Page:Savinien Cyrano de Bergerac - La mort d'Agrippine - 1654.djvu/30

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
21
tragedie.



ACTE II


Scène premiere

Tibere, Nerva.




Tibere

Ouy, la Couronne enferme & cache beaucoup plus
De pointes ſous le front qu’il en paroiſt deſſus ;
De ma triſte grandeur i’ay veû Rome idolaſtre :
Mais que i’ay pour regner d’ennemis à combatre.


Nerva

C’eſt trop te défier de ton noble deſtin,
Agrippine te haït, mais elle eſt femme enfin.


Tibere

Que de iuſtes frayeurs s’emparent de mon ame !
Le grand Germanicus me combat dans ſa femme !
De ce Prince au tombeau, le nom reſſuſcité,