Notre avenir à tous - Rapport Brundtland/Chapitre 2

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Chapitre 1 Rapport Brundtland Chapitre 3




Commission mondiale sur l’environnement et le développement

Chapitre 2
Vers un développement durable



Introduction[modifier]

Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Deux concepts sont inhérents à cette notion :

  • le concept de « besoins », et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d’accorder la plus grande priorité, et
  • l’idée des limitations que l’état de nos techniques et de notre organisation sociale impose sur la capacité de l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir.

Ainsi, les objectifs du développement économique et social sont définis en fonction de la durée, et ce dans tous les pays – développés ou en développement, à économie de marché ou à économie planifiée. Les interprétations pourront varier d’un pays à l’autre, mais elles devront comporter certains éléments communs et s’accorder sur la notion fondamentale de développement durable et sur un cadre stratégique permettant d’y parvenir.

Le développement implique une transformation progressive de l’économie et de la société. Cette transformation, au sens le plus concret du terme, peut, théoriquement, intervenir même dans un cadre sociopolitique rigide. Cela dit, il ne peut être assuré si on ne tient pas compte, dans les politiques de développement, de considérations telles que l’accès aux ressources ou la distribution des coûts et avantages. Même au sens le plus étroit du terme, le développement durable présuppose un souci d’équité sociale entre les générations, souci qui doit s’étendre, en toute logique, à l’intérieur d’une même génération.

I. La notion de développement durable[modifier]

Le principal objectif du développement consiste à satisfaire les besoins et aspirations de l’être humain. Actuellement, les besoins essentiels de quantité d’habitants des pays en développement ne sont pas satisfaits : le besoin de se nourrir, de se loger, de se vêtir, de travailler. Qui plus est, au-delà de ces besoins essentiels, ces gens aspirent – et c’est légitime – à une amélioration de la qualité de leur vie. Un monde où la pauvreté et l’injustice sont endémiques sera toujours sujet aux crises écologiques et autres. Le développement durable signifie que les besoins essentiels de tous sont satisfaits, y compris celui de satisfaire leurs aspirations à une vie meilleure.

Un niveau supérieur au minimum vital serait envisageable à la seule condition que les modes de consommation tiennent compte des possibilités à long terme. Or, nombre d’entre nous vivons au-dessus des moyens écologiques de la planète, notamment en ce qui concerne notre consommation d’énergie. La notion de besoins est certes socialement et culturellement déterminée; pour assurer un développement durable, il faut toutefois promouvoir des valeurs qui faciliteront un type de consommation dans les limites du possible écologique et auquel chacun peut raisonnablement prétendre.

Pour répondre aux besoins essentiels, il faut réaliser tout le potentiel de croissance; le développement durable nécessite de toute évidence la croissance économique là où ces besoins ne sont pas satisfaits. Ailleurs, développement et croissance économique sont compatibles, à condition que le contenu de celle-ci respecte les principes que sont la durabilité et la non-exploitation d’autrui. Mais, à elle seule, la croissance ne saurait suffire. En effet, une forte productivité peut tout à fait coexister avec la plus grande indigence, et l’environnement ne peut qu’en pâtir. Ainsi, pour que le développement durable puisse survenir, les sociétés doivent faire en sorte de satisfaire les besoins, certes en accroissant la productivité, mais aussi en assurant l’égalité des chances pour tous.

Il se peut que l’accroissement démographique intensifie les pressions qui pèsent sur les ressources et ralentisse l’amélioration du niveau de vie dans les régions où la pauvreté est endémique. S’il est vrai qu’il ne s’agit pas uniquement d’une question démographique mais aussi de répartition des ressources, le développement durable n’est possible que si l’évolution démographique s’accorde avec le potentiel productif de l’écosystème.

Une société peut, de diverses manières, compromettre sa capacité de satisfaire les besoins de ses membres – en surexploitant les ressources, par exemple. Dans l’immédiat, le développement technologique peut certes résoudre certains problèmes, mais il peut quelquefois en créer d’autres plus graves. Le développement inapproprié peut en effet marginaliser des portions entières de la population.

L’agriculture sédentaire, le détournement des cours d’eau, l’extraction minière, l’émission de chaleur et de gaz toxiques dans l’atmosphère, l’exploitation commerciale des forêts, les manipulations génétiques, sont des exemples de l’intervention de l’homme dans les écosystèmes à l’occasion d’activités de développement. Il y a peu de temps encore, ces interventions étaient encore limitées, tant dans leur ampleur que dans leurs effets. Aujourd’hui, elles sont plus draconiennes, et plus menaçantes aussi – localement et mondialement. Mais ces menaces ne sont pas inévitables. Au strict minimum, le développement durable signifie ne pas mettre en danger les systèmes naturels qui nous font vivre : l’atmosphère, l’eau, les sols et les êtres vivants.

Sur le plan démographique ou celui de l’exploitation des ressources, il n’existe pas de limite fixe dont le dépassement signifierait la catastrophe écologique. Qu’il s’agisse de l’énergie, des matières premières, de l’eau, du sol, ces limites ne sont pas les mêmes. Elles peuvent en outre se manifester autant par une augmentation des coûts et une baisse de la rentabilité que par la disparition soudaine d’une base de ressources. L’amélioration des connaissances et des techniques peut permettre de consolider la base de ressources. Cela dit, les limites existent tout de même et il faudrait, bien avant que le monde n’atteigne ces limites, qu’il assure l’équité dans l’accès à ces ressources limitées, qu’il réoriente les efforts technologiques afin d’alléger les pressions.

La croissance économique et le développement entraînent inévitablement des modifications dans les écosystèmes. On ne peut en effet maintenir intact chacun d’entre eux. Une forêt peut fort bien être épuisée en un endroit d’un versant et très dense en un autre – ce qui n’est pas forcément un mal, si l’on a procédé avec méthode et tenu compte des effets sur l’érosion du sol, les régimes d’eau et l’éventuelle disparition d’espèces. De manière générale, les ressources renouvelables telles les forêts ou les bancs de poissons peuvent ne pas s’épuiser, à condition que le rythme de prélèvement ne dépasse pas la capacité de régénération et d’accroissement naturel. Cela dit, la plupart des ressources renouvelables font partie d’un écosystème fort complexe et il faut définir un seuil maximum d’exploitation, en tenant compte des effets de l’exploitation sur l’ensemble du système.

Quant aux ressources non renouvelables comme les combustibles fossiles et les minerais, leur utilisation réduit de toute évidence le stock dont disposeront les générations à venir – ce qui ne signifie nullement qu’il ne faut pas les utiliser. Il convient toutefois de tenir compte de l’importance critique de la ressource, de l’existence de techniques permettant de minimiser l’épuisement et de l’éventualité de trouver un produit de remplacement. Ainsi, il importe de ne pas épuiser les sols au-delà de toute récupération possible. Quant aux minerais et aux combustibles fossiles, il faut surveiller le rythme d’épuisement et introduire des méthodes de recyclage et d’économie pour faire en sorte que les ressources ne disparaissent pas avant que l’on ait trouvé des substituts convenables. Dans l’esprit du développement durable, il importe au plus haut point que le rythme d’épuisement des ressources non renouvelables compromette le moins possible l’avenir.

La pratique du développement a tendance à appauvrir les écosystèmes et à réduire la diversité des espèces. Or, une fois éteinte, une espèce ne se renouvelle plus jamais. La perte d’espèces végétales et animales peut singulièrement limiter les possibilités des générations à venir; le développement durable exige donc leur conservation.

Les biens soi-disant gratuits tels l’air et l’eau sont eux aussi des ressources. Les matières premières et l’énergie utilisées dans la production ne sont que partiellement transformées en produits utiles. L’autre partie est faite de déchets. Le développement durable exige donc que les effets nuisibles – sur l’air, l’eau et les autres éléments – soient réduits au minimum, de façon à préserver l’intégrité globale du système.

Dans son esprit même, le développement durable est un processus de transformation dans lequel l’exploitation des ressources, la direction des investissements, l’orientation des techniques et les changements institutionnels se font de manière harmonieuse et renforcent le potentiel présent et à venir permettant de mieux répondre aux besoins et aspirations de l’humanité.

II. Équité et intérêt commun[modifier]

C’est de manière plutôt générale que nous venons de décrire le développement durable. Comment peut-on persuader ou obliger concrètement les individus à agir pour le bien de tous? La réponse se trouve partiellement dans l’éducation et le développement des institutions, mais aussi dans l’application sévère de la loi. Cela dit, nombre des problèmes d’épuisement des ressources et d’agressions contre l’environnement sont dus aux inégalités du pouvoir économique et politique. Une entreprise industrielle peut fort bien se permettre de polluer l’air ou les eaux de manière inacceptable, simplement parce que les gens qui en souffrent sont trop démunis pour intenter une action en justice. On pourra détruire entièrement une forêt en abattant tous les arbres, simplement parce que les habitants n’ont pas d’autres solutions ou encore parce que les entreprises sont plus influentes que les habitants des forêts.

Les interactions écologiques ne respectent ni la propriété privée ni les découpages politiques. Ainsi :

  • Sur un versant quelconque, la façon dont un agriculteur travaille la terre en amont affecte le ruissellement sur les terres en aval.
  • Les pratiques d’irrigation, les pesticides et les engrais utilisés par une exploitation peuvent avoir des effets sur la productivité des exploitations voisines, notamment quand il s’agit de petites exploitations.
  • Le rendement d’une chaudière détermine le taux d’émission de suie et de produits chimiques nuisibles, affectant ainsi tous ceux qui vivent et travaillent près de l’usine en question.
  • L’eau chaude qu’une centrale thermique rejette dans un fleuve ou dans la mer a des effets sur les prises des pêcheurs locaux.

Certains systèmes sociaux traditionnels reconnaissaient certains aspects de cette interdépendance et intervenaient dans les pratiques agricoles, assurant l’exercice de droits traditionnels sur l’eau, les forêts, la terre. Ce respect de « l’intérêt commun » ne compromettait d’ailleurs pas forcément la croissance et l’expansion, encore qu’il ait pu limiter l’acceptation et la diffusion de certaines innovations techniques.

En fait, l’interdépendance locale n’a fait que croître, et ce en raison des techniques utilisées dans l’agriculture et la production modernes. Mais, parallèlement à cette vague de progrès techniques, l’accessibilité réduite aux terres collectives, la perte de droits traditionnels sur la forêt et les autres ressources, la poussée de la production commerciale, ont arraché le pouvoir de décision aux groupes comme aux individus. Cette évolution est encore en cours dans de nombreux pays en développement.

Nous ne prétendons pas qu’il y a d’un côté les bons et de l’autre côté les méchants. Tout irait mieux si chacun tenait compte des conséquences de ses actes sur autrui. Mais assumant que les autres n’agiront pas selon le bien de tous, chaque individu continue de faire comme s’il était seul. Les collectivités ou les gouvernements peuvent compenser cette tendance par les lois, l’éducation, la fiscalité, les subventions et d’autres méthodes encore. L’application stricte des lois et l’adoption de lois sévères en matière de responsabilité peuvent permettre de maîtriser les effets les plus nuisibles. Plus important encore, la participation effective des communautés locales aux processus de prise de décisions peut aider celles-ci à mieux définir et à mieux faire respecter leurs intérêts communs.

L’interdépendance n’est pas un simple phénomène local. La rapidité de la croissance en a fait un phénomène mondial et les conséquences en sont à la fois physiques et économiques. La pollution régionale et globale est de plus en plus préoccupante, notamment dans les quelque 200 bassins de fleuves internationaux et dans un grand nombre de mers.

L’application de l’intérêt commun souffre souvent de la non correspondance entre les décisions politiques et leurs conséquences. Par exemple, la politique énergétique dans un pays peut provoquer des précipitations acides dans un autre; la politique en matière de pêche d’un État peut influer sur les prises d’un autre État. Il n’existe aucune autorité supranationale pour résoudre ces problèmes. Or l’intérêt commun ne peut s’articuler que par le biais de la coopération internationale.

De même, la capacité d’un gouvernement à réellement maîtriser l’économie de son pays est compromise par la progression des interactions économiques internationales. Par exemple, en raison des échanges internationaux de marchandises, les problèmes de capacité de transport et de pénurie de ressources sont devenus une préoccupation internationale. (Voir chapitre 3.) Si le pouvoir économique et les avantages découlant des échanges étaient l’objet d’une répartition plus équitable, on reconnaîtrait alors plus facilement l’intérêt commun. Or, les gains provenant du commerce international sont inéquitablement répartis, alors que la structure des échanges de sucre, par exemple, affecte non seulement le secteur local de production sucrière, mais encore l’économie et l’écologie de nombreux pays en développement fortement tributaires de ce produit.

La recherche de l’intérêt commun serait plus aisée si, pour tous les problèmes de développement et d’environnement, il existait des solutions dont pourrait bénéficier tout le monde. Mais c’est rarement le cas, car il y a habituellement des gagnants et des perdants. Beaucoup de problèmes proviennent de l’inégalité de l’accès aux ressources. L’existence d’un régime foncier inéquitable peut avoir comme effet la surexploitation des ressources sur les terres les plus petites, et l’environnement – comme le développement – en souffre. Sur le plan international, le monopole des ressources peut forcer ceux qui en sont exclus à trop exploiter les ressources marginales. La capacité variable des exploitants à mobiliser les biens dits gratuits – que ce soit à l’échelle locale, nationale ou internationale – est encore une autre manifestation de l’inégalité de l’accès aux ressources. Les « perdants » dans les conflits environnement / développement sont ceux qui assument plus que leur part du coût de la pollution, par le biais des effets sur la santé, la prospérité ou les dommages aux écosystèmes.

À mesure qu’un système s’approche de ses limites écologiques les inégalités ne font que s’accroître. Lorsque le bassin d’un fleuve se détériore, ce sont les paysans pauvres qui en souffrent le plus, car ils n’ont pas les moyens de prendre les mêmes mesures contre l’érosion que les paysans plus riches. Quand la qualité de l’air en ville se dégrade, les plus pauvres, dans leurs quartiers plus exposés, ont plus de problèmes de santé que les riches qui vivent souvent dans les quartiers plus salubres. Et si les ressources minières s’épuisent, ceux qui sont arrivés tardivement à l’industrialisation ne connaissent pas les avantages que représente un approvisionnement peu coûteux. Sur le plan mondial, les pays riches sont mieux placés – financièrement et techniquement parlant – pour faire face aux effets d’éventuelles modifications climatiques.

C’est ainsi que notre incapacité à œuvrer en faveur du bien commun dans le cadre du développement durable est souvent le produit de notre indifférence relative pour la justice économique et sociale, dans un même pays et entre les nations.

III. Les impératifs stratégiques[modifier]

Il nous faut formuler, rapidement, des stratégies qui permettront aux nations d’abandonner leurs voies actuelles de croissance et de développement, souvent destructrices, pour le chemin du développement durable. Pour ce faire, il faudra des changements de politique dans tous les pays, qu’il s’agisse de leur propre développement ou des effets de leurs pratiques sur le de développement des autres pays. (Le présent chapitre traite des stratégies nationales. La réorientation des relations économiques internationales sera l’objet du chapitre 3.)

Il découle de l’idée de développement durable un certain nombre d’objectifs critiques relatifs aux politiques de développement et d’environnement :

  • reprise de la croissance;
  • modification de la qualité de croissance;
  • satisfaction des besoins essentiels en ce qui concerne l’emploi, l’alimentation, l’énergie, l’eau, la salubrité;
  • maîtrise de la démographie;
  • préservation et mise en valeur de la base de ressources;
  • réorientation des techniques et gestion des risques; et
  • intégration des considérations relatives à l’économie et à l’environnement dans la prise de décisions.

1. Reprise de la croissance[modifier]

Comme nous l’avons déjà expliqué, le développement durable doit s’attaquer aux problèmes du grand nombre de gens qui vivent dans la pauvreté absolue – c’est-à-dire, qui ne peuvent même pas satisfaire leurs besoins essentiels. La pauvreté réduit la capacité des gens à utiliser les ressources de manière pondérée; elle intensifie les pressions qui pèsent sur l’environnement. La plus grande partie de cette indigence se rencontre dans les pays en développement; dans nombre d’entre eux, la situation s’est aggravée du fait de la stagnation économique des années 80. Une condition nécessaire – quoique non suffisante – pour supprimer la pauvreté absolue est l’accroissement relativement rapide du revenu par habitant dans le tiers monde. Il faut donc absolument inverser les tendances actuelles, qui sont à la stagnation, voire à la régression.

Les fluctuations des taux de croissance sont inévitables, mais il faut tout de même un certain minimum pour qu’il y ait effet sur la pauvreté absolue. Il semble peu probable, pour l’ensemble des pays en développement, de pouvoir atteindre ces objectifs avec un taux de croissance du revenu par habitant inférieur à 3 pour cent (voir encadré 2-1). Étant donné la croissance démographique actuelle, il faut donc viser une croissance annuelle d’environ 5 pour cent dans les pays en développement d’Asie, de 5,5 pour cent en Amérique latine et de 6 pour cent en Afrique et en Asie occidentale.

Ces ordres de grandeur sont-ils réalisables? Pour l’Asie du Sud et de l’Est, les chiffres des 25 dernières années, et plus encore des cinq dernières années, indiquent qu’une croissance annuelle de 5 pour cent est possible dans la plupart des pays, y compris les deux plus grands, soit l’Inde et la Chine. En Amérique latine, des taux de croissance moyens de l’ordre de 5 pour cent ont été réalisés dans les années 60 et 70, pour chuter au début des années 80, essentiellement à cause de la crise de la dette (1). La reprise de la croissance en Amérique latine est conditionnée par la solution de cette crise. En Afrique, la croissance était de l’ordre de 4 à 4,5 pour cent pendant les années 60 et 70 – correspondant à une croissance per capita d’un peu plus de 1 pour cent en raison de la forte croissance démographique (2). Par ailleurs, pendant les années 80, la croissance a quasiment cessé et dans les deux tiers des pays, le revenu par habitant a diminué (3). Pour atteindre un minimum de croissance en Afrique, il faudrait corriger les déséquilibres à court terme et s’attaquer aux causes profondes qui freinent la croissance.

Il faut une reprise dans les pays en développement, car c’est précisément dans ces pays-là que les relations entre croissance économique atténuation de la misère et environnement opèrent le plus directement Et pourtant, les pays en développement s’inscrivent dans une économie mondiale interdépendante; leurs perspectives dépendent bel et bien du niveau et de la structure de la croissance dans les pays industrialisés. Pour ces derniers, les perspectives à moyen terme sont d’une croissance de 3 à 4 pour cent par an, le minimum, selon les institutions financières internationales, pour qu’ils puissent participer à l’expansion de l’économie mondiale. Un taux de croissance de cet ordre serait supportable pour l’environnement à condition que les pays industrialisés continuent l’évolution amorcée vers des activités à moins forte intensité de matières premières et d’énergie et si elles persistent à améliorer le rendement des ressources énergétiques et autres.

Certes, à mesure que les pays industrialisés réduiront leur consommation de ressources et d’énergie, leurs marchés deviendront moins attrayants pour les produits et minerais des pays en développement. Mais si ceux-ci font porter leurs efforts sur la suppression de la misère et la satisfaction des besoins essentiels de leur population, la demande intérieure progressera, qu’il s’agisse de produits agricoles ou de biens manufacturés, ou encore de certains services. Ainsi, la logique même du développement durable comporte une stimulation interne de la croissance du tiers monde.

Cela dit, le marché intérieur d’un grand nombre de pays en développement est petit. Tous ces pays ont besoin d’accroître fortement leurs exportations – surtout celles de produits non traditionnels – pour financer leurs importations, dont la demande va s’accroître avec la rapidité du développement. Le développement durable exige donc un remaniement des relations économiques internationales. C’est ce que nous examinerons de plus près au chapitre 3.

2. Modification de la qualité de la croissance[modifier]

Le développement durable, c’est autre chose qu’une simple croissance. Il faut en effet modifier le contenu même de cette croissance, faire en sorte qu’elle engloutisse moins de matières premières et d’énergie et que ses fruits soient répartis plus équitablement. Ces mesures s’imposent dans tous les pays, dans le cadre d’un ensemble de mesures visant à préserver notre capital écologique, améliorer la répartition des revenus, et réduire notre vulnérabilité aux crises économiques.

Le développement économique doit reposer sur une base plus stable, c’est-à-dire sur la réalité qui le sous-tend. C’est rarement le cas, que ce soit dans les pays développés ou en développement. Par exemple, le revenu provenant de l’exploitation forestière est conventionnellement mesuré en valeur du bois et des autres produits, moins le coût de l’extraction. Le coût de la régénération de la forêt n’est pas considéré, sauf si l’on y consacre des fonds expressément. Ainsi, le chiffre des bénéfices tient rarement compte du manque à gagner provoqué par la dégradation de la forêt. La même comptabilité incomplète est faite pour l’exploitation d’autres ressources naturelles, notamment celles qui ne figurent pas dans les comptes de l’entreprise ou de la nation : l’air, l’eau, la terre. Quel que soit le pays – développé ou en développement – il faut, lorsqu’on mesure la croissance économique, tenir pleinement compte de l’amélioration ou de la détérioration des réserves de ressources naturelles.

Comme nous l’avons vu dans la section précédente, la répartition des revenus constitue l’un des aspects de la qualité de la croissance. En effet, une croissance rapide assortie d’une mauvaise répartition des revenus peut être plus nuisible qu’une croissance plus lente qui serait accompagnée d’une redistribution des revenus au profit des plus pauvres. Par exemple, dans beaucoup de pays en développement, l’introduction d’une agriculture commerciale à grande échelle fera peut-être rapidement progresser les recettes, mais pourra en même temps déposséder de nombreux petits paysans et accroître l’inégalité de la répartition. À longue échéance, cette voie n’est pas durable; elle ne fait qu’appauvrir un grand nombre de gens et accroître les pressions qui pèsent sur les ressources naturelles, et ce à cause d’une agriculture trop commerciale et de la marginalisation de ceux qui pratiquent une agriculture de subsistance. Les résultats seront peut-être plus lents si l’on donne la priorité aux petites exploitations, mais cette solution sera plus solide à long terme.

Le développement économique ne pourra jamais être durable s’il rend plus vulnérable aux crises. La sécheresse peut obliger les paysans à abattre les bêtes dont ils auraient besoin pour maintenir leur production dans les années à venir. Une chute des cours peut pousser les agriculteurs ou autres producteurs à surexploiter les ressources naturelles pour maintenir leurs revenus. Alors que l’on peut parfaitement réduire cette vulnérabilité en utilisant des techniques qui limitent les risques de production, en optant pour des structures institutionnelles qui limitent les fluctuations du marché, en constituant des réserves – notamment de produits agricoles et de devises. Une voie qui associe croissance et moindre vulnérabilité est plus durable que celle qui ne le fait pas.

Cela dit, il ne suffit pas d’élargir la gamme de variables économiques dont on tient compte. La problématique des besoins et du bien-être doit intégrer des variables non économiques, telles l’éducation et la santé comme des fins en soi, la pureté de l’air et de l’eau, la protection de la nature dans toute sa beauté. Il faut aussi éliminer certains handicaps dont souffrent les groupes défavorisés vivant souvent en des lieux menacés : certaines tribus des forêts, les nomades du désert, les populations qui habitent les collines reculées, les peuples indigènes des Amériques et d’Australasie.

Modifier la qualité de la croissance, cela signifie aussi changer notre approche du développement pour tenir compte de tous ses effets. À titre d’exemple, un projet hydroélectrique ne peut être envisagé sous le seul angle de la production d’électricité; il faut également s’arrêter à ses effets sur l’environnement local et sur les moyens d’existence des intéressés. Ainsi, l’abandon d’un tel projet pourrait être une mesure de progrès et non de régression, s’il s’agissait, notamment, de ne pas perturber un système écologique rare (4). Quelquefois, des considérations à long terme devront faire abandonner certains projets ayant pourtant un attrait financier à court terme.

Développement économique et développement social peuvent – et devraient – se renforcer l’un l’autre. Les sommes consacrées à l’enseignement et à la santé peuvent, par exemple, accroître la productivité. Le développement économique peut faire accélérer le développement social en multipliant les possibilités offertes aux groupes défavorisés ou en diffusant plus largement l’instruction.

3. Satisfaction des besoins essentiels[modifier]

La satisfaction des besoins et aspirations de l’homme est évidemment l’un des objectifs de l’activité productrice; affirmer son rôle central dans le développement durable apparaît donc comme un pléonasme. Trop souvent, la pauvreté est telle que les intéressés ne peuvent répondre à leurs besoins de bien-être – ni même de simple survie – même lorsque biens et services sont disponibles. En même temps, les demandes de ceux qui ne sont pas pauvres peuvent avoir des conséquences majeures sur l’environnement.

Le principal défi sera de répondre aux besoins et aspirations des populations croissantes des pays en développement. Le besoin primordial est de survivre c’est-à-dire de travailler. Entre 1985 et l’an 2000, la population en âge de travailler va augmenter de 900 millions de personnes; il faudra trouver du travail pour 60 millions de personnes par an (5). Le rythme et la structure du développement économique devront permettre de créer de véritables possibilités d’emplois correspondant à ces chiffres, et à un niveau de productivité capable d’assurer aux familles pauvres un minimum de pouvoir d’achat.

Il faut accroître la production alimentaire, non seulement pour nourrir plus de bouches, mais encore pour combattre la sous-alimentation. Pour que, d’ici à l’an 2000, les habitants des pays en développement puissent se nourrir aussi bien que ceux des pays industrialisés, il faudrait qu’en Afrique la consommation de calories per capita progresse de 5 pour cent et celle de protéines de 5,8 pour cent. Pour l’Amérique latine, ces chiffres seraient respectivement de 3,4 et 4 pour cent, et pour l’Asie de 3,5 et 4,5 pour cent (6). Les céréales et les féculents sont les principales sources de calories. Quant aux protéines, on les trouve essentiellement dans le lait, la viande, le poisson, les légumineuses et les oléagineux.

Si, de toute évidence, les aliments de base restent prioritaires, ces projections font apparaître la nécessité de faire progresser la consommation de protéines. En Afrique, la tâche est particulièrement ardue si l’on songe à la baisse actuelle de la production alimentaire par habitant et à la stagnation de la croissance. En Asie et en Amérique latine, les taux de croissance requis semblent plus faciles à réaliser. Mais cet accroissement de la production alimentaire ne doit pas s’appuyer sur des politiques de production inadaptées à la base écologique, ni compromettre les perspectives à long terme de la sécurité alimentaire.

Un autre besoin essentiel est celui de l’énergie. On ne pourra répondre à ce besoin dans le monde entier sans modifications de structures de consommation. Le problème le plus pressant est celui des familles pauvres du tiers monde qui sont presque entièrement tributaires du bois de chauffage. D’ici à la fin du siècle, 3 milliards de personnes pourraient vivre dans des régions où l’on consomme le bois plus rapidement qu’il ne se reconstitue et où il sera donc devenu une ressource extrêmement rare (7). Des mesures correctrices permettraient de réduire le fardeau de la cueillette du bois sur de longues distances, mais aussi de préserver la base écologique. Dans la plupart des pays en développement, il faudrait environ 250 kg d’équivalent de charbon par habitant et par an pour faire la cuisine. Ce n’est la qu’une part infime de la consommation d’énergie des pays industriels.

Ces besoins de base que sont le logement, l’eau potable, l’hygiène publique, les soins médicaux ont également des implications environnementales. Les carences dans ces secteurs sont souvent la manifestation la plus visible de tensions écologiques. Dans le tiers monde, l’incapacité de répondre à ces besoins est l’une des principales causes de maladies transmissibles telles le paludisme, les parasitoses gastro-intestinales, le choléra, la typhoïde. La croissance démographique et l’exode rural risquent encore d’aggraver ces problèmes. Les planificateurs doivent s’efforcer de soutenir les initiatives locales et les efforts d’autonomie et de mieux utiliser les technologies les moins coûteuses. Voir chapitre 9.

4. Maîtrise de la démographie[modifier]

Développement durable et dynamique démographique sont intimement liés. Il ne s’agit pas d’une simple question de nombre total d’habitants. L’enfant qui naît dans un pays qui consomme déjà beaucoup de matières premières et d’énergie représente une charge plus lourde pour l’environnement que celui qui naît dans un pays plus pauvre. Le même argument vaut à l’intérieur d’un même pays. Cela dit, le développement durable est plus facile lorsque la population se stabilise à un niveau compatible avec les capacités de l’écosystème.

Dans les pays industriels, la croissance démographique est actuellement inférieure à 1 pour cent et plusieurs d’entre eux sont tout proche de la croissance zéro. La population du monde industrialisé pourrait passer de 1,2 milliard à 1,4 milliard d’ici à l’an 2025 (8)

C’est dans les pays en développement que le gros de la croissance démographique va intervenir, passant probablement de 3,7 milliards en 1985 à 6,8 milliards en 2025 (9). Les habitants du Tiers monde n’ont pas la possibilité d’émigrer vers des territoires non-développés; les pays en développement ont beaucoup moins de temps pour s’adapter que ne l’ont eu les pays industriels. Il importe donc de ralentir rapidement la croissance démographique, notamment dans les régions où les taux continuent de progresser, comme en Afrique.

Dans les pays industriels, c’est le développement économique et social qui a fait baisser le taux de natalité. L’accroissement des revenus, l’urbanisation, l’évolution de la condition des femmes ont tous joué un rôle déterminant. Ces mêmes phénomènes jouent actuellement dans les pays en développement. Il faut repérer ces mouvements, les encourager. Les politiques démographiques doivent s’articuler avec les programmes de développement économique et social – l’éducation des femmes, les soins médicaux, l’emploi pour les plus démunis. Mais il ne reste pas beaucoup de temps et les pays en développement devront également recourir à des mesures directes pour réduire la fécondité, évitant ainsi de dépasser le potentiel productif leur permettant de faire vivre leur population. De fait, la possibilité de faire appel aux services de planification familiale est en soi une forme de développement social qui donne aux couples – et notamment aux femmes – la possibilité de faire un choix.

La croissance démographique des pays en développement continuera d’évoluer de manière différente à la ville et à la campagne. Les projections de l’ONU indiquent que d’ici la première décennie du siècle prochain, la population rurale, en chiffres absolus, commencera à baisser dans la plupart des pays. Près de 90 pour cent de l’accroissement se fera alors dans les villes, dont la population devrait passer de 1,15 milliard en 1985 à 3,85 milliards en 2025 (10). Elle sera particulièrement forte en Afrique et, dans une moindre mesure, en Asie.

Les villes des pays en développement s’étendent bien plus vite que ne le permettent les capacités d’accueil. Pénuries de logements, d’eau, d’hygiène publique, de transport en commun... Une part croissante des citadins habitent des taudis et bidonvilles, dont bon nombre sont exposés à la pollution de l’air et de l’eau ainsi qu’aux risques naturels ou industriels. La situation va très certainement se détériorer, car l’explosion démographique est située surtout dans les plus grandes villes. Ainsi, l’effet sans doute le plus positif d’un éventuel ralentissement de la croissance démographique sera d’avoir des villes plus faciles à administrer.

L’urbanisation est en soi partie intégrante du processus de développement. Ce qui importe, c’est d’éviter une grave détérioration de la qualité de la vie. Il faudrait donc encourager le développement des villes moyennes afin de décongestionner les grandes villes. Pour résoudre la crise urbaine qui couve, il faut encourager les initiatives locales de construction de logement et de création de services, et envisager de manière plus positive le rôle du secteur informel, en dégageant des crédits pour les travaux d’adduction d’eau, de salubrité et d’autres services.

5. Préservation et mise en valeur de la base de ressources[modifier]

Si l’on tient au caractère durable du développement, il faut préserver et mettre en valeur les ressources de la planète. Il nous faudra profondément modifier nos politiques pour faire face à l’énorme consommation du monde industriel, à l’accroissement nécessaire de la consommation dans les pays en développement et à la croissance démographique. Il ne s’agit cependant pas de préserver la nature aux seules fins du développement. C’est aussi une obligation morale à l’égard des êtres vivants et des générations à venir.

Les pressions sur les ressources ne peuvent que s’intensifier lorsque les populations n’ont pas d’autres choix. Les politiques de développement doivent viser à multiplier les possibilités d’emploi, notamment pour les familles les plus démunies et dans les régions où l’environnement est déjà atteint. Dans les collines, par exemple l’économie et l’environnement se porteraient tous deux mieux d’un passage de la culture de céréales à celle d’arbres; on peut ensuite aider les cultivateurs en leur fournissant conseils, matériel, aide à la commercialisation Un programme de maintien des revenus des agriculteurs, pêcheurs ou travailleurs de la forêt, pour compenser la chute provisoire des cours, pourrait leur éviter d’avoir à surexploiter les ressources.

Il y a urgence à préserver nos ressources agricoles, car dans de nombreux coins du monde on cultive déjà les terres marginales; les ressources halieutiques et forestières ont été également surexploitées. Il faut préserver, reconstituer ces ressources si l’on veut répondre aux besoins d’une population qui ne cesse de s’accroître. L’exploitation de la terre et des forêts doit se faire uniquement après une évaluation scientifique de la capacité des sols; l’épuisement annuel de la couche arable, des poissons, des ressources de la forêt ne doit pas dépasser le rythme de régénération.

Une meilleure productivité soulagerait partiellement les pressions que la culture et l’élevage font peser sur les terres agricoles Mais les améliorations sectorielles à court terme peuvent créer d’autres formes de pression : l’appauvrissement dé la diversité génétique des cultures sur pied, l’accroissement de la salinité ou de l’alcalinité des terres irriguées, la pollution des nappes phréatiques par les nitrates, les résidus de pesticides dans l’alimentation. Or, il existe des solutions de rechange plus douces. Tout accroissement de la productivité – dans les pays développés comme dans les pays en développement – doit s’appuyer sur une application mieux contrôlée des produits chimiques agricoles et sur une plus grande utilisation d’engrais organiques et de moyens non chimiques de lutte contre les insectes nuisibles. Seule une politique agricole s’appuyant sur les réalités écologiques permettra de favoriser ces solutions. (Voir chapitre 5).

En ce qui concerne la pêche et la forêt tropicale, nous sommes tributaires de l’exploitation des stocks qui existent. Sur une base renouvelable, ces stocks ne seront pas forcément à la hauteur de la demande. Il faudra donc bientôt adopter des méthodes permettant de produire en plus grandes quantités le poisson, le bois de chauffage et les autres produits de la forêt, dans des conditions mieux contrôlées. On peut aussi promouvoir l’usage de produits de remplacement du bois de chauffage.

L’ultime limite du développement pourrait bien être celle imposée par la disponibilité de ressources énergétiques et par la capacité de la biosphère à supporter les sous-produits dégagés par l’utilisation de l’énergie (11). Ces limites seront peut-être atteintes plus rapidement que celles imposées par diverses autres ressources. Tout d’abord, il y a les problèmes d’approvisionnement : épuisement des ressources pétrolières, coût économique et écologique de l’exploitation du charbon, dangers du nucléaire. Ensuite, il y a les problèmes d’émission : précipitations acides et accumulation de gaz carbonique qui provoque le réchauffement de la planète.

On peut résoudre certains de ces problèmes en faisant appel aux sources d’énergie renouvelables. Mais l’exploitation de ces ressources – le bois de chauffage, l’hydroélectricité, etc. – entraîne également des problèmes écologiques. Le développement durable exige donc que l’on fasse très attention à conserver et à utiliser efficacement l’énergie.

Les pays industrialisés doivent admettre que leur consommation d’énergie pollue la biosphère et entame les réserves de combustibles fossiles qui existent en quantités finies. De récentes améliorations dans le rendement énergétique et l’évolution vers des secteurs à moindre intensité d’énergie ont aidé à freiner la consommation. Mais il faudrait accélérer ce processus, continuer de réduire la consommation par habitant et favoriser les sources d’énergie et les techniques moins polluantes. Il n’est ni souhaitable, ni même possible, que les pays en développement adoptent le même mode de consommation que les pays industriels. Il faut en effet procéder à des changements ce qui signifiera de nouvelles politiques d’urbanisation, d’emplacement des entreprises industrielles, de conception des logements, de transports, de choix des techniques agricoles et industrielles.

Les ressources minières autres que les combustibles posent moins de problèmes d’approvisionnement. Selon des études effectuées avant 1980, dans l’hypothèse d’une croissance exponentielle de la demande, aucun problème ne devrait se poser avant la seconde moitié du siècle prochain (12). Or, depuis cette époque, la consommation mondiale de la plupart des métaux est restée stable; l’éventuel épuisement est donc encore plus lointain. L’histoire des techniques montre en outre que l’industrie est tout à fait capable de s’adapter aux situations de pénurie en obtenant de meilleurs rendements, en procédant au recyclage et en trouvant des produits de remplacement. Plus urgent est le besoin de modifier la structure des échanges de minerais afin d’assurer aux exportateurs une plus grande part de la valeur ajoutée et d’améliorer l’accès des pays en développement aux approvisionnements, à mesure que leur demande progresse.

La prévention et la réduction de la pollution de l’air et de l’eau resteront une tâche critique. La qualité de ces éléments est compromise par certaines activités, telle l’usage d’engrais et de pesticides, l’évacuation des eaux usées des villes, l’utilisation de combustibles fossiles, l’usage de produits chimiques et diverses autres activités industrielles. On prévoit que toutes ces activités vont considérablement accroître la pollution globale, surtout dans les pays en développement. Il coûte très cher de réparer les dégâts après coup. Les pays devraient donc prévoir et prévenir ces problèmes de pollution, en établissant des normes fixant des seuils d’émission pour les produits nocifs, en tenant compte des effets à long terme, en favorisant les techniques peu polluantes, en anticipant l’impact de nouveaux produits, techniques ou déchets.

6. Réorientation des techniques et maîtrise des risques[modifier]

Pour atteindre tous ces objectifs, il va falloir réorienter nos techniques – ce lien entre l’homme et la nature. Il faut d’abord renforcer la capacité d’innovation technologique des pays en développement afin que ceux-ci soient mieux armés pour relever le défi du développement durable. Ensuite, il faut faire une plus grande place aux facteurs d’environnement dans le développement technologique.

Les techniques des pays industriels sont souvent inappropriées ou mal adaptées aux conditions socio-économiques et écologiques des pays en développement. Ce problème est amplifié par le fait que la recherche-développement effectuée dans le monde porte très peu sur les problèmes urgents auxquels sont confrontés les pays en développement, par exemple, l’agriculture en terre aride ou encore la lutte contre les maladies tropicales. On ne fait pas grand chose pour adapter aux besoins des pays en développement les innovations récentes telles que les techniques des matériaux, les économies d’énergie, les techniques d’information ou la biotechnologie. Il faut combler ces lacunes en multipliant les capacités de recherche, de conception, de développement et de vulgarisation dans le Tiers monde.

Il faudrait, dans tous les pays, intégrer les facteurs écologiques dans la recherche de nouvelles techniques. La plus grande part des recherches effectuées par les entreprises concernent les processus et produits ayant une valeur marchande. Or, il nous faudrait des techniques capables de produire des biens « sociaux » (de l’air moins pollué, des produits qui durent plus longtemps) ou de résoudre des problèmes dont les entreprises ne calculent jamais le coût. Celui de la pollution ou des déchets, en est un exemple.

Par des mesures incitatives ou restrictives, les pouvoirs publics devraient faire en sorte que les entreprises trouvent un avantage à tenir compte des facteurs d’environnement lorsqu’elles mettent au point de nouvelles techniques. (Voir chapitre 8.) Il conviendrait de donner le même type de directives aux centres de recherche subventionnés par l’État. Il faut aussi faire expressément figurer ces objectifs que sont le développement durable et la défense de l’environnement dans les mandats confiés aux institutions qui travaillent dans des domaines où l’environnement est un point sensible.

La mise au point de techniques tenant compte de l’environnement est étroitement liée à la gestion des risques. Certains systèmes deviennent en effet vulnérables une fois poussés au-delà d’un certain seuil : réacteurs nucléaires, réseaux de distribution d’électricité et d’autres services publics, systèmes de communication, de transport en commun... Dans la mesure où il s’agit de réseaux, ceux-ci sont à l’abri des petites perturbations, mais bien plus vulnérables à celles qui dépassent un certain seuil. En procédant à des analyses approfondies des faiblesses et des échecs passés (conception des techniques, normes de fabrication, plans d’urgence) on peut limiter les dégâts en cas de défaillance ou d’accident.

On n’a pas toujours appliqué les meilleures analyses de vulnérabilité ou de risques aux techniques et aux systèmes. Le principal objectif de la conception de grands systèmes devrait être de minimiser les conséquences d’une éventuelle défaillance ou d’un sabotage. De nouvelles techniques et technologies s’imposent donc – de même que de nouveaux mécanismes juridiques et institutionnels – pour la conception et le contrôle de la sécurité, la prévention d’accidents, les plans d’urgence, la minimisation des dangers, les secours.

Les risques écologiques qu’entraînent les décisions relatives au développement et à la technologie touchent des gens et des secteurs qui n’ont aucun droit d’intervention dans lesdites décisions. Il conviendrait donc de tenir compte des intérêts des personnes concernées. Il faut donc mettre en place des mécanismes institutionnels – nationaux et internationaux – pour évaluer les éventuelles conséquences de nouvelles techniques avant qu’elles ne soient diffusées, et afin d’assurer que leur production, usage et élimination ne soient pas une charge trop lourde pour l’environnement. Des dispositifs analogues s’imposent pour les grandes interventions dans les systèmes naturels, tels le détournement de cours d’eau ou le déboisement de forêts. Il faut également faciliter les possibilités d’action en justice et les demandes d’indemnisation.

7. Intégration des considérations économiques et environnementales dans la prise de décisions[modifier]

Il existe un fil conducteur dans cette stratégie du développement durable : la nécessité d’intégrer les préoccupations économiques et écologiques dans la prise de décisions. Dans la réalité, ces problèmes sont interreliés. Il faudra donc modifier les comportements, les objectifs et les dispositifs institutionnels à tous les échelons.

Les considérations d’ordre économique et écologique ne sont pas forcément contradictoires. Par exemple, les politiques visant à préserver les terres consacrées aux cultures et à protéger les forêts améliorent les perspectives du développement agricole à long terme. Un meilleur rendement des ressources énergétiques et autres ressources comportent des avantages sur le plan de l’environnement mais peut également permettre une réduction des coûts. Mais la compatibilité entre ces deux types de considérations se perd souvent dans la poursuite d’avantages individuels ou collectifs où l’on ne tient pas compte des conséquences et où l’on fait une confiance aveugle en la science, censée pouvoir tout résoudre, où l’on néglige les conséquences à longue échéance des décisions prises aujourd’hui. Le manque de souplesse des institutions ne fait que renforcer cette myopie.

Voici l’une des manifestations de ce manque de souplesse est la tendance à traiter une entreprise ou un secteur industriel isolément, sans reconnaître l’importance des liaisons intersectorielles. L’agriculture moderne consomme d’énormes quantités d’énergie et de produits industriels. En même temps, les relations traditionnelles entre agriculture et industrie – une fournissant des matières premières à l’autre – s’estompent à cause de l’usage de plus en plus fréquent de produits synthétiques. Les relations énergie-industrie se transforment aussi entre elles, car dans les pays industrialisés la production industrielle à forte intensité d’énergie est en baisse. Dans le Tiers monde, par contre, l’industrie primaire se développe, ce qui entraîne une intensification de la production à forte intensité d’énergie.

Ces liens intersectoriels créent une interdépendance économie-écologie dont les politiques tiennent rarement compte. Les organisations sectorielles ont tendance à se fixer des objectifs sectoriels et de voir dans leurs effets sur d’autres secteurs des effets secondaires dont on tient compte uniquement lorsqu’il y a obligation légale. Ceux qui déterminent les politiques ou orientent la direction des affaires (qu’il s’agisse d’énergie, de développement industriel, de gestion de l’agriculture ou de commerce international) se soucient donc très peu des effets de leurs décisions sur, par exemple, la forêt. Beaucoup des problèmes d’environnement et de développement qui se posent à nous sont dus à cet éclatement des responsabilités. Pour que le développement durable puisse survenir, il faut donc mettre fin à cette fragmentation.

Il faut en effet instaurer une responsabilité plus large pour les effets de certaines décisions. Des changements juridique et institutionnel sont donc nécessaires afin de faire respecter l’intérêt commun. Ces changements s’inspirent de l’idée qu’un milieu favorisant la santé et le bien-être est indispensable à tous les êtres humains – y compris les générations à venir. Ce point de vue situe l’accès aux ressources publiques et privées dans son juste contexte social et constitue un objectif à atteindre par des mesures plus spécifiques.

À elle seule la loi ne suffit guère pour faire respecter l’intérêt commun. Ce qu’il faut, c’est l’appui d’un public informé – d’où l’importance d’une plus grande participation de celui-ci aux décisions qui peuvent avoir des effets sur l’environnement. Le moyen le plus efficace consiste à décentraliser la gestion des ressources en donnant aux collectivités leur mot à dire sur l’usage à faire de ces ressources. Il faudrait aussi promouvoir les initiatives des citoyens, donner du pouvoir aux associations et renforcer la démocratie locale (13).

Pour certains projets à grande échelle, c’est pourtant un autre type de participation qui s’impose. Les enquêtes et auditions publiques sur l’impact de certains projets sur l’environnement et le développement permettent d’attirer l’attention sur la diversité des points de vue. La liberté de l’accès à l’information et l’existence des différentes possibilités de conseils techniques peuvent être le point de départ de discussions publiques informées. Lorsque l’effet d’un projet donné sur l’environnement est particulièrement important, il devrait être obligatoire de porter la question devant le public et de lui demander son avis chaque fois que possible, éventuellement par voie de référendum.

Des changements s’imposent aussi dans les comportements et pratiques des entreprises – du secteur public comme du secteur privé. En outre, il est temps que les réglementations en matière d’environnement dépassent le simple stade des règlements sur la sécurité, le zonage et le contrôle de la pollution; il faut en effet tenir compte de la dimension environnement dans la fiscalité, dans les procédures d’autorisation des investissements et des choix technologiques, dans les incitations au commerce international et dans tous les volets des politiques de développement.

L’intégration des dimensions économique et écologique dans les systèmes législatifs et de prise de décisions nationaux doit se retrouver à l’échelle internationale. La progression de la consommation de combustibles et de matières premières nous oblige à renforcer les liens concrets entre écosystèmes de différents pays. Les interactions économiques croissantes – par le biais du commerce, des finances, des investissements, des transports – vont également renforcer l’interdépendance économique et écologique. Ainsi, à l’avenir encore plus que maintenant, le développement durable exige une intégration de l’économie et de l’écologie dans les relations internationales, comme nous le verrons au chapitre suivant.

IV. Conclusion[modifier]

Au sens le plus large, le développement durable vise à favoriser un état d’harmonie entre les êtres humains et entre l’homme et la nature. Dans le contexte spécifique des crises du développement et de l’environnement des années 80, que les organismes politiques et économiques nationaux et internationaux n’ont pas résolues – et ne sont peut-être pas en mesure de résoudre – la poursuite du développement durable exige les éléments suivants :

  • un système politique qui assure la participation effective des citoyens à la prise de décisions,
  • un système économique capable de dégager des excédents et de créer des compétences techniques sur une base soutenue et autonome,
  • un système social capable de trouver des solutions aux tensions nées d’un développement déséquilibré,
  • un système de production qui respecte l’obligation de préserver la base écologique en vue du développement,
  • un système technologique toujours à l’affût de solutions nouvelles,
  • un système international qui favorise des solutions durables en ce qui concerne les échanges et le financement, et
  • un système administratif souple capable de s’autocorriger.

Ces conditions sont en fait les objectifs que devraient se fixer tous ceux qui entreprennent des activités, nationales ou internationales, dans le domaine du développement. Ce qui compte, c’est la sincérité avec laquelle ces objectifs sont recherchés et l’efficacité des actions correctrices.

Notes[modifier]

(1) CNUCED, Manuel de statistiques du commerce international et du développement 1985 Supplément (New York : 1985).

(2) Ibid.

(3) Département des affaires économiques et sociales internationales de l’ONU (DAESI), Doubling Development Finance, Meeting a Global Challenge Views and Recommendations of the Committee for Development Planning (New York : ONU, 1986).

(4) Un exemple de décision d’abandonner un projet de développement afin de préserver l’environnement : l’abandon du projet d’hydroélectricité de Silent Valley (Inde).

(5) Données provenant de la Banque mondiale, World Development Report 1984 (New York : Oxford University Press, 1984).

(6) Calculé à partir de données sur la consommation par habitant, FAO, Production Yearbook 1984 (Rome : 1985) et de projections démographiques DAESI, World Populations Prospects : Estimates and Projections as Assessed in 1984 (New York : ONU, 1986).

(7) FAO, Disponibilité de bois de feu dans les pays en développement, Forestry paper, no 42 (Rome : 1983).

(8) DAESI, World Population Prospects, op. cit.

(9) Ibid.

(10) Ibid.

(11) W. Häfele et W, Sassin, « Resources and Endowments, An Outline of Future Energy Systems », dans P.W. Hemily et M.N. Ozdas (eds.), Science and Future Choice (Oxford : Clarendon Press, 1979).

(12) Voir, par exemple, OCDE, Interfutures face au Futur (Paris : 1979) et Council on Environmental Quality and U.S. Department of State, The Global 2000 Report to the President : Entering the Twenty-First Century, The Technical Report, vol. 2 (Washington, DC : U.S. Government Printing Office, 1980).

(13) Voir « For Municipal Initiative and Citizen Power », in INDERENA, La Campana Verde y los Concejos Verdes (Bogota, Colombie : 1985).