Page:Villiers de L'Isle-Adam - Tribulat Bonhomet, 1908.djvu/179

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.




CHAPITRE XII


UNE DISCUTEUSE SENTIMENTALE


Et Satan : — « Pensées, où m’avez-vous conduit ! »
Milton.


Nous remplîmes, de nouveau, nos tasses de thé, et, entre deux cuillerées de kircsh :

— Mon ami, interrompis-je, au lieu de vivre chez soi, tranquillement, sans ambition ni casse-tête spéculatifs, à quoi bon se préoccuper de toutes ces choses en l’air ? — (Ici je clignai de l’œil.) — Nous ne saurons jamais le fin mot de tout cela !