Page:Savinien Cyrano de Bergerac - La mort d'Agrippine - 1654.djvu/20

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
11
tragedie.

Se trace par ſon crime un chemin iuſqu’à vous ?
Que dans ſon meurtrier voſtre mary ſe treuve,
Et vienne ſe ſauver dans le lict de la Veuſve ?
Quoy ! n’entendez-vous point le grand Germanicus,
Porté ſur un monceau de cadavre vaincus,
S’écrier des Enfers : Femme ingratte & perfide ;
Tu vas joindre ma race avec mon homicide ?
Voyla comme il ſe plaint, ce Heros outragé,
Que ſa Veuſve en dix ans n’a pas encor vangé.


Agrippine

Moy, de mes ennemis ie deviendrois la Mere !
Moy qui les dois punir du crime de leur Pere !
Rouge encor de mon ſang, il viendroit l’Aſſaßin,
En qualité d’Eſpoux me preſenter la main !
Donc mes fils en mes flancs ne pourroient treuver place,
Sans augmenter le nom du bourreau de ma race !
Donc avec eux naiſtroit, malgré tout mon amour,
L’execrable devoir de les priver du iour !
Donc ces infortunez, ſans le pouvoir conneſtre,
Seroient mes ennemis avant meſme que d’eſtre !
Deviendroient criminels entre les mains du Sort,
Et pour avoir vécu meriteroient la mort !
Du plus vil des Romains ie me ferois un Maiſtre !
Et veuſve d’un Heros i’eſpouſerois un traiſtre !
Ha ! ne m’accuſe point de tant de lâcheté.