Page:Savinien Cyrano de Bergerac - La mort d'Agrippine - 1654.djvu/35

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
26
agrippine.

Et puis, quand nous aurons le ſecours que i’eſpere
La mienne à découvert bravera ſa colere ;
Mais la voici, n’importe il la faut regaler,
D’une offre dont l’éclat ſuffit pour l’aveugler.
Voy comme ſon front cache & montre ſa vengeance,
Et dans quelle fierté la ſuperbe s’avance !
Pour me tromper encor elle vient en ces lieux :
Mais eſcoute nous feindre à qui feindra le mieux.



Scène II

Tibere, Agrippine, Seianus, Nerva, Terentius.




Agrippine

Ton retour impreveu, tes gardes redoublées,
Trois fortes legions prés de Rome aſſemblées,
M’ont fait avec raiſon craindre quelque attentat
Ou contre ta Perſonne, ou contre ton Eſtat :
C’eſt pourquoy dans un temps ſuſpect à ma Patrie,
Où le Romain troublé, s’atrouppe, s’arme & crie,
J’ameine à ton ſecours mes proches, mes amis,