Page:Savinien Cyrano de Bergerac - La mort d'Agrippine - 1654.djvu/4

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.






À
MONSEIGNEUR
LE
DUC D’ARPAION


Monseigneur,

Quoy qu’Agrippine ſoit ſortie du ſang de ces Princes, qui naiſſaient ſeulement pour commander aux hommes, & qui ne mouroient, que pour eſtre appellez aux rang des Dieux, ſes diſgraces l’ont renduë encore plus celebre que la gloire de ſon berceau ; Il ſemble qu’elle n’ait eu le grand Auguſte pour Ayeul, qu’afin de ſentir avec plus d’affront, le regret de ſe voir dérober l’Empire, ſon