Page:Savinien Cyrano de Bergerac - La mort d'Agrippine - 1654.djvu/42

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et ie veux que le rang qu’il me retient à tort,
Me conſerve touſiours d’un motif pour ſa mort.
D’ailleurs c’eſt à mon fils qu’il remettoit l’Empire,
Eſt-ce au nom de ſubjet où ton grand cœur aſpire ?
Penſes-y meurement, quel que ſoit ton deſſein,
Tu ne m’eſpouſeras que le Sceptre à la main.
Mais adieu, va ſonder où tend tout ce myſtere,
Et confirme touſiours mon refus à Tybere.



Scène IV

Seianus, Terentius.




Terentius

Par les cuiſans ſoucis où flotte l’Empereur,
Du peril où tu cours meſure la grandeur,
Crains que dans le complot comme un ſage Interprette,
De la moitié connuë il paſſe à la ſecrette :
Car ie veux que le Ciel ſecondant tes ſouhaits,
Tu meine ta Victoire où tendent tes projets :
D’une marche du Thrône Agrippine approchée,
La ſoif de ſe vanger non encor eſtanchée,