Page:Villiers de L'Isle-Adam - Nouveaux Contes cruels.djvu/167

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



1° Le caractère — inexplicable chez lui, selon moi, de son « crime » ;

2° Ce fait que, veuf et venant de céder son étude au comptant depuis moins d’un semestre, il était advenu qu’au cours des assises, les plus retors de nos limiers judiciaires avaient fini par s’avouer hors d’état de lui découvrir la propriété d’une pièce de cinq francs, — tellement il avait su placer, à l’étranger, d’une façon secrète et sûre, le large demi-million qu’on lui savait.

*
* *


Ah ! cette cause célèbre ! . . . Comment, au lu des débats, du réquisitoire et du verdict, persister à me croire éveillé ?... Il en ressortait, en effet, l’énigmatique résumé suivant. — En Bretagne, l’Avril passé, Me Pied, par un hasard de villégiature, s’était trouvé, depuis deux jours, l’hôte de notre vieux et cher baron des