Wikisource:Accueil

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


Bienvenue sur Wikisource
une bibliothèque de 351 461 textes libres et gratuits
  Découvrir un extrait

Jean-Henri Fabre, Souvenirs entomologiques – Première série - Chapitre II 1916



II

LA VOLIÈRE




Si l’on recherche dans les auteurs quelques renseignements sur les mœurs du Scarabée sacré en particulier, et sur les rouleurs de pilules de bouse en général, on trouve que la science en est encore aujourd’hui à quelques-uns des préjugés ayant cours du temps des Pharaons. La pilule cahotée à travers champs, contient, dit-on, un œuf ; c’est un berceau où la future larve doit trouver à la fois le vivre et le couvert. Les parents la roulent sur le sol accidenté pour la façonner plus ronde ; et quand par les chocs, les cahotements, les chutes le long des pentes, elle est convenablement élaborée, ils l’enfouissent et l’abandonnent aux soins de la grande couveuse, la terre.

Ces brutalités de la première éducation m’ont toujours paru peu probables. Comment un œuf de Scarabée, chose si délicate, si impressionnable sous sa tendre enveloppe, résisterait-il aux commotions du berceau roulant ? Il y a dans le germe une étincelle de vie que le moindre attouchement, un rien, peut dissiper ; et les parents s’avisent de la cahoter des heures et des heures par monts et vallées ! Non, ce n’est pas ainsi que les choses se passent ; la tendresse maternelle ne soumet pas sa progéniture au supplice du tonneau de Régulus.

Il fallait cependant autre chose que des considérations logiques pour faire table rase des opinions reçues. J’ai donc ouvert par centaines des pelotes roulées par les bousiers ; j’en ai ouvert d’autres extraites des terriers creusés sous mes yeux ; et jamais, au grand jamais, je n’ai trouvé ni loge centrale, ni œuf dans ces pilules. Ce sont invariablement de grossiers amas de vivres, façonnés à la hâte, sans structure interne déterminée, de simples munitions de bouche avec lesquelles on s’enferme pour couler en paix quelques jours de bombance. Les bousiers mutuellement se les jalousent, se les pillent avec une ardeur qu’ils ne mettraient certainement pas à se dérober de nouvelles charges de famille. Entre Scarabées, le vol des œufs serait une absurdité, chacun ayant assez à faire pour assurer l’avenir des siens. Donc sur ce point désormais aucun doute : les pelotes que l’on voit rouler aux bousiers jamais ne contiennent d’œufs.

Pour résoudre la question ardue de l’éducation de la larve, ma première tentative fut la construction d’une ample volière, avec sol artificiel de sable et provisions de bouche fréquemment renouvelées. Des Scarabées sacrés y furent introduits au nombre d’une vingtaine, en société de Copris, de Gymnopleures et Onthophages. Jamais expérience entomologique ne me valut autant de déboires. Le difficile était le renouvellement des vivres. Mon propriétaire avait écurie et cheval. Je gagnai la confiance du domestique, qui rit d’abord de mes projets, puis se laissa convaincre par la petite pièce blanche. Chaque déjeuner de mes bêtes me coûtait vingt-cinq centimes. Budget de bousier n’avait jamais sans doute atteint un pareil chiffre. Or, je vois encore, je verrai toujours Joseph, qui, le matin, après le pansement du cheval, dressait un peu la tête par-dessus le mur mitoyen des deux jardins et, tout doucement, faisant porte-voix de la main, me criait : hé ! hé ! J’accourais recevoir un plein pot de crottin. La discrétion des deux parts était nécessaire, vous allez voir. Un jour le maître survient de fortune au moment de l’opération ; il s’imagine que tout son fumier déménage par-dessus le mur et que je détourne au profit de mes verveines et de mes narcisses ce qu’il réserve pour ses choux. Vainement j’essaie d’expliquer la chose : mes raisons paraissent plaisanteries. Joseph est houspillé, traité de ceci, traité de cela, et menacé d’être congédié s’il recommence. On se le tint pour dit.

Il me restait la ressource d’aller sur la grande route cueillir honteusement, à la dérobée, dans un cornet de papier, le pain quotidien de mes élèves. Je l’ai fait et je n’en rougis pas. Quelquefois le sort me favorisait : un âne apportant au marché d’Avignon les produits maraîchers de Château-Renard ou de Barbentane, déposait son offrande en passant devant ma porte. Telle aubaine, aussitôt recueillie, m’enrichissait pour quelques jours. Bref, rusant, guettant, courant, faisant de la diplomatie pour une bouse, je parvins à nourrir mes captifs. Si le succès est attaché aux entreprises faites avec passion, avec amour que rien ne rebute, mon expérience devait réussir ; elle ne réussit pas. Au bout de quelque temps, mes Scarabées consumés de nostalgie dans un espace qui ne leur permettait pas les grandes évolutions, se laissèrent misérablement mourir sans me livrer leur secret. Les Gymnopleures et les Onthophages répondirent mieux à mon attente. En moment opportun, je profiterai des renseignements par eux fournis.

Avec mes essais d’éducation en volière étaient menées de front les recherches directes, dont les résultats étaient loin de ce que je pouvais désirer. Je crus nécessaire de m’adjoindre des aides. Précisément, une joyeuse bande d’enfants traversaient le plateau. C’était un jeudi. Oublieux de l’école et de l’affreuse leçon, une pomme dans une main, un morceau de pain dans l’autre, ils venaient du village voisin, les Angles ; ils s’en allaient tout là-bas gratter la colline pelée où viennent s’amortir les balles de la garnison dans les exercices de tir. Quelques morceaux de plomb, de la valeur d’un petit sou peut-être pour la récolte entière, étaient le mobile de la matinale expédition. Les fleurettes roses des géraniums émaillaient les pelouses qui se hâtaient d’embellir un moment cette Arabie pétrée ; le motteux oreillard, mi-partie blanc et noir, ricanait en voletant d’une pointe de rocher à l’autre ; sur le seuil de terriers creusés au pied des touffes de thym, les grillons emplissaient l’air de leur monotone symphonie. Et les enfants étaient heureux de cette fête printannière ; plus heureux encore des richesses en perspective, du petit sou, prix des balles trouvées, du petit sou qui leur permettrait d’acheter le dimanche suivant, à la marchande établie devant la porte de l’église, deux berlingots à la menthe, deux gros berlingots de deux liards pièce.

J’aborde le plus grand, dont la mine éveillée me donne bon espoir ; les petits font cercle tout en mangeant leur pomme. J’expose la chose, je leur montre le Scarabée sacré roulant sa boule ; je leur dis que dans cette boule, enfouie quelque part en terre, je ne sais où, doit quelquefois se trouver une niche creuse et dans cette niche un ver. Il s’agit, en fouillant çà et là au hasard, en surveillant les manœuvres du Scarabée, de trouver la boule habitée par le ver. Les boules sans ver ne doivent pas compter.

  L’Échelle / Jeu par Équipes
L’Échelle
Résultat cumulatif au 30 novembre 2022 :
67 livres complétés (2 411,3 échelons en novembre)
Vous pouvez joindre une équipe ou en former une nouvelle !
Le projet se terminera au 31 décembre : Merci aux participants.
  Nouveautés
Derniers textes ajoutés



Derniers ouvrages validés
  Découvrir le projet et y participer
Wikisource, projet de bibliothèque soutenu par la Wikimedia Foundation, est élaboré par des contributeurs bénévoles.

Chacun peut participer à la création ou la relecture d’un ouvrage, en respectant les règles du droit d’auteur et celles établies par la communauté ; par exemple, un texte doit être vérifiable grâce à un fac-similé.

De nombreuses pages d’aide sont à votre disposition, notamment pour relire une page, créer un fac-similé ou encore le publier sur le site. N’hésitez pas à poser des questions sur le scriptorium, ou à d’autres utilisateurs, ou bien à vous inspirer des suggestions plus détaillées proposées sur le portail communautaire.
Wikimedia-logo.svg
Wikipedia Wikipédia
Encyclopédie
Wikinews Wikinews
Site d'actualité
Wiktionnaire Wiktionnaire
Dictionnaire universel
Wikilivres Wikilivres
Bibliothèque de manuels pratiques
Wikiquote Wikiquote
Recueil de citations
Wikispecies Wikispecies
Inventaire du vivant
Wikiversité Wikiversité
Communauté pédagogique
Wikivoyage Wikivoyage
Guide de voyage
Commons Commons
Base de données multimédia
Wikidata Wikidata
Base de connaissances
Meta-Wiki Meta-Wiki
Site de coordination des projets