Page:Savinien Cyrano de Bergerac - La mort d'Agrippine - 1654.djvu/45

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
36
agrippine.



Terentius

Peut-eſtre en l’abatant tomberas-tu toy-meſme.


Seianus

Pourveu que ie l’entraiſne avec ſon diademe,
Je mourray ſatisfait, me voyant terracé
Sous le pompeux debris d’un Thrône renversé :
Et puis mourir n’eſt rien, c’eſt achever de naiſtre,
Un Eſclave hier mourut pour divertir ſon Maiſtre :
Aux malheurs de la vie on n’eſt point enchaiſné.
Et l’ame eſt dans la main du plus infortuné.


Terentius

Mais n’as-tu point d’horreur pour un tel parricide ?


Seianus

Je marche ſur les pas d’Alexandre & d’Alcide,
Penſes-tu qu’un vain nom de traiſtre, de voleur,
Aux hommes demy-Dieux doive abatre le cœur ?


Terentius

Mais d’un coup ſi douteux peux-tu prevoir l’iſſuë ?


Seianus

De courage & d’eſprit cette trame eſt tiſſuë :