fenist
Tant que l'un morir covenist.
Enide qui les esgardoit,
A po de duel ne forsenoit.
Qui li veïst son grant duel feire,
Ses poinz detordre, ses crins treire,
Et les lermes des iauz cheoir,
Leal dame poïst veoir.
Et trop fust fel qui la veïst
Se granz pitiez ne l'an preïst.
Et li chevalier se conbatent,
Des hiaumes les pierres abatent,
Li uns a l'autre granz cos done.
Des tierce jusque pres de none
Dura la bataille si fiere,
Que nus hon an nule meniere
Certainnemant n'aparceüst,
Qui le mellor avoir deüst.
Erec s'esforce et s'esvertue,
S'espee li a anbatue
El hiaume jusqu'el chapeler
Si que tot l'a fet chanceler;
Mes bien se tint, qu'il ne cheï.
Et cil ra Erec anvaï,
Si l'a si duremant feru
Sor la pane de son escu
Qu'au retreire est li branz brisiez,
Qui mout estoit buens et prisiez.
Quant il vit brisiee s'espee
Par mautalant a jus gitee
La part qui li remest el poing,
Tant come il onques pot plus loing.
Peor ot; arriers l'estuet treire;
Que ne puet pas grant esforz feire
An bataille ne an assaut
Chevaliers cui s'espee faut.
Erec l'anchauce, et cil li prie
Por Deu merci, qu'il ne l'ocie.
"Merci," fet il, "frans chevaliers!
Ne soiiez vers moi fel ne fiers.
Des que m'espee m'est faillie
La force avez et la baillie
De moi ocirre ou de vif prandre,
Que n'ai don me puisse deffandre."
Erec respont: "Quant tu me pries,
Outreemant vuel que tu dies,
Se tu es outrez et conquis.
Plus ne seras par moi requis,
Se tu te mez an ma menaie."
Et cil del dire se delaie.
Quant Erec le vit delaiier,
Por lui feire plus esmaiier,
Li ra une anvaïe feite,
Sore li cort l'espee treite;
Et cil dist qui fu esmaiiez:
"Merci! sire! Conquis m'aiiez
Des qu'autremant estre ne puet."
Erec respont.: "Plus i estuet;
Qua tant n'an iroiz vos pas quites.
Vostre estre et vostre non me dites,
Et je vos redirai le mien."
"Sire," fet il, "vos dites bien.
Je sui de ceste terre rois.
Mi home lige sont Irois,
N'i a nul ne soit mes rantiz;
Et j'ai non Guivrez li Petiz.
Assez sui riches et puissanz;
Qu'an ceste terre de toz sanz
N'a baron qui a moi marchisse,
Qui de mon comandemant isse
Et mon pleisir ne face tot.
Je n'ai veisin qui ne me dot,
Tant se face orguelleus ne cointes;
Mes mout vuel estre vostre acointes
Et vostre amis d'or an avant."
Erec respont: "Je me revant
Que je sui assez jantis hon.
Erec, fiz le roi Lac, ai non.
Rois est mes pere d'Outre-Gales.
Riches citez et beles sales
Et forz chastiaus a mout mes pere:
Plus n'an a rois ne anperere
Fors le roi Artu solemant.
Celui an ost je voiremant,
Car a lui nus ne s'aparoille."
Guivrez de ce mout s'esmervoille
Et dist: "Sire, grant mervoille oi.
Onques de rien tel joie n'oi
Con j'ai de vostre conoissance.
Avoir poez buene fiance!
Et s'il vos plest a remenoir
An ma terre et an mon menoir,
Mout vos i ferai enorer.
Ja tant n'i voudroiz demorer,
Que dessor moi ne soiiez sire.
Andui avons mestier de mire,
Et j'ai ci pres un mien recet,
N'i a pas huit liues ne set.
La vos vuel avuec moi mener,
S'i ferons noz plaies sener."
Erec respont: "Bon gré vos sai
De ce qu'oï dire vos ai.
N'i irai pas, vostre merci;
Mes itant solemant vos pri
Que se nus besoinz m'avenoit
Et la novele a vos venoit,
Que j'eüsse mestier d'aïe,
Adonc ne m'oblïessiez mie."
"Sire," fet il, "je vos plevis,
Que ja tant con je soie vis,
N'avroiz de mon secors mestier
Que ne vos aille lués eidier
A quanque je porrai mander."
"Ja plus ne vos quier demander;"
Fet Erec; "Mout m'avez promis.
Mes sire estes et mes amis,
Se l'uevre est teus con la parole."
Li uns l'autre beise et acole.
Onques de si dure bataille
Ne fu si douce dessevraille,
Que par amor et par franchise
Chascuns des panz de sa chemise
Trancha bandes longues et lees,
S'ont lor plaies antrebandees.
Quant li uns ot l'autre bandé,
A Deu sont antrecomandé.
DEPARTI sont an tel meniere.
Seus s'an revet Guivrez arriere;
Erec a son chemin retret,
Qui grant mestier eüst d'antret
Por ses plaies medeciner.
Ainz ne fina de cheminer
Tant que il vint an une plainne
Lez une haute forest plainne
De cers, de biches et de dains
Et de chevriaus et de ferains
Et de tote autre sauvagine.
Li rois Artus et la reïne
Et de ses barons li mellor
I estoient venu le jor.
An la forest voloit li rois
Demorer quatre jorz ou trois
Por lui deduire et deporter,
Si ot comandé aporter
Tantes et pavellons et trez.
El tré le roi estoit antrez
Mes sire Gauvains toz lassez,
Qui chevauchié avoit assez.
Defors la tante estoit uns charmes;
La ot un escu de ses armes
Leissié, et sa lance de fresne.
A une branche par la resne
Ot le guingalet aresné,
La sele mise et anfrené.
Tant estut iluec li chevaus,
Que Keus i vint, li seneschaus.
Cele part vint grant aleüre,
Aussi con por anveiseüre
Prist le destrier et monta sus;
Qu'onques ne li contredist nus.
La lance et l'escu prist aprés,
Qui soz l'arbre ierent iluec pres.
Galopant sor le Guingalet
S'an aloit Keus tot un valet
Tant que par avanture avint,
Qu'Erec a l'ancontre li vint.
Erec conut le seneschal
Et les armes et le cheval,
Mes Keus pas lui ne reconut;
Car a ses armes ne parut
Nule veraie conoissance;
Que tant cos d'espee et de lance
Avoit sor son escu eüz,
Que toz li tainz an fu cheuz;
Et la dame par grant veisdie,
Por ce qu'ele ne voloit mie
Qu'il la coneüst ne veïst,
Aussi con s'ele le feïst
Por le hasle et por la poudriere,
Mist sa guinple devant sa chiere.
Keus vint avant plus que le pas
Et prist Erec eneslepas
Par la resne sanz salu
Ainz qu'il le leissast remu
Li demanda par grant orguel:
"Chevaliers!" fet il, "savoir vuel,
Qui vos estes et don venez."
"Fos estes, quant vos me tenez,"
Fet Erec, "nel savroiz anuit."
Et cil respont: "Ne vos enuit;
Car por vostre bien le demant.
Je voi et sai certainnemaut
Que bleciez estez et navrez.
Anquenuit buen ostel avrez,
Se avuec moi volez venir.
Je vos ferai mout chier tenir
Et enorer et aeisier;
Car de repos avez mestier.
Li rois Artus et la reïne
Sont ci pres an une gaudine
De trez et de tantes logié.
Par buene foi le vos lo gié,
Que vos an veigniez avuec moi
Veoir la reine et le roi,
Qui de vos grant joie feront
Et grant enor vos porteront."
Erec respont: "Vos dites bien;
Mes je n'i iroie por rien.
Ne savez mie mon besoing;
Ancor m'estuet aler plus loing.
Leissiez m'aler; que trop demor.
Ancor i a assez del jor."
Keus respont: "Grant folie dites,
Quant del venir vos escondites;
Espoir vos an repantiroiz.
Et bien vos poist, si i iroiz
Andui, et vos et vostre fanne,
Si con li prestres vet au sanne,
Ou volantiers ou a anviz.
Anquenuit seroiz mal serviz,
(Se mes consauz n'an est creüz)
Se bien n'i estes coneüz.
Venez an tost, que je vos praing."
De ce ot Erec grant desdaing.
"Vassaus," fet il, "folie feites,
Qui par force aprés vos me treites.
Sanz desfiance m'avez pris:
Je di que vos avez mespris;
Que toz seürs estre cuidoie,
Vers vos de rien ne me gardoie."
Lors met a l'espee la main
Et dist: "Vassaus! leissiez mon frain
Traiiez vos la! Je vos taing mout
Por orguelleus et por estout.
Je vos ferrai, bien le sachiez,
Se aprés vos plus me sachiez.
Leissiez moi tost!" Et cil le leisse,
El chanp plus d'un arpant s'esleisse,
Puis retorna, si le desfie
Come hon plains de grant felenie.
Li uns contre l'autre ganchist;
Mes Erec de tant se franchist
Por ce que cil desarmez iere,
De sa lance torna deriere
Le fer et l'arestuel devant.
Tel cop li dona neporquant
Sor son escu haut el plus anple,
Que hurter li fist a la tanple,
Et que le braz au piz li serre:
Tot estandu le porte a terre.
Puis vint au destrier, si le prant,
Enide par le frain le rant.
Mener l'an vost, et cil li prie,
Qui mout sot de losangerie,
Que par franchise li randist.
Mout bel le losange et blandist:
"Vassaus," fet il, "se Deus me gart,
An cel cheval gié n'i ai part;
Ainz est au chevalier el monde,
An cui graindre proesce abonde,
Mon seignor Gauvain, le hardi.
Tant de la soe part vos di
Que son destrier li anvoiiez
Por ce que enor i aiiez.
Mout feroiz que frans et que sages,
Et je serai vostre messages."
Erec respont: "Vassaus! prenez
Le cheval et si l'an menez!
Des qu'il est mon seignor Gauvain,
N'est mie droiz que je l'an main."
Keus prant le cheval, si remonte,
Au tré le roi vint, si li conte
Le voir, que rien ne l'an cela.
Et li rois Gauvain apela:
"Biaus niés Gauvains!" ce dist li rois,
"S'onques fustes frans ne cortois,
Alez aprés isnelemant.
Demandez amiablemant
De son estre et de son afeire.
Et se vos le poez atreire
Tant qu'avuec vos l'an ameigniez,
Gardez ja ne vos an feigniez."
Gauvains monte an son guingalet;
Aprés le siuent dui vaslet.
Ja ont Erec aconseü,
Mes ne l'ont mie coneü.
Gauvains le salue et il lui;
Salué se sont anbedui.
Puis li dist mes sire Gauvains,
Qui de grant franchise fu plains:
"Sire!", fet il, "an ceste voie
Li rois Artus a vos m'anvoie.
La reïne et li rois vos mandent
Saluz, et prïent et comandent
Qu'avuec aus vos vegniez deduire,
(Eidier vos puet et neant nuire),
Et si ne sont pas loing de ci."
Erec respont: "Mout an merci
Le roi et la reïne ansanble.
Et vos qui estes, ce me sanble,
De bone eire et bien afeitiez.
Je ne sui mie bien heitiez,
Ainz sui navrez dedanz le cors;
Et neporquant ja n'istrai fors
De mon chemin por ostel prandre.
Ne vos i covient plus atandre:
Vostre merci, ralez vos an!"
Gauvains estoit de mout grant san.
Arrieres se tret, si consoille
A un des vaslez an l'oroille
Que tost aille dire le roi
Que il praingne prochain conroi
De ses trez destandre et abatre,
Et vaingne trois liues ou quatre
Devant aus anmi le chemin
Tandre les aucubes de lin.
Iluec l'estust la nuit logier,
S'il viaut conoistre et herbergier
Le mellor chevalier por voir,
Que il cuidast onques veoir;
Qu'il ne viaut por un ne por el
Changier sa voie por ostel.
Cil san va, son message a dit.
Destandre fet sanz nul respit
Li rois ses trez. Destandu sont;
Les somiers chargent, si s'an vont.
Sor l'aubagu monta li rois;
Sor un blanc palefroi norrois
S'an monta la reïne aprés.
Mes sire Gauvains tot adés
Ne fine d'Erec delaiier;
Et cil li dist: "Plus alai hier
Assez que je ne ferai hui.
Sire, vos me feites enui.
Leissiez m'aler! De ma jornee
M'avez grant masse destorbee."
Et mes sire Gauvains li dit:
"Ancor vuel aler un petit
Ansanble o vos, ne vos enuit;
Car grant piece a jusqu'a la nuit."
Tant ont au parler antandu,
Que tuit li tré furent tandu
Devant aus, et Erec les voit.
Herbergiez est, bien l'aparçoit.
"Haï! Gauvains!" fet il, "haï!
Vostre granz sans m'a esbaï.
Par grant san m'avez retenu.
Des qu'or est einsi avenu,
Mon non vos dirai or androit;
Li celers rien ne m'i vaudroit.
Je sui Erec qui fu jadis
Vostre conpainz et vostre amis."
Gauvains l'ot, acoler le va.
Son hiaume a mont li sozleva
Et la vantaille li deslace.
De joie l'acole et anbrace,
Et Erec lui de l'autre part.
A tant Gauvains de lui se part
Et dist: "Sire, ceste novele
Sera ja mon seignor mout bele.
Liez an iert ma dame et mes sire,
Et je lor irai avant dire;
Mes einçois m'estuet anbracier
Et conjoïr et solacier
Ma dame Enide, vostre fame.
De li veoir a mout ma dame
La reïne grant desirrier.
Ancor parler l'an oï hier."
A tant vers Enide se tret,
Si li demande qu'ele fet,
S'ele est bien sainne et bien heitiee.
Ele respont come afeitiee:
"Sire, mal ne dolor n'eüsse,
Se an grant dotance ne fusse
De mon seignor; mes ce m'esmaie
Qu'il n'a gueires manbre sanz plaie."
Gauvains respont: "Moi poise mout.
Il apert mout bien a son vout,
Qu'il a pale et descoloré.
Je an eüsse assez ploré,
Quant je le vi si pale et taint;
Mes la joie le duel estaint;
Que de lui teus joie me vint,
Que de nul duel ne me sovint.
Or venez petite anbleüre !
J'irai devant grant aleüre
Dire la reïne et le roi
Que vos venez ci aprés moi.
Bien sai qu'anbedui an avront
Grant joie, quant il le savront."
Lors s'an part, au tré le roi vient.
"Sire," fet il, "or vos covient
Joie feire, vos et ma dame,
Que ci vient Erec et sa fame."
Li rois de joie saut an piez:
"Certes", fet il, "mout an sui liez.
Ne poïsse novele oïr
Qui tant me poïst resjoïr."
La reïne et tuit s'esjoïssent,
Et qui ainz ainz des tantes issent.
Li rois meïsme ist de son tré.
Mout ont Erec pres ancontré.
Quant Erec voit le roi venant,
A terre desçant maintenant
Et Enide rest desçandue.
Li rois les acole et salue,
Et la reine doucemant
Les beise et acole einsimant;
N'i a nul qui joie ne face.
Iluec meïsmes an la place
Li ont ses armes desvestues;
Et quant ses plaies ont veües,
Si retorne la joie an ire.
Li rois mout parfont an sospire
Et fet aporter un antret
Que Morgue, sa suer, avoit fet.
Li antrez iert de tel vertu,
Que Morgue avoit doné Artu,
Que ja plaie qui an fust ointe,
Ou soit sor nerf ou soit sor jointe,
Ne faussist, qu'an une semainne
Ne fust tote garie et sainne,
Mes que le jor une foiiee
Fust de l'antret aparelliee.
L'antret ont le roi aporté,
Qui mout a Erec conforté.
Quant ses plaies orent lavees,"
Ressuiiees et rebandees,
Li rois lui et Enide an mainne
An la soe tante demainne,
Et dist que por la soe amor
Viaut an la forest a sejor
Demorer quinze jorz toz plains,
Tant qu'il soit toz gariz et sains.
Erec de ce le roi mercie
Et dist: "Sire, je n'an ai mie
Plaie de quoi je tant me duelle,
Que ma voie leissier an vuelle.
Retenir ne me porroit nus:
Demain (ja ne tarderai plus)
M'an voudrai par matin aler,
Des que le jor verrai lever."
Li rois an a crollé le chief
Et dist: "Ci a mout grant meschief
Quant vos remenoir ne volez.
Je sai bien que mout vos dolez.
Remenez, si feroiz que sages.
Mout iert granz diaus et granz damages.
Se vos an cez forez morez.
Biaus douz amis ! car demorez
Tant que vos soiiez respassez."
Erec respont: "Or est assez.
Je ai si ceste voie anprise,
Ne remandroie an nule guise."
Li rois ot qu'an nule meniere
Ne remandroit por sa proiiere,
Si leisse la parole ester,
Et comande tost aprester
Le soper et les tables metre;
Li serjant s'an vont antremetre.
Ce fu un samedi a nuit,
Que mangierent peisson et fruit,
Luz et perches, saumons et truites,
Et puis poires crues et cuites.
Aprés soper, ne tarda gueire,
Comanderent les couches feire.
Li rois avoit Erec mout chier:
An un lit le fist seul couchier;
Ne vost que avuec lui couchast
Nus, qui a ses plaies tochast.
Cele nuit fu bien ostelez.
An un autre lit jut delez
Enide ansanble o la reine
Dessoz un covertor d'ermine,
Et dormirent a grant repos
Tant qu'au main fu li jorz esclos.
L'ANDEMAIN lués que il ajorne
Erec se lieve, si s'atorne,
Ses chevaus comande anseler
Et fet ses armes aporter.
Vaslet corent, si li aportent.
Ancor de remenoir l'enortent
Li rois et tuit li chevalier;
Mes proiiere n'i a mestier,
Que por rien ne vost demorer.
Lors les veïssiez toz plorer
Et demener un duel si fort
Con s'il le veïssent ja mort.
Il s'arme et Enide se lieve:
A trestoz les chevaliers grieve,
Que ja mes reveoir nes cuident.
Tuit aprés aus lor tantes vuident:
Por aus conduire et convoiier,
A lor chevaus font anvoiier.
Erec lor dist: "Ne vos poist pas!
Ja avuec moi n'iroiz un pas.
Les voz granz merciz, remenez!"
Ses chevaus li fu amenez,
Et il monte sanz demorance.
Son escu a pris et sa lance,
Si les comande toz a Dé,
Et il i ront lui comandé.
Enide monte, si s'an vont.
AN une forest antré sont,
Jusque vers prime ne finerent.
Par la forest tant cheminerent,
Qu'il oïrent cri
Une pucele a grant besoing.
Erec a antandu le cri;
Bien aparçut, quant il l'oï,
Que la voiz de dolor estoit
Et de secors mestier avoit.
Tot maintenant Enide apele:
"Dame," fet il, "une pucele
Va par cel bois formant criant.
Ele a par le mien esciant
Mestier d'aïe et de secors.
Cele part vuel aler le cors,
Si savrai quel besoing ele a.
Desçandez ci et j'irai la,
Si m'atandez andemantiers."
"Sire !," fet ele, "volantiers."
Sole la leisse, si s'an va
Tant que la pucele trova
Qui par le bois aloit braiant
Por son ami, que dui jaiant
Avoient pris, si l'an menoient,
Et mout vilmant le demenoient.
La pucele aloit descirant
Ses dras et ses crins detirant
Et sa tandre face vermoille.
Erec la voit, mout s'an mervoille
Et prie li, qu'ele li die,
Por quoi si formant plore et crie.
La pucele plore et sospire,
An sospirant li dist: "Biaus sire,
N'est mervoille se je faz duel;
Que morte seroie mon vuel.
Je n'aim ma vie ne ne pris,
Que mon ami an mainnent pris
Dui jaiant felon et cru
Qui sont si anemi mortel.
Deus! que ferai? Lasse, cheitive!
Del mellor chevalier qui vive,
Del plus franc et del plus jantil!
Or est de mort an grant peril.
Ancui le feront a grant tort
Morir de mout vilainne mort.
Frans chevaliers, por Deu te pri
Que tu secores mon ami,
Se tu onques le puez secorre.
Ne t'estovra gueires loing corre:
Ancor sont il de ci mout pres."
"Damoisele, j'irai aprés,"
Fet Erec, "quant vos m'an proiiez,
Et tote seure an soiiez,
Que tot mon pooir an ferai:
Ou je avuec lui pris serai
Ou jel vos randrai tot delivre.
Se li jaiant le leissent vivre
Tant que je le puisse trover,
Bien me cuit a aus esprover."
"Frans chevaliers," dist la pucele,
"Toz jorz serai mes vostre ancele
Se vos mon ami me randez.
A Deu soiiez vos comandez!
Hastez vos, la vostre merci!"
"Quel part s'an vont?" "Sire! par ci.
Vez ci la voie et les esclos."
Lors s'est Erec mis es galos,
Si li dist que iluec l'atande.
La pucele a Deu le comande
Et prie Deu mout doucemant
Que il par son comandemant
Li doint force de desconfire
Çaus qui vers son ami ont ire.
EREC s'an va tote la trace,
A esperon les jaianz chace;
Tant les a chaciez et seüz
Que il les a aparceüz
Ainz que del bois par fussent fors,
Et vit le chevalier an cors
Deschauz et nu sor un roncin
Con s'il fust pris a larrecin,
Les mains liiees et les piez.
Li jaiant n'avoient espiez,
Escuz, n'espees esmolues,
Fors que tant solemant maçues,
Et corgiees andui tenoient,
De quoi si vilmant le batoient,
Que ja li avoient del dos
La char ronpue jusqu'as os.
Par les costez et par les flans
Li coroit contre val li sans
Si que li roncins estoit toz
An sanc jusqu'au vantre dessoz.
Erec vint aprés aus toz seus;
Mout fu dolanz et angoisseus
Del chevalier que il lor vit
Demener a si grant despit.
Antre deus bois an une lande
Les a atainz, si lor demande:
"Seignor," fet il, "por quel forfet
Feites a cest home tel let
Et come larron le menez?
Trop leidemant le demenez.
Aussi le menez par sanblant
Con s'il estoit repris anblant.
Granz viltance est de chevalier
Nu desvestir et puis liier
Et batre si vilainnemant.
Randez le moi, jel vos demant
Par franchise et par corteisie;
Par force nel vos quier je mie."
"Vassaus!", font il, "a vos que tient?
De mout grant folie vos vient
Quant vos rien nos an demandez.
S'il vos poise, si l'amandez."
Erec respont: "Por voir m'an poise.
Ne l'an manroiz hui mes sanz noise.
Quant abandon m'an avez fet,
Qui avoir le porra, si l'et.
Traiiez vos la! Je vos desfi.
Ne l'an manroiz avant de ci
Qu'einçois n'i et departiz cos."
"Vassaus!", font il, "mout estes fos,
Quant a nos vos volez conbatre.
Se vos estiiez or tel quatre
N'avriiez vos force vers nos
Ne qu'uns aigniaus contre deus los."
"Ne sai que iert," Erec respont;
"Se li ciaus chiet et terre font,
Donc sera prise mainte aloe.
Teus vaut petit qui mout se loe.
Gardez vos! que je vos requier."
Li jaiant furent fort et fier
Et tindrent an lor mains serrees
Les maçues granz et ferrees.
Erec lor vint lance sor fautre;
Ne redote ne l'un ne l'autre
Por menace ne por orguel
Et fiert le premerain an l'uel
Si parmi outre le cervel
Que d'autre part le haterel
Li sans et la cervele an saut;
Et cil chiet morz, li cuers li faut.
Quant li autre vit celui mort,
S'il l'an pesa, n'ot mie tort.
Par mautalant vangier le va:
La maçue a deus mains leva
Et cuida ferir a droiture
Parmi le chief sanz coverture;
Mes Erec le cop aparçut
Et sor son escu le reçut.
Tel cop neporquant li dona
Li jaianz que tot l'estona
Et por po que jus del destrier
Nel fist a terre trebuchier.
Erec de son escu se cuevre
Et li jaianz son cop recuevre
Et cuide ferir de rechief
A delivre parmi le chief;
Mes Erec tint l'espee treite,
Une anvaïe li a feite
Don li jaianz fu mal serviz:
Si le fiert parmi la cerviz
Que tot jusqu'as arçons le fant;
La boele a terre an espant,
Et li cors chiet toz estanduz,
Qui fu an deus meitiez fanduz.
Li chevaliers de joie plore
Et reclaimme Deu et aore
Qui secors anvoiié li a.
A tant Erec le deslia,
Sel fist vestir et atorner
Et sor un des chevaus monter;
L'autre li fist mener an destre,
Si li demande de son estre.
Et cil li dist: "Frans chevaliers,
Tu es mes sire droituriers.
Mon seignor vuel feire de toi
Et par reison feire le doi;
Que tu m'as sauvee la vie,
Qui ja me fust del cors partie
A grant tormant et a martire.
Queus avanture, biaus douz sire,
Por Deu, t'a ça a moi tramis,
Qui des mains a mes anemis
M'as gité par ton vasselage?
Sire, je te vuel feire homage:
Toz jorz mes avuec toi irai,
Con mon seignor te servirai."
Erec le voit antalanté
De lui servir a volanté,
Se il poïst, an nule guise,
Et dist: "Amis, vostre servise
Ne vuel je pas de vos avoir;
Mes ce devez vos bien savoir,
Que je ving ça an vostre aïe
Por la proiiere vostre amie,
Que an cest bois trovai dolante.
Por vos se conplaint et demante;
Car mout an a son cuer dolant.
De vos li vuel feire presant.
S'a li rassanblé vos avoie,
Puis retandroie seus ma voie;
Car avuec moi n'iroiz vos mie:
N'ai soing de vostre conpeignie;
Mes vostre non savoir desir."
"Sire," fet il, "vostre pleisir.
Quant vos mon non savoir volez,
Ne vos doit pas estre celez.
Cadoc de Tabriol ai non:
Sachiez, einsi m'apele l'on.
Mes quant de vos partir m'estuet,
Savoir voudroie, s'estre puet,
Qui vos estes et de quel terre,
Ou vos porrai trover ne querre
Ja mes, quant de ci partirai."
"Amis, ja ce ne vos dirai,"
Fet Erec; "Ja plus n'an parlez!
Mes se vos savoir le volez
Et moi de rien nule enorer,
Donc alez tost sanz demorer
A mon seignor le roi Artu
Qui chace a force et a vertu
Cers an ceste forest de ça,
Et mien esciant jusque la
N'a mie cinc liues petites.
Alez i tost et si li dites,
Qu'a lui vos anvoie et presante
Cil cui ersoir dedanz sa tante
Reçut a joie et herberja.
Et gardez ne li celez ja
De quel peril je ai mis fors
Et vostre vie et vostre cors.
Je sui mout a la cort amez:
Se de par moi vos reclamez
Servise et enor me feroiz.
La, qui je sui demanderoiz,
Nel poez savoir autremant."
"Sire, vostre comandemant",
Fet Cadoc, "vuel je feire tot.
Ja mar an avroiz vos redot
Que je mout volantiers n'i aille.
La verité de la bataille,
Si con feite l'avez por moi,
Conterai je tres bien au roi."
Einsi parlant lor voie tindrent
Tant que a la pucele vindrent
La ou Erec leissiee l'ot.
La pucele mout se resjot,
Quant son ami revenir voit
Que ja mes veoir ne cuidoit.
Erec par le poing li presante,
Et dist: "Ne soiiez pas dolante,
Dameisele! Veez vos ci
Tot lié et joiant vostre ami."
Cele respont par grant savoir:
"Sire, bien nos devez avoir
Andeus conquis, et moi et lui.
Vostre devons estre anbedui
Por vos servir et enorer.
Mes qui porroit guerredoner
Ceste desserte nes demie?"
Erec respont: "Ma douce amie,
Nul guerredon ne vos demant.
Anbedeus a Deu vos comant,
Que trop cuit avoir demoré."
Lors a son cheval trestorné,
Si s'an va plus tost que il puet.
Cadoc de Tabriol s'esmuet
D'autre part, il et sa pucele.
Ja a contee la novele
Le roi Artu et la reïne.
EREC tote voie ne fine
De chevauchier a grant esploit
La ou Enide l'atandoit,
Qui mout an avoit grant duel fet,
Et cuidoit bien tot antreset
Qu'il l'eüst guerpie del tot.
Et cil restoit an grant redot,
Qu'aucuns ne l'an eüst menee,
Qui la l'eüst sole trovee;
Si se hastoit mout del retor.
Mes la chalors qu'il ot le jor,
Et les armes tant li greverent
Que les plaies li escreverent
Et totes les bandes tranchierent.
Onques ses plaies n'estanchierent
Tant que il vint au leu tot droit
La ou Enide l'atandoit.
Cele le vit, grant joie an ot;
Mes ele n'aparçut ne sot
La dolor dont il se pleignoit,
Que toz ses cors an sanc beignoit
Et li cuers faillant li aloit.
A un tertre qu'il avaloit,
Cheï tot a un fes a val
Jusque sor le col del cheval.
Si come il relever cuida,
La sele et les estriers vuida,
Et chiet pasmez con s'il fust morz.
Lors comança li diaus si forz,
Quant Enide cheoir le vit.
Mout li poise quant ele vit,
Et cort vers lui si come cele
Qui sa dolor mie ne cele.
An haut s'escrie et tort ses poinz;
De robe n'i remest uns poinz
Devant son piz a descirer.
Ses crins comance a detirer,
Et sa tandre face descire.
"Ha! Deus!" fet ele, "biaus douz sire,
Por quoi me leisses tu tant vivre?
Morz! car m'oci, si t'an delivre!"
A cest mot sor le cors se pasme.
Quant ele revint, si se blasme:
"Ha," fet ele, "dolante Enide,
De mon seignor sui omecide,
Par ma parole l'ai ocis.
Ancor fust or mes sire vis,
Se je come outrageuse et fole
N'eüsse dite la parole
Por quoi mes sire ça s'esmut.
Ainz teisirs a home ne nut,
Mes parlers nuist mainte foiiee.
Ceste chose ai bien essaiiee
Et esprovee an mainte guise."
Devant son seignor s'est assise
Et met sor ses genouz son chief.
Son duel comance de rechief:
"Haï!" fet ele, "con mal fus,
Sire, cui parauz n'estoit nus;
Qu'an toi s'estoit biautez miree,
Proesce s'i iert esprovee,
Savoirs t'avoit son cuer doné,
Largesce t'avoit coroné,
Cele, sanz cui nus n'a grant pris,.
Mes qu'ai je dit? Trop ai mespris,
Qui la parole ai maintenue
Don mes sire a mort receue,
La mortel parole antoschiee
Qui me doit estre reprochiee;
Et je reconois et otroi
Que nus n'i a coupes fors moi;
Je sole an doi estre blasmee."
Lors rechiet a terre pasmee;
Et quant ele releva sus,
Si se rescrie plus et plus:
"Deus! que ferai? Por quoi vif tant?
Morz que demore et que atant,
Que ne me prant sanz nul respit?
Trop m'a la morz an grant despit!
Quant ele ocirre ne me daingne,
Moi meïsme estuet que je praingne
La vanjance de mon forfet.
Einsi morrai, mal gré an et
La morz qui ne me viaut eidier.
Ne puis morir por soheidier,
Ne rien ne m'i vaudroit conplainte.
L'espee que mes sire a çainte,
Doit par reison sa mort vangier.
Ja n'an serai mes an dangier
N'an proiiere ne an sohet."
L'espee fors del fuerre tret,
Si la comance a regarder.
Deus la fist un po retarder
Qui plains est de misericorde.
Andemantiers qu'ele recorde
Son duel et sa mesavanture,
A tant ez vos grant aleüre
Un conte a grant chevalerie,
Qui de mout loing avoit oïe
La dame a haute voiz cri
Deus ne la vost mie obli
Que maintenant se fust ocise,
Se cil ne l'eussent sozprise,
Qui tolue li ont l'espee
Et arriere el fuerre botee.
Puis desçandi li cuens a terre,
Si li comança a anquerre
Del chevalier qu'ele li die
S'ele estoit sa fame ou s'amie.
"L'un et l'autre", fet ele, "sire!
Tel duel ai ne vos puis plus dire.
Moi poise que je ne sui morte."
Et li cuens mout la reconforte:
"Dame," fet il, "por Deu vos pri,
De vos meïsme aiiez merci!
Bien est reisons que duel aiiez,
Mes por neant vos esmaiiez;
Qu'ancor porroiz assez valoir.
Ne vos metez an nonchaloir,
Confortez vos! ce sera sans,
Deus vos fera liee par tans.
Vostre biautez, qui tant est fine,
Buene avanture vos destine;
Que je vos recevrai a fame,
De vos ferai contesse et dame.
Ce vos doit mout reconforter;
Et j'an ferai le cors porter,
S'iert mis an terre a grant enor.
Leissiez ester ceste dolor,
Que folemant vos deduiiez."
Cele respont: "Sire! fuiiez!
Por Deu merci, leissiez m'ester!
Ne poez ci rien conquester.
Riens qu'an porroit dire ne feire,
Ne me porroit a joie atreire."
A tant se trest li cuens arriere
Et dist: "Feisons tost une biere
Sor quoi cest cors an porterons,
Et avuec la dame an manrons
Tot droit au chastel de Limors;
La iert an terre mis li cors.
Puis voudrai la dame esposer,
Mes que bien li doie peser;
Qu'onques mes tant bele ne vi
Ne nule tant n'an ancovi.
Mout sui liez quant trovee l'ai.
Or faisons tost et sanz delai
Une biere chevaleresce;
Ne vos soit painne ne peresce!"
Li auquant traient les espees,
Tost orent deus perches copees
Et bastons liiez a travers.
Erec ont sus couchié anvers,
S'i ont deus chevaus atelez.
Enide chevauche delez
Qui de son duel feire ne fine,
Sovant se pasme et chiet sovine;
Mes li chevalier pres la tienent,
Qui antre lor braz la soztienent,
Si la relievent et confortent.
Jusqu'a Limors le cors an portent
Et vienent el palés le conte.
Toz li pueples aprés aus monte,
Dames, chevalier et borjois.
Anmi la sale sor un dois
Ont le cors mis tot estandu,
Lez lui sa lance et son escu.
La sale anpli, granz est la presse.
Chascuns de demander s'angresse
Queus diaus ce est et queus mervoille.
Andemantiers li cuens consoille
A ses barons priveemant:
"Seignor," fet il, "isnelemant
Vuel ceste dame recevoir.
Nos poons bien aparcevoir
A ce qu'ele est et bele et sage
Qu'ele est de mout jantil lignage.
Sa biautez mostre et sa franchise
Qu'an li seroit bien l'enors mise
Ou d'un reaume ou d'un anpire.
Je ne serai ja de li pire,
Einçois an cuit mout amander.
Feites mon chapelain mander,
Et vos alez la dame querre.
La meitié de tote ma terre
Li voudrai doner an doeire,
S'ele viaut ma volanté feire."
Lors ont le chapelain mandé
Si con li cuens l'ot comandé,
Et la dame ront amenee,
Si li ont a force donee;
Car ele mout le refusa.
Mes totes voies l'esposa
Li cuens, qu'einsi feire li plot.
Et quant il esposee l'ot,
Tot maintenant li conestables
Fist el palés metre les tables
Et fist le mangier aprester;
Car tans estoit ja de soper.
APR
Enide estoit an grant esmai.
Onques ses diaus ne recessoit.
Et li cuens auques l'angressoit
Par proiiere et par menacier,
De pes feire et de solacier,
Et si l'a sor un faudestuel
Feite asseoir estre son vuel.
Vossist ou non l'i ont assise
Et devant li la table mise.
D'autre part est li cuens assis
Qui por un po n'esrage vis
Quant reconforter ne la puet.
"Dame," fet il, "il vos estuet
Cest duel leissier et obli
Mout vos poez an moi fi
D'enor et de richesce avoir.
Certainnemant poez savoir
Que morz hon por duel ne revit,
Qu'onques nus avenir nel vit.
Sovaingne vos de quel poverte
Vos est granz richesce aoverte.
Povre estiiez: or seroiz riche.
N'est pas fortune anvers vos chiche
Qui tel enor vos a donee,
Qu'or seroiz contesse clamee.
Voirs est que morz est vostre sire:
Se vos an avez duel et ire,
Cuidiez vos que je m'an mervoil?
Naie. Mes je vos doing consoil,
Le mellor que doner vos sai:
Quant je esposee vos ai,
Mout vos devez esleecier.
Gardez vos de moi correcier!
Mangiez! que je vos an semoing."
Cele respont: "Sire, n'ai soing.
Certes ja tant con je vivrai
Ne mangerai ne ne bevrai,
Se je ne voi mangier einçois
Mon seignor qui gist sor cest dois."
"Dame, ce ne puet avenir.
Por fole vos feites tenir,
Quant vos si grant folie dites.
Vos an avroiz males merites,
S'ui mes vos an feites semondre."
Cele mot ne li vost respondre,
Que rien ne prise sa menace.
Et li cuens la fiert an la face:
Cele s'escrie, et li baron
Le conte blasment anviron.
"Ostez, sire," font il au conte;
"Mout devriiez avoir grant honte,
Qui ceste dame avez ferue
Por ce que ele ne manjue.
Trop grant vilenie avez feite:
Se ceste dame se desheite
Por son seignor qu'ele voit mort,
Nus ne doit dire qu'ele et tort."
"Teisiez vos an tuit!" fet li cuens,
"La dame est moie, et je sui suens,
Si ferai de li mon pleisir."
Lors ne se pot cele teisir
Ainz jure que ja soe n'iert.
Et li cuens hauce, si refiert,
Et cele s'escria an haut:
"Ha! fel!" fet ele, "ne me chaut,
Que tu me dies ne ne faces!
Ne criem tes cos ne tes menaces.
Assez me bat, assez me fier!
Ja tant ne te troverai fier,
Que por toi face plus ne mains,
Se tu or androit a tes mains
Me devoies les iauz sachier
Ou trestote vive escorchier."
Antre cez diz et cez tançons
Revint Erec de pasmeisons
Aussi con li hon qui s'esvoille.
S'il s'esbaï, ne fu mervoille,
Des janz qu'il vit anviron lui;
Mes grant duel ot et grant enui,
Quant la voiz sa fame antandi.
Del dois a terre desçandi
Et tret l'espee isnelemant.
Ire li done hardemant,
Et l'amors qu'a sa fame avoit.
Cele part cort ou il la voit,
Et fiert parmi le chief le conte
Si qu'il l'escervele et afronte
Sanz desfiance et sanz parole;
Li sans et la cervele an vole.
Li chevalier saillent des tables,
Tuit cuident que ce soit deables,
Qui leanz soit antre aus venuz.
N'i remaint juenes ne chenuz,
Car mout furent esmaiié tuit.
Li uns devant l'autre s'an fuit,
Quanqu'il pueent, a grant eslés.
Tost orent vuidié le palés,
Et crïent tuit, et foible et fort:
"Fuiiez, fuiiez! vez ci le mort."
Mout est granz la presse a l'issue:
Chascuns de tost foïr s'argue,
Et li uns l'autre anpaint et bote.
Cil qui deriers est an la rote,
Vossist bien estre el premier front.
Einsi trestuit fuiant s'an vont
Que li uns l'autre n'ose atandre.
Erec corut son escu prandre;
Par la guige a son col le pant,
Et Enide la lance prant;
Si s'an vienent parmi la cort.
N'i a si hardi qui la tort;
Car ne cuidoient pas que fust
Hon qui si chacier les deüst,
Mes deables ou anemis
Qui dedanz le cors se fust mis.
Tuit s'an fuient, Erec les chace,
Et trueve fors anmi la place
Un garçon, qui voloit mener
Son destrier a l'eve abevrer,
Atorné de frain et de sele.
Ceste avanture li fu bele:
Erec vers le cheval s'esleisse,
Et cil tot maintenant le leisse;
Que peor ot grant li garçons.
Erec monte antre les arçons,
Puis se prant Enide a l'estrier
Et saut sor le col del destrier,
Si con li comanda et dist
Erec qui sus monter la fist.
Li chevaus andeus les an porte,
Et truevent overte la porte,
Si s'an vont, que nus nes areste.
El chastel avoit grant moleste
Del conte qui estoit ocis;
Mes n'i a nul, tant soit de pris,
Qui voise aprés por le vangier.
Ocis fu li cuens au mangier:
Et Erec qui sa fame an porte
L'acole et beise et reconforte;
Antre ses braz contre son cuer
L'estraint et dit: "Ma douce suer,
Bien vos ai del tot essaiiee!
Ne soiiez de rien esmaiiee,
Qu'or vos aim plus, qu'ains mes ne fis,
Et je resui certains et fis
Que vos m'amez parfitemant.
Tot a vostre comandemant
Vuel estre des or an avant,
Aussi con j'estoie devant.
Et se vos rien m'avez mesdite,
Jel vos pardoing tot et claim quite
Del forfet et de la parole."
Adons la rebeise et acole:
Or n'est pas Enide a mal eise,
Quant ses sire l'acole et beise
Et de s'amor la rasseüre.
Par nuit s'an vont grant aleüre,
Et ce lor fet grant soatume,
Que la lune cler lor alume.
MOUT est tost alee novele,
Que riens nule n'est si isnele.
Ceste novele estoit alee
A Guivret le Petit, contee
Qu'uns chevaliers d'armes navrez
Iert morz an la forest trovez,
O lui une dame si bele,
Qu'Iseuz sanblast estre s'ancele,
Et feisoit un duel mervelleus.
Trovez les avoit anbedeus
Li cuens Oringles de Limors,
S'an avoit fet porter le cors,
Et la dame esposer voloit;
Mes ele le contredisoit.
Quant Guivrez la parole oï
De rien nule ne s'esjoï,
Qu'erraumant d'Erec li sovint.
An cuer et an panser li vint,
Que il ira la dame querre,
Et fera le cors metre an terre
A grant enor, se ce est il.
Serjanz et chevaliers ot mil
Assanblez por le chastel prandre.
Se li cuens ne li vossist randre
Volantiers le cors et la dame,
Tot meïst a feu et a flame.
A la lune, qui cler luisoit,
Sa jant vers Limors conduisoit,
Hiaumes laciez, haubers vestuz,
Et les escuz as cos panduz.
Einsi venoient armé tuit,
Et fu ja pres de mi
Quant Erec les a parceuz.
Or cuide il estre deceuz
On morz ou pris sanz retenal.
Desçandre fet jus del cheval
Enide delez une haie.
N'est pas mervoille, s'il s'esmaie:
"Remenez ci, dame," fet il,
Un petit delez cest sevil
Tant que cez janz trespassé soient.
Je n'ai cure que il vos voient;
Car je ne sai queus janz ce sont,
Ne quel chose querant il vont;
Espoir nos n'avons d'aus regart.
Mes je ne voi de nule part
Ou nos nos poïssiens refuire,
S'il nos voloient de rien nuire.
Ne sai, se maus m'an avandra;
Ja por peor ne remandra,
Que a l'ancontre ne lor aille;
Et s'il i a nul qui m'assaille,
De joster ne li faudrai pas.
Si sui je mout doillanz et las:
N'est pas mervoille, se me duel.
Droit a l'ancontre aler lor vuel,
Et vos soiiez ci tote coie!
Gardez que ja nus ne vos voie
Tant qu'il vos aient esloigniee."
A tant ez vos lance aloigniee
Guivret, qui l'ot de loing veü.
Ne se sont mie coneü,
Qu'an l'onbre d'une nue brune
S'estoit esconsee la lune.
Erec fu foibles et quassez,
Et cil fu auques respassez
De ses plaies et de ses cos.
Or fera Erec trop que fos,
Se tost conoistre ne se fet.
An sus de la haie se tret:
Et Guivrez vers lui esperone,
De rien nule ne l'areisone
Ne Erec ne li sona mot;
Plus cuida feire qu'il ne pot.
Qui plus viaut corre qu'il ne puet,
Recroire ou reposer l'estuet.
Li uns contre l'autre s'ajoste:
Mes ne fu pas igaus la joste;
Que cist fu foibles et cil forz.
Guivrez le fiert par tel esforz
Que par la crope del cheval
L'an porte a terre contre val.
Enide qui tapie estoit,
Quant son seignor a terre voit,
Morte cuide estre et maubaillie.
Fors est de la haie saillie
Et cort por eidier son seignor.
S'onques ot duel, or a greignor.
Vers Guivret vint, si le seisist
Par la resne, puis si li dist:
"Chevaliers, maudiz soies tu!
Qu'un home foible et sanz vertu,
Doillant et pres navré a mort,
As anvaï a si grant tort,
Que tu ne sez dire por quoi.
Se ici n'eüst fors que toi,
Que seus fusses et sanz aïe,
Mar fust feite ceste anvaïe
Mes que mes sire fust heitiez.
Or soies frans et afeitiez,
Si leisse ester par ta franchise
Ceste bataille qu'as anprise;
Car ja n'an vaudroit miauz tes pris,
Se tu avoies mort ou pris
Un chevalier qui n'a pooir
De relever, ce puez veoir;
Car d'armes a tant cos soferz
Que toz est de plaies coverz."
Cil respont: " Dame, ne tamez !
Bien voi que leaumant amez
Vostre seignor, si vos an lo.
N'avez garde ne bien ne po
De moi ne de ma conpeignie.
Mes dites moi, ne celez mie,
Comant vostre sire a a non;
Que ja n'i avroiz se preu non.
Qui que il soit, son non me dites,
Puis s'an ira seürs et quites.
N'estuet doter ne vos ne lui,
Qu'a seür estes anbedui."
QUANT Enide asseürer s'ot,
Briémant li respont an un mot:
"Erec a non, mantir n'an doi;
Car de bone eire et franc vos voi."
Guivrez desçant, qui mout fu liez,
Et vet Erec cheoir as piez
La ou il gisoit a la terre.
"Sire, je vos aloie querre,"
Fet il, "vers Limors droite voie,
Que mort trover vos i cuidoie.
Por voir m'estoit dit et conté,
Qu'a Limors an avoit porté
Un chevalier navré a mort
Li cuens Oringles, et a tort
Une dame esposer voloit
Qu'ansanble o lui trovee avoit;
Mes ele n'avoit de lui soing.
Et je venoie a grant besoing
Por li eidier et delivrer.
Se il ne me vossist livrer
La dame et vos sanz contredit,
Je me prisasse mout petit,
S'un pié de terre li leissasse.
Sachiez, se mout ne vos amasse,
Que ja ne m'an fusse antremis.
Je sui Guivrez, li vostre amis;
Mes se je vos ai fet enui
Por ce que je ne vos conui,
Pardoner bien le me devez."
A cest mot s'est Erec levez
An son seant, qu'il ne pot plus;
Et dist: "Amis, relevez sus!
De cest forfet quites soiiez,
Quant vos ne me conoissiiez."
Guivrez se lieve, et il li conte
Comant il a ocis le conte
La ou il manjoit a sa table,
Et comant devant une estable
Avoit recovré son destrier,
Comant serjant et escuiier
Fuiant crioient an la place:
"Fuiiez, fuiiez! Li morz nos chace!"
Comant il dut estre antrapez
Et comant il est eschapez
Parmi le chastel contre val,
Comant sor le col del cheval
An avoit sa fame aportee;
S'avanture li a contee.
Et Guivrez li redist aprés:
"Sire, j'ai un chastel ci pres,
Qui mout siet bien et an sain leu.
Por vostre eise et por vostre preu
Vos i voudrai demain mener,
S'i ferons voz plaies sener.
J'ai deus serors jantes et gaies,
Qui mout sevent de garir plaies;
Celes vos garront bien et tost.
Anuit ferons logier nostre ost
Jusqu'au matin parmi cez chans;
Que grant bien vos fera, ce pans,
Anuit un petit de repos:
Ci nos logerons par mon los."
Erec respont: "Ice lo gié."
Iluec sont remés et logié.
Ne furent pas de logier coi
Mes petit troverent de quoi,
Car n'i avoit mie po jant.
Par cez haies se vont lojant:
Guivrez fist son pavellon tandre
Et comanda une esche esprandre
Por alumer et clarté feire;
Des forgiers fet les cierges treire,
Ses alument parmi la tante.
Or n'est pas Enide dolante;
Car mout bien avenu li est.
Son seignor desarme et desvest,
Si li a ses plaies lavees,
Ressuiiees et rebandees;
Car n'i leissa autrui tochier.
Or ne li set que reprochier
Erec, qui bien l'a esprovee;
Vers lui a grant amor trovee.
Et Guivrez qui mout les conjot,
De coutes porpointes qu'il ot,
Fist un lit feire haut et lonc,
Qu'assez troverent herbe et jonc;
S'ont Erec couchié et covert.
Lors a Guivrez un cofre overt,
S'an fist fors treire deus pastez.
"Amis," fet il, "or an tastez
Un petit de cez pastez froiz!
Vin a eve meslé bevroiz;
J'an ai de buen sis baris plains;
Mes li purs ne vos est pas sains;
Car bleciez estes et plaiiez.
Biaus douz amis, or essaiiez
A mangier, que bien vos fera.
Et ma dame remangera,
Vostre fame, qui mout a hui
Por vos esté an grant enui;
Mes bien vos an estes vangiez.
Eschapez estes; or mangiez,
Et je mangerai, biaus amis."
Lors s'est Guivrez lez lui assis
Et Enide, cui mout pleisoit
Trestot quanque Guivrez feisoit.
Andui de mangier le semonent;
Vin et eve meslé li donent,
Car li purs est trop forz et rades.
Erec manja come malades
Et but petit, que il n'osa;
Mes a grant eise reposa
Et dormi trestote la nuit,
Qu'an ne li fist noise ne bruit.
AU matinet sont esvellié,
Si resont tuit aparellié
De monter et de chevauchier.
Erec ot mout son cheval chier,
Que d'autre chevauchier n'ot cure.
Enide ont bailliee une mure,
Car perdu ot son palefroi.
Mes ne fu pas an grant esfroi,
N'onques n'i pansa par sanblant.
Bele mule ot et bien anblant,
Qui a grant eise la porta.
Et ce mout la reconforta,
Qu'Erec ne s'esmaioit de rien,
Ainz lor disoit qu'il garroit bien.
A Penevric, un fort chastel,
Qui mout seoit et bien et bel,
Vindrent einçois tierce de jor.
La sejornoient a sejor
Les serors Guivret anbes deus,
Car mout estoit pleisanz li leus.
An une chanbre delitable,
Loing de jant, et bien essorable,
An a Guivrez Erec mené.
A lui garir ont mout pené
Ses serors, cui il an pria.
Erec an eles se fia,
Car eles mout l'asseurerent.
Premiers la morte char osterent,
Puis mistrent sus antret et tante;
A lui garir ont grant antante
Con celes qui mout an savoient.
Sovent ses plaies li lavoient
Et remetoient antret sus.
Chascun jor quatre foiz ou plus
Le feisoient mangier et boivre,
Sel gardoient d'auz et de poivre;
Mes qui qu'alast ne anz ne fors,
Toz jorz estoit devant son cors
Enide, cui plus an tenoit.
Guivrez leanz sovant venoit
Por demander et por savoir
S'il voudroit nule rien avoir.
Bien fu gardez et bien serviz,
Et n'estoit pas feite a anviz
Riens nule qui li fust mestiers,
Mes lieemant et volantiers.
A lui garir mistrent tel painne
Les puceles, qu'einçois quinzainne
Ne santi il mal ne dolor.
Lors por revenir sa color
Le comancierent a beignier.
An eles n'ot que anseignier,
Car bien an sorent covenir.
Quant il pot aler et venir
Ot Guivrez fet deus robes feire,
L'une d'ermine, l'autre veire,
De deus dras de soie divers.
L'une fu d'un osterin pers,
Et l'autre d'un bofu roiié,
Qu'an presant li ot anvoiié
D'Escoce une soe cosine.
Enide ot la robe d'ermine
Et l'osterin qui mout chiers fu,
Erec le ver et le bofu,
Qui ne valoient mie mains.
Or fu Erec et forz et sains,
Or fu gariz et respassez.
Or fu Enide liee assez,
Or ot totes ses volantez,
Or li revient sa granz biautez,
Car mout estoit et pale et tainte,
Si l'avoit ses granz diaus atainte.
Or fu acolee et beisiee,
Or fu de toz biens aeisiee,
Or ot sa joie et son delit;
Que nu a nu sont an un lit
Et li uns l'autre acole et beise;
N'est riens nule, qui tant lor pleise.
Tant ont eü mal et enui,
Il por li et ele por lui,
Qu'or ont feite lor penitance.
Li uns ancontre l'autre tance
Comant plus li puisse pleisir;
Del soreplus me doi teisir.
Or ont lor amor rafermee
Et lor grant dolor obli
Que petit mes lor an sovient.
Des or aler les an covient,
Si ont Guivret congié rové,
Cui mout orent ami trové;
Car de totes les riens qu'il pot,
Enorez et serviz les ot.
Erec li dist au congié prandre:
"Sire, or ne vuel je plus atandre
Que je ne m'an aille an ma terre.
Feites m'aparellier et querre,
Que j'aie tot mon estovoir.
Je voudrai par matin movoir
Demain, quant il iert ajorné.
Tant ai autor vos sejorné
Que je me sant fort et delivre.
Deus, se li plest, me lest tant vivre
Que je ancor an leu vos voie,
Que la puissance resoit moie
De vos servir et enorer!
Je ne cuit nul leu demorer,
Se pris ne sui ou retenuz,
Tant qu'a la cort serai venuz
Le roi Artu, que veoir vuel
Ou a Robais ou a Carduel."
Guivrez respont eneslepas:
"Sire, seus n'an iroiz vos pas!
Car je m'an irai avuec vos,
Et si manrai ansanble o nos
Conpeignons, s'a pleisir vos vient."
Erec a cest consoil se tient
Et dist que tot a sa devise
Viaut que la voie soit anprise.
La nuit font lor oirre aprester;
Car plus n'i vostrent arester;
Tuit s'atornent et aparoillent.
Au matinet quant il s'esvoillent,
Sont es chevaus mises les seles.
Erec es chanbres as puceles
Va congié prandre ainz qu'il s'an tort,
Et Enide aprés lui i cort,
Qui mout estoit joianz et liee.
Quant lor voie iere aparelliee,
As puceles ont congié pris:
Erec, qui bien estoit apris,
Au congié prandre les mercie
De sa santé et de sa vie,
Et mout lor promet son servise.
Puis a l'une par la main prise,
Celi qui plus li estoit pres;
Enide a prise l'autre aprés;
Si sont fors de la chanbre issu
Tuit main a main antretenu,
Si vienent el palés amont.
Guivrez de monter les semont
Maintenant sanz nule demore.
Ja ne cuide veoir cele ore
Enide, qu'il soient monté.
Un palefroi de grant bonté,
Soef anblant, jant et bien fet,
Li a l'an fors au perron tret.
Li palefroiz fu biaus et buens:
Ne valoit pas mains que li suens
Qui estoit remés a Limors.
Cil estoit vers, et cist est sors;
Mes la teste fu d'autre guise:
Partie estoit par tel devise
Que tote ot blanche l'une joe
Et l'autre noire come choe.
Antre deus avoit une lingne
Plus vert que n'est fuelle de vingne,
Qui departoit le blanc del noir.
Del lorain vos sai dire voir,
Et del peitral et de la sele,
Que l'uevre an fu et riche et bele.
Toz li peitraus et li lorains
Fu d'or et d'esmeraudes plains.
La sele fu d'autre meniere,
Coverte d'une porpre chiere.
Li arçon estoient d'ivoire,
S'i fu antailliee l'estoire,
Comant Eneas vint de Troie,
Comant a Cartage a grant joie
Dido an son lit le reçut,
Comant Eneas la deçut,
Comant ele por lui s'ocist,
Comant Eneas puis conquist
Laurente et tote Lonbardie,
Dont il fu rois tote sa vie.
Sotis fu l'uevre et bien tailliee,
Tote a fin or aparelliee.
Uns brez taillierre qui la fist
Au taillier plus de set anz mist,
Qu'a nule autre oevre n'antandi.
Ce ne sai je s'il la vandi,
Mes avoir an dut grant desserte.
Or ot bien Enide la perte
De son palefroi restoree,
Quant de cestui fu enoree.
Li palefroiz li fu bailliez
Si richemant aparelliez,
Et ele i monte lieemant;
Puis monterent isnelemant
Li seignor et li escuiier.
Maint riche ostor sor et muiier,
Maint terçuel et maint esprevier
Et maint brachet et maint levrier
Fist Guivrez avuec aus mener,
Por aus deduire et deporter.
CHEVAUCHI
Jusqu'au vespre le droit chemin
Plus de trante liues galesches,
Et vienent devant les bretesches
D'un chastel fort et riche et bel,
Clos tot antor de mur novel;
Et par dessoz a la reonde
Coroit une eve mout parfonde,
Rade et bruianz come tanpeste.
Erec an l'esgarder s'areste
Por demander et por savoir
Se nus li porroit dire voir
Qui de cel chastel estoit sire.
"Amis, savriiez me vos dire"
Fet il a son buen conpeignon,
"Comant cist chastiaus ci a non,
Et cui il est? Dites le moi
S'il est ou a conte ou a roi.
Des que ci amené m'avez,
Dites le moi, se vos savez."
"Sire," fet il, "mout bien le sai,
La verité vos an dirai.
Brandiganz a non li chastiaus,
Qui tant par est et forz et biaus,
Que roi n'anpereor ne dote.
Se France et Angleterre tote
Et tuit cil qui sont jusqu'au Liege
Estoient anviron a siege,
Nel prandroient il an lor vies;
Car plus dure de quatre liues
L'isle, ou li chastians est assis,
Et tot croist dedanz le porpris
Quanqu'a riche chastel covient:
Et fruiz et blez et vins i vient
Ne bois ne riviere n'i faut.
De nule part ne crient assaut,
Ne riens nel porroit afamer.
Li rois Evrains le fist fermer,
Qui l'a tenu an quiteé
Trestoz les jorz de son aé,
Et tandra trestote sa vie;
Mes fermer ne le fist il mie
Por ce qu'il dotast nules janz,
Mes li chastiaus an est plus janz.
Car s'il n'i avoit mur ne tor
Fors de l'eve qui cort antor,
Tant forz et tant seürs seroit,
Que tot le mont ne doteroit."
"Deus," dist Erec, "con grant richesce!
Alons veoir la forteresce,
Et si ferons nostre ostel prandre
El chastel, que j'i vuel desçandre."
"Sire," fet cil, cui mout grevoit,
"Se enuiier ne vos devoit,
Nos n'i desçandriiemes pas:
El chastel a un mal trespas."
"Mal?" fet Erec, "savez le vos?
Qui que il soit, dites le nos;
Que mout volantiers le savroie."
"Sire," fet il, "peor avroie
Que vos n'i eüssiez damage.
Je sai tant an vostre corage
De hardemant et de bonté,
Se je vos avoie conté
Ce que je sai de l'avanture,
Qui tant est perilleuse et dure,
Que vos i voudriiez aler.
J'an ai sovant oï parler;
Et passé a set anz ou plus
Que del chastel ne revint nus
Qui l'avanture i alast querre;
S'i sont venu de mainte terre
Chevalier fier et corageus.
Sire, nel tenez mie a jeus!
Que ja par moi ne le savroiz
De ci que creanté m'avroiz
Par l'amor que m'avez promise
Que par vos ne sera requise
L'avanture don nus n'estort
Qu'il n'i reçoive honte ou mort."
OR ot Erec ce que li siet;
Guivret prie que ne li griet,
Et dist: "Haï! biaus douz amis!
Sofrez que nostre osteus soit pris
El chastel mes ne vos enuit.
Tans est de herbergier anuit,
Et por ce vuel qu'il ne vos poist;
Que se nule enors nos i croist,
Ce vos devroit estre mout bel.
De l'avanture vos apel,
Que solemant le non me dites.
Del soreplus soiiez toz quites."
"Sire," fet il, "ne puis teisir
Que ne die vostre pleisir.
Li nons est mout biaus a nomer,
Mes mout est griés a assomer;
Que nus n'an puet eschaper vis.
L'avanture, ce vos plevis,
LA JOIE DE LA CORT a non."
" Deus ! an joie n'a se bien non ! "
Fet Erec; "ce vois ie querant.
Ja ne m'alez desesperant,
Biaus douz amis ! de ce ne d'el,
Mes feisons prandre nostre ostel,
Que granz biens nos an puet venir.
Riens ne me porroit retenir
Que je n'aille querre la Joie."
"Sire," fet il, "Deus vos an oie,
Que vos joie puissiez trover
Et sanz anconbrier retorner.
Bien voi qu'aler nos i estuet.
Des qu'autremant estre ne puet,
Alons i! Nostre osteus est pris,
Que nus chevaliers de haut pris
(Ce ai oï dire et conter)
Ne puet an cest chastel antrer
Por ce que herbergier i vuelle,
Que li rois Evrains nel recuelle.
Tant est jantis et frans li rois,
Qu'il a fet ban a ses borjois,
Si chier con chascuns a son cors,
Que prodon qui vaingne de fors
An lor meisons ostel ne truisse,
Por ce que il meïsmes puisse
Toz les prodomes enorer,
Qui leanz voudront demorer."
AINSI vers le chastel s'an vont,
Les lices passent et le pont;
Et quant les lices ont passees,
Les janz qui furent amassees
Parmi les rues a tropiaus,
Voient Erec qui mout est biaus,
Et par sanblant cuident et croient
Que trestuit li autre a lui soient.
A mervoilles l'esgardent tuit;
La vile an fremist tote et bruit,
Tuit an consoillent et parolent;
Nes les puceles qui carolent
Lor chant an leissent et retardent,
Totes ansanble le regardent
Et de sa grant biauté se saingnent
Et a grant mervoille le plaingnent.
An bas dit l'une a l'autre: "Lasse!
Cist chevaliers qui par ci passe,
Vet a la Joie de la Cort.
Dolanz an iert ainz qu'il s'an tort;
Onques nus ne vint d'autre terre
La Joie de la Cort requerre,
Qu'il n'i eüst honte et damage
Et n'i leissast la teste an gage."
Aprés por ce que il l'antande
Dïent an haut: "Deus te deffande,
Chevaliers, de mesavanture!
Car mout es biaus a desmesure,
Et mout fet ta biautez a plaindre;
Car demain la verrons estaindre.
A demain est ta morz venue;
Demain morras sanz atandue,
Se Deus ne te garde et deffant."
Erec ot bien et si antant,
Qu'an dit de lui aval la vile;
Plus le pleignoient de deus mile;
Mes riens ne le puet esmaiier.
Outre s'an va sanz delaiier,
Saluant deboneiremant
Toz et totes comunalmant.
Et tuit et totes le saluent,
Et li plusor d'angoisse suent,
Qui plus dotent que il ne fet
Et de sa honte et de son let.
Seul de veoir sa contenance,
Sa grant biauté et sa sanblance,
A si les cuers de toz a lui,
Que tuit redotent son enui,
Chevalier, dames et puceles.
Li rois Evrains ot les noveles
Que teus janz a sa cort venoient
Qui grant conpeignie menoient,
Et bien ressanbloit as hernois,
Que li sire estoit cuens ou rois.
Li rois Evrains anmi la rue
Vint ancontre aus, si les salue.
"Bien vaingne", fet il, "ceste rote,
Et li sires et la janz tote!
Bien veigniez, seignor! Desçandez!"
Desçandu sont: il fu assez
Qui lor chevaus reçut et prist.
Li rois Evrains pas n'antreprist,
Quant il vit Enide venant,
Si la salue maintenant
Et li cort eidier a desçandre.
Par la main qu'ele ot blanche et tandre,
L'an mainne anz el palés amont
Si con franchise le semont,
Si l'enora de quanqu'il pot;
Car bien et bel feire le sot
Sanz folie et sanz mal panser.
Une chanbre fist ançanser
D'ançans, de myrrre et d'aloé.
A l'antrer anz ont tuit loé
Le bel sanblant au roi Evrain.
An la chanbre antrent main a main,
Si con li rois les i mena,
Qui d'aus grant joie demena.
Mes por quoi vos deviseroie
Les peintures, les dras de soie,
Don la chanbre estoit anbelie?
Le tans gasteroie an folie,
Ne je ne le vuel pas gaster,
Einçois me vuel un po haster;
Car qui tost va la droite voie
Passe celui qui se desvoie;
Por ce ne m'i vuel arester.
Li rois comande a aprester
Le soper, quant tans fu et ore;
Por ce ne vuel feire demore,
Se trover puis voie plus droite.
Quanque cuers desirre et covoite
Orent plenieremant la nuit,
Oisiaus et veneison et fruit
Et vin de diverse meniere;
Mes tot passe la bele chiere!
Car de toz mes est li plus douz
La bele chiere et li liez vouz.
Mout furent servi richemant,
Tant qu'Erec estrosseemant
Leissa le mangier et le boivre,
Si comança a ramantoivre
Ce qui au cuer plus li tenoit;
De la Joie li sovenoit,
S'an a la parole esmeüe,
Li rois Evrains l'a maintenue.
"Sire," fet il, "or est bien tans
Que je die ce que je pans
Et por quoi je sui ça venuz.
Trop me sui del dire tenuz,
Or nel puis celer an avant.
La Joie de la Cort demant,
Que nule rien tant ne covoit.
Donez la moi, queus qu'ele soit
Se vos an estes poestis."
"Certes", fet li rois, "biaus amis,
Parler vos oi de grant oiseuse.
Ceste chose est mout perilleuse,
Qui dolant a fet maint prodome;
Vos meïsmes a la parsome
An seroiz morz et afolez,
Se consoil croire ne volez.
Mes se vos me voliiez croire,
Je vos loeroie a recroire
De demander chose si grief
Don ja ne vandriiez a chief.
N'an parlez pas! Teisiez vos an!
Ne vos vandroit pas de grant san,
Se vos ne creez mon consoil.
De rien nule ne me mervoil,
Se vos querez enor et pris;
Mes se vos veoie antrepris
Ou de vostre cors anpirié
J'an avroie le cuer irié.
Et sachiez bien que j'ai veu
Maint prodome estre recreu
Qui ceste joie demanderent.
Onques de rien n'i amanderent,
Ainz i sont tuit mort et peri.
Ainz que demain soit asseri,
Poez autel loier atandre.
S'a la Joie volez antandre,
Vos l'avroiz, mes que bien me poist.
C'est une chose que vos loist
A repantir et a retreire,
Se vos volez vostre preu feire.
Por ce vos di que traïson
Vers vos feroie et mesprison,
Se tot le voir ne vos disoie."
Erec antant et bien otroie
Que li rois a droit le consoille;
Mes con plus granz est la mervoille
Et l'avanture plus grevainne,
Plus la covoite et plus se painne;
Et dist: "Sire, dire vos puis
Que prodome et leal vos truis,
Ne blasme ne vos an puis metre.
De cest don me vuel antremetre,
Comant que des or mes m'an chiee
Ci an est la broche tranchiee;
Car ja de rien que j'aie anprise
Ne ferai tel recreantise,
Que je tot mon pooir n'an face
Einçois que j'isse de la place."
"Bien le savoie", dist li rois,
"Vos errez ancontre mon pois.
La Joie avroiz que vos querez;
Mes mout an sui desesperez,
Que mout dot vostre mescheance.
Mes or mes soiiez a fiance
D'avoir quanque vos coveitiez.
Se vos a joie an esploitiez,
Conquise avroiz si grant enor,
Qu'onques hon ne conquist greignor,
Et Deus, si con je le desir,
Vos an doint a joie partir."
DE ce tote la nuit parlerent
Jusqu'a tant que couchier alerent,
Que li lit furent atorné.
Au main quant il fu ajorné,
Erec qui fu an son esvoil,
Vit l'aube clere et le soloil,
Si se lieve tost et atorne.
Enide a mout grant enui torne,
Et mout an est triste et iriee;
Mout an est la nuit anpiriee
De sospeçon et de peor
Que ele avoit de son seignor
Qui se viaut metre an grant peril.
Mes tote voie s'atorne il;
Que nus ne l'an puet destorner.
Li rois, por son cors atorner,
A son lever li anvoia
Armes que mout bien anploia.
Erec nes a pas refusees;
Car les soes ierent usees
Et anpiriees et maumises.
Les armes a volantiers prises,
Si s'an fet armer an la sale.
Quant armez fu, si s'an avale
Trestoz les degrez contre val,
Et trueve anselé son cheval
Et le roi qui montez estoit.
Chascuns de monter s'aprestoit
Et a la cort et as ostés.
An tot le chastel n'a remés
Home ne fame, droit ne tort,
Grant ne petit, foible ne fort,
Qui aler puisse, qui n'i voise.
A l'esmovoir a mout grant noise
Et grant bruit par totes les rues;
Car les granz janz et les menues
Disoient tuit: "Haï! haï!
Chevaliers! Joie t'a traï,
Cele que tu cuides conquerre;
Mes ton duel et ta mort vas querre."
Et n'i a un seul qui ne die:
"Ceste Joie, Deus la maudie!
Que tant prodome i sont ocis.
Hui an cest jor fera le pis,
Que onques mes feïst sanz dote."
Erec ot bien et si escote
Qu'an dist de lui et sus et jus:
"Haï! haï! Tant mar i fus,
Biaus chevaliers, janz et adroiz!
Certes ne seroit mie droiz,
Que ta vie si tost fenist
Ne que nus enuis t'avenist
Don bleciez fusses et leidiz."
Bien ot la parole et les diz;
Mes totes voies outre passe,
Ne tient mie la teste basse
Ne ne fist sanblant de coart.
Qui que parot, mout li est tart
Que il voie et sache et conoisse
Dont il sont tuit an tel angoisse,
An tel enui et an tel painne.
Li rois fors del chastel le mainne
An un vergier qui estoit pres;
Et tote la janz vet aprés
Proiant que de ceste besoingne
Deus a joie partir l'an doingne;
Mes ne fet pas a trespasser
Por langue debatre et lasser,
Que del vergier ne vos retraie
Lonc l'estoire chose veraie.
EL vergier n'avoit anviron
Mur ne paliz se de l'er non;
Mes de l'er est de totes parz
Par nigromance clos li jarz
Si que riens antrer n'i pooit
Se par dessore n'i voloit,
Ne que s'il fust toz clos de fer.
Et tot esté et tot iver
I avoit flors et fruit meür;
Et li fruiz avoit tel eür,
Que leanz se leissoit mangier:
Au porter fors feisoit dangier;
Car qui point porter an vossist,
Ja mes a l'uis ne revenist
Ne ja mes del vergier n'issist
Tant qu'an son leu le fruit meïst;
Ne soz ciel n'a oisel volant
Qui pleise a home, qui n'i chant
Por lui deduire et resjoïr,
Que l'an n'an i poïst oïr
Plusors de chascune nature;
Et terre, tant come ele dure,
Ne porte espece ne racine,
Qui vaille a nule medecine,
Que l'an n'an i eüst planté,
S'an i avoit a grant planté.
Leanz par une estroite antree
Est la torbe des janz antree,
Li rois Evrains et tuit li autre.
Erec aloit lance sor fautre
Parmi le vergier chevauchant,
Qui mout se delitoit el chant
Des oisiaus qui leanz chantoient;
Sa Joie li represantoient,
La chose a quoi il plus beoit;
Mes une mervoille veoit,
Qui poïst feire grant peor
Au plus hardi conbateor
De trestoz çaus que nos savons,
Se fust Tiebauz, li Esclavons,
Ou Ospiniaus ou Fernaguz;
Car devant aus sor peus aguz
Avoit hiaumes luisanz et clers,
Et s'avoit dessoz les cerclers
Teste d'ome dessoz chascun;
Mes au chief des peus avoit un
Ou il n'avoit neant ancor
Fors que tant solemant un cor.
Il ne set que ce senefie,
Ne de neant ne se detrie;
Ainz demande que ce puet estre
Le roi qui lez lui iere a destre.
Li rois li dit et si li conte:
"Amis," fet il, "savez que monte
Ceste chose que ci veez?
Mout an devez estre esfreez,
Se vos amez rien vostre cors;
Car cil seus peus qui est defors,
Ou vos veez cest cor pandu,
A mout longuemant atandu,
Mes nos ne savons mie cui,
Se il atant vos ou autrui.
Garde ta teste n'i soit mise;
Car li peus siet an tel devise.
Bien vos an avoie garni
Einçois que vos venissiez ci.
Ja ne cuit que mes an issiez,
Si soiiez morz et detranchiez;
Car nos an savomes ja tant
Que li peus vostre teste atant.
Et s'il avient qu'ele i soit mise,
Si con chose li est promise,
Des que tes chiés i iert fichiez,
Uns autre peus sera dreciez
Aprés celui, qui atandra
Tant que ne sai qui revandra.
Del cor ne vos dirai je plus,
Mes onques soner nel pot nus.
Mes cil qui soner le porra,
Ses pris et s'enors an croistra
Devant toz çaus de la contree,
S'avra tel enor ancontree
Que tuit enorer le vandront
Et au mellor d'aus le tandront.
Or n'i a plus de cest afeire:
Feites voz janz arriere treire;
Car la Joie vandra par tans
Qui vos fera dolant, ce pans."
ATANT li rois Evrains le leisse,
Et cil vers Enide se beisse
Qui an son cuer grant duel feisoit,
Neporquant s'ele se teisoit;
Car diaus que l'an face de boche,
Ne monte rien, s'au cuer n'atoche.
Et cil qui bien conut son cuer
Li a dit: "Bele douce suer,
Jantis dame leaus et sage !
Je conois tot vostre corage.
Grant peor avez, bien le voi,
Si ne savez ancor por quoi;
Mes por neant vos esmaiiez
Jusqu'a tant que veü aiiez
Que mes escuz iert depeciez
Et je dedanz le cors bleciez,
Et vos verroiz covrir de sanc
Les mailles de mon hauberc blanc,
Et mon hiaume fret et quassé
Et moi recreant et lassé
Que plus ne me porrai deffandre,
Qu'il m'estovra merci atandre
Et deproiier outre mon vuel:
Lors porroiz feire vostre duel;
Que trop tost comancié l'avez.
Douce dame, ancor ne savez
Que ce sera, ne je nel sai.
De neant estes an esmai!
Mes bien sachiez veraiemant:
S'an moi n'avoit de hardemant
Fors tant con vostre amors me baille,
Ne doteroie je sanz faille
Cors a cors nul home vivant.
Si faz folie, qui me vant;
Mes je nel di por nul orguel
Fors tant que conforter vos vuel.
Confortez vos! Leissiez ester!
Je ne puis plus ci arester
Ne vos n'iroiz plus avuec moi;
Car avant mener ne vos doi
Si con li rois l'a comandé."
Lors la beise et comande a Dé
Et ele i recomande lui;
Mes mout li vient a grant enui
Quant ele nel siut et convoie
Tant qu'ele sache et qu'ele voie
Queus avanture ce sera
Et comant il esploitera;
Mes puis que remenoir l'estuet
Et avant siure ne le puet,
Si remaint iriee et dolante.
Et cil s'an va tote une sante
Seus, sanz conpeignie de jant,
Tant qu'il trova un lit d'arjant,
Covert d'un drap brosdé a or,
Dessoz l'onbre d'un sicamor,
Et sor le lit une pucele
Jante de cors et de vis bele
De totes biautez a devise;
La s'estoit tote sole assise.
De li ne vuel plus deviser;
Mes qui bien seüst raviser
Tot son ator et sa biauté,
Dire poïst par verité
Qu'onques Lavine de Laurante,
Qui tant par fu et bele et jante,
Nen ot de sa biauté le quart.
Erec s'aproche cele part,
Car de plus pres la vost veoir;
Et les janz s'an vont asseoir
Soz les arbres par le vergier.
A tant ez vos un chevalier
Armé d'unes armes vermoilles,
Qui mout estoit granz a mervoilles;
Et s'il ne fust granz a enui,
Soz ciel n'eüt plus bel de lui;
Mes il estoit un pié plus granz,
A tesmoing de totes les janz,
Que chevaliers que l'an seust.
Einçois qu'Erec veü l'eüst,
Si s'escria: "Vassaus, vassaus!
Fos estes, se je soie saus,
Qui vers ma dameisele alez.
Mien esciant tant ne valez
Que vers li doiiez aprochier.
Vos conparroiz ancui mout chier
Vostre folie, par ma teste!
Estez arriers!" Et cil s'areste,
Si le regarde; et cil s'estut.
Li uns vers l'autre ne se mut
Tant qu'Erec respondu li ot
Trestot quanque dire li plot.
"Amis," fet il, "dire puet l'an
Folie aussi tost come san.
Menaciez tant con vos pleira,
Et je sui cil qui se teira;
Qu'an menacier n'a nul savoir.
Savez por quoi? Teus cuide avoir
Le jeu joé, qui puis le pert.
Por ce est fos tot an apert,
Qui trop cuide et qui trop menace.
S'est qui fuie, assez est qui chace;
Mes je ne vos dot mie tant,
Que je m'an fuie ancor a tant;
Aparelliez sui de deffandre,
S'est qui estor me vuelle randre,
Que a force feire l'estuisse,
Qu'autremant eschaper n'an puisse."
"Nenil", fet il, "se Deus me saut!
Sachiez, bataille ne vos faut;
Que je vos requier et desfi."
Et ce sachiez vos tot de fi,
Que puis n'i ot resnes tenues.
N'orent mie lances menues,
Ainz furent grosses et quarrees,
Si n'estoient mie plenees,
S'an furent plus roides et forz.
Sor les escuz par tel esforz
S'antrefierent des fers tranchanz,
Que parmi les escuz luisanz
Passe de chascune une toise;
Mes li uns l'autre an char n'adoise,
Ne lance brisiee n'i ot;
Chascuns au plus tost que il pot
A sa lance retreite a lui,
Si s'antrevienent anbedui,
Et revienent a droite joste.
Li uns ancontre l'antre joste,
Si se fierent par tel angoisse,
Que l'une et l'autre lance froisse
Et li cheval dessoz aus chieent.
Et cil qui sor les chevaus sieent
Ne se santent de rien grevé:
Isnelemant sont relevé,
Car fort estoient et legier.
A pié sont anmi le vergier,
Si s'antrevienent demanois
As verz branz d'acier vi
Et fierent granz cos et nuisanz
Sor les hiaumes clers et luisanz,
Si que trestot les eschantelent
Et que li oel lor estancelent;
Ne plus ne se pueent pener
D'aus anpirier et d'aus grever
Que il se painnent et travaillent.
Andui fieremant s'antrassaillent
As pons dorez et as tranchanz.
Tant se sont martelé les danz
Et les joes et les nasés
Et poinz et braz et plus assez,
Tanples et hateriaus et cos,
Que tuit lor an duelent li os.
Mout sont doillant et mout sont las;
Neporquant ne recroient pas,
Einçois s'esforcent miauz et miauz.
La suors lor troble les iauz
Et li sans qui avuec degote,
Si que par po ne voient gote;
Et bien sovant lor cos perdoient
Come cil qui pas ne veoient
Lor espees sor aus conduire;
Ne ne pueent mes gueires nuire
Li uns a l'autre; neporquant
Ne recroient ne tant ne quant,
Que trestot lor pooir ne facent.
Por ce que li oel lor esfacent
Si que tot perdent lor veoir,
Leissent jus lor escuz cheoir,
Si s'antraerdent par grant ire.
Li uns l'autre sache et detire
Si que sor les genouz s'abatent.
Einsi longuemant se conbatent
Tant que l'ore de none passe,
Et li granz chevaliers se lasse
Si que tote li faut l'alainne.
Erec a son talant le mainne
Et sache et tire si que toz
Les laz de son hiaume a deroz
Et jusque vers ses piez l'ancline.
Cil chiet a danz sor sa peitrine
Ne n'a pooir de relever.
Que que il li doie grever,
Li covient dire et otroiier
"Conquis m'avez, nel puis noiier,
Mes mout me vient a grant contreire.
Et neporquant de tel afeire
Poez estre et de tel renon,
Qu'il ne m'an sera se bel non;
Et mout voudroie par proiiere,
S'estre puet an nule meniere,
Que je vostre droit non seüsse
Por ce que confort an eüsse.
Se miaudre de moi m'a conquis
Liez an serai, jel vos plevis;
Mes se il m'est si ancontre
Que pire de moi m'et outré,
De ce doi je grant duel avoir."
"Amis, tu viaus mon non savoir?"
Fet Erec, "Et jel te dirai,
Ja ainz de ci ne partirai;
Mes ce iert par tel covenant
Que tu me diras maintenant
Por quoi tu ies an cest jardin.
Savoir an vuel tote la fin,
Queus est tes nons et queus la joie;
Car mout me tarde que j'an oie
La verité de tot an tot."
"Sire," fet il, "sanz nul redot
Vos dirai tot quanque vos plest."
Erec son non plus ne li test:
"Oïs onques parler", fet il,
"Del roi Lac et d'Erec son fil?"
"Oil, sire, bien le conui,
Car a la cort son pere fui
Maint jor ainz que chevaliers fusse,
Ne ja son vuel ne m'an meüsse
D'ansanble o lui por nule rien."
"Donc me doiz tu conoistre bien,
Se tu fus onques avuec moi
A la cort mon pere, le roi."
"Par foi! donc m'est bien avenu.
Or oëz qui m'a retenu
An cest vergier si longuemant.
De tot vostre comandemant
Dirai le voir, que qu'il me griet.
Cele pucele qui la siet
M'ama des anfance, et je li.
A l'un et a l'autre abeli,
Et l'amors crut et amanda
Tant que ele me demanda
Un don, mes ne le noma mie.
Qui veeroit rien a s'amie?
N'est pas amis, qui antreset
Tot le buen s'amie ne fet
Sanz rien leissier et sanz feintise,
S'il onques puet an nule guise.
Creantai li sa volanté:
Quant je li oi acreanté,
Si vost ancor que li plevisse.
Se plus vossist, plus an feïsse;
Mes ele me crut par ma foi.
Fiançai li, si ne soi quoi.
Tant avint que chevaliers fui:
Li rois Evrains, cui niés je sui,
M'adoba veant mainz prodomes
Dedanz cest vergier ou nos somes.
Ma damoisele qui siet la
Tantost de ma foi m'apela
Et dist que plevi li avoie
Que ja mes de ceanz n'istroie
Tant que chevaliers i venist
Qui par armes me conqu
Reisons fu que je remassisse
Ainz que ma fiance mantisse,
Ja ne l'eüsse je plevi.
Des que je soi le bien an li,
A la rien que je plus ai chiere
N'an dui feire sanblant ne chiere
Que nule rien me despleüst;
Que, s'ele s'an aparceüst,
Tost retreissist a li son cuer;
Et je nel vossisse a nul fuer
Por rien qui deüst avenir.
Einsi me cuida retenir
Ma dameisele a lonc sejor;
Ne cuidoit pas que a nul jor
Deüst an cest vergier antrer
Vassaus qui me poïst outrer.
Por ce me cuida a delivre
Toz les jorz que j'eusse a vivre,
Avuec li tenir an prison.
Et je feïsse mesprison,
Se de rien nule me fainsisse
Que trestoz çaus ne conqueïsse,
Vers cui je eüsse puissance;
Vilainne fust la delivrance.
Et je vos os bien afichier,
Que je n'ai nul ami si chier
Vers cui je m'an fainsisse pas.
Onques mes d'armes ne fui las,
Ne de conbatre recreüz.
Bien avez les hiaumes veüz
De çaus que j'ai veincuz et morz;
Mes miens n'an est mie li torz,
Qui reison i viaut esgarder:
De ce ne me poi je garder,
Se je ne vossisse estre faus
Et foi mantie et desleaus.
Or vos ai la verité dite,
Et sachiez bien, n'est pas petite
L'enors que vos avez conquise.
Mout avez an grant joie mise
La cort mon oncle et mes amis,
Qu'or serai fors de ceanz mis;
Et por ce que joie an avront
Tuit cil qui a la cort seront,
JOIE DE LA CORT l'apeloient
Cil qui la joie an atandoient.
Tant longuemant l'ont atandue
Que ore lor sera randue
Par vos qui l'avez desresniee.
Bien avez matee et fesniee
Mon pris et ma chevalerie.
Or est bien droiz, que je vos die
Mon non, quant savoir le volez:
Mabonagrains sui apelez;
Mes je ne sui pas coneüz
An terre, ou j'aie esté veüz,
Par remanbrance de cest non,
S'an cest païs solemant non;
Car onques tant con vaslez fui,
Mon non ne dis ne ne conui.
Sire, la verité savez
De quanque vos requis m'avez;
Mes a dire vos ai ancor
Qu'il a an cest vergier un cor,
Que bien avez veu, ce croi.
Fors de ceanz issir ne doi
Tant que le cor aiiez soné;
Mes lors m'avroiz desprisoné
Et lors comancera la Joie.
Qui que l'antande et qui que l'oie,
Ja essoines nel retandra,
Quant la voiz del cor antandra,
Qu'a la cort ne vaingne tantost.
Levez d'ici, sire! Alez tost!
Alez le cor lieemant prandre;
Car vos n'i avez que atandre,
S'an feites ce que vos devez."
Maintenant s'est Erec levez,
Et cil se lieve ansanble o lui,
Au cor an vienent anbedui.
Erec le prant et si le sone,
Tote sa force i abandone
Si que mout loing an va l'oïe.
Mout s'an est Enide esjoïe
Quant ele la voiz antandi,
Et Guivrez mout s'an esjoï.
Liez est li rois et sa janz liee:
N'i a un seul cui mout ne siee
Et mout ne pleise ceste chose.
Nus n'i cesse ne ne repose
De joie feire et de chanter.
Cel jor se pot Erec vanter
Qu'onques teus joie ne fu feite;
Ne porroit pas estre retreite
Ne contee par boche d'ome;
Mes je vos an dirai la some
Briémant et sanz longue parole.
Novele par le païs vole
Qu'einsi est la chose avenue.
Puis n'i ot nule retenue,
Que tuit ne venissent a cort.
Trestoz li pueples i acort,
Qu'a pié que a cheval batant
Que li uns l'autre n'i atant.
Et cil qui el vergier estoient
D'Erec desarmer s'aprestoient
Et chantoient par contançon
Tuit de la joie une chançon;
Et les dames un lai troverent
Que LE LAI DE JOIE apelerent;
Mes n'est gueires li lais seüz.
Bien fu de joie Erec peüz
Et bien serviz a son creante;
Mes celi mie n'atalante
Qui sor le lit d'arjant seoit.
La joie que ele veoit
Ne li venoit mie a pleisir;
Mes mainte jant covient teisir
Et esgarder ce qui lor poise.
Mout fist Enide que cortoise:
Por ce que pansive la vit
Et sole seoir sor le lit,
Li prist talanz que ele iroit
A li parler, si li diroit
De son afeire et de son estre,
Et anquerroit s'il pooit estre,
Qu'ele del suen li redeïst,
Mes que trop ne li desseïst.
Sole i cuida Enide aler,
Que nelui n'i voloit mener;
Mes des dames et des puceles,
Des plus vaillanz et des plus beles,
La suïrent une partie
Por amor et por conpeignie,
Et por celi feire confort
Cui la joie enuie mout fort,
Por ce qu'il li estoit avis,
Qu'or ne seroit mes ses amis
Avuec li tant come il soloit,
Quant del vergier issir voloit.
A cui que il desabelisse,
Ne puet mu
Car venuz est l'ore et li termes.
Por ce li coroient les lermes
Des iauz tot contreval le vis.
Mout plus que je ne vos devis
Estoit dolante et correciee,
Et neporquant si s'est dreciee;
Mes de nelui ne li est tant
De çaus qui la vont confortant,
Que ele an lest son duel a feire.
Enide come de bone eire
La salue; cele ne pot
De grant piece respondre mot;
Car sospir et sanglot li tolent,
Qui mout l'anpirent et afolent.
Grant piece aprés li a randu
La dameisele son salu,
Et quant ele l'ot esgardee
Une grant piece et ravisee,
Si li sanbla que l'ot veüe
Autre foiiee et coneüe;
Mes n'an fu pas tres bien certainne,
Ne d'anquerre ne li fu painne
Dont ele estoit, de quel païs,
Et don ses sire estoit naïs;
D'aus deus demande qui il sont.
Enide briémant li respont
Et la verité li reconte:
"Niece", fet ele, "sui le conte
Qui tient Lalut an son demainne,
Fille de sa seror germainne:
A Lalut fui nee et norrie."
Ne puet mu
Ainz que plus dire li oïst,
Cele qui tant s'an esjoïst
Que de son duel mes ne li chaut.
De leesce li cuers li saut;
Sa joie ne puet mes celer:
Beisier la cort et acoler
Et dist: "Je sui vostre cosine!
Sachiez que c'est veritez fine,
Et vos estes niece mon pere;
Car il et li vostre sont frere.
Mes je cuit que vos ne savez,
Ne oï dire ne l'avez,
Comant je ving an ceste terre.
Li cuens, vostre oncles, avoit guerre,
Si vindrent a lui an soudees
Chevalier de maintes contrees.
Einsi, bele cosine, avint
Qu'avuec aus uns soudoiiers vint,
Li niés le roi de Brandigan;
Chiés mon pere fu pres d'un an.
Bien a, ce croi, doze anz passez:
Ancor estoie anfes assez,
Il iert mout biaus et avenanz.
La feïmes noz covenanz
Antre nos deus teus con nos sist.
Ains ne vos rien qu'il ne vossist
Tant qu'a amer me comança,
Si me plevi et fiança,
Que toz jorz mes amis seroit
Et que il ça m'an amanroit;
Moi plot et lui de l'autre part.
Lui demora et moi fu tart
Que ça m'an venisse avuec lui;
Si nos an venimes andui
Que nus ne le sot fors que nos.
A cel jor antre moi et vos
Estiiens juenes et petites.
Voir vos ai dit; or me redites,
Aussi con je vos ai conté,
De vostre ami la verité,
Par quel avanture il vos a."
"Bele cosine! il m'esposa
Si que mes pere bien le sot
Et ma mere grant joie an ot.
Tuit le sorent et lié an furent
Nostre parant si come il durent.
Liez an fu meïsmes li cuens,
Car il est chevaliers si buens
Que l'an ne puet mellor trover,
Si n'est or pas a esprover
Ne d'enor ne de vasselage;
Et mout est de jantil lignage:
Ne cuit que soit ses parauz nus.
Il m'aimme mout, et je lui plus;
Que l'amors ne puet estre graindre.
Onques ancor ne me soi faindre
De lui amer ne je ne doi.
Don n'est mes sire fiz de roi?
Don ne me prist il povre et nue?
Par lui m'est teus enors venue,
Qu'ains a nule desconselliee
Ne fu si granz aparelliee.
Et s'il vos plest je vos dirai,
Si que de rien ne mantirai,
Comant je ving a tel hautesce;
Ja del dire ne m'iert peresce."
Lors li conta et reconut
Comant Erec vint a Lalut;
Car ele n'ot del celer cure.
Bien li reconta l'avanture
Tot mot a mot, sanz antrelés;
Mes a conter le vos relés
Por ce que d'enui croist son conte
Qui deus foiz une chose conte.
Que qu'eles parloient ansanble
Une dame sole s'an anble
Qui as barons l'ala conter
Por la joie croistre et monter.
De ceste chose s'esjoïrent
Tuit ansanble cil qui l'oïrent.
Et quant Mabonagrains le sot
Por s'amie grant joie an ot
Por ce qu'ele s'an conforta.
Et cele qui lor aporta
La novele hastivemant,
Les fist mout liez sodainnemant.
Liez an fu meïsmes li rois
Qui grant joie feisoit einçois;
Mes or la fet il mout greignor,
Erec porte mout grant enor.
Enide sa cosine an mainne,
Plus bele que ne fu Helainne,
Et plus jante et plus avenant.
Contre eles corent maintenant
Antre Erec et Mabonagrain,
Et Guivret et le roi Evrain,
Et trestuit li autre i acorent,
Si les saluent et enorent,
Que nus ne s'an faint ne retret.
Mabonagrains grant joie fet
D'Enide et ele aussi de lui.
Erec et Guivrez anbedui
Refont joie de la pucele.
Grant joie font et cil et cele,
Si s'antrebeisent et acolent.
De raler el chastel parolent,
Car trop ont el vergier esté.
De l'issir fors sont apresté,
Si s'an issent joie feisant,
Et li uns l'autre antrebeisant.
Trestuit aprés le roi s'an issent;
Mes ainz que el chastel venissent
Furent assanblé li baron
De tot le païs anviron,
Et tuit cil qui la joie sorent
I vindrent, qui venir i porent;
Granz fu l'assanblee et la presse.
Chascuns d'Erec veoir s'angresse,
Et haut et bas, et povre et riche.
Li uns devant l'autre se fiche,
Si le saluent et anclinent,
Et dïent tuit, qu'onques ne finent:
"Deus saut celui par cui ressort
Joie et leesce a nostre cort!
Deus saut le plus buen euré,
Que Deus a feire et anduré!"
Einsi jusqu'a la cort l'an mainnent
Et de joie feire se painnent
Si con li cuer les an semonent.
Rotes, harpes, vi
Gigues, sautier et sinfonies
Et trestotes les armonies
Qu'an poïst dire ne nomer.
Mes je le vos vuel assomer
Briémant, sanz trop longue demore.
Li rois a son pooir l'enore,
Et tuit li autre sanz feintise.
N'i a nul qui de son servise
Ne s'aparaut mout volantiers.
Trois jorz dura la Joie antiers
Ainz qu'Erec s'an poïst torner.
Au quart ne vost plus sejorner
Por rien qu'an li seüst proiier.
Grant jant ot a lui convoiier,
Et mout grant presse au congié prandre.
Ne poïst pas les saluz randre
An demi jor par un et un,
S'il vossist respondre a chascun.
Les barons salue et acole,
Les autres a une parole
Comande a Deu toz et salue.
Enide ne rest mie mue
Au congié prandre des barons.
Toz les salue par lor nons,
Et il li tuit comunemant.
Au departir mout doucemant
Beise et acole sa cosine.
Departi sont, la Joie fine.
CIL s'an vont, et cil s'an retornent.
Erec et Guivrez ne sejornent,
Mes a joie lor voie tindrent
Tant qu'an nuef jorz a Robais vindrent,
Ou li rois lor fu anseigniez.
Le jor devant estoit seingniez
An ses chanbres priveemant;
Ansanble o lui ot solemant
Cinc çanz barons de sa meison.
Onques mes an nule seison
Ne fu trovez li rois si seus,
Si an estoit mout angoisseus,
Que plus n'avoit jant a sa cort.
A tant uns messages acort,
Que il orent fet avancier
Por lor venue au roi noncier.
Cil s'an vint tot devant la rote,
Le roi trova et sa jant tote,
Si le salue come sages
Et dist: "Sire! je sui messages
Erec et Guivret le Petit."
Et puis li a conté et dit
Qu'a sa cort veoir le venoient.
Li rois respont: "Bien veignant soient
Come baron vaillant et preu!
Mellors d'aus deus ne sai nul leu.
D'aus iert mout ma corz amandee."
Lors a la reïne mandee,
Si li a dites les noveles.
Li autre font metre lor seles
Por aler contre les barons.
Ains n'i chaucierent esperons,
Tant se hasterent de monter.
Briémant vos vuel dire et conter
Que ja estoit el borc venue
La rote de la jant menue,
Garçon et queu et botellier,
Por les osteus aparellier.
La granz rote venoit aprés,
S'estoit ja venue si prés,
Qu'an la vile estoient antré.
Maintenant sont antrancontré,
Si s'antresalüent et beisent.
As osteus vienent, si s'aeisent,
Si se deshuesent et atornent;
De lor beles robes s'aornent.
Quant bien et bel atorné furent,
Por aler a la cort s'esmurent.
A cort vienent: li rois les voit,
Et la reïne qui desvoit
D'Erec et d'Enide veoir.
Li rois les fet lez lui seoir,
Si beise Erec et puis Guivret,
Enide au col ses deus braz met,
Si la rebeise et fet grant joie.
La reine ne rest pas coie
D'Erec et d'Enide acoler.
De li poïst l'an oiseler,
Tant estoit de grant joie plainne.
Chascuns del conjoïr se painne.
Et li rois pes feire comande,
Puis anquiert Erec et demande
Noveles de ses avantures.
Quant aqueisiez fu li murmures
Erec a comancié son conte.
Ses avantures li reconte
Que nule n'an i antroblie.
Cuidiez vos or que je vos die
Queus achoisons le fist movoir?
Naie! que bien savez le voir
Et de ce et de l'autre chose,
Si con je la vos ai esclose.
Li reconters me seroit griés,
Car li contes n'est mie briés,
Qui le voudroit recomancier
Et les paroles rajancier,
Si come il le conta et dist:
Des trois chevaliers qu'il conquist,
Et puis des cinc, et puis del conte
Qui li vost feire si grant honte,
Et puis des deus jaianz aprés,
Trestot an ordre, prés a prés,
Ses avantures li conta
Jusque la ou il afronta
Le conte Oringle de Limors.
"De maint peril estes estors,"
Ce dist li rois, "biaus douz amis!
Or remenez an cest païs
A ma cort si con vos solez."
"Sire! des que vos le volez,
Je remandrai mout volantiers
Trois anz ou quatre toz antiers;
Mes priiez Guivret autressi
Del remenoir, et je l'an pri."
Li rois del remenoir li proie,
Et cil la remenance otroie.
Einsi remainnent anbedui:
Li rois les retint avuec lui,
Ses tint mout chiers et enora.
EREC a cort tant demora,
Guivrez et Enide antr'aus trois,
Que morz fu ses pere, li rois,
Qui viauz iere et de grant aage.
Maintenant murent li message:
Li baron qui l'alerent querre,
Li plus haut home de sa terre,
Tant le quistrent et demanderent,
Que a Tintaguel le troverent
Vint jorz devant natevité,
Si li distrent la verité,
Comant il estoit avenu
De son pere, le viel chenu,
Qui morz estoit et trespassez.
Erec an pesa plus assez
Qu'il ne mostra sanblant as janz;
Mes diaus de roi n'est mie janz,
N'a roi n'avient qu'il face duel.
La ou il iere a Tintaguel,
Fist chanter vigiles et messes,
Promist et randi ses promesses,
Si come il les avoit promises,
As meisons Deu et as eglises;
Mout fist bien quanque feire dut:
Povres mesaeisiez eslut
Plus de çant et seissante et nuef,
Si les revesti tot de nuef;
As povres clers et as provoires
Dona, que droiz fu, chapes noires
Et chaudes pelices dessoz.
Mout fist grant bien por Deu a toz:
A çaus qui an orent mestier
Dona deniers plus d'un sestier.
Quant departi ot son avoir
Aprés fist un mout grant savoir,
Que del roi sa terre reprist;
Aprés si li pria et dist
Qu'il le coronast a sa cort.
Li rois li dist que tost s'atort;
Que coroné seront andui,
Il et sa fame ansanble o lui,
A la natevité qui vient;
Et dist: "Aler vos an covient
De ci qu'a Nantes an Bretaingne;
La porteroiz real ansaingne,
Corone el chief et ceptre el poing;
Cest don et ceste enor vos doing."
Erec le roi an mercia
Et dist que mout bel don i a.
A la natevité ansanble
Li rois toz ses barons assanble,
Trestoz par un et un les mande.
A Nantes venir les comande;
Toz les manda: nus n'i remaint.
Erec des suens remanda maint,
Maint venir an i comanda:
Plus an i vint qu'il ne manda
Por lui servir et enor feire.
Ne vos sai dire ne retreire,
Qui fu chascuns ne come ot non;
Mes qui que venist ne qui non,
N'i fu pas obli
Ma dame Enide ne sa mere.
Cil fu mandez premieremant
Et vint a cort mout richemant
Come hauz ber et chastelains.
N'ot pas rote de chapelains
Ne de jant fole n'esbaïe,
Mes de buene chevalerie
Et de jant mout bien atornee.
Chascun jor firent grant jornee:
Tant chevauchierent chascun jor
A grant joie et a grant ator,
La voille de natevité
Vindrent a Nantes la cité.
Onques nul leu ne s'aresterent
Tant qu'an la haute sale antrerent,
Ou li rois et ses janz estoient.
Erec et Enide les voient:
Savoir poez que joie an orent.
Ancontre vont plus tost qu'il porent,
Si les salüent et acolent,
Mout doucemant les aparolent
Et font joie si come il durent.
Quant antreconjoï se furent
Tuit quatre main a main se tindrent,
Jusque devant le roi s'an vindrent,
Si le saluent maintenant,
Et puis la reïne ansemant,
Qui delez lui seoit an coste.
Erec tint par la main son oste
Et dist: "Sire ! veez vos ci
Mon buen oste, mon buen ami,
Qui me porta si grant enor
Qu'a sa meison me fist seignor.
Ainz qu'il me coneüst de rien
Me herberja et bel et bien.
Quanqu
Neïs sa fille me dona
Sanz los et sanz consoil d'autrui."
"Et ceste dame ansanble o lui,
Amis!", fet li rois, "qui est ele?"
Erec nule rien ne li cele:
"Sire!", fet il, "de ceste dame
Vos di qu'ele est mere ma fame."
"Sa mere est ele?" - "Voire! sire!"
"Certes, donc vos puis je bien dire
Que mout doit estre bele et jante
La flors qui nest de si bele ante,
Et li fruiz miaudre, qu'an i quiaut,
Car qui de buen ist, soef iaut.
Bele est Enide, et bele doit
Estre par reison et par droit,
Que bele dame est mout sa mere,
Bel chevalier a an son pere.
De lule rien ne les angingne,
Car mout retret bien et relingne
A anbedeus de mainte chose."
Ci se test li rois et repose,
Si lor comande qu'il s'assieent.
Cil son comandemant ne vieent,
Assis se sont tot maintenant.
Or a Enide joie grant
Quant son pere et sa mere voit,
Que mout lonc tans passé avoit
Que ele nes avoit veüz.
Mout l'an est granz joies creüz:
Mout l'an fu bel et mout li plot;
Sanblant an fist, quanqu'ele pot;
Mes n'an pot pas tel sanblant feire
Qu'ancor ne fust la joie meire.
Ne ie n'an vuel ore plus dire,
Que vers la cort li cuers me tire,
Qui ja estoit tote assanblee.
De mainte diverse contree
I ot contes et dus et rois,
Normanz, Bretons, Escoz, Irois;
D'Angleterre et de Cornoaille
I ot mout riche baronaille,
Que des Gales jusqu'an Anjo,
Ne el Mainne ne an Peito
N'ot chevalier de grant afeire
Ne jantil dame de bone eire
Que les mellors et les plus jantes
Ne fussent a la cort a Nantes,
Si con li rois les ot mandez.
Or o
La grant joie et la grant hautesce,
La seignorie et la richesce,
Qui a la cort fu demenee.
Einçois que none fust sonee,
Ot adobé li rois Artus
Quatre çanz chevaliers et plus,
Toz fiz de contes et de rois.
Chevaus dona a chascun trois,
Et robes a chascun deus peire
Por ce que sa corz miaudre apeire.
Mout fu li rois puissanz et larges:
Ne dona pas mantiaus de sarges,
Ne de conins ne de brunetes,
Mes de samiz et d'erminetes,
De ver antiers et de diaspres,
Listez d'orfrois roiiez et aspres.
Alixandres, qui tant conquist
Que soz lui tot le monde mist,
Et tant fu larges et tant riches,
Vers cestui fu povres et chiches.
Cesar, l'anperere de Rome,
Et tuit li roi que l'an vos nome
An diz et an chançons de geste,
Ne dona tant a une feste
Come li rois Artus dona
Le jor que Erec corona;
Ne tant n'osassent pas despandre
Antre Cesar et Alixandre,
Come a la cort ot despandu.
Li mantel furent estandu
A bandon par totes les sales,
Tuit furent gité fors des males;
S'an prist qui vost, sanz contredit.
Anmi la cort sor un tapit
Ot trante muis d'esterlins blans;
Car lors avoient a cel tans
Coreü dés le tans Merlin
Par tote Bretaingne esterlin.
Iluec pristrent livreison tuit;
Chascuns an porta cele nuit
Tant come il vost a son ostel.
A tierce le jor de noel
Resont tuit a cort assanblé.
Tot a Erec son cuer anblé
La granz joie qui li aproche.
Or ne porroit langue ne boche
De nul home, tant seüst d'art,
Deviser le tierz ne le quart
Ne le quint de l'atornemant
Qui fu a son coronemant.
Donc vuel je grant folie anprandre,
Qui au descrivre vuel antandre;
Mes puis que feire le m'estuet,
Or avaingne qu'avenir puet,
Ne leisserai que je ne die
Selonc mon san une partie.
LI rois avoit deus faudestués
D'ivoire blanc, bien fez et nués,
D'une meniere et d'une taille.
Cil qui les fist, sanz nule faille,
Fu mout sotis et angigneus;
Car si les fist sanblanz andeus
D'un haut, d'un lé et d'un ator,
Ja tant n'esgardissiez antor
Por l'un de l'autre deviser,
Que ja i poïssiez trover
An l'un, qui an l'autre ne fust.
N'i avoit nule rien de fust
Se d'or non ou d'ivoire fin.
Bien furent taillié de grant fin;
Car li dui manbre d'une part
Orent sanblance de liépart,
Li autre dui de corcatrilles.
Uns chevaliers, Bruianz des Illes,
An avoit fet don et seisine
Le roi Artu et la reïne.
Li rois Artus sor l'un s'assist,
Sor l'autre Erec asseoir fist
Qui fu vestuz d'un drap de moire.
Lisant trovomes an l'estoire
La description de la robe,
Si an trai a garant Macrobe,
Qui au descrivre mist s'antante,
Que l'an ne die que je mante.
Macrobes m'ansaingne a descrivre,
Si con je l'ai trové el livre,
L'uevre del drap et le portret.
Quatre fees l'avoient fet
Par grant san et par grant mestrie.
L'une i portrest geometrie,
Si come ele esgarde et mesure,
Con li ciaus et la terre dure,
Si que de rien nule n'i faut,
Et puis le bas et puis le haut,
Et puis le lé et puis le lonc;
Et puis esgarde par selonc
Con la mers est lée et parfonde
Et si mesure tot le monde.
Tel oevre i mist la premerainne;
Et la seconde mist sa painne
An arimetique portreire,
Si se pena mont de bien feire,
Si come ele nonbre par sans
Les jorz et les ores del tans,
Et l'eve de mer gote a gote,
Et puis aprés l'arainne tote
Et les estoiles tire a tire,
(Bien an set la verité dire),
Et quantes fuelles an bois a:
Onques nonbres ne l'an boisa
Ne ja n'an mantira de rien
Quant ele i viaut antandre bien;
Teus est li sans d'arimetique.
La tierce oevre fu de musique,
A cui toz li deduiz s'acorde,
Chant et deschant, et son de corde,
De harpe, de rote et vi
Ceste oevre fu et buene et bele,
Car devant li gisoient tuit
Li estrumant et li deduit.
La quarte qui aprés ovra
A mout buene oevre recovra,
Car la mellor des arz i mist.
D'astronomie s'antremist
Cele qui fet tante mervoille,
Qui as estoiles se consoille
Et a la lune et au soloil;
An autre leu ne prant consoil
De rien qui a feire li soit.
Cil la consoillent bien a droit
De quanqu
Et quanque fu et quanqu
Li font certainnement savoir
Sanz mantir et sanz decevoir.
Ceste oevre fu el drap portreite,
De quoi la robe Erec fu feite,
A fil d'or ovree et tissue.
La pane qui i fu cosue
Fu d'unes contrefeites bestes,
Qui ont totes blanches les testes
Et les cos noirs come une more,
Les dos ont toz vermauz dessore,
Les vantres vers et la coe inde.
Iteus bestes neissent an Inde,
Si ont barbioletes non;
Ne manjuent s'especes non,
Quenele et girofle novel.
Que vos diroie del mantel?
Mout fu riches et buens et biaus:
Quatre pierres ot és tassiaus,
D'une part ot deus crisolites
Et de l'autre deus ametites,
Qui furent assises an or.
ENIDE n'estoit pas ancor
Venue el palés a cele ore.
Quant li rois voit qu'ele demore
Gauvain comande tost aler
Li et la reïne amener.
Gauvains i cort, ne fu pas lanz
O lui li rois Cadovalanz
Et li larges rois de Gavoie.
Guivrez li Petiz les convoie,
Aprés va Yders, li fiz Nut.
Des autres barons i corut
Tant por les deus dames conduire,
Bien poïssent une ost destruire;
Car plus an i ot d'un millier.
Quanque pot, d'Enide atillier
Se fu la reïne penee.
El palés l'an ont amenee
D'une part Gauvains, li cortois,
Et d'autre part li larges rois
De Gavoie, qui mout l'ot chiere,
Tot por Erec, qui ses niés iere.
Quant eles vindrent el palés,
Contre eles vint a grant eslés
Li rois Artus, et par franchise
Lez Erec a Enide assise;
Car mout li viaut grant enor feire.
Maintenant comande fors treire
Deus corones de son tresor,
Totes massices de fin or.
Des qu'il l'ot comandé et dit,
Les corones sanz nul respit
Li furent devant aportees,
D'escharboncles anluminees,
Que quatre an avoit an chascune.
Nule riens n'est clartez de lune
A la clarté que toz li mandre
Des escharboncles pooit randre.
Por la clarté qu'eles randoient,
Tuit cil qui el palés estoient
Si tres duremant s'esbaïrent
Que de piece gote ne virent;
Neïs li rois s'an esbaï
Et neporquant mout s'esjoï
Quant il les vit cleres et beles.
L'une fist prandre a deus puceles
Et l'autre a deus barons tenir.
Puis comanda avant venir
Les evesques et les prïeus
Et les abez religïeus,
Por enoindre le novel roi
Selonc la crestiiene loi.
Maintenant sont avant venu
Tuit li prelat, juene et chenu;
Car a la cort avoit assez
Venuz evesques et abez.
L'evesques de Nantes meïsmes
Qui mout fu prodon et saintismes,
Fist le sacre del roi novel
Mout saintemant et bien et bel,
Et la corone el chief li mist.
Li rois Artus aporter fist
Un ceptre qui mout fu loez.
Del ceptre la façon oez,
Qui fu plus clers d'une verrine,
Toz d'une esmeraude anterine,
Et s'avoit bien plain poing de gros.
Par verité dire vos os
Qu'an tot le mont nen a meniere
De peisson ne de beste fiere
Ne d'ome ne d'oisel volage
Que chascuns lonc sa propre image
N'i fust ovrez et antailliez.
Li ceptres fu au roi bailliez,
Qui a mervoilles l'esgarda;
Si le mist, que plus ne tarda,
Le roi Erec an sa main destre;
Or fu il rois si con dut estre.
Puis ra Enide coronee.
Ja estoit la messe sonee,
Si s'an vont a la mestre eglise
Oïr la messe et le servise;
A l'eveschié s'an vont orer.
De joie veïssiez plorer
Le pere a la reïne Enide
Et sa mere Carsenefide.
Por voir einsi ot non sa mere,
Et Liconaus ot non ses pere;
Mout estoient anbedui lié.
Quant il vindrent a l'eveschié,
Ancontr'aus s'an ist tote fors
O reliques et o tresors
La processions del mostier.
Croiz et textes et ancansier
Et chasses atot les cors sainz,
Dont il ot an l'eglise mainz,
Lor fu a l'ancontre fors tret,
Ne de chanter n'i ot po fet.
Onques ansanble ne vit nus
Tant rois, tant contes ne tant dus
Ne tant barons a une messe,
Si fu granz la presse et espesse,
Que toz an fu li mostiers plains.
Onques n'i pot antrer vilains,
Se dames non et chevalier.
Defors la porte del mostier
An i remest ancor assez:
Tant an i avoit amassez
Qui el mostier antrer ne porent.
Quant tote la messe oïe orent,
Si sont el palés retorné.
Ja fu tot fet et atorné,
Tables mises, et napes sus:
Cinc çanz tables i ot et plus;
Mes je ne vos vuel feire acroire
Chose qui ne sanble estre voire.
Mançonge sanbleroit trop granz,
Se je disoie que cinc çanz
Tables fussent mises a tire
An un palés, ja nel quier dire;
Ainz an i ot cinc sales plainnes,
Si que l'an pooit a granz painnes
Voie antre les tables avoir.
A chascune table por voir
Avoit ou roi ou duc ou conte,
Et çant chevalier tot par conte
A chascune table seoient.
Mil chevalier de pain servoient,
Et mil de vin, et mil de mes
Vestu d'ermins peliçons fres.
De mes divers sont tuit servi:
Neporquant se je ne les vi
Vos an seüsse reison randre,
Mes il m'estuet a el antandre
Que a reconter le mangier:
Assez an orent sanz dangier;
A grant joie et a grant planté
Servi furent a volanté.
QUANT cele feste fu finee,
Li rois departi l'assanblee
Des rois et des dus et des contes,
Dont assez estoit granz li contes,
Des autres janz et des menues
Qui a la feste sont venues.
Mout lor ot doné largemant
Chevaus et armes et arjant,
Dras et pailes de mainte guise,
Por ce qu'il est de grant franchise
Et por Erec qu'il ama tant.
Li contes fine ci a tant.