Page:Savinien Cyrano de Bergerac - La mort d'Agrippine - 1654.djvu/44

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
35
tragedie.

Qu’il fut né d’un grand Roy, moy d’un ſimple Paſteur,
Son ſang auprès du mien eſt-il d’autre couleur ?
Mon nom ſeroit au rang des Heros qu’on renomme
Si mes predeceſſeurs avoient ſaccagé Rome :
Mais ie ſuis regardé comme un homme de rien,
Car mes predeceſſeurs ſe nommoient gens de bien ;
Un Ceſar cependant n’a gueres bonne veuë,
Dix degrez ſur ta teſte en bornent l’eſtenduë,
Il ne ſçauroit au plus faire monter ſes yeux
Que depuis ſon berceau iuſques à dix Ayeux :
Mais moy ie retrograde aux cabanes de Rome,
Et depuis Sejanus iuſques au premier homme ;
Là n’eſtant point borné du nombre ny du chois,
Pour quatre Dictateurs i’y rencontre cent Rois.


Terentius

Mais le crime eſt affreux de maſſacrer ſon Maiſtre ?


Seianus

Mais on devient au moins un magnifique traiſtre ;
Quel plaiſir ſous ſes pieds de tenir aux abois
Celuy qui ſous les ſiens fait gemir tant de Rois ;
Fouler impunément des teſtes couronnées,
Faire du genre humain toutes les deſtinées ;
Mettre aux fers un Ceſar, & penſer dans ſon cœur
Cet Eſclave iadis eſtoit mon Empereur.