Page:Villiers de L'Isle-Adam - Tribulat Bonhomet, 1908.djvu/166

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


lois suréternelles, et pénètre les éléments des choses. D’où il suit qu’en étudiant simplement les filiations de l’Idée, j’étudierai les lois constitutives des choses, et mon raisonnement coïncidera, s’il est strict, avec l’Essence même des choses, puisqu’il impliquera, en contenu, cette NÉCESSITÉ qui fait le fonds des choses.

En un mot, je suis, en tant que pensée, le miroir, la Réflexion, des lois universelles, ou, selon l’expression des théologiens, « je suis fait à l’image de Dieu ! » — Comprendre, c’est le reflet de créer.

Je me touchai le front d’un doigt significatif, en regardant Mme Lenoir, qui, silencieuse, semblait écouter avec une attention profonde les théories écœurantes de son pitoyable époux. Je la plaignais, vraiment, d’avoir choisi un pareil énergumène. Je me versai donc une seconde tasse de thé.