Page:Savinien Cyrano de Bergerac - La mort d'Agrippine - 1654.djvu/16

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
7
TRAGEDIE.

La terre en trembla meſme, afin que l’on pût dire
Que ſa fiévre cauſoit des friſſons à l’Empire.


Cornelie

Iamais la mort ne vint d’un pas ſi diligent.


Agrippine

Et Piſon toutefois le treuve encor trop lent ;
Pour le precipiter, ioignant le ſortilege,
Du poiſon ſans horreur il monte au ſacrilege,
Et donne à terracer par des charmes couvers
Le demon des Romains au demon des Enfers.
Ainſi l’Enfer, les Cieux, la Nature & l’Envie,
Unirent leurs fureurs contre une ſeule vie.


Cornelie

Ha ! ne condamnez point la lâcheté du ſort !
Pour perdre un ſi grand homme il faut plus d’une mort.


Agrippine

D’un rouge tenebreux ſa chair enſanglantée,
Fut le triſte teſmoin, que Nature irritée
Produiſit du poiſon, afin de ſe purger
Du crime dont à Rome on eût pû la charger.