Recueil des vers de Pierre de Marbeuf (A. Héron)/« Je disais l’autre jour ma peine et ma tristesse »

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

SONNET.


Ie diſoy l’autre iour ma peine & ma triſteſſe
Sur le bord ſablonneux d’vn ruiſſeau, dont le cours
Murmurant, s’accordoit au langoureux diſcours
Que ie faiſois aſſis proche de ma maîtreſſe.

L’occaſion lui fit trouuer vne fineſſe ;
Siluandre (me dit-elle) objet de mes amours,
Afin de t’aſſurer que i’aimeray touſiours,
Ma main deſſus cette eau t’en ſigne la promeſſe.

Ie creu tout auſſi-toſt que ces divins ſermens,
Commençant mon bonheur, finiroient mes tourmens,
Et qu’enfin ie ſerois le plus heureux du monde.

Mais, ô pauure innocent, de quoy faisoy-ie cas,
Eſtant deſſus le ſable elle eſcrivoit ſur l’onde,
Afin que ſes ſermens ne l’obligeaſſent pas.