Page:Savinien Cyrano de Bergerac - La mort d'Agrippine - 1654.djvu/47

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Terentius

Qui les craint ne craint rien.


Seianus

Qui les craint ne craint rien. Ces enfans de l’effroy,
Ces beaux riens qu’on adore, & ſans ſçavoir pourquoy,
Ces alterez du ſang des veſtes qu’on aſſomme,
Ces Dieux que l’homme a faict, & qui n’ont point faict l’homme,
Des plus fermes Eſtats ce fantaſque ſouſtien,
Va, va, Terentius, qui les craint, ne craint rien.


Terentius

Mais s’il n’en eſtoit point, cette Machine ronde ?


Seianus

Oüy, mais s’il en eſtoit, ſerois-je encore au monde ?