Page:Savinien Cyrano de Bergerac - La mort d'Agrippine - 1654.djvu/29

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et ſon fils qui me hait, dans ſa fureur trompé,
Au profond de ſon ame, arreſtant ſa colere,
Craindra de s’attaquer au mary de ſa Mere,
Ou forcée de le perdre, avec moins de courroux
Elle en pardonnera le meurtre à ſon Eſpoux.
Mais allons preparer dans la pompe celebre
Du retour de Tybere une pompe funebre.


Fin du premier Acte.