Tristan (Béroul)

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher



… Que nul semblant de rien en face.
Com ele aprisme son ami,
Oiez com el l’a devanci :
« Sire Tristran, por Deu le roi,
5Si grant pechié avez de moi,
Qui me mandez a itel ore ! »
Or fait senblant con s’ele plore…
… « Par Deu, qui l’air fist et la mer,
Ne me mandez nule fois mais.
10Je vos di bien, Tristan, a fais,
Certes, je n’i vendroie mie.
Li rois pense que par folie,
Sire Tristran, vos aie amé,
Mais Dex plevist ma loiauté
15Qui sor mon cors mete flaele,
S’onques fors cil qui m’ot pucele
Out m’amistié encor nul jor !
Se li felon de cest enor
Por qui jadis vos combatistes
20O le Morhout, quant l’oceïstes,
Li font acroire, ce me semble,
Que nos amors jostent ensemble,
Sire, vos n’en avez talent,
Ne je, par Deu omnipotent,
25N’ai corage de druerie
Qui tort a nule vilanie.
Mex voudroie que je fuse arse,
Aval le vent la poudre esparse,
Jor que je vive que amor
30Aie o home qu’o mon seignor.
E Dex ! si ne m’en croit il pas.
Je puis dire : de haut si bas !
Sire, mot dist voir Salemon :
Qui de forches traient larron,
35Ja pus nes amera nul jor.
Se li felon de cest enor…
… A nos deüsent il celer.
Mot vos estut mal endurer
De la plaie que vos preïstes
40En la bataille que feïstes
O mon oncle. Je vos gari.
Se vos m’en erïez ami,
N’ert pas merveille, par ma foi !
Et ils ont fait entendre au roi
45Que vos m’amez d’amor vilaine.
Si voient il Deu et son reigne !
Ja nul verroient en la face.
Tristran, gardez qu’en nule place
Ne me mandez por nule chose :
50Je ne seroie pas tant ose
Que jë i osasse venir.
Trop demor ci, n’en quier mentir.
S’or en savoit li rois un mot,
Mon cors seret desmembré tot,
55Et si seroit a mot grant tort :
Bien sai qu’il me dorroit la mort.
Tristran, certes, li rois ne set
Que por lui par vos aie ameit :
Por ce qu’eres du parenté,
60Vos avoie jë en cherté.
Je quidai jadis que ma mere
Amast mot les parenz mon pere,
Et disoit ce, que ja mollier
N’en avroit ja son seignor chier
65Qui les parenz n’en amereit.
Certes, bien sai que voir diset.
Sire, mot t’ai por lui amé
Et j’en ai perdu tot son gré…
… — Si home li ont fait acroire
70De nos tel chose qui n’est voire.
— Sire Tristan, que volez dire ?
Mot est cortois li rois mi sire.
Ja nu pensast nul jor par lui
K’en cest pensé fuson andui,
75Mais l’en puet home desveier,
Faire le mal et bien laisier.
Si a l’on fait de mon seignor :
Tristrans, vois m’en, trop i demor.
— Dame, por amor Deu, merci !
80Mandai toi, et or es ici :
Entent un poi a ma proiere.
Ja t’ai je tant tenue chiere ! »
Quant out oï parler sa drue,
Sout que s’estoit aperceüe :
85Deu en rent graces et merci.
Or set que bien istront de ci.
« Ahi ! Yseut, fille de roi,
Franche, cortoise, en bone foi,
Par plusors fois vos ai mandee,
90Puis que chambre me fut veee,
Ne puis ne poi a vos parler.
Dame, or vos vuel merci crier,
Qu’il vos membre de cel chaitif
Qui a traval et a duel vif,
95Quar j’ai tel duel c’onques le roi
Out mal pensé de vos vers moi
Qu’il n’i a el fors que je muere…
… Qu’il n’en creüst pas losangier
Moi desor lui a esloignier.
100Li fel covert Corneualeis
Or en sont lié et font gabois.
Or voi je bien, si con je quit,
Qu’il ne voudroient quë o lui
Eüst home de son linage.
Mot m’a pené son mariage.
Dex ! porquoi est li rois si fol ?
Ainz me lairoie par le col
Pendre a un arbre qu’en ma vie
O vos preïsse druerie.
Il ne me lait sol escondire.
Por ses felons vers moi s’aïre.
Trop par fait mal qu’il les en croit.
Deceü l’ont, gote ne voit.
Mot les vi ja taisant et muz,
Qant li Morholt fu ça venuz,
Ou nen i out uns d’eus tot sos
Qui osast prendre ses adous.
Mot vi mon oncle iluec pensis :
Mex vosist estre mort que vis.
Por s’onor croistre m’enarmai,
Combati m’en, si l’en chaçai.
Ne deüst pas mis oncles chiers
De moi croire ses losengiers.
Sovent en ai mon cuer irié.
Pensë il que n’en ait pechié ?
Certes, oïl : n’i faudra mie.
Por Deu, le fiz sainte Marie,
Dame, ore li dites errant
Qu’il face faire un feu ardant,
Et je m’en entrerai el ré :
Se ja un poil en ai bruslé
De la haire qu’avrai vestu,
Si me laist tot ardoir u feu.
Qar je sai bien n’a de sa cort
Qui a batalle o moi s’en tort.
Dame, por vostre grant franchise,
Donc ne vos en est pitié prise ?
Dame, je vos en cri merci.
Tenez moi bien a mon ami.
Qant je vinc ça a lui par mer…
Com a seignor i vol torner.
— Par foi, sire, grant tort avez,
Que de tel chose a moi parlez
Que de vos le mete a raison
Et de s’ire face pardon.
Je ne vuel pas encor morir,
Ne moi du tot en tot perir !
Il vos mescroit de moi forment,
Et j’en tendroie parlement ?
Donc seroie je trop hardie.
Par foi, Tristran, n’en ferai mie,
Ne vos nu me devez requerre.
Tote sui sole en ceste terre.
Il vos a fait chambres veer
Por moi : s’il or m’en ot parler,
Bien me porroit tenir por fole.
Par foi, ja n’en dirai parole ;
Et si vos dirai une rien,
Si vuel que vos le saciés bien :
Së il vos pardounot, beau sire,
Par Deu son mautalent et s’ire,
J’en seroie joiose et lie.
S’or savoit ceste chevauchie,
Cel sai je bien que ja resort,
Tristran, n’avreie contre mort.
Vois m’en, imais ne prendrai some.
Grant poor ai quë aucun home
Ne vos ait ci veü venir.
S’un mot en puet li rois oïr
Que nos fuson ça assemblé,
Il me feroit ardoir en ré.
Ne seret pas mervelle grant.
Mis cors trenble, poor ai grant.
De la poor qui or me prent,
Vois m’en, trop sui ci longuement ».
Iseut s’en torne, il la rapele :
« Dame, par Dieu, qui en pucele
Prist por le pueple umanité,
Conseilliez moi, par charité.
Bien sai, n’i osez mais remaindre.
Fors a vos ne sai a qui plaindre.
Bien sai que mot me het li rois.
Engagiez est tot mon harnois.
Car le me faites delivrer :
Si m’en fuirai, n’i os ester.
Bien sai que j’ai si grant prooise,
Par tote terre ou sol adoise,
Bien sai quë u monde n’a cort,
S’i vois, li sires ne m’anort,
Et së onques point du suen oi,
Yseut, par cest mien chief le bloi,
Nel se voudroit avoir pensé
Mes oncles, ainz un an passé,
Por si grant d’or com il est toz,
Ne vos en qier mentir deus moz.
Yseut, por Deu, de moi pensez,
Envers mon oste m’aquitez,
— Par Deu, Tristan, mot me mervel
Qui me donez itel conseil.
Vos m’alez porchaçant mon mal.
Icest consel n’est pas loial.
Vos savez bien la mescreance,
Ou soit savoir ou set enfance.
Par Deu, li sire glorios
Qui forma ciel et terre et nos,
Së il en ot un mot parler
Que vos gages face aquiter,
Trop par seroit aperte chose.
Certes, je ne sui pas si osse
Que ce vos di por averté,
Ce saciés vos de vérité. »
Atant së est Iseut tornee,
Tristran l’a plorant saluee.
Sor le perron de marbre bis
Tristran s’apuie, ce m’est vis ;
Demente soi a lui tot sol :
« Ha, Dex ! beau sire saint Evrol,
Je ne pensai faire tel perte,
Ne foïr m’en a tel poverte !
N’en merré armes ne cheval,
Ne compagnon fors Governal.
Ha, Dex ! d’ome desatorné,
Petit fait om de lui cherté.
Qant je serai en autre terre,
S’oi chevalier parler de guerre,
Je n’en oserai mot soner :
Hom nu n’a nul leu de parler.
Or m’estovra sofrir fortune.
Trop m’aura fait mal et rancune !
Beaus oncles, poi me deconnut
Qui de ta femme me mescrut.
Onques n’oi talent de tel rage.
Petit sarroit à mon corage… »
… Li rois qui sus en l’arbre estoit
Out l’asenblee bien veüe
Et la raison tote entendue.
De la pitié qu’au cor li prist,
Qu’il ne plorast ne se tenist
Por nul avoir : mout a grant duel.
Mot het le nain de Tintaguel.
« Las, fait li rois, or ai veü
Que li nains m’a trop deceü.
En cest arbre me fist monter.
Il ne me pout plus ahonter.
De mon nevo me fist entendre
Mençonge por qoi ferai pendre.
Por ce me fist metre en aïr,
De ma mollier faire haïr.
Je l’en crus, et si fis que fous.
Li gerredons l’en sera sous.
Se je le puis as poinz tenir,
Par feu ferai son cors fenir.
Par moi avra plus dure fin
Que ne fist faire Costentin
A Segoçon, qu’il escolla
Qant o sa feme le trova.
Il l’avoit coroné a Rome
Et la servoient maint preudomme.
Il la tint chiere et honora.
En lié mesfist, puis en plora. »
Tristran s’en est pieça alez.
Li rois de l’arbre est devalez.
En son cuer dit or croit sa feme
Et mescroit les barons du reigne
Que li faisoient chose acroire
Qu’il set bien que ce n’est pas voire
Et qu’il a prové a mençonge.
Or ne laira qu’au nain ne donge
O s’espee si sa merite :
Par lui n’iert mais traïson dite.
Ne jamais jor ne mescroira
Tristran d’Iseut, ainz lor laira
La chambre tot a lor voloir.
« Or puis je bien enfin savoir :
Se feüst voir, ceste asenblee
Ne feüst pas issi finee.
S’il s’amasent de fol’ amor,
Ci avoient asez leisor :
Bien les veïsse entrebaisier.
Ges ai oï si gramoier,
Or sai je bien n’en ont corage.
Por qoi cro je si fort outrage ?
Ce poise moi, si m’en repent.
Mot est fous qui croit tote gent.
Bien deüse ainz avoir prové
De ces deus genz la verité
Que jë eüse fol espoir.
Bien virent aprimier cest soir.
Au parlement ai tant apris,
Jamais jor n’en serai pensis.
Pa matinet sera paiez
Tristran o moi : s’avra congiez
D’estre a ma chambre a son plesir.
Or est remès li suen fuïrs
Qu’il voloit faire le matin. »
Oiez du nain boçu Frocin.
Fors estoit, si gardoit en l’er,
Vit Orient et Lucifer.
Des estoiles le cors savoit.
Les set planestres devisoit.
Il savoit bien quë ert a estre.
Qant il oiet un enfant nestre,
Li poinz contoit tot de sa vie.
Li nains Frocins, plains de voisdie,
Mot se penout de cel deçoivre
Qui de s’ame le feroit soivre.
As estoiles choisist l’asente ;
De mautalent rogist et enfle ;
Bien set li rois fort le menace
Ne laira pas qu’il nu desface.
Mot est li nains nerci et pales,
Mot tost s’en vaït fuiant vers Gales.
Li rois vait mot le nain querant :
Nu puet trover, s’en a duel grant.
Yseut est en sa chambre entree.
Brengain la vit descoloree.
Bien sout quë ele avoit oï
Tel rien dont out le cuer marri,
Qui si muoit et palisoit…
… Ele respont : « Bele magistre,
Bien doi estre pensive et tristre.
Brengain, ne vos vel pas mentir :
Ne sai qui hui nos vout traïr,
Mais li rois Marc estoit en l’arbre
Ou li perrons estoit de marbre.
Je vi son ombre a la fontaine.
Dex me fist parler primeraine.
Onques de ce que jë i quis
N’i out mot dit, ce vos plevis,
Mais mervellos complaignement
Et mervellos gemissement.
Gel blasmé quë il me mandot,
Et il autretant me priout
Que l’acordase a mon seignor
Qui a grant tort ert a error
Vers lui de moi, et je li dis
Que grant folie avoit requis,
Que jë a lui mais ne vendroie
Ne ja au roi ne parleroie.
Ne sai que je plus racontasse :
Complainz i out une grant masse
Onques li rois ne s’aperçut
Ne mon estre ne desconut.
Partie me sui du tripot. »
Qant l’ot Brengain, mot s’en esjot :
« Iseut, ma dame, grant merci
Vos a Dex fait, qui ne menti,
Qant il vos a fait desevrer
Du parlement sanz plus outrer,
Que li rois n’a chose veüe
Qui ne puise estre en bien tenue.
Granz miracles vos a fait Dex.
Il est verais peres et tex
Qu’il n’a cure de faire mal
A ceus qui sont buen et loial. »
Tristran ravoit tot raconté
A son mestre com out ouvre.
Qant conter l’ot, Deu l’en mercie
Que plus n’i out fait o s’amie.
Ne pout son nain trover li rois.
Dex ! tant ert a Tristran sordois !
A sa chambre li rois en vient.
Iseut le voit, qui mot le crient :
« Sire, por Deu, dont venez vos ?
Avez besoin, qui venez sous ?
— Roïne, ainz vien a vos parler
Et une chose demander ;
Si ne me celez pas le voir,
Car la verté en vuel savoir.
— Sire, onques jor ne vos menti.
Se la mort doi recevoir ci,
S’en dirai je le voir du tot.
Ja n’i avra menti un mot.
— Dame, veïs puis mon nevo ?
— Sire, le voir vos en desno.
Ne croiras pas que voir en die,
Mais jel dirai sanz tricherie.
Gel vi et puis parlaï a lui.
O ton nevo soz cel pin fui.
Or m’en oci, roi, si tu veus.
Certes, gel vi. Cë est grant deus,
Qar tu penses que j’ain Tristran
Par puterie et par anjen.
Si ai tel duel que moi n’en chaut
Se tu me fais prendre un mal saut.
Sire, merci a ceste foiz !
Je t’ai voir dit : si ne m’en croiz,
Ainz croiz parole fausse et vaine,
Ma bone foi me fera saine.
Tristran tes niès vint soz cel pin
Qui est laienz en ce jardin.
Si me manda qu’alase a lui.
Ne me dist rien, mais je li dui
Anor faire non trop frarine
Par lui sui je de vos roïne.
Certes, ne fusent li cuvert
Qui vos dient ce qui ja n’iert,
Volantiers li feïse anor.
Sire, jos tien por mon seignor,
Et il est votre niés, ç’oi dire.
Por vos l’ai je tant amé, sire,
Mais li felon, li losengier
Quil vuelent de cort esloignier
Te font acroire la mençonge.
Tristan s’en vet : Dex lor en doinge
Male vergoigne recevoir !
A ton nevo parlai ersoir.
Mot se complaint com angoisos,
Sire, que l’acordasse a vos.
Je li di ce : qu’il s’en alast,
Nule foiz mais ne me mandast,
Car jë a lui mais ne vendroie
Ne ja a vos n’en parleroie.
Sire, de rien ne mentirai :
Il n’i ot plus. Se vos volez,
Ocïez moi, mais c’iert a tort.
Tristran s’en vet por le descort.
Bien sai quë outre la mer passe.
Dist moi que l’ostel l’aqitasse :
Nel vol de rien nule aqiter,
Ne longuement a lui parler.
Sire, or t’ai dit le voir sans falle.
Si je te ment, le chief me talle.
Ce sachiez, sire, sanz doutance,
Je li feïse l’aqitance,
Se jë osase, volentiers ;
Ne sol quatre besanz entiers
Ne li vol metre en s’aumosniere
Por ta mesnie noveliere.
Povre s’en vet : Dex le conduie !
Par grant pechié li donez fuie :
Il n’ira ja en cel païs,
Dex ne li soit verais amis « .
Li rois sout bien qu’el ot voir dit.
Les paroles totes oït ;
Acole la, cent foiz la beise.
El plore : il dit qu’ele se tese.
Ja nes mescrera mais nul jor
Por dit de nul losangeor.
Allent et viengent a lor buens.
Li avoirs Tristran ert mes suens
Et li suens avoir ert Tristrans.
N’en crerra mais Corneualans.
Or dit li rois a la roïne
Conme le felon nain Frocine
Out anoncié le parlement
Et com el pin plus hautement
Le fist monter por eus voier
A lor asemblement le soir.
« Sire, estïez vos donc el pin ?
— Oïl, dame, par saint Martin.
Onques n’i ot parole dite
Ge n’oïse, grant ne petite !
Qant j’oï a Tristran retraire
La batalle que li fis faire,
Pitié en oi, petit falli
Que de l’arbre je ne chaï,
Et qant je l’i oï retraire
Le mal qu’en mer li estut traire
De la serpent dont le garistes
Et les grans biens que li feïstes,
Et qant il vos requist quitance
De ses gages, si oi pesance.
Ne li vosistes aquiter
Ne l’un de vos l’autre abiter.
Pitié m’en prist a l’arbre sus.
Souef m’en ris, si n’en fis plus.
— Sire, ce m’est mot buen forment.
Or savez bien certainement :
Mot avion bele loisor,
Së il m’amast de fole amor.
Asez en veïsiez semblant.
Ainz, par ma foi, ne tant ne qant
Ne veïstes qu’il m’aprismat
Ne me preïst ne me baisast.
Bien senble ce chose certaine :
Ne m’amot pas d’amor vilaine,
Sire, s’or ne nos veïssiez,
Certes, ne nos en creïssiez.
— Par Deu, je non, li rois respont.
Brengain, que Dex anor te donst !
Por mon nevo va a l’ostel,
Et së il dit ou un ou el
Ou n’i velle venir por toi,
Di je li mant qu’il vienge a moi. »
Brengain li dit : « Sire, il me het,
Si est a grant tort, Dex le set.
Dit par moi est meslez o vos.
La mort me veut tot a estros.
G’irai : por vos le laisera
Bien tost que ne me tochera.
Sire, por Deu, acordez m’i,
Qant il sera venu ici. »
Oiez que dit la tricheresse !
Mot fist que bone lecheresse :
Lores gaboit a escïent
Et se plaignoit de mal talent.
« Rois, por li vois, ce dist Brengain.
Acordez m’i, si ferez bien. »
Li rois respont : « G’i metrai paine.
Va tost poroc et ça l’amaine. »
Yseut s’en rist et li rois plus.
Brengain s’en ist les sauz par l’us.
Tristan estoit a la paroi :
Bien les oiet parler au roi.
Brengain a par les bras saisie ;
Acole la, Deu en mercie…
… D’estre o Yseut a son plaisir.
Brengain mist Tristran a raison :
« Sire, laiens en sa maison,
A li rois grant raison tenue
De toi et de ta chiere drue.
Pardone t’a son mautalent.
Or het ceus que te vont meslant.
Proïe m’a que venge a toi.
Gë ai dit que ire as vers moi.
Fai grant semblant de toi proier,
N’i venir mie de legier.
Se li rois fait de moi proiere,
Fai par semblant mauvese chiere. »
Tristran l’acole, si la beise.
Liez est quë ore ra son esse.
A la chambre painte s’en vont,
La ou li rois et Yseut sont.
Tristran est en la chambre entrez.
« Niés, fait li rois, avant venez.
Ton mautalent quite a Brengain
Et je te pardorrai le mien.
— Oncle, chiers sire, or m’entendez.
Legirement vos desfendez
Vers moi, qui ce m’avez mis sure
Dont li mien cor el ventre pleure
Si grant desroi, tel felonie !
Dannez seroie et el honie.
Ainz nu pensames, Dex le set,
Or savez bien que cil vos het
Qui te fait croire tel mervelle.
D’or en avant meux te conselle.
Ne portë ire a la roïne,
N’a moi qui sui de vostre orine.
— Non ferai je, beaus niès, par foi. »
Acordez est Tristran au roi.
Li rois li a doné congié
D’estre a la chambre : es le vos lié.
Tristran vait a la chambre et vient :
Nule cure li rois n’en tient.
Ha, Dex ! qui puet amor tenir
Un an ou deus sanz descovrir ?
Car amors ne se puet celer.
Sovent cline l’un vers son per ;
Sovent vienent a parlement
Et a celé et voiant gent :
Par tot ne püent aise atendre
Maint parlement lor estuet prendre
A la cort avoit trois barons :
Ainz ne veïstes plus felons.
Par sairement s’estoient pris
Que si li rois de son païs
N’en faisot son nevo partir,
Il nu voudroient mais soufrir ;
A lor chasteaus sus s’en trairoient
Et au roi Marc guerre feroient ;
Kar en un gardin souz une ente
Virent l’autrier Yseut la gente
Ovoc Tristan en tel endroit
Que nus hom consentir ne doit,
Et plusors fois les ont veüs
El lit roi Marc gesir toz nus ;
Qar qant li rois en vet el bois
Et Tristan dit : « Sire, g’en vois »,
Puis se remaint, entre en la chambre :
Iluec grant piece sont ensemble.
« Nos li diromes nos meïsmes.
Alon au roi et si li dimes.
Ou il nos aint ou il nos hast,
Nos volons son nevo en chast ! »
Tuit ensemble ont ce consel pris.
Li rois Marc ont a raison mis.
A une part ont le roi trait.


« Sire, font il, malement vet.
Tes niès s’entraiment et Yseut.
Savoir le puet quiconques vuet,
Et nos nu volon mais sofrir. »
Li rois entent, fist un sospir,
Son chief abesse vers la terre,
Ne set qu’il die, sovent erre
« Rois, ce dient li troi felon,
Par foi, mais nu consentiron,
Qar bien savon de verité
Que tu consenz lor cruauté,
Et si sez bien ceste mervelle.
Qu’en feras-tu ? Or t’en conselle
Se ton nevo n’ostes de cort
Si que jamais nen i retort,
Ne nos tenron a vos jamez,
Si ne vos tendron nule pez.
De nos voisins feron partir
De cort, que nes poon soufrir.
Or t’aron tost cest geu parti :
Tote ta volenté nos di.
— Seignor, vos estes mi fael.
Si m’aist Dex, mot me mervel
Que mes niès ma vergonde ait quise.
Mais servi m’a d’estrange guise.
Conseliez m’en, gel vos requier.
Vos me devez bien conseillier,
Que servise perdre ne vuel.
Vos savez bien, n’ai son d’orguel.
— Sire, or mandez le nain devin.
Certes il set de maint latin.
Si en soit ja li consel pris.
Mandez le nain, puis soit asis. »
Et il i est mot tost venuz.
Dehez ait il comme boçuz !
Li un des barons l’en acole.
Li rois li mostre sa parole.
Ha ! or oiez quel traïson
Et con faite seducïon
A dit au roi cil nain Frociz !
Dehé aient tuit cil devin !
Qui porpensa tel felonie
Con fist cist nain qui Dex maudie ?
« Di ton nevo q’au roi Artur,
A Carduel qui est clos de mur
Covient qu’il alle par matin.
Un brief escrit au parchemin
Port a Artur toz les galoz,
Bien seelé, a cire acloz.
Rois, Tristran gist devant ton lit.
Anevoies, en ceste nuit,
Sai que voudra a lui parler,
Por Deu, que devra la aler.
Rois, de la chambre is a prinsome :
Deu te jur et la loi de Rome,
Se Tristran l’aime folement,
A lui vendra au parlement.
Et s’il i vient, et ge nul sai,
Se tu nu voiz, si me desfai
Et tuit ti homë autrement :
Prové seront sanz soirement.
Rois, or m’en laisse covenir
Et a ma volenté sortir,
Et se li çole l’envoier
Desi qu’a l’ore du cochier. »
Li rois respont : « Amis, c’ert fait. »
Departent soi ; chascun s’en vait.
Mot fu li nain de grant voidie ;
Mot par fist rede felonie :
Cil en entra chiez un pestor,
Quatre derees prist de flor,
Puis la lia a son gueron.
Qui pensast mais tel traïson !
La nuit, qant ot li rois mangié,
Par la sale furent couchié.
Tristran alla le roi couchier.
« Beau niés, fait-il, je vos requier.
Ma volenté faites, gel vuel.
Au roi Artur, jusq’a Carduel,
Vos convendra a chevauchier.
Cel brief li faites desploier.
Niés, de ma part le saluer.
O lui c’un jor ne sejorner. »
Du mesage ot Tristan parler.
Au roi respont de lui porter :
« Rois, gë irai bien par matin.
— O vos, ainz que la nuit ait fin. »
Tristran fu mis en grant esfroi.
Entre son lit et cel au roi
Avoit bien le lonc d’une lance.
Trop out Tristran sote atenance.
En son cuer dist qu’il parleret
A la roïne, s’il pooit,
Qant ses oncles ert endormiz.
Dex ! quel pechié ! trop ert hardiz !
Li nains la nuit en la chambre ert.
Oiez comment cele nuit sert :
Entre deus liez la flor respant,
Que li pas allent paraisant
Se l’un a l’autre la nuit vient.
La flor la forme des pas tient.
Tristran vit le nain besuchier
Et la faine esparpellier.
Porpensa soi que ce devoit,
Qar si servir pas ne soloit !
Puis dist : « Bien tost, a ceste place
Espandroit flor por nostre trace
Veer, se l’un à l’autre iroit.
Qui iroit or, que fous feroit !
Bien verra mais së or i vois. »
Le jor devant, Tristran, el bois,
En la jambe nafrez estoit
D’un grant sengler ; mot se doloit :
La plaie mot avoit saignié.
Desliez ert, par son pechié.
Tristan ne dormoit pas, ce quit.
Et li rois live a mie nuit.
Fors de la chambre en est issuz.
O lui ala li nains boçuz.
Dedanz la chambre n’out clartéz,
Cirge ne lampë alumez
Tristan se fu sus piez levez.
Dex ! por qoi fist ? Or escoutez :
Les piez a joinz, esme, si saut,
El lit le roi chaï de haut.
Sa plaie escrive : forment saine.
Le sanc qu’en ist les dras ensaigne.
La plaie saigne : ne la sent,
Qar trop a son delit entent.
En plusors leus li sanc aüne.
Le nain defors est. A la lune,
Bien vit josté erent ensemble
Li dui amant : de joie en tremble
E dist au roi : « Se nes puez prendre
Ensemble, va, si me fai pendre. »
Iluec furent li troi felon
Par qui fu ceste traïson
Porpensee priveement.
Li rois s’en vient : Tristran l’entent ;
Live du lit tot esfroïz ;
Errant s’en rest mot tost sailliz.
Au tresaillir que Tristran fait,
Li sans decent (malement vait !)
De la plaie sor la farine.
Ha ! Dex, qel duel que la roïne
N’avot les dras du lit ostez !
Ne fust la nuit nus d’eus provez…
Së ele s’en fust apensee,
Mot eüst bien s’anor tensee.
Mot grant miracle Deus i out
Ques garanti si con li plot.
Li ros a sa chambre revient.
Li nains que sa chandele tient
Vient avoc lui. Tristran faisoit
Semblant comme së il dormoit,
Qar il ronfloit forment du nés.
Seus en la chambre fu remés,
Fors tant quë a ses piez gegoit
Pirinis, qui ne s’esmovoit,
Et la roïne a son lit jut.
Sor la flor, chauz, li sanc parut.
Li rois choisi el li le sanc :
Vermel en furent li drap blanc,
Et sor la flor en pert la trace.
Du sanc li rois Tristran menace.
Li troi baron sont en la chambre.
Tristran par ire a son lit prenent :
Coilli l’orent cil en haïne
Por sa prooise et la roïne.
Laidisent la, mot la menacent :
Ne lairont justice n’en facent.
Voient la jambe qui li saine :
« Trop par a ci veraie enseigne :
Provez estes, ce dist li rois.
Vostre escondit n’i vaut un pois.
Certes, Tristran, demain, ce quit,
Soiez certain d’estre destruit. »
Il li crie : « Sire, merci.
Por Deu qui Pasion soufri,
Sire, de nos pitié vos prenge. »
Li fel dient : « Sire, or te venge.
— Beaus oncles, de moi ne me chaut.
Bien sai, venuz sui a mon saut.
Ne fust por vos a corocier,
Cist plez fust ja venduz mot chier :
Ja por lor eulz ne le pensasent
Que ja de lor mains m’atochasent.
Mais envers vos nen ai je rien ;
O tort a mal ou tort a bien,
De moi ferez vostre plesir,
Et je sui prest de vos soufrir.
Sire, por Deu, de la roïne
Aiez pitié ! » (Tristran l’encline)
« Quar il n’a home en ta meson,
Se disoit ceste traïson
Que pris eüse druerie
O la roïne par folie,
Ne m’en trovasse en champ, armé.
Sire, merci de li por Dé. »
Li troi qui a la chambre sont
Tristran ont pris et lié l’ont
Et liee ront la roïne.
Mot est torné a grant haïne.
Ja se Tristran ice seüst
Quë escondire nul leüst,
Mex se laisast vif depecier
Que lui ne lié soufrist lïer ;
Mais en Deu tant fort se fiot
Que bien savoit et bien quidoit,
S’a escondit peüst venir,
Nus n’en osast armes saisir
Encontre lui, lever ne prendre.
Bien se quidoit par chanp defendre.
Por ce ne se vout vers le roi
Mesfaire soi por nul desroi,
Qar s’il seüst ce quë en fut
Et ce qui avenir lor dut,
Il les eüst tuëz toz trois,
Ja ne les en gardast li rois.
Ha ! Dex, porqoi ne les ocist ?
A mellor plait asez venist.
Li criz live par la cité
Qu’endui sont ensemble trové
Tristran et la reïne Iseut
Et que li rois destruire eus veut.
Pleurent li grant et li petit.
Sovent l’un d’eus a l’autre dit :
« A ! las, tant avon a plorer !
Ahi ! Tristran, tant par es ber !
Qel damage que traïson !
Vos ont fait prendre cil gloton !
Ha ! roïne franche, honoree,
En qel terre sera mais nee
Fille de roi qui ton cors valle ?
Ha ! nains, c’a fait ta devinalle ?
Ja ne voie Deu en la face,
Qui trovera le nain en place,
Qui nu ferra d’un glaive el cors !
Ahi ! Tristran, si grant dolors
Sera de vos, beaus chers amis,
Qant si seroiz a destroit mis !
Ha ! las, qel duel de vostre mort !
Qant le Morhout prist ja ci port
Qui ça venoit por nos enfanz,
Nos barons fist si tost taisanz
Quë onques n’ot un si hardi
Qui s’en osast armer vers lui.
Vos en treïstes la batalle
Por nos trestoz de Cornoualle.
Si oceïstes le Morhout.
Il vos navra d’un javelot,
Sire, dont tu deüs morir.
Ja ne devrion consentir
Que vostre cors fust ci destruit. »
Live la noise et li bruit.
Tuit en corent droit au palès.
Li rois fu mot fel et engrès.
N’i ot baron tant fort ne fier
Qui ost le roi mot araisnier
Qu’il li pardonast cil mesfait.
Or vient li jor, la nuit s’en vait.
Li rois commande espine querre
Et une fosse faire en terre.
Li rois, tranchanz, demaintenant
Par tot fait querre les sarmenz
Et assembler o les espines
Aubes et noires o racines.
Ja estoit bien prime de jor.
Li banz crierent par l’enor
Que tuit en allent a la cort.
Cil qui plus puet plus tost acort.
Asemblé sont Corneualois.
Grant fu la noise et le tabois.
N’i a celui ne face duel,
Fors que le nain de Tintajol.
Li rois lor a dit et mostré
Qu’il veut faire dedenz un ré
Ardoir son nevo et sa feme.
Tuit s’escrient la gent du reigne :
« Rois, trop ferïez lai pechié,
S’il n’estoient primes jugié.
Puis le destrui. Sire, merci ! »
Li rois par ire respondi :
« Par cel Seignor qui fist le mont,
Totes les choses qui i sont,
Por estre moi desherité,
Ne lairoie ne l’arde en ré,
Se j’en sui araisnié jamais.
Laisiez m’en tot ester en pais. »
Le feu commande a alumer
Et son nevo a amener.
Ardoir le veut premierement.
Or vont por lui : li rois l’atent.
Lors l’en ameinent par les mains.
Par Deu, trop firent que vilains !
Tant ploroit, mais rien ne li monte.
Fors l’en ameinent a grant honte.
Yseut plore : par poi n’enrage.
« Tristran, fait ele, qel damage
Qu’a si grant honte estes lïez !
Qui m’oceïst, si garisiez,
Ce fust grant joie, beaus amis !
Encor en fust vengement pris »
Oez, seignors, de Damledé
Comment il est plains de pité.
Ne vieat pas mort de pecheor.
Receü ot le cri, le plor
Que faisoient la povre gent
Por ceus qui eirent a torment.
Sor la voie par ont il vont,
Une chapele est sor un mont :
U coin d’une roche est asise.
Sor mer est faite, devers bise.
La part que l’en claime chancel
Fu asise sor un moncel.
Outre n’out rien fors la faloise.
Cil mont ert plain de pierre a aise.
S’uns escureus de lui sausist,
Si fust il mort : ja n’en garist.
En la dube out une verrine
Quë un sainz i fist porperine.
Tristran ses meneors apele :
« Seignors, vez ci une chapele.
Por Deu, qar m’i laisiez entrer.
Près est mes termes de finer.
Preerai Deu qu’il merci ait
De moi, qar trop li ai forfait.
Seignors, n’i a que ceste entree,
Et chascun voi tenir s’espee.
Vos savez bien : ne pus issir.
Par vos m’en estuer revertir,
Et qant je Dé proié avrai,
A vos eisinc lors revendrai. »
Or l’a l’un d’eus dit a son per :
« Bien le poon laisier aler. »
Les lïans sachent ; il entre enz.
Tristran ne vait pas comme lenz.
Triès l’autel vint a la fenestre.
A soi l’en traist a sa main destre.
Par l’overture s’en saut hors.
Mex veut sallir que ja ses cors
Soit ars voiant tel aünee.
Seignors, une grant pierre lee
Out u mileu de cel rochier.
Tristran i saut mot de legier.
Li vens le fiert entre les dras,
Qu’il defent qu’il ne chie a tas.
Encor claiment Corneualan
Cele pierre le saut Tristran.
La chapele est plaine de pueple :
Tristran saut sus. L’araine ert moble :
Toz a genoz chiet en la glise.
Cil l’atendent defors l’iglise,
Mais por noient : Tristran s’en vet.
Bele merci Dex li a fait !
La riviere granz sauz s’enfuit.
Mot par ot bien le feu qui bruit :
N’a corage quë il retort !
Ne puet plus corre quë il cort.
Mais or oiez de Governal :
Espee çainte, sor cheval,
De la cité s’en est issuz.
Bien set, së il fust conseüz,
Li rois l’arsist por son seignor.
Fuiant s’en vait por la poor.
Mot ot li mestre Tristran chier,
Qant il son brant ne vout laisier,
Ançois le prist la ou estoit.
Avec le suen l’en aportoit.
Tristran son mestrë aperceut,
Ahucha le : bien le connut ;
Et il i est venuz a hait.
Qant-il le vit, grant joie en fait.
« Maistre, ja m’a Dex fait merci.
Eschapé sui et or sui ci.
Ha ! las, dolent, et moi qui chaut ?
Qant n’ai Yseut, rien ne me vaut.
Dolent ! le saut quë orainz fis !
Que dut ice que ne m’ocis ?
Ce me peüst estre mot tart.
Eschapé sui ! Yseut, l’en t’art !
Certes, por noient eschapai.
En l’art por moi : por li morrai. »
Dist Governal : « Por Deu, beau sire,
Confortez vos, n’acuelliez ire.
Veez ci un espés buison,
Clos a fossé tot environ.
Sire, meton nos la dedenz.
Par ci trespasse maintes genz.
Asez orras d’Iseut novele,
Et së en l’art, jamais en cele
Ne montez vos, se vos briement
N’en prenez enprès vengement.
Vos en avrez mot bone aïe.
Ja, par Jhesu le fil Marie,
Ne gerrai mais dedenz maison
Très que li troi felon larron
Par qoist destruite Yseut ta drue
En avront la mort receüe.
S’or estïez, beau sire, ocis
Que vengement n’en fust ainz pris,
Jamais nul jor n’avroie joie. »
Tristran respont : « Trop vos anoie,
Beau mestre n’ai point de m’espee.
— Si as, que je l’ai aportee. »
Dist Tristran : « Maistre, dont est bien.
Or ne criem fors Deu imais rien.
— Encor ai je soz ma gonele
Tel rien qui vos ert bone et bele :
Un hauberjon fort et legier
Qui vos porra avoir mestier.
— Dex ! dist Tristran, bailliez le moi.
Par icel Deu en qui je croi,
Mex vel estre tot depeciez,
Se jë a tens i vien au rez,
Ainz que getee i soit m’amie,
Ceus qui la tienent nen ocie. »
Governal dist : « Ne te haster.
Tel chose te puet Dex doner
Que te porras mot mex venger.
N’i avras pas tel destorbier
Com tu porroies or avoir.
N’i voi or point de ton pooir,
Qar vers toi est iriez li rois.
Avoc lui sont tot li borjois
Et trestuit cil de la cité.
Sor lor eulz a toz comandé
Que cil qui ainz te porra prendre,
S’il ne te prent, fera le prendre.
Chascun aime mex soi que toi.
Se l’en levoit sor toi le hui,
Tex te voudroit bien delivrer,
Ne l’oseret neis porpenser. »
Plore Tristran, mot fait grant duel.
Ja por toz ceus de Tintajol,
S’en le deüst tot depecier
Qu’il n’en tenist piece a sa per,
Ne laisast il qu’il n’i alast,
Se son mestre ne li veiast.
En la chambrê un mès acort
Qui dist Yseut qu’ele ne plort,
Que ses amis est eschapez.
« Dex, fait elë, en ait bien grez !
Or ne me chaut së il m’ocient
Ou il me lient ou deslient. »
Si l’avoit fait lier li rois,
Par le commandement as trois
Qu’il li ont si les poinz estroiz,
Li sanc li est par toz les doiz.
« Par Deu, fait el, se je m’esplor
Qant li felon losengeor
Que garder durent mon ami
L’ont deperdu, la Deu merci !
Ne me devroit l’on mesproisier.
Bien sai que li nains losengier
Et li felons, li plain d’envie
Par qui consel j’iere perie
En avront encor lor deserte.
Torner lor puise a male perte ! »
Seignor, au roi vient la novele
Qu’eschapez est par la chapele
Ses niés qui il devoit ardoir.
De mautalent en devint noir.
De duel ne set con se contienge.
Par ire rove qu’Yseut vienge.
Yseut est de la sale issue.
La noise live par la rue,
Qant la dame lïee virent.
A laidor ert : mot s’esfroierent.
Qui ot le duel qu’il font por li,
Com il crient a Deu merci !
« Ha ! roïne franche, honoree,
Qel duel ont mis en la contree
Par qui ceste novele est sorse !
Certes, en asez poi de borse
En porront metre le gaain !
Avoir en puisent mal mehain ! »
Amenee fu la roïne
Jusquë au ré ardent d’espine.
Dinas, le sire de Dinan,
Qui a mervelle amoit Tristran,
Se lait choier au pié le roi.
« Sire, fait il, entent a moi.
Je t’ai servi mot longuement,
Sanz vilanie, loiaument.
Ja n’auras home en tot cest reigne,
Povre orfelin ne vielle feme,
Qui, por vostre seneschaucie
Que j’ai eü tote ma vie,
Me donast une beauveisine.
Sire, merci de la roïne !
Vos la volez sanz jugement
Ardoir en feu : ce n’est pas gent,
Qar cest mesfait ne connoist pas.
Duel ert, se tu le suen cors ars.
Sire, Tristran est eschapez.
Les plains, les bois, les pas, les guez
Set forment bien, et mot est fiers.
Vos estes oncle et il tes niés :
A vos ne mesferoit il mie,
Mais vos barons, en vos ballie
S’il les trovout nes vilonast,
Encor en ert ta terre en gast.
Sire, certes ne quier noier,
Qui avroit sol un escuier
Por moi destruit në a feu mis,
Se iere roi de set païs,
Ses me metroit il en balence
Ainz que n’en fust prise venjance.
Pensez que, de si franche feme
Qu’il amena de lointain reigne,
Que lui ne poist s’ele est destruite ?
Ainz en avra encor grant luite.
Rois, rent la moi par la merite
Que servi t’ai tote ma vite. »
Li troi par qui cest ovre sort
Sont devenu taisant et sort,
Qar bien sevent Tristran s’en vet.
Mot grant dote ont qu’il nes aget.
Li rois prist par la main Dinas.
Par ire a juré saint Thomas
Ne laira n’en face justise
Et qu’en ce fu ne soit la mise.
Dinas l’entent. Mot a grant duel.
Ce poise li : ja par son vuel
Nen iert destruite la roïne.
En piez se live o chiere encline.
« Rois, je m’en vois jusqu’a Dinan.
Par cel seignor qui fist Adan,
Je ne la verroië ardoir,
Por tot l’or ne por tot l’avoir
C’onques ourent li plus riche home
Que furent dès le bruit de Rome. »
Puis monte el destrier, si s’en torne,
Chiere encline, marriz et morne.
Iseut fu au feu amenee ;
De gent fu tote avironee,
Que trestuit braient et tuit crient.
Les traïtors le roi maudient.
L’eve li file aval le vis.
En un bliaut de paile bis
Estoit la dame estroit vestue
Et d’un fil d’or menu cosue.
Si chevel hurtent a ses piez,
D’un filet d’or les a trechiez.
Qui voit son cors et sa fachon,
Trop par avroit le cuer felon
Que nen avroit de lié pitié.
Mot sont li braz estroit lïé !
Un malade out en Lancïen,
Par non fu apelé Iveïn.
A mervelle par fu mesfait.
Acoru fu voier cel plait.
Bien out o lui cent compaignons,
O lor puioz, o lor bastons.
Ainz ne veïstes tant si lait,
Ne si boçu ne si desfait.
Chascun tenoit sa tartarie.
Crïent au roi a voiz serie :
« Sire, tu veus faire justise,
Ta feme ardoir en ceste gise.
Granz est, mais se je ainz rien soi,
Ceste justise durra poi.
Mot l’avra tost cil grant feu arse
Et la poudre cist venz esparse.
Cest feu charra en ceste brese :
Ceste justise ert tost remese.
Mais se vos croire me volez,
Tel justise de li ferez
Qu’ele voudroit mex mort avoir
Qu’ele vivroit, et sans valoir,
Et que nus n’en orroit parler
Qui plus ne t’en tenist por ber.
Rois, voudroies le faire issi ? »
Li rois l’entent, si respondi :
« Se tu m’enseignes cest, sanz falle,
Qu’ele vivë, et que ne valle,
Gré t’en savrai, ce saches bien ;
Et se tu veus, si pren du mien.
Onques ne fu dit tel manere
Tant doleruse ne tant fire,
Qui orendroit tote la pire
Seüst por Deu le roi eslire,
Quë il n’eüst m’amor tot tens. »
Ivains respont : « Si com je pens
Je te dirai asez briment.
Veez : j’ai ci compaignon cent.
Yseut nos done, s’ert comune.
Poior fin dame n’ot mais une.
Sire, en nos a si grant ardor
Soz ciel n’a dame qui un jor
Peüst soufrir nostre convers.
Li dras nos sont au cors aers.
O toi soloit estre a honor
O vair, o gris et o baudor ;
Les buens vins i avoit apris
Es granz soliers de marbre bis.
Se la donez a nos meseaus :
Qant el verra nos bas bordeaus
Et eslira l’escouellier
Et l’estovra a nos couchier,
Sire, en leu de tes boins mengiers,
Aura de pieces, de quartiers
Que l’en nos envoie a tes hus.
Por cel seignor que maint lasus,
Qant or verra la nostre cort,
Adont verrez son desconfort
Dont voudroit miex morir que vivre.
Dont savra bien Yseut la givre
Que malement aura ovré :
Mex voudroit estre arse en un ré. »
Li rois l’entent ; en piez estut,
Ne de grant piece ne se mut.
Bien entendi que dit Ivain.
Cort a Yseut, prist l’a la main.
Elle crie : « Sire, merci !
Ainz que m’i doigniés, art moi ci. »
Li rois li done et cil la prent
Des malades i ot bien cent
Qui s’aünent tot entor li.
Qui ot le brait, qui ot le cri,
A totes genz en prent pitiez.
Que qu’en ait duel, Yvains est liez.
Vait s’en Yseut : Yvains l’en meine
Tot droit aval par sus l’araine.
Des autres meseaus li complot
(N’i a celui n’ait son puiot)
Tot droit vont vers l’embuschement
Ou ert Tristran, qui les atent.
A haute voiz Governal crie :
« Filz, que feras ? Vés ci t’amie.
— Dex ! dist Tristran, quel aventure !
Ahi ! Yseut, bele figure,
Com deüstes por moi morir
Et je redui por vos perir !
Tel gent vos tienent entre mains !
De ce soient il toz certains,
S’il ne vos laisent en present,
Tel i avra ferai dolent. »
Fiert le destrier, du buison saut.
A qant qu’il puet s’escrie en haut :
« Ivain, asez l’avez menee.
Laisiez la tost, que ceste espee
Ne vos face le chief voler. »
Ivain s’aqeut a desfubler.
En haut s’escrie : « Or as puioz !
Or i parra qui ert des noz. »
Qui ces meseaus veïst soffler,
Oster chapes et desfubler !
Chascun li crolle sa potence.
Li uns menace et l’autre tence.
Tristran n’en vost rien atochier
Në entester ne laidengier.
Governal est venuz au cri.
En sa main tient un vert jarri
Et fiert Yvain qui Yseut tient.
Li sans li chiet, au pié li vient :
Bien aïde a Tristran son mestre !
Yseut saisist par la main destre.
Li conteor dient qu’Yvain
Firent nïer, qui sont vilain.
Ne savent mie bien l’estoire !
Berox l’a mex en sen memoire.
Trop ert Tristran preuz et cortois
A ocirre gent de tes lois !
Tristran s’en voit a la roïne.
Laisent le plain et la gaudine.
S’en vet Tristan et Governal.
Yseut s’esjot : or ne sent mal.
En la forest de Morrois sont.
La nuit jurent desor un mont.
Or est Tristran si a seür
Com s’il fust en chastel o mur.
En Tristran out mot bon archier.
Mot se sout bien de l’arc aidier.
Governal en ot un toloit
A un forestier quil tenoit
Et deus seetes empenees,
Barbelees, ot l’en menees.
Tristran prist l’arc, par le bois vait.
Vit un chevrel, ancoche et trait.
El costé destre fiert forment :
Brait, saut en haut et jus decent.
Tristran l’a pris, atot s’en vient.
Sa loge fait : au brant qu’il tient,
Les rains trenche, fait la fullie.
Yseut l’a bien espés jonchie.
Tristran s’asist o la roïne.
Governal sot de la cuisine :
De seche busche fait buen feu.
Mot avoient a faire qeu !
Il n’avoient ne lait ne sel
A cele foiz a lor ostel.
La roïne ert forment lassee
Por la poor qu’el ot passee.
Somel li prist : dormir se vot,
Sor son ami dormir se vot.
Seignors, eisi font longuement
En la forest parfondement.
Longuement sont en cel desert.
Oiez du nain com au roi sert :
Un consel sot li nains du roi.
Ne sot quë il. Par grant desroi,
Le descovri : il fist que beste,
Qar puis en prist li rois la teste.
Li nain ert ivres. Li baron
Un jor le mistrent a raison :
Que ce devoit que tant parloient
Il et li rois et conselloient ?
« A celer bien un suen consel
Mot m’a trové toz jors feel.
Bien voi que le volez oïr,
Et je ne vuel ma foi mentir.
Mais je merrai les trois de vos
Devant le Gué Aventuros,
Et iluec a une aube espine,
Une fosse a soz la racine.
Mon chief porai dedenz boter
Et vos m’orrez defors parler.
Ce que dirai, c’ert de segroi
Dont je fu vers le roi par foi. »
Li baron vienent a l’espine.
Devant vient li nains Frocine.
Li nains fu cort, la teste ot grose.
Delivrement ont fait la fosse,
Jusq’as espaules li ont mis.
« Or escoutez, seignor marchis !
Espine, a vos, non a vasal :
Marc a orelles de cheval. »
Bien ont oï le nain parler.
S’en vint un jor, après disner.
Parlout a ses barons roi Marc.
En sa main tint d’aubourc un arc.
Atant i sont venu li troi
A qui li nains dist le secroi.
Au roi dient priveement :
« Roi, nos savon ton celement. »
Li rois s’en rist et dist : « Ce mal
Que j’ai orelles de cheval
M’est avenu par ce devin.
Certes, ja ert fait de lui fin. »
Traist l’espee, le chief en prent.
Mot en fu bel a mainte gent
Qui haoient le nain Frocine
Por Tristran et por la roïne.
Seignors, mot avez bien oï
Comment Tristan avoit salli
Tot contreval par le rochier,
Et Governal sor le destrier
S’en fu issuz, qar il cremoit
Qu’il fu ars, se Marc le tenoit.
Or sont ensemble en la forest.
Tristran de venaison les pest.
Longuement sont en cel boschage.
La ou la nuit ont heberjage,
Si s’en trestornent au matin.
En l’ermitage frere Ogrin
Vindrent un jor par aventure.
Aspre vie meinent et dure.
Tant s’entraiment de bone amor,
L’un por l’autre ne sent dolor.
Li hermites Tristran connut.
Sor sa potence apoié fu.
Aresne lë, oiez comment :
« Sire Tristran, grant soirement
A l’en juré par Cornoualle :
Qui vous rendroit au roi, sans falle
Cent mars avroit a gerredon.
En ceste terre n’a baron
Au roi ne l’ait plevi en main,
Vos rendre a lui o mort ou sain. »
Ogrins li dist mot bonement :
« Par foi, Tristran, qui se repent,
Deu du pechié li fait pardon
Par foi et par confession. »
Tristran li dit : « Sire, par foi,
Que ele m’aime en bone foi ;
Vos n’entendez pas la raison.
Qu’el m’aime, c’est par la poison.
Ge ne me pus de lié partir,
N’ele de moi, n’en quier mentir. »
Ogrins li dist : « Et qel confort
Puet on doner a home mort ?
Assez est mort qui longuement
Gist en pechié, s’il ne repent.
Doner ne puet nus penitance
A pecheor sanz repentance. »
L’ermite Ogrins mot les sarmone ;
Du repentir consel lor done.
Li hermites sovent lor dit
Les profecies de l’escrit,
Et mot lor amentoit sovent
L’ermite lor delungement.
A Tristran dist par grant desroi
« Que feras tu ? Conselle toi !
— Sire, j’am Yseut a mervelle,
Si que n’en dor ne ne somelle.
De tot en ai le consel pris :
Mex aim o li estre mendis
Et vivre d’erbes et de glan
Qu’avoir le reigne au roi Otran.
De lié laisier parler ne ruis,
Certes, qar faire ne le puis. »
Iseut au pié l’ermite plore.
Mainte color mue en poi d’ore.
Mot li crie merci sovent.
« Sire, por Deu omnipotent,
Il ne m’aime pas, ne je lui,
Fors par un herbé dont je bui
Et il en but : ce fu pechiez !
Por ce nos a li rois chaciez. »
Li hermites tost li respont :
« Di va, cil Dex qui fist le mont,
Il vos donst voire repentance. »
Et saciez de voir, sans dotance,
Cele nuit jurent chiez l’ermite.
Por eus esforça mot sa vite.
Au matinet s’en part Tristrans.
Au bois se tient, let les plains chans.
Li pain lor faut : cë est grant deus !
De cers, de biches, de chevreus
Ocist asez par le boscage.
La ou prenent lor herbergage,
Font lor cuisine et lor beau feu.
Sol une nuit sont en un leu.
Seignors, oiez com por Tristran
Out fait li rois crier son ban.
En Cornoualle n’a paroise
Ou la novele n’en angoise
Que, qui porroit Tristran trover,
Que l’en feïst le cri lever.
Qui veut oïr une aventure,
Com grant chose a a noreture,
Si m’escoute un sol petitet :
Parler m’oiez d’un buen brachet.
Quens ne rois n’out tel berseret :
Il ert isneaus et toz tens prez,
Qar il ert bauz, isneaus, non lenz
Et si avoit a nom Husdanz.
Liez estoit en un landon.
Li chiens gardoit par le donjon,
Qar mis estoit a grant freor
Qant il ne voiet son seignor.
Ne vout mengier ne pain ne past
Ne nule rien qu’on li donast.
Guignout et si feroit du pié ;
Des uiz lermout : Dex ! qel pitié
Faisoit a mainte gent li chiens !
Chascun disoit : « S’il estoit miens,
Gel metroie del landon fors,
Qar s’il enrage, ce ert deus.
Ahi ! Husdent, ja tel brachetz
N’ert mais trové qui tant set pretz
Ne tel duel face por seignor.
Beste ne fu de tel amor.
Salemon dit que droituriers
Que ses amis, c’ert ses levriers.
A vos le poon nos prover :
Vos ne volez de rien goster,
Pus que vostre sire fu pris.
Rois, qar soit fors du landon mis ! »
Li rois a dit a son corage :
« Por son seignor croi qu’il enrage.
Certes, mot a li chiens grant sens.
Je ne quit mais qu’en nostre tens,
En la terre de Cornoualle,
Ait chevalier qui Tristran valle. »
De Cornoualle baron troi
En ont araisoné le roi :
« Sire, qar deslïez Husdant.
Si verron bien certainement
Së il meine ceste dolor
Por la pitié de son seignor,
Qar ja si tost n’ert deslïez,
Qu’il ne morde, s’est enragiez,
Ou autre rien ou beste ou gent ;
S’avra la langue overte au vent. »
Li rois apele un escuier
Por Husdan faire deslïer.
Sor bans, sor seles puient haut,
Qar le chien criement de prin saut.
Tut disoient : « Husdent enrage. »
De tot ce n’avoit il corage :
Tantost com il fu deslïez,
Par mié les renz cort esvelliez,
Quë onques n’i demora plus.
De la sale s’en ist par l’us.
Vint a l’ostel ou il soloit
Trover Tristran. Li rois le voit
Et li autre qui après vont.
Li chiens escrie, sovent gront ;
Mot par demeine grant dolor.
Encontré a de son seignor.
Onques Tristran ne fist un pas,
Qant il fu pris, qu’il dut estre ars,
Que li brachez n’en aut après.
Et dit chascun de venir mès.
Husdant an la chambrë est mis
O Tristran fu traït et pris.
Criant s’en vet vers la chapele ;
Si part, fait saut et voiz clarele.
Li pueple vait après le chien.
Ainz puisqu’il fu hors du lïen,
Ne fina, si fu au moutier
Fondé en haut sor le rochier.
Husdent li blans qui ne voit lenz
Par l’us de la chapele entre enz,
Saut sur l’autel, ne vit son mestre :
Fors s’en issi par la fenestre.
Aval la roche est avalez.
En la jambe s’est esgenez.
A terre met le nés, si crie.
A la silve du bois florie
Ou Tristran fist l’embuschement,
Un petit s’arestut Husdent.
Fors s’en issi, par le bois vet.
Nus ne le voit qui pitié n’ait.
Au roi dient li chevalier :
« Laison a seurre cest trallier :
En tel leu nos porroit mener
Dont griès seroit le retorner. »
Laisent le chien, tornent arire.
Husdent aqeut une chariere.
De la rote mot s’esbaudist.
Du cri au chien li bois tenti.
Tristran estoit el bois aval
O la reïne et Governal.
La noise oient : Tristran l’entent.
« Par foi, fait il, jë oi Husdent. »
Trop se criement, sont esfroï.
Tristran saut sus ; son arc tendi.
En un’espoise aval s’en traient.
Crime ont du roi, si s’en esmaient.
Dient qu’il vient o le brachet.
Ne demora c’un petitet
Li brachet, qui la rote sut.
Qant son seignor vit et connut
Le chief dresse, la queue crolle.
Qui voit com de joie se molle
Dire puet qu’ainz ne vit tel joie.
A Yseut a la crine bloie
Acort, et pus a Governal.
Toz fait joie, nis au cheval.
Du chien out Tristran grant pitié.
« Ha ! Dex, fait-il, par qel pechié
Nos a cist berseret seü.
Chien qi en bois ne se tient mu
N’a mestier a home bani.
El bois somes du roi haï.
Par plain, par bois, par tote terre,
Dame, nos fait li rois Marc querre !
S’il nos trovout ne pooit prendre,
Il nos feroit ardoir ou pendre.
Nos n’avon nul mestier de chien.
Une chose sachiez vos bien :
Se Husdens avé nos remaint,
Poor nous fera et duel maint.
Asez est mex qu’il soit ocis
Que nos soion par son cri pris.
Et poise m’en por sa franchise
Quë il la mort a ici quise.
Grant nature li faisoit fere.
Mais comment m’en pus je retraire ?
Certes, ce poise moi mot fort
Que je li doie doner mort.
Or m’en aidiez a consellier :
De nos garder avon mestier. »
Yseut li dist : « Sire, merci !
Li chiens sa beste prent au cri,
Que par nature que par us.
J’oï ja dire qu’uns seüs
Avoit un forestier galois,
Puis quë Artus en fu fait rois,
Quë il avoit si afaitié :
Qant il avoit son cerf sagnié
De la seete bercerece,
Puis ne fuïst par cele trace
Que li chiens ne suïst le saut ;
Por crier n’en tornast le faut
Que ja n’atainsist tant sa beste
Ja criast ne feïst moleste.
Amis Tristran, grant joie fust,
Por metre peine qui peüst
Faire Husdent le cri laisier,
Sa beste ataindrë et chacier. »
Tristran s’estut et escouta.
Pitié l’en prist ; un poi pensa,
Puis dist itant : « Se je pooie
Husdent par paine metre en voie
Quë il laisast cri por silence,
Mot l’avroie a grant reverence.
Et a ce metrai je ma paine,
Ainz que ja past ceste semaine.
Pesera moi se je l’oci,
Et je crien mot du chien le cri,
Qar je porroie en tel leu estre
O vos ou Gouvernal mon mestre,
Së il criout, feroit nos prendre.
Or vuel peine metre et entendre
A beste prendre sans crïer. »
Or voit Tristran en bois beiser.
Afaitiez fu, a un dain trait.
Li sans en chiet : le brachet brait.
Li dains navrez s’en fuit le saut.
Husdent li bauz en crie en haut.
Li bois du cri au chien resoine.
Tristran le fiert, grant cop li done.
Li chien a son seignor s’areste.
Lait le crïer, gerpist la beste.
Haut l’esgarde, ne set qu’il face.
N’ose crïer, gerpist la trace.
Tristran le chien desoz lui bote.
O l’estortore bat la rote.
Et Husdent en revot crïer.
Tristran l’aqeut a doutriner.
Ainz que li premier mois pasast,
Fu si le chien dontez u gast
Que sanz crïer suiet sa trace
Sor noif, sor herbe ne sor glace.
N’ira sa beste ja laschant,
Tant n’iert isnel ne remuant.
Or lor a grant mestier li chiens.
A mervelles lor fait grans biens.
S’il prent el bois chevrel ne dains,
Bien l’embusche, cuevre de rains,
Et s’il enmi lande l’ataint,
Com il s’avient en i prent maint,
De l’erbe gete asez desor :
Arire torne a son seignor,
La le maine ou sa beste a prise.
Mot sont li chien de grant servise !
Seignors, mot fu el bois Tristrans.
Mot i out paines et ahans.
En un leu n’ose remanoir :
Dont lieve au main ne gist au soir.
Bien set que li rois le fait querre
Et que li bans est en sa terre
Por lui pendre, quil troveroit.
Mot sont el bois del pain destroit.
De char vivent, el ne mengüent.
Que püent il se color müent ?
Lor dras rompent : rains les decirent.
Longuement par Morrois fuïrent.
Chascun d’eus soffre paine elgal,
Qar l’un por l’autre ne sent mal.
Grant poor a Yseut la gente
Tristran por lié ne se repente,
Et a Tristran repoise fort
Quë Yseut a por lui descort,
Qu’el repente de la folie.
Un de ces trois que Dex maudie
Par qui il furent descovert,
Oiez comment par un jor sert.
Riches hom ert et de grant bruit.
Les chiens amoit por son deduit.
De Cornoualle, du païs
De Morrois erent si eschis
Qu’il n’i osout un sol entrer.
Bien lor faisoit a redouter,
Qar se Tristran les peüst prendre,
Il les feïst as arbres pendre.
Bien devoient donques laisier.
Un jor estoit o son destrier
Governal sol a un doitil
Que descendoit d’un fontenil.
Au cheval out osté la sele :
De l’erbete paisoit novele.
Tristan gesoit en sa fullie.
Estroitement ot embrachie
La roïne, por qu’il estoit
Mis en tel paine, en tel destroit.
Endormi erent amedoi.
Governal ert enunes qoi.
Oï les chiens par aventure.
Le cerf chacent grant aleüre.
Crient li chien a un des trois
Por qui consel estoit li rois
Meslez ensemble o la roïne.
Li chien chacent, li cerf ravine.
Gouvernal vint une charire
En une lande. Luin arire,
Vit cel venir que il bien set
Que ses sires onques plus het,
Tot solement sans escuier.
Des esperons a son destrier
A tant doné quë il escache.
Sovent el col fiert o sa mache.
Li chevaus ceste sor un marbre.
Governal s’acoste a un arbre.
Enbuschiez est, celui atent
Qui trop vient tost et fuira lent.
Nus retorner ne puet fortune.
Ne se gaitoit de l’aventure
Quë il avoit a Tristan fait.
Cil qui desoz l’arbre s’estait
Vit le venir : hardi l’atent.
Dit mex veut estre mis au vent
Quë il de lui n’ait la venjance,
Qar par lui et par sa faisance,
Durent il estre tuit destruit.
Li chien le cerf sivent qui fuit.
Li vassaus après les chiens vait.
Governal saut de son agait.
Du mal que cil ot fait li membre.
A s’espee tot le desmembre.
Li chief en prent, atot s’en vet.
Li veneor qui l’ont parfait
Si voient le cerf esmeü.
De lor seignor virent le bu
Sanz la teste soz l’arbre jus :
Qui plus tost cort, cil s’en fuit plus.
Bien cuident cë ait fait Tristran
Dont li rois fist faire le ban.
Par Cornoualle ont antendu :
L’un des trois a le chief perdu
Qui meslot Tristran et le roi.
Poor en ont tuit et esfroi,
Puis ont en pès le bois laissié.
N’ont pus el bois sovent chacié.
Dès cel’ore qu’u bois entroit,
Fust por chacier, chascuns dotoit
Que Tristran li preus l’encontrast :
Crient fu u plain et plus u gast.
Tristran se jut a la fullie.
Chau tens faisoit, si fu jonchie.
Endormiz est, ne savoit mie
Que cil eüst perdu la vie
Par qui il dut mort recevoir.
Liez ert qant en savra le voir.
Governal a la loge vient.
La teste au mort a sa main tient.
A la forche de la ramee,
L’a cil par les cheveus nouee.
Tristran s’esvelle, vit la teste,
Saut esfreez, sor piez s’areste
A haute voiz crie son mestre :
« Ne vos movez ! seürs puez estre.
A ceste espee l’ai ocis.
Saciez : cil ert vostre anemis. »
Liez est Tristran de ce qu’il ot :
Cil est ocis qu’il plus dotoit.
Poor ont tuit par la contree.
La forest est si esfreee
Que nus n’i ose ester dedenz.
Or ont le bois a lor talent.
La ou il erent en cel gaut,
Trova Tristran l’arc qui ne faut.
En tel manere el bois le fist,
Rien ne trove qu’il n’oceïst.
Se par le bois vait cers ne dains,
Së il atouchë a ces rains
Ou cil arc est mis et tenduz,
Se haut hurte, haut est feruz,
Et së il hurte a l’arc an bas,
Bas est feruz en es le pas.
Tristran, par droit et par raison,
Qant ot fait l’arc, li mist cel non :
Mot a buen non l’arc qui ne faut
Rien qu’il en fire bas ne haut ;
Et mot lor out pus grant mestier :
De maint grant cerf lor fist mengier.
Mestier ert que la sauvagine
Lor aïdast en la gaudine,
Qar falliz lor estoit li pains,
N’il n’osoient issir as plains.
Longuement fu en tel dechaz.
Mervelles fu de buen porchaz :
De venoison ont grant planté.
Seignor, ce fu un jor d’esté,
En icel tens que l’en aoste,
Un poi après la Pentecoste.
Par un matin, a la rousee,
Li oisel chantent l’ainzjornee,
Tristran, de la loge ou il gist,
Çaint l’espee, tot sol s’en ist.
L’arc qui ne faut vet regarder.
Parmi le bois ala berser.
Ainz qu’il venist, fu en tel paine :
Fu ainz mais gent tant eüst paine ?
Mais l’un por l’autre ne se sent :
Bien orent lor aaisement.
Ainz puis le tens quë el bois furent,
Deus genz itant de tel ne burent,
Ne, si comme l’estoire dit
Loü Berox le vit escrit,
Nule gent tant ne s’entramerent
Ne si griement nu compererent.
La roïne contre lui live.
Li chauz fu granz qui mot les grive.
Tristran l’acole, et il dit ce…
… « Amis, ou avez vos esté ?
— Après un cerf qui m’a lassé.
Tant l’ai chacié que tot m’en duel.
Somel m’est pris : dormir me vel. »
La loge fu de vers rains faite :
De leus en leus ot fuelle atraite,
Et par terre fu bien jonchie.
Yseut fu premire couchie.
Tristran se couche, trait s’espee,
Entre les deus chairs l’a posee.
Sa chemise out Yseut vestue :
Së ele fust icel jor nue,
Mervelles lors fust meschoiet.
Et Tristran ses braies ravoit.
La roïne avoit a son doi
L’anel d’or des noces le roi,
O esmeraudes planteïz.
Mervelles fu li dois gentiz,
A poi que li aneaus n’en chiet.
Oez com il se sont couchiez.
Desoz le col Tristran a mis
Son braz, et l’autre, ce m’est vis,
Li out par dedesus geté.
Estroitement l’ot acolé,
Et il la rot de ses braz çainte.
Lor amistié ne fu pas fainte.
Les bouches furent près asises,
Et ne por qant si ot devises,
Que n’asembloient pas ensemble.
Vent ne cort ne fuelle ne tremble.
Uns rais decent desor la face
Yseut, que plus reluist que glace.
Eisi s’endorment li amant.
Ne pensent mal ne tant ne qant.
N’avoit qu’eus deus en cest païs,
Qar Governal, ce m’est avis,
S’en ert alez o le destrier
Aval el bois au forestier.
Oez, seignor, qel aventure,
Tant lor dut estre pesme et dure !
Par le bois vint uns forestiers
Quë avoit trové lor fulliers
Ou il erent el bois geü.
Tant a par le fuellier seü
Qu’il fu venuz a la ramee
Ou Tristran ot fait s’aünee.
Vit les dormanz, bien les connut.
Li sans li fuit, esmarriz fut.
Mot s’en vet tost, qar se doutoit.
Bien sot, se Tristran s’esvellot,
Que ja n’i metroit autre ostage :
Fors la teste lairoit en gage.
Së il s’en fuit, n’est pas mervelle.
Du bois s’en ist, n’est pas mervelle.
Tristran avec s’amie dort.
Par poi qu’il ne reçurent mort.
D’iluec endroit ou il dormoient
Qui deus bones liues estoient
La ou li rois tenet sa cort,
Li forestiers grant erre acort,
Qar bien oï avoit le ban
Que l’en avoit fait de Tristran :
Cil qui au roi en diroit voir
Asez aroit de son avoir.
Li forestiers bien le savoit,
Por c’acort il a tel esploit.
Et li rois Marc en son palais
O ses barons tenoit ses plaiz.
Des barons ert plaine la sale.
Li forestier du mont avale
Et s’en est entrez. Mot vait tost.
Pensez quë onc arester n’ost
De si quë il vint as degrez.
De la sale sus est montez.
Li rois le voït venir grant erre.
Son forestier apele en erre
« Soïz noveles, qui si tost viens ?
Ome sembles que core a chiens,
Que chast sa beste por ataindre.
Veus tu a cort de nullui plaindre ?
Tu sembles hom qui ait besoin
Qui ça me soit tramis de loin.
A toi nus hom veé son gage
(Se tu veus rien, di ton mesage)
Ou chacié vos de ma forest ?
— Escoute moi, roi, se toi plest,
Et si m’escoute un sol petit.
Par cest païs a l’on banit,
Qui ton neveu porroit trover,
Q’ançois s’osast laisier crever
Qu’il nu preïst ou venist dire.
Ge l’ai trové ; s’en criem vostre ire :
Se nel t’ensein, dorras moi mort.
Je te merrai la ou il dort
Et la roïne ensemble o lui.
Gel vi poi a ensemble o lui.
Fermement erent endormi.
Grant poor oi qant la les vi. »
Li rois l’entent, boufe et sospire.
Esfreez est, forment s’aïre.
Au forestier dist et conselle
Priveement dedenz l’orelle :
« En qel endroit sont il ? Di moi.
— En une loge de Morroi
Dorment estroit et embrachiez.
Vien tost : ja seron d’eus vengiez.
Rois, s’or n’en pren aspre venjance,
N’as droit en terre, sanz doutance. »
Li rois li dist : « Is t’en la fors.
Si chier comme tu as ton cors,
Ne dire a nul ce que tu sez,
Tant soit estrange ne privez.
A la Croiz Roge, au chemin fors,
La on enfuet sovent les cors,
Ne te movoir : iluec m’atent.
Tant te dorrai or et argent
Com tu voudras, je l’afi toi. »
Le forestier se part du roi,
A la Croiz vient, iluec s’asiet.
Male gote les eulz li criet,
Qui tant voloit Tristran destruire !
Mex li venist son cors conduire,
Qar puis morut a si grant honte,
Com vos orrez avant el conte.
Li rois est en la chambre entrez.
A soi manda toz ses privez,
Puis lor voia et desfendi
Qu’il ne soient ja si hardi
Qu’il allent après lui plain pas.
Chascun li dist : « Rois, est ce gas
A aler vos sous nule part ?
Ainz ne fu roi qui n’ait regart.
Qel novele avez vos oïe ?
Ne vos movez por dit d’espie. »
Li rois respont : « Ne sai novele,
Mais mandé m’a une pucele,
Que j’allé tost a lié parler.
Bien me mande n’i moigne per.
J’irai tot seus sanz mon destrer,
Ne merrai per në escuïer.
A ceste foiz irai sanz vos. »
Il responent : « Ce poise nos.
Chatons commanda a son filz
A eschiver les leus soutiz. »
Il respont : « Je le sai assez.
Laisiez moi faire auques mes sez. »
Li rois a fait sa sele metre.
S’espee çaint. Sovent regrete
A lui tot sol la cuvertise
Que Tristran fist qant il ot prise
Yseut la bele o le cler vis
O qui s’en est alez fuitis.
S’il les trove, mot les menace :
Ne laira qu’il ne lor mesface.
Mot est li rois acoragiez
De destruire : c’es granz pechiez.
De la cité s’en est issuz
Et dist mex veut estre penduz
Qu’il ne prenne de ceus venjance
Que li ont fait tel avilance.
A la Croiz vint ou cil l’atent.
Dist li qu’il aut isnelement
Et qu’il le meint la droite voie.
El bois entrent qui mot ombroie.
Devant le roi se met l’espie.
Li rois le sieut qui bien s’i fie
En l’espee que il a çainte,
Dont a doné colee mainte.
Si fait il trop que surquidez,
Qar se Tristran fust esvelliez,
Li niés o l’oncle se meslast :
Li uns morust, ainz ne finast.
Au forestier dist li rois Mars
Qu’il li dorroit d’argent vint mars,
Sel menoit tost a son forfet.
Li forestier, qui vergonde ait,
Dist que près sont de lor besoigne.
Du buen cheval né de Gascoigne,
Fait l’espie le roi descendre.
De l’autre part cort l’estrier prendre.
A la branche d’un vert pomier,
La reigne lient du destrier.
Poi vont avant, qant ont veü
La loge por qu’il sont venu.
Li rois deslace son mantel,
Dont a fin or sont li tasel.
Desfublez fu : mot ot gent cors.
Del fuerre traït l’espee fors.
Iriez s’en torne. Sovent dit
Qu’or veut morir s’il nes ocit.
L’espee nue an la loge entre.
Le forestier entre soventre :
Grant erre après le roi acort.
Li ros li çoine qu’il retort.
Li rois en haut le cop leva.
Iré le fait, si se tresva.
Ja descendist li cop sor eus,
(Ses oceïst, ce fust grant deus !)
Qant vit qu’ele avoit sa chemise,
Et qu’entre eus deus avoit devise :
La bouche o l’autre n’ert jostee.
Et qant il vit la nue espee
Qui entre eus les desevrot,
Vit les braies que Tristran out :
« Dex ! dist li rois, que ce puet estre ?
Or ai veü tant de lor estre.
Dex ! je ne sai que doie faire
Ou de l’ocire ou du retraire.
Ci sont el bois bien a lonc tens.
Bien puis croire, se je ai sens,
Së il l’amasent folement,
Ja n’i eüsent vestement.
Entrë eus deus n’eüst espee.
Autrement fust cest’asemblee.
Corage avoie d’eus ocire :
Nes tocherai, retrairai m’ire.
De fole amor corage n’ont.
N’en ferrai nul : endormi sont.
Se par moi eirent atouchié,
Trop par feroie grant pechié,
Et se j’esvel cest endormi,
Et il m’ocit ou j’oci lui,
Ce sera laide reparlance.
Je lor ferai tel demostrance
Quë, ançois qu’il s’esvelleront,
Certainement savoir porront
Qu’il furent endormi trové
Et qu’en a eü d’eus pité,
Que je nes vuel noient ocire,
Ne moi ne gent de mon empire.
Ge voi el doi a la reïne
L’anel o pierre esmeraudine ;
Or li donnai : mot par est buens.
Et j’en rai un qui refu suens :
Osterai li mien du doi.
Uns ganz de vair ai jë o moi
Qu’el aporta o soi d’Irlande.
Li rois qui sor la face brande,
Qui li fait chaut, en vuel covrir,
Et qant vendra au departir,
Prendrai l’espee d’entre eus deus
Dont au Morhot fu le chief blos. »
Li rois a deslié les ganz.
Vit ensemble les deus dormanz.
Le rai qui sor Yseut decent
Covre des ganz mot bonement.
L’anel du roi defors parut :
Souëf le traist, qu’il ne se mut.
Primes i entra il enviz :
Or avoit tant les doiz gresliz
Qu’il s’en issi sanz force fere.
Mot l’en sot bien li rois fors traire.
L’espee qui entre eus deus est
Souëf oste, la soue i met.
De la loge s’en issi fors.
Vint au destrier, saut sor le dos.
Au forestier, dist qu’il s’en fuie,
Son cors trestort, si s’en conduie.
Vet s’en li rois, dormant les let.
A cele foiz n’a il plus fait.
Reperiez est a sa cité.
De plusorz parz out demandé
Ou a esté et ou tant fut.
Li rois lor ment : pas n’i connut
Ou il ala ne quë il quist,
Ne de faisance quë il fist.
Mais or oiez des endormiz
Que li rois out el bois gerpiz.
Avis estoit a la roïne
Qu’ele ert en une grant gaudine,
Dedenz un riche pavellon.
A li venoient dui lïon
Que la voloient devorer,
Et lor voloit merci crïer,
Mais li lïon, destroiz de faim,
Chascun la prenoit par la main.
De l’esfroi quë Yseut en a,
Geta un cri, si s’esvella.
Li gant paré du blanc hermine
Li sont choiet sor la poitrine.
Tristan, du cri qu’el ot, s’esvelle.
Tote la face avoit vermelle.
Esfreez est, saut sus ses piez,
L’espee prent com home iriez.
Regarde el brant, l’osche ne voit,
Vit le pont d’or qui sus estoit,
Connut que c’est l’espee au roi.
La roïne vit en son doi
L’anel que li avoit doné,
Le suen revit du dei osté.
Ele crïa : « Sire, merci !
Li rois nos a trovez ici. »
Il li respont : « Dame, c’est voirs.
Or nos covient gerpir Morrois,
Qar mot li par somes mesfait.
M’espee a, la soue me lait.
Bien nos peüst avoir ocis.
— Sire, voire, ce m’est avis.
— Bele, or n’i a fors du fuïr.
Il nos laissa por nos traïr.
Seus ert : si est alez por gent.
Prendre nos quide voirement.
Dame, fuion nos envers Gales.
Le sanc me fuit. » Tot devient pales.
Atant es vos lor escuier
Que s’en venoit o le destrier.
Vit son seignor : pales estoit.
Demande li que il avoit.
« Par foi, mestre, Marc li gentis
Nos a trovez ci endormis.
S’espee lait, la moie emporte.
Felonie criem qu’il anorte.
Du doi Yseut l’anel, le buen
En a porté, si lait le suen :
Par cest change poon perçoivre,
Mestre, quë il nos veut deçoivre,
Qar il ert seus, si nos trova,
Poor li prist, si s’en torna.
Por gent s’en est alez arrire
Dont il a trop et baude et fire.
Ses amerra : destruire veut
Et moi et la roïne Yseut.
Voiant le pueple nos veut pendre,
Faire ardoir et venter la cendre.
Fuion : n’avon que demorer. »
N’avet en eus que demorer.
S’il ont poor, n’en püent mais.
Li rois sevent fel et engres.
Torné s’en sont bone aleüre.
Le roi dotent por l’aventure.
Morrois trespasent, si s’en vont.
Grant jornees por poor font.
Droit vers Gales s’en sont alé.
Mot les avra amors pené.
Trois anz plainiers sofrirent peine.
Lor char pali et devint vaine.
Seignors, du vin de qoi il burent
Avez oï porqoi il furent
En si grant paine lonc tens mis,
Mais ne savez, ce m’est avis
A combien fu determinez
Li lovendrins, li vins herbez.
La mere Yseut, qui le bolli,
A trois anz d’amistié le fist.
Por Marc le fist et por sa fille.
Autre en prova, qui s’en essille.
Tant com durerent li troi an,
Out li vins si soupris Tristran
Et la roïne ensemble o lui
Que chascun disoit : « Las n’en sui. »
L’endemain de la saint Jehan,
Acompli furent li troi an
Que cil vin fu determinez.
Tristran fu de son lit levez.
Yseut remet en la fullie.
Tristran, sachiez, une doitie
A un cerf traist qu’il out visé.
Par les flans l’a outrebersé.
Fuit s’en li cerf. Tristran l’aqeut.
Que soirs fu plains, tant le porseut.
La ou il cort après la beste,
L’ore revient, et il s’areste,
Qu’il ot beü le lovendrant.
A lui seus senpres se repent.
« Ha ! Dex, fait il, tant ai traval !
Trois anz a hui, que rien n’i fal,
Onques ne me falli pus paine
Në a foirié n’en sorsemaine.
Oublié ai chevalerie,
A seure cort et baronie.
Ge sui essilié du païs.
Tot m’est falli, et vair et gris.
Ne sui a cort a chevaliers.
Dex ! tant m’amast mes oncles chiers,
Se tant ne fuse a lui meslez !
Ha ! Dex, tant foiblement me vet !
Or deüse estre a cort a roi
Et cent danzeaus avoques moi,
Qui servisent por armes prendre
Et a moi lor servise rendre.
Aler deüse en autres terres
Soudoier et soudees querre.
Et poise moi de la roïne
Qui je doins loge por cortine.
En bois est et si peüst estre
En beles chambres o son estre,
Portendues de dras de soie.
Por moi a prise male voie.
A Deu qui est sire du mont
Cri ge merci, quë il me donst
Itel corage que je lais
A mon oncle sa feme en pais.
A Deu vo je que jel feroie
Mot volentiers, se je pooie,
Si quë Yseut fust acordee
O le roi Marc, qu’est esposee,
Las ! si quel virent maint riche ome
Au fuer qu’en dit la loi de Rome. »
Tristran s’apuie sor son arc.
Sovent regrete le roi Marc
Son oncle, qui a fait tel tort,
Sa feme mise a tel descort.
Tristran au soir se dementoit.
Oiez d’Iseut com li estoit.
Sovent disoit : « Lasse, dolente,
Por qoi eüstes vos jovente ?
En bois estes comme autre serve.
Petit trovez qui ci vos serve.
Je sui roïne, mais le non
En ai perdu par la poison
Que nos beümes en la mer.
Ce fist Brengain, qu’i dut garder.
Lasse ! Si male garde en fist !
El n’en pout mais, qar j’ai trop pris.
Les damoiseles des anors,
Les filles as frans vavasors,
Deüse ensemble o moi tenir
En mes chambres por moi servir,
Et les deüse marier
Et as seignors por bien doner.
Amis Tristran, en grant error
Nos mist qui le boivre d’amor
Nos aporta ensemble a boivre.
Mex ne nos pout il pas deçoivre. »
Tristran li dist : « Roïne gente,
En mal uson nostre jovente.
Bele amie, se je peüse,
Par consel que jë en eüse,
Faire au roi Marc acordement,
Qu’il pardonast son mautalent
Et qu’il preïst nostre escondit,
C’onques nul jor, n’en fait n’en dit,
N’oi o vos point de druerie
Que li tornast a vilanie,
N’a chevalier en son roiaume,
Ne de Lidan très qu’en Dureaume,
S’il voloit dire quë amor
Eüse o vos por deshonor
Ne m’en trovast en chanp, armé ;
Et s’il avoit en volenté,
Qant vos avrïez desrenie,
Qu’il me soufrist de sa mesnie,
Gel serviroie o grant honor,
Comme mon oncle et mon seignor :
N’avroit soudoier en sa terre
Qui mex le soufrist de sa guere.
Et s’il estoit a son plesir
Vos a prendre et moi degerpir,
Qu’il n’eüst soin de mon servise,
Ge m’en iroie au roi de Frise
Ou m’en passeroie en Bretaigne,
O Governal, sanz plus compaigne.
« Roïne franche, ou que je soie,
Vostre toz jorz me clameroie.
Ne vosise la departie,
S’estre peüst la compaignie,
Ne fust, bele, la grant soufraite
Que vos soufrez et avez faite
Toz dis por moi par desertine.
Por moi perdez non de roïne :
Estre peüses a anor
En tes chambres o mon seignor,
Ne fust, dame, li vins herbez
Quë a la mer nos fu donnez.
Yseut franche, gente façon,
Conselle moi : que nos feron ?
— Sire, Jhesu soit gracïez,
Qant degerpir volez pechiez.
Amis, membre vos de l’ermite
Ogrin, qui de la loi escrite
Nos preecha et tant nos dist,
Qant tornastes a son abit
Qui est el chief de son boschage.
Beaus amis douz, se ja corage
Vos ert venuz de repentir,
Or ne peüst mex avenir.
Sire, corons a lui ariere.
De ce sui tote fïanciere :
Consel nos doroit honorable
Par qoi a joie perdurable
Porron encore bien venir. »
Tristran l’entent, fist un sospir
Et dist : « Roïne de parage,
Tornon arire à l’ermitage,
Encor enuit ou le matin.
O le consel de maistre Ogrin,
Manderon a nostre talent
Par briés, sans autre mandement.
— Amis Tristran, mot dites bien.
Au riche roi celestïen
Puison andui crïer merci
Qu’il ait de nos, Tristran ami ! »
Arrire tornent el boschage.
Tant ont erré qu’à l’ermitage
Vindrent ensemble li amant.
L’ermite Ogrin trovent lisant.
Qant il les vit, bel les apele.
Assis se sont en la chapele.
« Gent dechacie, a com grant paine
Amors par force vos demeine !
Combien dura vostre folie !
Trop avez mené ceste vie.
Et queles, car vos repentez ! »
Tristran li dist : « Or escoutez.
Si longuement l’avon menee,
Itel fu notre destinee.
Trois anz a bien, que rien n’i falle,
Onques ne nos falli travalle.
S’or poïons consel trover
De la roïne racorder,
Je ne querrai ja plus nul jor
Estre o le roi Marc a seignor,
Ainz m’en irai ançois un mois
En Bretagne ou en Loonois,
Et se mes oncles veut soufrir
Moi a sa cort por lui servir,
Gel servirai si com je doi.
Sire, mon oncle est riche roi.
Le mellor consel nos donnez,
Por Deu, sire, de ce qu’oez,
Et si feron vos volentez. »
Seignors, oiez de la roïne.
As piez l’ermite chiet encline.
De lui proier point ne se faint
Qu’il les acort au roi ; se plaint :
« Qar ja corage de folie
Nen avrai ja jor de ma vie.
Ge ne di pas, a vostre entente,
Que de Tristran jor me repente,
Que je ne l’ain de bone amor
Et com ami, sans desanor :
De la comune de mon cors
Et je du suen somes tuit fors. »
L’ermite l’ot parler. Si plore.
De ce qu’il ot Deu en aoure.
« Ha ! Dex, beaus rois omnipotent,
Graces par mon buen cuer vos rent,
Que vivre tant m’avez laisiez
Que ces deus genz de lor pechiez
A moi en vindrent consel prendre.
Granz grez vos en puise je rendre !
Ge jur ma creance et ma loi,
Buen consel averez de moi.
Tristran, entent moi un petit.
Ci es venuz a mon habit ;
Et vos, roïne, a ma parole
Entendez : ne soiez pas fole.
« Qant home et feme font pechié,
S’aus se sont pris et sont quitié,
Et s’aus vienent a penitance
Et aient bone repentance,
Dex lor pardone lor mesfait,
Tant seroit oriblë et lait.
Tristran, roïne, or escoutez
Un petitet, si m’entendez.
Por honte oster et mal covrir,
Doit on un poi par bel mentir.
Qant vos consel m’avez requis,
Gel vos dorrai sanz terme mis.
En parchemin prendrai un brief.
Saluz avra el premier chief.
A Lancïen le trametez.
Le roi par bien salu mandez.
En bois estes o la roïne,
Mais s’il voloit de lui saisine
Et pardonast son mautalent,
Vos ferïez por lui itant :
Vos en irïez a sa cort ;
N’i avroit fort, sage ne lort,
S’il veut dire qu’en vilanie
Eüsiez prise druerie,
Si vos face li rois Marc pendre,
Se vos ne vos poez defendre.
« Tristran, por ce t’os bien loer
Que ja n’i troveras ton per
Qui gage doinst encontre toi.
Icest consel te doin par foi.
Ce ne puet il metre en descort :
Qant il vos vout livrer a mort
Et en feu ardoir, par le nain,
Cortois le virent et vilain,
Il ne voloit escouter plait.
Qant Dex vos avoit merci fait
Que d’iluec fustes eschapez,
Si com il est oï assez,
Que, se ne fust la Deu vigor,
Destruit fusiez a desonor,
Tel saut feïstes qu’il n’a home,
De Costentin entresqu’a Rome,
Së il le voit, n’en ait hisdor :
Iluec fuïstes par poor.
Vos rescosistes la roïne.
S’avez esté pus en gaudine.
De sa terre vos l’amenastes,
Par marïage li donastes.
Tot ce fu fait, il le set bien.
Nocie fu a Lencïen
Mal vos estoit lié a fallir :
O lié vosistes mex fuïr.
S’il veut prendre vostre escondit
Si quel verront grant et petit,
Vos li offrez a sa cort faire ;
E se li venoit a vïaire,
Qant vos serez de lui loiaus,
Au loement de ses vasaus,
Preïst sa feme la cortoise.
Et, se savez que lui n’en poise,
O lui serez ses soudoiers :
Servirez le mot volentiers.
Et s’il ne veut vostre servise,
Vos passerez la mer de Frise,
Iroiz servir un autre roi.
Tex est li brif. — Et je l’otroi.
Tant ai plus mis, sire Ogrin,
Vostre merci, el parchemin,
Que je ne m’os en lui fïer :
De moi a fait un ban crïer.
Mais je lui prié, com a seignor
Que je mot aim de bone amor,
Un autre brief reface faire,
Si face escrire tot son plaire.
A la Croiz Roge anmi la lande,
Pende le brief, si le commande.
Ne li os mander ou je sui.
Ge criem qu’il ne me face ennui.
Ge crerai bien qant je l’avrai,
Le brief : qant qu’il voudra ferai.
Maistre, mon brief set seelé !
A la queue escriroiz : « Vale. »
A cest foiz je n’i sai plus. »
Ogrins l’ermite lieve sus.
Pene et enque et parchemin prist.
Totes ces paroles i mist.
Qant il out fait, prist un anel.
La pierre passot el seel.
Seelé est. Tristran le tent,
Il le reçut mot bonement.
« Quïl portera ? dist li hermites.
— Gel porterai. — Tristran, nu dites.
— Certes, sire, si ferai bien.
Je sai l’estre de Lancïen.
Beau sire Ogrin, vostre merci,
La roïne remaindra ci.
Et anevois, en tens oscur,
Qant li rois dormira seür,
Ge monterai sor mon destrier.
O moi merrai mon escuier.
Defors la vile, a un pendant,
La decendrai, s’irai avant.
Mon cheval gardera mon mestre :
Mellor ne vit ne lais ne prestre. »
Anuit, après solel couchier,
Qant li tens prist a espoisier,
Tristran s’en torne avoc son mestre.
Bien sot tot le païs et l’estre.
A Lancïen, a la cité
En sont venu, tant ont erré,
Il decent jus, entre en la vile.
Les gardes cornent a merville.
Par le fossé dedenz avale
Et vint errant très qu’en la sale.
Mot par est mis Tristran en fort.
A la fenestre ou li rois dort
En est venuz, souef l’apele :
N’avoit son de crïer harele.
Li rois s’esvelle et dit après :
« Qui es qui a tel eure vès ?
As tu besoin ? Di moi ton non.
— Sire, Tristran m’apele l’on.
Un brief aport, sil met cil jus
El fenestrier de cest enclus.
Longuement n’os a vos parler.
Le brief vos lais : n’os plus ester. »
Tristran s’en torne ; li rois saut.
Par trois foiz l’apela en haut.
« Por Deu, beaus niès, ton oncle atent. »
Li rois le brief a sa main prent.
Tristran s’en vet : plus n’i remaint.
De soi conduire ne se faint.
Vient a son mestre qui l’atent.
El destrier saut legierement.
Governal dist : « Fol, qar esploites !
Alon nos enles destoletes. »
Tant ont erré par le boschage
Qu’au jor vindrent à l’ermitage,
Enz sont entré. Ogrins prioit
Au roi celestre qant qu’il pot
Tristran defende d’encombrier
Et Governal son escuier.
Qant il le vit, es le vos lié.
Son criator a gracïé.
D’Iseut n’estuet pas demander
S’ele out poor d’eus encontrer.
Ainz, pus le soir qu’il en issirent
Tresque l’ermite et el les virent,
N’out les eulz essuiez de lermes :
Mot par li sembla lons cis termes.
Qant el le vit venir, lor prie…
Quë il fist, ne fu pas parole :
« Amis, di moi, se Dex t’anort,
Fus tu donc pus a la roi cort ? »
Tristran lor a tot reconté,
Comment il fu a la cité,
Et comment o le roi parla,
Comment li rois le rapela
Et du briès quë il a gerpi
Et com li rois trova l’escrit.
« Dex ! dist Ogrins, graces terent !
Tristran, sachiez, asez briment
Orez noveles du ro Marc. »
Tristran decent, met jus son arc.
Or sejornent a l’ermitage.
Li rois esvelle son barnage.
Primes manda le chapelain.
Le brief li tent qu’a en la main.
Cil fraint la cire et lut le brief.
Le roi choisi el premier chief
A qui Tristran mandoit saluz.
Les moz a tost toz conneüz.
Au roi a dit le mandement.
Li rois l’escoute bonement.
A grant mervelle s’en esjot,
Qar sa feme forment amot.
Li rois esvelle ses barons.
Les plus prisiez mande par nons,
Et qant il furent tuit venu,
Li rois parla. Il sont teü.
« Seignors, un brief m’est ci tramis.
Rois sui sor vos, vos mi marchis.
Li briès soit liz et soit oïz.
Et qant lit sera li escriz,
Conselliez m’en : jel vos requier.
Vos m’en devez bien consellier. »
Dinas s’en est levez premierz.
Dist a ses pers : « Seignors, oiez.
S’or oiez que ne die bien,
Ne m’en creez de nule rien.
Qui mex savra dire, si die,
Face le bien, lest la folie.
Li brief nos est ici tramis,
Nos ne savon de qel païs.
Soit liz li briès premierement,
Et pus, solonc le mandement,
Qui buen consel savra doner,
Sel nos doinst buen. Nel quier celer :
Qui son droit seignor mesconselle,
Ne puet faire greignor mervelle. »
Au roi dient Corneualois :
« Dinas a dit trop que cortois.
Dam chapelain, lisiez le brief
Oiant nos toz, de chief en chief. »
Levez s’en est li chapelains.
Le brief deslie o ses deus mains.
En piez estut devant le roi :
« Or escoutez, entendez moi.
Tristran li niès nostre seignor
Saluz mande prime et amor
Au roi et a tot son barnage.
Rois, tu sez bien le marïage
De la fille le roi d’Irlande.
Par mer en fu jusqu’en Horlande.
Par ma proece la conquis.
Le grant serpent cresté ocis
Par qoi ele me fu donee.
Amenai la en ta contree.
Rois, tu la preïs a mollier
Si que virent ti chevalier.
N’eüs gaires o li esté
Qant losengier en ton reigné
Te firent acroire mençonge.
Ge sui tot prest que gage en donge,
Qui li voudroit blasme lever,
Lié alegier contre mon per,
Beau sire, a pié ou a cheval,
Chascuns ait armes et cheval,
Qu’onques amor nen out vers moi
Ne je vers lui par nul desroi.
Se je ne l’en puis alegier
Et en ta cort moi deraisnier,
Adont me fai devant ton ost
Jugier : n’i a que je t’en ost.
N’i a baron, por moi plaisier,
Ne me face ardrë ou jugier.
Vos savez bien, beaus oncles sire,
Nos vosistes ardoir en ire,
Mais a Deu en prist grant pitié.
S’en aorames Damlede.
La roïne, par aventure,
En eschapa : ce fu droiture,
Se Deus me saut, qar a grant tort
Li volïez doner la mort.
G’enn eschapai : si fis un saut
Contreval un rochier mot haut.
Lors fu donee la reïne
As malades en decepline.
Ge l’en portai : si li toli.
Puis ai toz tens o li fuï.
Ne li devoie pas fallir,
Qant a tort dut par moi morir.
Puis ai esté o lié par bos,
Que je n’estoie pas tant os
Que je m’osasse a plain mostrer…
… A prendre nos et a vos rendre.
Feïsiez nos ardoir ou pendre.
Por ce nos estovoit fuïr.
Mais s’or estoit vostre plesir
A prendre Yseut o le cler vis,
N’avroit baron en cest païs
Plus vos servist que je feroie.
Se l’uen vos met en autre voie,
Que ne vuelliez le mien servise,
Ge m’en irai au roi de Frise :
Ja mais n’oras de moi parler.
Passerai m’en outre la mer.
De ce qu’oiez, roi, pren consel.
Ne puis mès souffrir tel trepel.
Ou je m’acorderai a toi,
Ou g’emmerrai la fille au roi
En Irlandë ou je la pris.
Roïne ert de son païs. »
Li chapelains a au roi dit :
« Sire, n’a plus en cest escrit. »
Li baron oient la demande
Que por la fille au roi d’Irlande
Offre Tristran vers eus batalle.
N’i a baron de Cornoualle
Ne die : « Rois, ta feme pren !
Onques cil n’orent nul jor sen
Qui ce distrent de la roïne
Dont la parole est ci oïe.
Ne te sai pas consel doner.
Tristran remaigne deça mer :
Au riche roi aut en Gavoie
A qui li rois Corvos gerroie.
Si se porra la contenir,
Et tant porrez de lui oïr,
Vos manderez por lui qu’il vienge.
Ne savon el qel voie tienge.
Mandez par brief que la roïne
Vos ameint ci a bref termine. »
Li rois son chapelain apele :
« Soit fait cist brief o main isnele.
Oï avez que i metroiz.
Hastez le brief : mot sui destroiz.
Mot a ne vi Yseut la gente.
Trop a mal trait en sa jovente.
Et qant li brief ert seelez,
A la Croiz Roge le pendez.
Ancor enuit i soit penduz.
Escrivez i par moi saluz. »
Qant l’ot li chapelain escrit,
A la Croiz Roge le pendit.
Tristran ne dormit pas la nuit.
Ainz que venist la mie nuit,
La Blanche Lande out traversee
La charte porte seelee.
Bien sout les traiz de Cornoalle.
Vient a Ogrin : il la li balle ;
Li hermite la chartre a prise.
Lut les letres, vit la franchise
Du roi qui pardonne a Yseut
Son mautalent, et quë il veut
Reprendre la tant bonement.
Vit le terme d’acordement.
Ja parlera si com il doit
Et com li hom qui a Deu croit :
« Tristran, quel joie t’est creüe !
Ta parole est tost entendue,
Que li rois la roïne prent
Loé li ont tote sa gent.
Mais ni li osent pas loer
Toi retenir a soudeier ;
Mais va servir en autre terre
Un roi a qui on face gerre
Un an ou deus. Se li rois veut,
Revien a lui et a Yseut.
D’ui en tierz jor, sanz nul deçoivre,
Est li rois prest de lié reçoivre.
Devant le Gué Aventuros,
Est li plez mis de vos et d’eus.
La li rendrez, iluec ert prise.
Cist briés noient plus ne devise.
— Dex ! dist Tristran, quel departie !
Mot est dolenz qui pert s’amie !
Faire l’estuet por la souferte
Que vos avez por moi fors trete.
N’avez mestier de plus soufrir.
Qant ce vendra au departir,
Ge vos dorrai ma druerie,
Vos moi la vostre, bele amie.
Ja ne serai en cele terre,
Que ja me tienge pais ne gerre,
Que mesage ne vos envoi.
Bele amie, remandez moi
De tot en tot vostre plesir. »
Iseut parla o grant sospir :
« Tristan, entent un petitet.
Husdent me lesse, ton brachet.
Ainz berseret a veneor
N’ert gardé e a tel honor
Com cist sera, beaus douz amis.
Qant gel verrai, ce m’ert avis,
Membrera moi de vos sovent :
Ja n’avrai si le cuer dolent,
Se je le voi, ne soie lie.
Ainz, puis que la loi fu jugie,
Ne fu beste si herbergie
Në en si riche lit couchie.
Amis Tristan, j’ai un anel,
Un jaspe vert et un seel.
Beau sire, por l’amor de moi,
Portez l’anel en vostre doi,
Et s’il vos vient, sire, a corage
Que vos mandez rien par mesage,
Tant vos dirai, ce saciez bien.
Certes, je n’en croiroie rien
Se cest anel, sire, ne voi ;
Mais por defense de nul roi,
Se voi l’anel, ne lairai mie,
Ou soit savoir ou soit folie,
Ne face com quë il dira
Qui cest anel m’aportera,
Por ce qu’il soit a nostre anor :
Je vos promet par fine amor.
Amis, dorrez me vos tel don :
Husdant le baut, par le landon ? »
Et il respont : « La moie amie,
Husdent vos doins par druerie.
— Sire, c’est la vostre merci
Qant du brachet m’ayez seisi.
Tenez l’anel de gerredon. »
De son doi l’oste, met u son.
Tristan en bese la roïne
Et ele lui, par la saisine.
Li hermites en vet au Mont
Por les richeces qui la sont.
Après achete ver et gris,
Dras de soië et porpre bis,
Escarlates et blanc chaisil,
Asez plus blanc que flor de lil
Et palefroi souef anblant,
Bien atorné d’or flamboiant ;
Ogrins l’ermite tant achate
Et tant acroit et tant barate,
Pailes, vairs et gris et hermine,
Que richement vest la roïne.
Par Cornoualle fait huchier,
« Li rois s’acorde a sa mollier.
Devant le Gué Aventuros
lert pris acordement de nos.
Oï avez par tot la fame. »
N’i remest chevalier ne dame
Que ne vienge a cel’ asemblee.
La roïne ont mot desirrée :
Amee estoit de tote gent,
Fors des felons, que Dex cravent !
Tuit quatre en orent tel soudees,
Li dui en furent mort d’espees,
Li tiers d’une seete ocis.
A duel morurent el païs.
Li forestiers quis encusa
Mort cruele nen refusa,
Qar Perinis li frans, li blois,
L’ocist puis d’un gibet el bois.
Dieu les venga de toz ces quatre
Que vout le fier orguel abatre.
Seignors, au jor du parlement,
Fu li rois Marc o mot grant gent.
La ont tendu maint pavellon
Et mainte tente de baron :
Loin ont porpris la praerie.
Tristran chevauche avec s’amie.
Tristran chevauche et voit le merc.
Sous son bliaut ot son hauberc,
Qar grant poor avoit de soi,
Por ce qu’il ot mesfait au roi.
Choisi les tentes par la pree :
Conut le roi et l’asemblee.
Yseut apelle bonement :
« Dame, vos retenez Hudent.
Pri vos por Deu que le gardez :
S’onques l’amastes, donc l’amez.
Vez la le roi, vostre seignor ;
O lui li home de s’onor.
Nos ne porron mais longuement
Aler nos deus a parlement.
Je voi venir ces chevaliers
Et le roi et ses soudoiers,
Dame, qui vienent contre vos.
Por Deu le riche glorios,
Se je vos mant aucune chose
Hastivement ou a grant pose,
Dame, faites mes volentez.
— Amis Tristran, or m’escoutez.
Par cele foi que je vos doi,
Se cest anel de vostre doi
Ne m’envoiez, si que jel voie,
Rien qu’il deïst ge ne croiroie,
Mais dès que reverrai l’anel,
Ne tor, ne mur, ne fort chastel
Ne me tendra ne face errant
Le mandement de mon amant
Selonc m’enor et loyauté
Et je sace soit vostre gré.
— Dame, fait il, Dex gré te sace. »
Vers soi l’atrait, des braz l’embrace.
Yseut parla, qui n’ert pas fole.
« Amis, entent à ma parole.
— Or me fai dont bien a entendre.
— Tu me conduiz, si me veuz rendre
Au roi par le consel Ogrin
L’ermite, qui ait bone fin.
Por Deu vos pri, beaus douz amis,
Que ne partez de cest païs
Tant qos saciez comment li rois
Sera vers moi iriez ou lois.
Gel prié, qui sui ta chiere drue,
Qant li rois m’aura retenue,
Que chiés Orri le forestier
T’alles la nuit la herbergier.
Por moi sejorner ne t’ennuit.
Nos i geümes mainte nuit
En nostre lit que nos fist faire…
… Li trois qui nos quierent moleste
Mal troveront en la parfin :
Li cors giront el bois sovin.
Beaus chers amis, et g’en ai dote :
Enfer ovre qui les tranglote !
Ges dot, qar il sont mot felon.
El buen celier, soz le boron
Seras entrez, li miens amis.
Manderai toi par Perinis
Les noveles de la roi cort.
Li miens amis, que Dex t’enort !
Ne t’ennuit pas la herbergier.
Sovent verrez mon mesagier.
Manderai toi de ci mon estre
Par mon vaslet et a ton mestre…
… — Non fera il, ma chiere amie.
Qui vos reprovera folie
Gart soi de moi et d’anemi !
— Sire, dist Yseut, grant merci !
Or sui je mot boneürée :
A la fin m’avez asenée. »
Tant sont alé et cil venu
Qu’il s’entredient lor salu.
Li rois venoit mot fierement
Le trait d’un arc devant sa gent.
O lui Dinas, qui, de Dinan.
Par la reigne tenoit Tristran
La roïne, qui conduiot.
La salua si com il doit :
« Rois, ge te rent Yseut la gente.
Hom ne fist mais plus riche rente.
Ci voi les homes de ta terre
Et, oiant eus, te vuel requerre
Que me sueffres a esligier
Et en ta cort moi deraisnier
Onques o lié n’oi druerie
Në ele a moi jor de ma vie.
Acroire t’a l’en fait mençonge.
Mais se Dex joie et bien te donge,
Onques ne firent jugement.
Combatre a pié ou autrement
Dedenz ta cort, sire, m’en sueffre.
Se sui dannez, si m’art en sosfre,
Et se je m’en puis faire saus,
Qu’il n’i ait chevelu ne chaus…
… Si me retien ovoques toi,
O m’en irai en Loenoi. »
Li roi a son nevo parole.
Andrez, qui fu nez de Nicole,
Li a dit : « Rois, qar le retiens :
Plus en seras doutez et criens. »
Mot s’en faut poi que ne l’otroie.
Le cuer forment l’en asouploie.
A une part li rois le trait.
La roïne ovoc Dinas let,
Que mot par ert vairs et joiaus
Et d’anor faire communax.
O la roïne geue et gabe.
Du col li a osté la chape
Qui ert d’escarlate mot riche.
Ele ot vestu une tunique
Desus un grant bliaut de soie.
De son mantel que vos diroie ?
Ainz l’ermite qui l’achata
Le riche fuer ne regreta.
Riche ert la robe et gent le cors.
Les eulz out vers, les cheveus sors.
Li senechaus o li s’envoise.
As trois barons forment en poise :
Mal aient il ! trop sont engrès.
Ja se trairont du roi plus près.
« Sire, font il, a nos entent.
Consel te doron bonement.
La roïne a esté blasmee
Et foï hors de ta contree.
Së a ta cort resont ensemble,
Ja dira l’en, si com nos semble
Quë en consent lor felonie.
Poi i avra que ce ne die.
Lai de ta cort partir Tristran,
Et qant vendra jusq’a un an,
Que tu seras aseürez
Qu’Yseut te tienge loiautez,
Mande Tristran qu’il vienge a toi.
Ce te loons par bone foi. »
Li rois respont : « Que que nus die,
De vos consel n’istrai je mie. »
Ariere en vienent li baron,
Por le roi content sa raison.
Qant Tristran oit n’i a porloigne,
Que li rois veut qu’il s’en esloigne,
De la roïne congié prent.
L’un l’autre esgarde bonement.
La roïne fu coloree :
Vergoigne avoit por l’asemblee.
Tristran s’en part, ce m’est avis.
Dex ! tant cuer fist le jor pensis !
Li rois demande ou tornera :
Qant qu’il vorra, tot li dorra.
Mot par li a a bandon mis
Or et argent et vair et gris.
Tristran dist : « Rois de Cornoualle,
Ja n’en prendrai mie maalle.
A qant que puis vois a grant joie
Au riche roi que l’en gerroie. »
Mot out Tristran riche convoi
Des barons et de Marc le roi.
Vers la mer vet Tristran sa voie.
Yseut o les euz le convoie.
Tant com de lui ot la veüe,
De la place ne se remue.
Tristran s’en vet. Retorné sont
Cil qui pose convoié l’ont.
Dinas encor le convoiout.
Souvent le besse et li proiot
Seürement revienge a lui.
Entrafïé se sont il dui :
« Dinas, entent un poi a moi.
De ci me part, bien sez por qoi.
Se je te mant par Governal
Aucune chose besoignal,
Avance la si com tu doiz. »
Baisié se sont plus de cent foiz.
Dinas li prie ja nel dot,
Die son buen : il fera tot.
Dit mot a bele desevree,
Mais sor sa foi aseüree,
La retendra ensemble o soi.
Non feroit certes por le roi.
Iluec Tristran de lui s’en torne.
Au departir andui sont morne.
Dinas s’en vient après le roi
Qui l’atendoit a un chaumoi.
Ore chevauchent li baron
Vers la cité tot a bandon.
Tote la gent ist de la vile,
Et furent plus de quatre mile,
Qu’omes que femes quë enfanz,
Que por Yseut que por Tristran.
Mervellose joie menoient.
Li saint par la cité sonoient.
Qant il oient Tristran s’en vet,
N’i a un sol grant duel ne fet.
D’Iseut grant joie demenoient.
De lui servir mot se penoient,
Qar, ce saciez, ainz n’i ot rue
Ne fust de paile pertendue.
Cil qui n’out paile mist cortine.
Par la ou aloit la roïne
Est la rue mot bien jonchie.
Tot contremont par la chaucie,
S’en vont au mostier Saint Sanson.
La roïne et tuit si baron
En sont trestuit ensemble alé.
Evesque, clerc, moine et abé
Encontre lié sont tuit issu,
D’aubes, de chapes revestu,
Et la roïne est descendue.
D’une porpre inde fu vestue.
L’evesque l’a par la main prise ;
Si l’a dedenz le mostier mise ;
Tot droit la meinent a l’autel.
Dinas le preuz, qui tant fu ber,
Li aporta un garnement
Qui bien valoit cent mars d’argent,
Un riche paile fait d’orfrois,
Onques n’ot tel ne quens ne rois,
Et la roïne Yseut l’a pris
Et par buen cuer sor l’autel mis.
Une chasublë en fu faite
Que ja du tresor n’iert hors traite
Së as grans festes anvés non.
Encore est ele a Saint Sanson,
Ce dient cil qui l’on veüe.
Atant est du mostier issue.
Li rois, li prince et li contor
Les meinent el palais hauçor.
Grant joie i out le jor menee.
Onques porte n’i fu veee :
Qui vout entrer, si pout mengier.
Onc anuit ne fist on dangier.
Mot l’ont le jor tuit honoree.
Ainz le jor que fu esposee,
Ne li fist l’on si grant honor
C’on l’en li a fait icel jor.
Le jor franchi li rois cent sers
Et donna armes et haubers
A vint danzeaus qu’il adouba.
Or oiez que Tristran fera.
Tristran s’en part, fait a sa rente.
Let le chemin, prent une sente,
Tant a erré voie et sentier
Qu’a la herberge au forestier
En est venu celeement.
Par l’entree premierement
Le mist Orri el bel celier.
Tot li trove qant qu’ot mestier.
Orris estoit mervelles frans :
Senglers, lehes prenet o pans,
En ses haies grans cers et biches,
Dains et chevreus. Il n’ert pas chiches :
Mot en donet a ses serjanz.
O Tristran ert la sejornanz
Priveement en souterrin.
Par Perinis, le franc meschin,
Soit Tristran noves de s’amie.
Oiez des trois, que Dex maudie !
Par qui Tristran en est alez.
Par eus fu mot li rois malez !
Ne tarja pas un mois entier,
Que li rois Marc ala chacier
Et avoc lui li traïtor.
Or escoutez que font cel jor :
En une lande, a une part,
Ourent ars li vilain essart.
Li rois s’estut es bruelleiz.
De ses buens chiens oï les cris.
La sont venu li troi baron
Qui le roi mistrent a raison :
« Rois, or entent nostre parole.
Se la roïne a estéifole,
El n’en fist onques escondit ;
S’a vilanie vos est dit,
Et li baron de ton païs
T’en ont par mainte fois requis
Qu’il vuelent bien son escondire
Qu’on Tristran n’ot sa druerie.
Escondire se doit c’on ment.
Si l’en fai faire jugement :
Et enevoies l’en requier
Priveement a ton couchier.
S’ele ne s’en veut escondire,
Lai l’en aler de ton empire. »
Li rois rogi qui escouta.
« Par Deu, seigneurs Cornot, mot a
Ne finastes de lié reter.
De tel chose l’oï ci reter
Que bien peüst remaindre atant.
Dites se vos alez querant
Que la roïne aut en Irlande.
Chascun de vos que li demande ?
N’osfri Tristran li a defendre ?
Ainz n’en osastes armes prendre.
Par vos est il hors du païs.
Or m’avez vos du tot sorpris.
Lui ai chacié : or chaz ma feme !
Cent dehez ait par mié la cane
Qui me rova de lui partir.
Par Saint Estiene le martir,
Vos me sorquerez, ce me poise.
Quel mervelle, que l’en si taise !
S’il se mesfit, il en est fort.
N’avet cure de mon deport.
O vos ne puis plus avoir pès.
Par Saint Tresmor de Cahares,
Ge vos ferai un geu parti.
Ainz ne verroiz passé marsdi
(Hui est lundi), si le verrez. »
Li rois les a si esfreez
Qu’il n’i a el fors prengent fuie.
Li rois Mars dist : « Dex vos destruie,
Que vos alez querant ma honte.
Por noient certes ne vos monte.
Ge ferai le baron venir
Que vos aviez fait fuïr. »
Qant il voient le roi marri,
En la lande soz un larri,
Sont decendu tuit troi a pié.
Le roi lessent el chanp irié.
Entre eus dient : « Que porron faire ?
Li rois Marc est trop deputaire.
Bien tost mandera son neveu.
Ja n’i tendra ne fei ne veu
Si ça revient, de nos est fins.
Ja en forest në en chemin
Ne trovera nul de nos trois
Le sang n’en traie du cors frois.
Dison le roi or aura pès,
N’en parleron a lui ja mès. »
En mié l’essart li rois s’estot.
La sont venu : tot les destot.
De lor parole n’a mès cure.
La loi qu’il tient de Deu en jure
Tot souavet entre ses denz :
Mar fu jostez cil parlemenz.
S’il eüst or la force o soi,
La fusent pris, ce dit, tuit troi.
« Sire, font il, entendez nos.
Marriz estes et coroços
Por ce que nos dison t’anor.
L’on devroit par droit son seignor
Consentir : tu nos sez mal gré.
Mal ait qant qu’a soz son baudré,
Ja mar o toi s’en marrira,
Cil qui te het : cil s’en ira.
Mais nos, qui somes ti feel,
Te donïons loial consel.
Qant ne nos croiz, fai ton plaisir.
Assez nos en orras taisir.
Icest maltalent nos pardonne. »
Li rois escoute, mot ne sone.
Sor son arçon s’est acoutez.
Ne s’est vers eus noient tornez :
« Seignors, mot a encor petit
Que vos oïstes l’escondit
Que mes niès fist de ma mollier.
Ne vosistes escu ballier.
Querant alez a terre pié :
La meslee dès or vos vié.
Or gerpisiez tote ma terre.
Par Saint André que l’en vet querre
Outre la mer jusqu’en Escoce,
Mis m’en avez el cuer la boce,
Que n’en istra jusqu’a un an :
G’en ai por vos chacié Tristran. »
Devant lui vienent li felon
Godoïne et Guenelon
Et Danalain qui fu mot feus.
Li troi ont aresnié entre eus,
Mais n’i porent plai encontrer.
Vet s’en li rois sanz plus ester.
Cil s’en partent du roi par mal.
Forz chasteaus ont, bien clos de pal,
Soiant sor roche, sor haut pui.
A lor seignor feront ennui,
Se la chose n’est amendee.
Li rois n’a pas fait longe estee.
N’atendi chien ne veneor.
A Tintajol, devant sa tor
Est decendu, dedenz s’en entre.
Nus ne set ne voit son estre.
Es chanbres entre, çeint’espee.
Yseut s’est contre lui levee.
Encontre vient, l’espee a prise,
Pus est as piez le roi asise.
Prist l’a la main, si l’en leva.
La roïne li enclina.
Amont le regarde a la chiere.
Mot la vit et cruel et fiere.
Aperçut soi qu’il ert marriz.
Venuz s’en est aeschariz :
« Lasse, fait ele, mes amis
Est trovez : mes sires l’a pris. »
Souef li dist entre ses denz.
Le sang de li ne fu si lenz
Qu’il ne li set monté el vis.
Li cuer el ventre li froidis.
Devant le roi choï enverse.
Pasme soi, sa color a perse.
Entre ses braz l’en a levee.
Besie l’a et acolee.
Pensa que mal l’eüst ferue.
Qant de pasmer fu revenue :
« Ma chiere amie, quë avez ?
— Sire, poor. — Ne vos tamez. »
Qant ele l’ot, si l’aseüre.
Sa color vient, si aseüre ;
Adont li rest asouagié.
Mot bel a le roi aresnié :
« Sire, ge voi a ta color,
Fait t’ont marri ti veneor.
Ne te doiz ja marrir de chace. »
Li rois l’entent, rist, si l’embrace.
E li a fait li rois : « Amie,
J’ai trois felons d’ancesorie
Qui heent mon amendement.
Mais së encor nes en desment,
Que nes enchaz fors de ma terre,
Li fel ne criement mais ma gerre.
Il m’ont asez adesentu.
Et je lor ai trop consentu.
N’i a mais rien del covertir.
Par lor parler, par lor mentir,
Ai mon nevo de moi chacié :
N’ai mais cure de lor marchié.
Prochainement s’en revendra :
Des trois felons me vengera.
Par lui seront encor pendu. »
La roïne l’a entendu.
Ja parlast haut, mais ele n’ose.
El fu sage, si se repose
Et dist : « Dex i a fait vertuz,
Qant mes sires s’est irascuz
Vers ceus par qui blasme ert levé.
Deu pri qu’il soient vergondé. »
Souef le dit, que nus ne l’ot.
La bele Yseut, qui parler sot,
Tot simplement a dit au roi :
« Sire, quel mal ont dit de moi ?
Chascun puet dire ce qu’il pense.
Fors vos ge n’ai nule defense :
Por ce vont il querant mon mal.
De Deu le Pere Espirital
Aient il male maudiçon !
Tantes fois m’ont mis en frichon !
— Dame, fait li rois, or m’entent :
Parti s’en sont par mautalent
Trois de mes plus prisiez barons.
— Sire, por qoi, par qels raisons ?
— Blasmer te font. — Sire, por qoi ?
— Gel te dirai, dit li li rois :
N’as fait de Tristran escondit.
— Se je l’en faz ? — Et il m’ont dit…
… Qu’il le m’ont dit. — Ge prest’en sui.
— Qant le feras ? — Ancor ancui.
— Brief terme i met. — Asez est loncs.
Sire, por Deu por ses nons,
Entent a moi, si me conselle :
Que puet cë estre, quel mervelle
Qu’il ne me lesent an pès eure ?
Se Damledeu mon cors seceure,
Escondit mais ne lor ferai
Fors un que je deviserai.
Se lor faisoie soirement,
Sire, a ta cort, volant ta gent,
Jusqu’a tierz jors me rediroient
Qu’autre escondit avoir voudroient.
Rois, n’ai en cest païs parent
Qui por le mien desraignement
En feïst gerre ne revel.
Mais de ce me seroit mot bel.
De lor rebeche n’ai mès cure.
Së il vuelent avoir ma jure
Ou s’il volent loi de juïse,
Ja n’en voudront si roide guise
(Metent le terme) que ne face.
A terme avrai en mié la place
Le roi Artur et sa mesnie.
Se devant lui sui alegie,
Qui me voudroit après sordire ?
Cil me voudroient escondire,
Quë avront veü ma deraisne,
Vers un Cornot ou vers un Saisne ?
Por ce m’est bel que cil i soient
Et mon deresne a lor eulz voient.
Së en place est Artus li rois,
Gauvains, ses niès, li plus cortois,
Girflez et Que li seneschaus,
Tex cent en a li rois vasaus
Ne mentiront por rien qu’il oient :
Por les seurdiz se combatroient.
Roi, por c’est bien devant eusset
Faiz la deraisne de mon droit.
Li Cornot sont reherceor,
De pluseurs evre tricheor.
Esgarde un terme, si lor mande
Que tu veus a la Blanche Lande
Tuit i soient, et povre et riche.
Qui n’i sera, très bien t’afiche
Que tu toudras lor herité.
Si reseras d’eus acuité.
Et li miens cors est toz seürs,
Dès que verra li rois Artus
Mon message, qu’il vendra ça.
Son corage sai dès piça. »
Li rois respont : « Bien avez dit. »
Atant est li termes baniz
A quinze jors par le païs.
Li rois le mande a trois naïs
Qui par mal sont parti de cort :
Mot en sont lié, a que qu’il tort.
Or sevent tuit par la contree
Le terme asis de l’asemblee,
Et que la iert li rois Artus
Et de sa mesnie le plus :
O li vendront de sa mesnie.
Yseut ne s’est mie atargie :
Par Perinis manda Tristran
Tote la paine et tot l’ahan
Qu’el a por lui ouan eüe :
Or l’en soit la bonté rendue !
Metre la puet, s’il veut, en pès.
« Di li que il il set bien marchés,
Au chief des planches, au Mal Pas :
Ge sollé ja un poi mes dras.
Sor la mote, el chief de la planche,
Un poi deça la Lande Blanche,
Soit revestuz de dras de ladre.
Un henap port o sai de madre,
Une botele ait dedesoz
O coroie atachié par noz ;
A l’autre main tienge un puiot.
Si aprenge de tel tripot :
Au terme ert sor la mote assis,
Ja set assez bociez son vis ;
Port le henap devant son front.
A ceus qui iluec passeront,
Demant l’aumosne simplement.
Il li dorront or et argent.
Gart moi l’argent, tant que le voie
Priveement, en chambre coie. »
Dist Perinis : « Dame, par foi,
Bien li dirai si le secroi. »
Perinis part de la roïne.
El bois par mié une gaudine
Entre tot sos, par le bois vet ;
A l’avesprer vient au recet
Ou Tristran ert el bel celier.
Levé estoient du mengier.
Liez fu Tristran de sa venue.
Bien sout, noveles de sa drue
Li aporte li vaslet frans.
Il dui se tienent par les mains.
Sor un sige haut sont monté.
Perinis li a tot conté
Le mesage de la roïne.
Tristran vers terre un poi encline
Et jure qant que puet ataindre,
Mar l’ont pensé, ne puet remaindre :
Il en perdront encor les testes
Et a forches pendront, as festes.
« Di la roïne mot a mot :
G’irai au terme, pas n’en dot.
Face soi lie, saine et baude.
Ja n’avrai mais bain d’eve chaude
Tant qu’a m’espee aie venjance
De ceus qui li ont faït pesance.
Il sont traitre fel prové.
De li que tot ai bien trové
A sauver soi du soirement.
Je la verrai assez briment.
Va, si li di que ne m’esmait :
Ne dot pas que je n’alle au plet
A tapine comme tafurs.
Bien me verra li roi Artus
Soier au chief sor le Mal Pas,
Mais il ne me connoistra pas.
S’aumosne avrai, se l’en pus traire.
A la roïne puez retraire
Ce que t’ai dit el sozterrin
Que fist fere si bel perrin.
De moi li porte plus saluz
Qu’il n’a sor moi botons menuz.
— Bien li dirai, » dist Perinis.
Lors s’est par les degrez fors mis :
« G’en vois au roi Artus, beau sire.
Ce mesage m’i estuet dire
Qu’il vienge oïr le soirement,
Ensemble o lui chevalier cent
Qui puis garrant li porteroient,
Se li felon de rien greignoient
A la dame de loiauté.
Dont n’est ce bien ? — Or va a Dé. »
El chaceor monte et s’en torne.
Toz les degrez en puie a orne.
N’aura mais païs a l’esperon,
Si est venu a Cuerlïon.
Mot out cil poines por servir :
Mot l’en devroit mex avenir.
Tant a enquis du roi novele
Que l’en li a dit bone et bele,
Que li rois ert a Isneldone.
Cele voie qui la s’adone
Vet li vaslet Yseut la bele.
A un pastor qui chalemele
A demandé ou est li rois.
« Sire, fait il, il sit au dois.
Ja verroiz la Table Reonde
Qui tornoie comme le monde.
Sa mesnie sit environ. »
Dist Perinis : « La en iron. »
Li vaslet au perron decent.
Maintenant s’en entra dedanz.
Mot i avoit filz a contors
Et filz a riches vavasors
Qui servoient por armes tuit.
Un d’eus s’en part com s’il s’en fuit.
Il vint au roi, et il l’apele :
« Va, dont vien tu ? — J’aport novele :
La defors a un chevauchant.
A grant besoin te va querant. »
A tant estes vos Pirinis.
Esgardez fu de maint marchis.
Devant le roi vint a l’estage
Ou seoient tuit li barnage.
Li vaslet dit tot a seur :
« Dieu saut, fait il, le roi Artur,
Lui et tote sa compagnie,
De par la bele Yseut s’amie, »
Li rois se lieve sus des tables.
« Et Dex, fait il, espiritables
La saut et gart, et toi, amis !
Dex, fait li rois, tant ai je quis
De lié avoir un sol mesage !
Vaslet, voiant cest mien barnage,
Otroi a li qant que requiers.
Toi tierz seras fet chevaliers
Por le mesage a la plus bele
Qui soit de ci jusqu’en Tudele.
— Sire, fait il, vostre merci.
Oiez porqoi sui venu ci,
Et si entendent cil baron,
Et messires Gauvain par non.
« La roïne s’est acordee
A son seignor, n’i a celee :
Sire, la ou il s’acorderent,
Tuit li baron du reigne i erent.
Tristran s’osfri a esligier
Et la roïne a deraisnier
Devant le Roi de loiauté.
Ainz nus de tele loiauté
Ne vout armes saisir ne prendre.
Sire, or font le roi Marc entendre
Quë il prenge de lié deraisne.
Il n’a frans hom, Francier ne Sesne,
A la roi cort, de son linage.
Gë oï dire que souef nage
Cil qui on sostient le menton.
Rois, se nos ja de ce menton,
Si me tenez a losengier.
Li rois n’a pas corage entier :
Senpres est ci et senpres la
La bele Yseut respondu l’a
Qu’ele en fera droit devant vos
Devant le Gué Aventuros :
Vos requier et merci vos crie
Comme la vostre chiere amie
Que vos soiez au terme mis,
Cent i aiez de vos amis.
Vostre cors soit atant loial,
Vostre mesnie natural,
Se devant vos iert alegiee,
Et Dex la gart que n’i meschiee !
Que pus li serïez garant,
N’en faudrïez ne tant ne qant.
D’hui en huit jours est pris le termes. »
Plorer en font o groses lermes.
N’i a un sol qui de pitié
N’en ait des euilz le vis mollié.
« Dex, fait chascun, que li demandent ?
Li rois fait ce que il commandent.
Tristran s’en vet fors du païs.
Ja ne voie il saint paradis,
Se li rois veut, qui la n’ira,
Et qui par droit ne l’aidera. »
Gauvain s’en est levez en piez,
Parla et dist comme afaitiez :
« Oncle, se j’ai de toi l’otrise,
La deresne qui est assise
Torra a mal as trois felons.
Li plus coverz est Guenelons.
Gel connois bien, si fait il moi.
Gel boutai ja a un fangai,
A un bohort fort et plenier.
Se gel retien, par Saint Richier,
N’i estovra Tristran venir.
Se gel pooie as poins tenir,
Ge li feroie asez ennui
Et lui pendre an un haut pui. »
Gerflet s’en lieve enprès Gauvain,
Et si s’en vindrent main a main.
« Rois, mot par heent la roïne
Denaalain et Godoïne
Et Guenelon mot a lonc tens.
Ja ne me tienge Dex en sens,
Se vois encontre Godoïne,
Se de ma grant lance fresnine
Ne pasent outre li coutel.
Ja n’en embraz soz le mantel
Bele dame dosoz cortine. »
Perinis l’ot, le chief li cline.
Dit Evains, li filz Urïen :
« Asez connois Dinoalan.
Tot son sens met en acuser.
Bien set faire le roi muser.
Tant li dirai quë il me croie,
Se je l’encontre en mié ma voie,
Con je fis ja une autre foiz.
Ja ne m’en tienge lois ne fois,
S’il ne se puet de moi defendre,
S’a mes deus mains ne le fais pendre.
Mot doit on felons chastïer.
De roi joent si losengier. »
Dist Perinis au roi Arthur :
« Sire, je sui de tant seür
Que li felon prendront colee,
Qui la roïne ont quis meslee.
Ainz a ta cort n’ot menacié
Home de nul luitain reigné
Que n’en aiez bien trait a chief.
Au partir en remestrent grief
Tuit cil qui l’ourent deservi. »
Li rois fu liez, un poi rougi :
« Sire vaslez, alez mangier.
Cist penseront de lui vengier. »
Li rois en son cuer out grant joie.
Parla, bien vout Perinis l’oie :
« Mesnie franche et honoree,
Gardez qu’encontre l’asemblee
Soient vostre cheval tuit gras,
Vostre escu nuef, riche vos dras.
Bohorderons devant la bele
Dont vos oiez tuit la novele.
Mot porra poi sa vie amer
Qui se faindra d’armes porter. »
Li rois les ot trestoz semons.
Le terme heent qu’est si lons.
Lor vuel fust il a l’endemain.
Oiez du franc de bone main :
Perinis le congié demande.
Li rois monta sur Passelande,
Qar convoier veut le meschin.
Courant vont par mié le chemin.
Tuit li conte sont de la bele :
Qui metra lance par astele,
Ainz que parte do parlemenz ?
Li rois offre les garnemenz
Perinis d’estre chevalier,
Mais il nes vout encor ballier.
Li rois convoié l’out un poi,
Por la bele franche au chief bloi
Ou il n’a point de mautalent.
Mot en parloient en alent.
Li vaslez out riche convoi
Des chevaliers et du franc roi.
A grant enviz sont departiz.
Li rois le claime : « Beaus amis,
Alez vos en, ne demorez.
Vostre dame me saluez
De son demoine soudoier
Qui vient a li por apaier.
Totes ferai ses volentez.
Por lié serai entalentez.
El me porra mot avancier.
Membre li de l’espié lancier
Qui fu en l’estache feru.
Elle savra bien ou ce fu.
Prié vos que li dïez einsi.
— Rois, si ferai, gel vos afi. »
Adont hurta l’eschaceor.
Li rois se rest mis el retor.
Cil s’en vient ; son mesage a fait
Perinis qui tant mal a traït
Por le servise a la roïne.
Comme plus puet et il chemine.
Onques un jor ne sejorna,
Tant qu’il va la dont il torna.
Raconté a sa chevauchie
A celui qui mot en fu lie,
Du roi Artur et de Tristran.
Cele nuit furent a Lidan.
Cele nuit fu la lune dime.
Que diroie ? Li terme aprisme
De soi alegier la roïne.
Tristran le suen ami ne fine.
Vestu se fu de mainte guise.
Il fu en legne, sanz chemise.
De let burel furent les cotes
Et a quarreaus furent ses botes.
Une chape de burel lee
Out fait tallier tote enfumee.
Affublez se fu forment bien :
Malade semble plus que rien.
Et nequedent si ot s’espee
Entre ses flans estoit noee.
Tristran s’en part, ist de l’ostal,
Celeement, a Governal
Qui li enseigne et si li dit :
« Sire Tristran, ne soiez bric.
Prenez garde de la roïne
Qu’el n’en fera semblant et signe.
— Maistre, fait il, si ferai bien.
Gardez que vos faciez mon buen.
Ge me crient mot d’aperchevance.
Prenez mon escu et ma lance :
Sel m’aportez, et mon cheval
Enreignez, mestre Governal.
Se mestier m’est, que vos saiez
Au pasage près enbuschiez.
Vos savez bien le buen passage.
Pieça que vos en estes sage.
Li cheval est blans comme flor :
Covrez le bien trestot entor,
Quë il ne soit mes conneüz
Ne de nul home aperceüz.
La ert Artus atot sa gent,
Et li rois Marc tot ensement.
Cil chevalier d’estrange terre
Bohorderont por los aquerre,
Et por l’amor Yseut m’amie,
I ferai tote une esbaudie.
Sus la lance soit le penon
Dont la bele me fist le don.
Mestre, or alez. Pri vos forment
Que le faciez mot sauvement. »
Prist son henap et son puiot,
Le congié prist de lui, si l’ot.
Governal vint a son ostel.
Son hernois prist, ainz ne fist el,
Puis si se mist tot a la voie.
Il n’a cure que nus ne voie.
Tant a erré qu’enbuschié s’est
Près de Tristran, qui au Pas est.
Sor la mote, au chief de la mare
S’asit Tristran, sans autre afaire.
Devant soi fiche son bordon :
Atachié fu a un cordon
A quei l’aveit pendu au col.
Entor lui sont li taier mol.
Sor la mote forment se tret.
Ne senbla pas home contret,
Qar il ert gros et corporuz :
Il n’ert pas nains, contrez, boçuz.
La rote entent : la s’est asis.
Mot ot bien bocelé son vis.
Qant aucun passe devant lui,
En plaignant disoit : « Mar i fui !
Ja ne quidai estre aumosnier
Ne servir jor de cest mestier !
Mais n’en poon or mais el faire. »
Tristran lor fait des borses trere,
Quë il fait tant chascun li done.
Il les reçoit, que nus n’en sone.
Tex a esté set anz mignon,
Ne set si bien traire guignon.
Meïsmes li corlain a pié
Et li garçon, li plus proisié !
Qui vont mangant par le chemin,
Tristran, qui tient le chief enclin,
Lor aumosne por Deu lor quiert.
L’un l’en done, l’autre le fiert.
Li cuvert gars, li desfaé
Mignon, herlot l’ont apelé.
Escoute Tristran, mot ne sone :
Por Deu, ce dit, le lor pardone.
Li corbel, qui sont plain de rage,
Li font ennui, et il est sage.
Truant le claiment et herlot.
Il les convoie o lo puiot :
Plus de quatorze en fait saigner
Si qu’il ne püent estanchier.
Li franc vaslet de franche orine
Ferlin ou maalle esterline
Li ont doné : il les reçoit.
Il lor dit quë il a toz boit.
Si grant arson a en son cors
A poine l’en puet geter fors.
Tuit cil qui l’oient aparler
De pitié prenent a plorer ;
Ne tant ne qant pas nu mescroient
Qu’il ne soit ladres cil quil voient :
Pensent vaslet et escuier
Qu’il se hastent d’aus alegier
Et des très tendre lor seignors,
Pavellons de maintes colors.
N’i a riche home n’ait sa tente.
A plain erre, chemin et sente,
Li chevalier vienent après.
Mot a grant presse en cel marchés ;
Esfondré l’ont, mos est li fans :
Li cheval entrent jusq’as flans ;
Maint en i chiet, qui que s’en traie.
Tristran s’en rist, point ne s’esmaie.
Par contraire lor dit a toz :
« Tenez vos reignes par les noz,
Si hurtez bien de l’esperon.
Par Deu, ferez de l’esperon,
Qu’il n’a avant point de taier. »
Qant il le pensent essaier,
Li marois font desoz lor piez.
Chascun qui entre est entaiez :
Qui n’a hueses, s’en a soffretes.
Li ladres a la main fors traite ;
Qant en voit un qui el tai voitre,
Adonc flavele cil a cuite.
Qant il le voit plus en fangoi,
Li ladres dit : « Pensez de moi !
Que Dex vos get fors du Mal Pas !
Aidiez a noveler mes dras ! »
O sa botele el hanap fiert.
En estrange leu les requiert,
Mais il le fait par lecherie,
Qant or verra passer s’amie,
Yseut qui a la crine bloie,
Quë ele an ait en son cuer joie.
Mot a grant noise en cel Mal Pas.
Li passeor sollent lor dras ;
De luien puet l’om oïr les huz
De ceus qui solle la paluz.
Cil qui les passe n’est seuez !
Atant es vos le roi Artus :
Esgarder vient le passeor,
O lui de ses barons plusor.
Criement que li marois ne fonde.
Tuit cil de la Table Reonde
Furent venu sor le Mal Pas
O escu frès, o chevaus cras,
De lor armes entreseigné.
Tuit sont covert, et mens que pié ;
Maint drap de soie i ot levé ;
Bohordant vont devant le gué.
Tristran connoissoit bien le roi
Artus, si l’apela o soi :
« Sire Artus, rois, je sui malades,
Bociez, meseaus, desfaiz et fades.
Povre est mon pere, n’out ainz terre.
Ça sui venuz l’aumosne querre.
Mot ai oï de toi bien dire :
Tu ne me doiz pas escondire.
Tu es vestuz de beaus grisens
De Renebors, si com je pens.
Desouz la toile retïene
La toue char est blanche et plaine.
Tes janbes voi de riche paile
Chaucies et o verte maile,
Et les sorchauz d’une escarlate.
Roiz Artus, voiz com je me grate ?
J’ai les granz froiz, qui qu’ait les chauz.
Por Deu me donne ces sorchauz. »
Li nobles rois avoit pitié :
Dui damoisel l’ont deschaucié.
Li malades les sorchaux prent,
Otot s’en vet isnelement.
Asis se rest sor la muterne.
Li ladres nus de ceus n’esperne
Qui devant lui sont trespassé ;
Fins dras en a a grant plenté
Et les sorchauz Artus le roi.
Tristran s’asist sor le maroi.
Qant il se fu iluec assis,
Li rois Marc, fiers et posteïs,
Chevaucha fort vers le taier.
Tristran l’aqueut a essaier
S’il porra rien avoir du suen.
Son flavel sonë a haut suen,
A sa voiz roe crie a paine ;
O le nès fait subler l’alaine :
« Por Deu, roi Marc, un poi de bien ! »
S’aumuce trait, si li dit : « Tien,
Frere, met la ja sus ton chief.
Maintes foiz t’a li tens fait grief.
— Sire, fait il, vostre merci !
Or m’avez vos de froit gari. »
Desoz la chape a mis l’aumuce.
Qant qu’il puet la trestorne et muce.
« Dom est tu, ladres ? fait li rois.
— De Carloon, filz d’un Galois.
— Quanz anz a esté fors de gent ?
— Sire, trois anz i a, ne ment.
Tant com je fui en saine vie,
Mot avoie cortoise amie.
Por lié ai je ces boces lees.
Ces tartaries plain dolees
Me fait et nuit et jor soner
Et o la noisë estoner
Toz ceus qui je demant du lor
Por amor Deu li criator. »
Li rois li dit : « Ne celez mie
Comment ce te donna t’amie.
— Dans rois ses sires ert meseaus ;
O lié faisoie mes joiaus :
Cist maus me prist de la comune.
Mais plus bele ne fu quë une.
— Qui est ele ? — La bele Yseut.
Einsi se vest com cele seut. »
Li rois l’entent : riant s’en part.
Li rois Artus, de l’autre part,
En est venuz, qui bohordot :
Joios se fist, qui plus ne pout.
Artus enquist de la roïne :
« El vient, fait Marc, par la gaudine.
Dan roi, ele vient o Andret :
De lié conduire s’entremet. »
Dist l’un a l’autre : « Ne sai pas
Comment isse de cest Mal Pas.
Or eston ci, si prenon garde. »
Li trois felon, qui mal feu arde !
Vindrent au gué, si demanderent
Au malade par ont passerent
Cil qui mains furent entaié.
Tristran a son puiot drecié
Et lor enseigne un grant molanc :
« Vez la cel torbe après cel fanc.
La est li droiz asseneors :
G’i ai veü passer plusors. »
Li felon entrent en la fange
La ou li ladres lor enseigne,
Fange troverent a mervelle
Desi q’as auves de la selle.
Tuit troi chïent a une flote.
Li malades fu sus la mote,
Si lor cria : « Poigniez a fort !
Se vos estes de tel tai ort,
Alez, segnor ! Par saint apostre,
Si me done chascun du vostre ! »
Li cheval fondent el taier.
Cil se prenent a esmaier,
Qar ne trovent rive ne fonz.
Cil qui bohordent sor le mont
Sont acoru isnelement.
Oiez du ladre com il ment :
« Seignors, fait il a ces barons,
Tenez vos bien a vos archons.
Mal ait cil fans qui est si mos !
Ostez ces manteaus de vos cox !
Si braçoiez par mié le tai !
Je vos di bien, que très bien sai,
G’i ai hui veü gent passer. »
Qui donc veïst henap casser !
Qant li ladres le henap loche,
O la coroie fiert la boche
Et o l’autre des mains flavele.
Atant es vos Yseut la bele.
El taier vit ses ainemis.
Sor la mote sist ses amis.
Joie en a grant, rit et envoise.
A pié decent sor la faloise.
De l’autre part furent li roi
Et li baron qu’il ont o soi,
Qui esgardent ceus du taier
Torner sor coste et ventrellier.
Et li malades les arguë :
« Seignors, la roïne est venue
Por faire son aresnement.
Alez oïr cel jugement. »
Poi en i a joie n’en ait.
Oiez du ladre, du desfait :
Donoalen met a raison :
« Pren t’a la main a mon baston,
Tire a deus poinz mot durement. »
Et cil li tent tot maintenant :
Le baston li let li degiez ;
Ariere chiet, tot est plungiez :
N’en vit on fors le poil rebors.
Et qant il fu du tai trait fors,
Fait li malades : « N’en poi mes.
J’ai endormi jointes et ners,
Les mains gourdes por le mal d’Agre,
Les piez enflez por le poacre.
Li maus a empirez ma force,
Ses sont mi braz com une escorde. »
Dinas estoit o la roïne ;
Aperçut soi, de l’uiel li cline :
Bien sout Tristran ert soz la chape.
Les trois felons vit en la trape ;
Mot li fu bel et mot li plot
De ce qu’il en ont fait tripot.
A grant martire et a dolor
Sont issu li encuseor
Du taier defors : a certain,
Ja ne seront mais nez sanz bain.
Voiant le pueple se despollent.
Les dras laisent, autres racuellent.
Mais or oiez du franc Dinas
Qui fu de l’autre part du pas :
La roïne met a raison.
« Dame, fait il, cel siglaton
Estera ja forment laidiz.
Cil garez est plain de rouiz :
Marriz en sui, forment m’en poise,
Se a vos dras point en adoise.
Yseut rist, qui n’ert pas coarde.
De l’uel li guigne, si l’esgarde :
Le penser sout a la roïne.
Un poi aval, lez une espine,
Torne a un gué, lui et Andrez
Ou trespasserent auques nez.
De l’autre part fu Yseut sole.
Devant le gué fu grant la fole
Des deus rois et de lor barnage.
Oiez d’Yseut com el fu sage :
Bien savoit que cil l’esgardoient
Qui outre le Mal Pas estoient.
Ele est au palefroi venue,
Prent les langues de la sambue,
Ses noua desus les arçons :
Nus escuiers ne nus garçons
Por le taier mex nes levast
Ne ja mex nes aparellast.
Li lorain boute soz la selle,
Le poitrail oste Yseut la bele,
Au palefroi oste son frain.
Sa robe tien en une main,
De l’autre la corgie tint.
Au gué o le palefroi vint ;
De la corgie l’a feru
Et il passe outre la palu.
La roïne out mot grant esgart
De ceus qui sont de l’autre part.
Li roi prisié s’en esbaudirent
Et tuit li autre qui le virent.
La roïne out de soie dras :
Aporté furent de Baudas ;
Forré furent de blanc hermine.
Mantel, bliaut, tot li traïne.
Sor ses espaules sont si crin,
Bendé a ligne sor or fin.
Un cercle d’or out sor son chief
Qui empare de chief en chief,
Color rosine, fresche et blanche.
Einsi s’adrece vers la planche :
« Ge vuel avoir a toi afere.
— Roïne franche, debonere,
A toi irai sanz escondire,
Mais je ne sai que tu veus dire.
— Ne vuel mes dras enpalüer
Asne sera de moi porter
Tot suavet par sus la planche.
— Avoi ! fait il, roïne franche,
Ne me requerez pas tel plet.
Je sui ladres, boçu, desfait.
— Cuite, fait ele, un poi t’arenge.
Quides tu que ton mal me prenge ?
N’en aies doute, non fera.
— A Dex, fait il, ce que sera.
A lui parler point ne m’ennoie. »
O le puiot sovent s’apoie.
« Diva ! malades, mot est gros !
Tor la ton vis et ça ton dos :
Ge monterai comme vaslet. »
Et lors s’en sorrist li degiet.
Torne le dos et ele monte.
Tuit les gardent, et roi et conte.
Ses cuises tient sor son puiot.
L’un pié sorleve et l’autre clot ;
Sovent fait senblant de choier ;
Grant chiere fai de soi doloir.
Yseut la bele chevaucha,
Janbe deça, janbe dela.
Dist l’un a l’autre : « Or esgardez…
… Vez la roïne chevauchier
Un malade qui seut clochier.
Près qu’il ne chiet de sor la planche.
Son puiot tient desor sa hanche.
Alon encontre ce mesel
A l’issue de cest gacel. »
La corurent li damoisel.
Li rois Artus cele part torne
Et li autre trestot a orne.
Li ladres ot enclin le vis.
De l’autre part vint el païs.
Yseut se lait escolorgier.
Li ladres prent a reperier.
Au departir il redemande
La bele Yseut anuit vïande.
Artus dist : « Bien l’a deservi :
Ha ! roïne, donez la li. »
Yseut la bele dist au roi :
« Par cele foi que je vos doi,
Forz truanz est, asez en a ;
Ne mangera hui ce qu’il a.
Soz sa chape senti sa guige.
Rois, s’aloierë n’apetiche :
Les pains demiés et les entiers
Et les pieces et les quartiers
Ai bien parmié le sac sentu.
Vïande a, si est bien vestu.
De vos sorchauz, s’il les veut vendre,
Puet il cinc soz d’esterlins prendre,
Et de l’aumuce mon seignor,
Achat bien lit : si soit pastor,
Ou un asne qui past le tai.
Il est herlot, si que jel sai,
Hui a suï bone pasture.
Trové a gent a sa mesure.
De moi n’en portera qui valle
Un sol ferlinc n’une maalle. »
Grant joie en meinent li dui roi.
Amené ont son palefroi.
Montee l’ont. D’iluec tornerent :
Qui ont armes lors bohorderent
Tristran s’en vet du parlement.
Vient a son mestre qui l’atent.
Deus chevaus riches de Castele
Ot amené, o frain, o sele,
Et deus lances et deus escuz.
Mot les out bien desconneüz.
Des chevaliers que vos diroie ?
Une guinple blanche de soie
Out Governal sor son chief mise :
N’en pert que l’uel en nule guise.
Arire s’en torne le pas.
Mot par ot bel cheval et cras.
Tristran rot le Bel Joeor :
Ne puet on pas trover mellor.
Cote, sele, destrier et targe
Out couvert d’une noire sarge.
Son vis out covert d’un noir voil :
Tot est covert et chief et poil.
A sa lance ot l’enseigne mise
Que la bele li ot tramise.
Chascun monte sor son destrier.
Chascun out çaint le brant d’acier.
Einsi armé, sor lor chevaus,
Par un vert pré, entre deus vaus,
Sordent sus en la Blanche Lande.
Gauvain, li niès Artus, demande
Gerflet : « Vez en la deus venir
Qui mot vienent de grant aïr.
Nes connois pas. Ses tu qu’il sont ?
— Ges connois bien, Girflet respond.
Noir cheval a et noire enseigne :
Cë est li Noirs de la Montaigne.
L’autre connois as armes vaires,
Qar en cest païs n’en a gaires.
Il sont faé, gel sai sans dote. »
Icil vindrent fors de la rote,
Les escus près, lances levees,
Les enseignes au fer fermees.
Tant bel portent lor garnement
Comme s’il fusent né dedenz.
Des deus parolent assez plus
Li rois Marc et li rois Artus
Qu’il ne font de lor deus compaignes
Qui sont laïs es larges plaignes.
Es rens perent li dui sovent.
Esgardé sont de mainte gent.
Parmié l’angarde ensemble poignent,
Mais ne trovent a qui il joignent.
La roïne bien les connut.
A une part du renc s’estut,
Ele et Brengain. Et Andrez vint.
Sor son destrier ses armes tint.
Lance levee, l’escu pris,
A Tristran saute en mié le vis.
Nu connoisoit de nule rien,
Et Tristran le connoisoit bien.
Fiert l’en l’escu, en mié la voie
L’abat et le braz li peçoie.
Devant les piez a la roïne,
Cil jut sanz lever sus l’eschine.
Governal vit le forestier
Venir des très sor un destré,
Qui vout Tristran livrer a mort
En sa forest ou dormoit fort.
Gran aleüre a lui s’adrece.
Ja ert de mort en grant destrece :
Le fer tranchant li mist el cors,
O l’acier bote le cuir fors.
Cil chaï mort, si c’onques prestre
N’i vint a tens ne n’i pot estre.
Yseut, qui ert et franche et sinple,
S’en rist doucement soz sa ginple.
Gerflet et Cinglor et Ivain,
Tolas et Coris et Vauvain
Virent laidier lor compaignons :
« Seignors, fait Gaugains, que ferons ?
Li forestier gist la baé.
Saciez que cil dui sont faé.
Ne tant ne qant né connoison :
Or nos tienent il por bricons.
Brochons a eus, si les faut prendre.
— Quiès nos porra, fait li rois, prendre
Mot nos avra servi a gré. »
Tristran se trait aval au gué,
Et Governal, outrepasserent.
Li autre sire nes oserent.
En pais remestrent, tuit destroit.
Bien penserent fantosme soit.
As herberges vuelent torner,
Qar laisié ont le bohorder.
Artus la roïne destroie.
Mot li senbla breve la voie…
…Qui la voie aloignast sor destre.
Descendu sont a lor herberges.
En la lande out assez herberges.
Mot en costerent li cordel.
En leu de jonc et de rosel,
Glagié avoient tuit lor tentes.
Par chemins vienent et par sentes.
La Blanche Lande fu vestue.
Maint chevalier i out sa drue.
Cil qui la fu enz en la pree
De maint grant cerf ot la menee.
La nuit sejornent a la lande.
Chascuns rois sist a la demande.
Qui out devices n’est pas lenz :
Li uns a l’autre fait presenz.
Ly rois Artus, après mengier,
Au tref roi Marc vait contoier.
Sa privee maisnie maine.
La ot petit de dras de laine :
Tuit li plusor furent de soie.
Des vesteüres que diroie ?
De laine i out, ce fu en graine ;
Escarlate cel drap de laine :
Molt i ot gent de riche ator.
Nus ne vit deus plus riches corz :
Mestier nen est dont la nen ait.
En pavellons ont joie fait.
La nuit devisent lor afaire :
Comment la franche debonere
Se doit deraisnier de l’outrage,
Voiant les rois et lor barnage.
Couchier s’en vet li rois Artus
O ses barons et o ses druz.
Maint calemel, mainte troïne,
Qui fu la nuit en la gaudine
Oïst an pavellon soner.
Devant le jor prist a toner.
A fermeté fu de chalor.
Les gaites ont corné le jor.
Par tot commencent a lever.
Tuit sont levé sanz demorer.
Li soleuz fu chauz sor la prime,
Choiete fu et nielle et frime.
Devant les tentes as deus rois
Sont asenblé Corneualois :
N’out chevalier en tot le reigne
Qui n’ait o soi a cort sa feme.
Un drap de soie a paile bis
Devant le tref au roi fu mis :
Ovrez fu en bestes menuz.
Sor l’erbe vert fu estenduz.
Li dras fu achaté en Niques.
En Cornoualle n’ot reliques
En tresor në en filatieres,
En aumaires n’en autres ceres,
En fiertes n’en escrinz n’en chases,
En croiz d’or ne d’argent, n’en mases,
Sor le paile les orent mises,
Arengies, par ordre asises.
Li roi se traient une part :
Faire i volent loial esgart.
Li rois Artus parla premier,
Qui de parler fu prinsautier :
« Rois Marc, fait il, qui te conselle
Tel outrage si fait mervelle :
Certes, fait il, sil se desloie.
Tu es legier a metre en voie :
Ne dois trover parole fause !
Trop te feroit amere sause,
Qui parlement te fist joster !
Mot li devroit du cors coster
Et ennuier, qui voloit faire.
La franche Yseut, la debonere,
Ne veut respit ne terme avoir.
Cil püent bien de fi savoir,
Qui vendront sa deresne prendre,
Que ges ferai encore pendre,
Qui la reteront de folie
Pus sa deresne, par envie :
Digne seroient d’avoir mort.
Or oiez, roi, qui ara tort :
La roïne vendra avant,
Si qel verront petit et grant,
Et si jurra o sa main destre,
Sor les corsainz, au roi celestre
Qu’el onques n’ot amor commune
A ton neveu, ne deus në une,
Que l’en tornast a vilanie,
N’amor ne prist par puterie.
Dan Marc, trop a icë duré :
Qant ele avra eisi juré,
Di tes barons qu’il aient pès.
— Ha ! sire Artus, qu’en pus je mès ?
Tu me blasmes, et si as droit,
Quar fous est qui envïeus croit.
Ges ai creüz outre mon gré.
Se la deraisne est en cel pré,
Ja n’i avra mais si hardiz,
Së il après les escondiz
En disoit rien së anor non,
Qui n’en eüst mal gerredon.
Ce saciez vos, Artus, frans rois,
C’a esté fait, c’est sor mon pois.
Or se gardent d’ui en avant ! »
Li consel departent atant.
Tuit s’asistrent par mié les rens,
Fors les deus rois ; c’est a grant sens :
Yseut fu entre eus deus as mains.
Près des reliques fu Gauvains.
La mesnie Artus, la proisie,
Entour le paile est arengie.
Artus prist la parole en main,
Qui fut d’Iseut le plus prochain :
« Entendez moi, Yseut la bele ;
Oiez de quoi on vos apele :
Que Tristran n’ot vers vos amor
De puteé ne de folor,
Fors cele que devoit porter
Envers son oncle et vers sa per.
— Seignors, fait el, por Deu merci !
Saintes reliques voi ici.
Or escoutez que je ci jure,
De qoi le roi ci asseüre :
Si m’aït Dex et saint Ylaire,
Ces reliques, cest saintuaire,
Totes celes qui ci ne sont
Et tuit celes de par le mont,
Qu’entre mes cuises n’entra home
Fors le ladre qui fist soi some,
Qui me porta outre les guez,
Et li rois Marc mes esposez.
Ces deus ost de mon soirement,
Ge n’en ost plus de tote gent.
De deus ne me pus escondire :
Du ladre, du roi Marc mon sire.
Li ladres fu entre mes jambes…
… Qui voudra que je plus en face,
Tote en sui preste en ceste place. »
Tuit cil qui l’ont oï jurer
Ne püent pas plus endurer :
« Dex ! fait chascuns, si fiere en jure !
Tant en a fait après droiture !
Plus i a mis que ne disoient
Ne que li fel ne requeroient.
Ne li covient plus escondit
Qu’avez oï, grant et petit :
Fors du roi et de son nevo,
Ele a juré et mis en vo
Qu’ente ses cuises nus n’entra
Que li meseaus qui la porta
Ier, endroit tierce, entre les guez,
Et li rois Marc, ses esposez.
Mal ait jamais l’en mesquerra ! »
Li niès Artus en piez leva,
Le roi Marc a mis a raison,
Que tuit l’oïrent li baron :
« Rois, la deraisne avon veüe
Et bien oïe et entendue.
Or esgardent li troi felon,
Donoalent et Guenelon
Et Goudoïne li mauvès,
Qu’il ne parolent sol jamès :
Ja ne seront en cele terre
Qu’il maintenist ne pais ne gerre,
Dès que j’orroie la novele
De la roïne Yseut la bele,
Que n’i allons a esperon
Lui deraisnier par grant raison.
— Sire, fait el, vostre merci ! »
Mot sont de cort li troi haï,
Les corz departent, si s’en vont.
Yseut la bele o le chief blont
Mercie mot le roi Artur.
« Dame, fait-il, je vos asur :
Ne troverez mais qui vos die,
Tant com j’aurais santé ne vie,
Nis une rien së amor non.
Mal le penserent li felon.
Ge prié le roi vostre seignor,
Et feelment, mot par amor,
Que mais felon de vos ne croie. »
Dist li roi Marc : « Se jel faisoie
D’or en avant, si me blasmez. »
Li uns de l’autre s’est sevrez.
Chascun s’en vient a son roiaume :
Li rois Artus vient a Durelme,
Rois Marc remest en Cornoualle.
Tristran sejorne, poi travalle.
Li rois a Cornoualle en pès.
Tuit le criement et luin et près.
En ses deduiz Yseut en meine :
De lié amer forment se paine.
Mais, qui qu’ait pais, li troi felon
Sont en esgart de traïson.
A eus fu venue une espie
Qui va querant changier sa vie :
« Seignors, fait-il, or m’entendez.
Se je vos ment, si me pendez.
Li rois vos sout l’autrier mal gré
Et vos en acuelli en hé
Por le deraisne sa mollier.
Pendre m’otroi ou essillier,
Se ne vos mostre apertement
Tristran, la ou son aise atent
De parler o sa chiere drue.
Il est repost, si sai sa mue.
Qant li rois va a ses deduis,
Tristran set mot de Malpertuis :
En sa chambre va congié prendre.
De moi faciez en un feu cendre,
Se vos alez a la fenestre
De la chambre, derier a destre,
Se n’i veez Tristran venir,
S’espee çainte, un arc tenir,
Deus seetes en l’autre main.
Enuit verrez venir par main.
— Comment le sez ? — Je l’ai vëu.
— Tristran ? — Je, voire, et conneü.
— Qant i fu il ? — Hui main l’i vi.
— Et qui o lui ? — Cil son ami.
— Ami ? et qui ? — Dan Governal.
— Ou se sont mis ? — En haut ostal
Se deduient. — C’est chiès Dinas ?
— Et je que sai ? — Il n’i sont pas
Sanz son seü. — Asez puet estre.
— Ou verron nos ? — Par la fenestre
De la chambre, cë es tot voir.
Se gel vos mostre, grant avoir
En doi avoir, qant l’en ratent.
— Nomez l’avoir. — Un marc d’argent.
— Et plus assez que la promesse,
Si nos aït iglese et messe.
Se tu mostres, n’i puez fallir
Ne te façon amanantir.
— Or m’entendez, fait li cuvert,
Est un petit pertus overt
Endroit la chambre la roïne.
Par dedevant vet la cortine.
Triès la chambrë est grant la doiz
Et bien espesse li jagloiz.
L’un de vos trois i aut matin :
Par la fraite du nuef jardin,
Voist belement tresque au pertus.
Fors la fenestre n’i aut nus.
Faites une longue brochete
A un coutel, bien agüete ;
Poignez le drap de la cortine
O la broche poignant d’espine.
La cortine souavet sache
Au pertuset, c’on ne l’estache,
Que tu voies la dedenz cler,
Qant il venra a lui parler.
S’eissi t’en prenz sol trois jorz garde,
Atant otroi que l’en m’en arde,
Se ne veez ce que je di. »
Fait chascuns d’eus : « Je vos afi
A tenir nostre covenant. »
L’espie font aler avant.
Lors devisent li queus d’eus trois
Ira premier voier l’orlois
Que Tristan a la chambre maine
O celié qui seue est demeine.
Otroié ont que Goudoïne
Ira au premerain termine.
Departent soi, chascun s’en vet.
Demain savront com Tristran sert.
Dex ! la franche ne se gardoit
Des felons ne de lor tripot.
Par Perinis, un suen prochain,
Avoit mandé que l’endemain
Tristran venist a lié matin :
Li rois iroit a Saint Lubin.
Oez, seignors, quel aventure !
L’endemain fu la nuit oscure.
Tristran se fu mis a la voie
Par l’espesse d’un’espinoie.
A l’issue d’une gaudine
Garda : vit venir Goudoïne,
Et s’en venoit de son recet.
Tristan li a fait un aget :
Repost se fu an l’espinoi.
« Ha ! Dex, fait il, regarde moi,
Que cil qui vient ne s’aperçoive,
Tant que devant moi le reçoive ! »
En sus l’atent, s’espee tient.
Goudoïne autre voie tient.
Tristran remest, a qui mot poise.
Ist du buison, cele part toise,
Mais por noient, qar cil s’esloigne
Qui en fel leu a mis sa poine.
Tristran garda au luien, si vit
(Ne demora quë un petit)
Denoalan venir anblant,
O deus levriers : mervelles grant !
Afustez est a un pomier.
Denoalent vint le sentier
Sor un petit palefroi noir.
Ses chiens out envoié mover
En une espoise un fier sengler.
Ainz qu’il le puisen desangler,
Aura lor mestre tel colee
Que ja par mire n’ert sanee.
Tristran le preuz fu desfublez.
Denoalen es tost alez.
Ainz s’en sout mot, quant Tristran saut.
Fuïr s’en veut, mais il i faut :
Tristran li fu devant trop près.
Morir le fist : qu’en pout il mès ?
Sa mort queroit : cil s’en garda,
Que le chief du bu li sevra.
Ne lui lut dire : « Tu me bleces. »
O l’espee trencha les treces,
En sa chauces les a boutees,
Qant les avra Yseut mostrees,
Qu’ele l’en croie qu’il l’a mort.
D’iluec s’en part Tristran a fort.
« Ha ! las, fait il, qu’est devenuz
Goudoïne (or s’est toluz)
Que vi venir orainz si tost ?
Est il passez ? Ala tantost ?
S’il m’atendist, savoir peüst
Ja mellor guerredon n’eüst
Que Donalan le fel en porte
Qui j’ai laisié la teste morte. »
Tristan laise le cors gesant
En mié la lande, envers, sanglent.
Tert s’espee, si l’a remise
En son fuerre ; sa chape a prise,
Le chaperon el chief soi met ;
Sor le cors un grant fust atret ;
A la chambre sa drue vint.
Mais or oiez com li avint.
Goudoïne fu acoruz
Et fu ainz que Tristran venuz.
La cortine ot dedenz percie,
Vit la chambre, qui fu jonchie.
Tot vit qant que dedenz avoit.
Home fors Perinis ne voit.
Brengain i vint, la damoisele,
Ou out pignié Yseut la bele :
Le pieigne avoit encor o soi.
Le fel qui fu a la paroi
Garda, si vit Tristran entrer
Qui tint un arc d’aubor anter.
En sa main tint ses deus seetes,
En l’autre deus treces longuetes.
Sa chape osta : pert ses genz cors.
Iseut la Belle o les crins sors
Contre lui lieve, sil salue.
Par sa fenestre vit la nue
De la teste de Gondoïne.
De grant savoir fu la roïne.
D’ire tresue sa persone.
Yseut Tristran en araisone :
« Se Dex me gart, fait il, au suen,
Vez les treces Denoalen.
Ge t’ai de lui pris la venjance :
Ja mais par lui escu ne lance
N’iert achatez ne mis en pris.
— Sire, fait ele, ge qu’en puis ?
Mais prié vos que cest arc tendez,
Et verron com il est bendez. »
Tristan s’esteut, si s’apensa,
Oiez ! en son penser tensa.
Prent s’entente, si tendi l’arc.
Enquiert noveles du roi Marc :
Yseut l’en dit ce qu’ele en sot…
…S’il en peüst vis eschaper,
Du roi Marc et d’Iseut sa per
Referoit sordre mortel gerre.
Cil qui Dex doinst anor conquerre
L’engardera de l’eschaper.
Yseut n’a cure de gaber :
« Amis, une seete encorde.
Garde du fil qu’il ne retorde.
Je vois tel chose dont moi poise.
Tristran, de l’arc nos pren ta toise. »
Tristran s’estut, si pensa pose.
Bien soit qu’el voit aucune chose
Qui li desplait. Garda en haut :
Grant poor a, tremble et tresaut.
Contre le jor, par la cortine,
Vit la teste de Godoïne.
« Ha ! Dex, vrai roi, tant riche trait
Ai d’arc et de seete fait :
Consentez moi que cest ne falle !
Un des trois feus de Cornoualle
Voi, a grant tort, par la defors.
Dex, qui le tuen saintisme cors
Por le pueple meïs a mort,
Lai moi venjance avoir du tort
Que cil felon muevent vers moi. »
Lors a torné vers la paroi,
Sovent ot entesé, si trait.
La seete si tost s’en vait
Rien ne peüst de lui gandir.
Par mié l’uel la li fait brandir,
Trencha le test et la cervele.
Esmerillons në arondele
De la moitié si tost ne vole ;
Se ce fust une pome mole,
N’issist la seete plus tost.
Cil chiet, si se hurte a un post,
Onques ne piez ne braz ne mut.
Seulement dire ne li lut :
« Blessiez sui ! Dex ! Confessïon…