La Commune a passé par là

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Au bureau du Comité Pottier, 1908 (pp. 80-81).
◄  L’Auge
Déjà !  ►



LA COMMUNE A PASSÉ PAR LÀ !



À Éd. Vaillant, membre de la Commune.


La Commune est un coup de foudre,
Et Paris peut en être fier ;
Ce globe inquiet sent la poudre
Tout comme si c’était hier.
Défaite attendant sa revanche,
Fracasse, Vautour, Loyola
Depuis lors branlent dans le manche…
La Commune a passé par là !

La lutte a dépavé la rue
Et décimé les bataillons ;
L’Égalité mit sa charrue
Pour fouiller au cœur des sillons.
Ce fut une hécatombe immense ;
Mais partout où le sang coula
Nous voyons germer la semence…
La Commune a passé par là !

Elle exécrait le faux grand homme
Sur une colonne planté,
Et ce culte à la guerre, comme
Une insulte à l’humanité.
Que Chauvin rugisse ou clabaude,
Le singe arriéré d’Attila
Est tombé d’une chiquenaude…
La Commune a passé par là !


Il vous souvient des Tuileries ?
Décembre y logea son bourreau ;
Il en fit par ses drôleries
Un palais à gros numéro.
En ce temps de peste et de lucre
À l’amour il donnait le la…
Un jour on y brûla du sucre.
La Commune a passé par là !

États-Unis et vieille Europe,
Le travail ouvre ses Congrès,
La Science a pris la varlope,
Les marteaux forgent le Progrès.
Au soleil l’avenir se trame,
Pas de frontières pour cela :
Les peuples n’ont plus qu’un programme !
La Commune a passé par là !

Le Congrès dit : « Je revendique
» Sols, mines, puits, canal et rail,
» Télégraphe, steamer, fabrique
« Les grands instruments de travail.
» Pour la production géante
» Socialisons tout cela,
» Biffons la classe fainéante… »
La Commune a passé par là !

Les cerveaux boivent la lumière,
Elle grandit les travailleurs ;
Dans l’atelier, dans la chaumière,
Ils sont plus instruits et meilleurs.
Lorsqu’au fond du plus pauvre bouge
On crie : « Ô grand jour, te voilà ! »
C’est qu’ils rêvent du drapeau rouge !
La Commune a passé par là !