Le Mespris de la vie et consolation contre la mort/« Tu desires viellir, mais au jour langoureus »

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Mespris de la vie et consolation contre la mort
Le Mespris de la vie et consolation contre la mortNicolas de Moinge (p. 42).

XXXVI.


Tu desires viellir, mais au jour langoureus
Que tu auras attaint la viellesse impotente,
Encore du futur la saison differente
De vivre plus long tems te rendra desireus :

Tu n'auras du passé qu'un regret douloureus,
De l'instable avenir qu'une ennuieuse attente,
Et n'aura le present chose qui te contente,
Autant viel & grison, comme enfant mal heureus :

Tu fuis de mois en mois ton creancier à ferme,
Et si ne seras prest non plus au dernier terme
De payer qu'au premier, ains comme au-paravant

Tu requerras delay, mal-heureus Hypocrite
Quant il convient payer, il n'est que d'estre quitte
Celuy ne meurt trost tost qui meurt en bien vivant.