Œuvres complètes de Theophile (Jannet)/Les Nautonniers

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
LES NAUTONNIERS.


les Amours plus mignars à nos rames se lient,
Les Tritons à l’envy nous viennent caresser,
Les vents sont modérez, les vagues s’humilient
Par tous les lieux de l’onde où nous voulons passer.
Avec nostre dessein va le cours des estoilles,
L’orage ne faict point blesmir nos matelots,
Et jamais Alcion sans regarder nos voiles
Ne commit sa nichée à la mercy des flots.
Nostre Océan est doux comme les eaux d’Euphrate ;
Le Pactole, le Tage, est moins riche que luy,
Icy jamais nocher ne craignit le pirate,
Ny d’un calme trop long ne ressentit l’ennuy.
Sous un climat heureux, loin du bruit du tonnerre,
Nous passons à loisir nos jours délicieux,
Et là jamais nostre œil ne désira la terre,
Ny sans quelque desdain ne regarda les cieux.
Agréables beautez pour qui l’amour souspire,
Esprouvez avec nous un si joyeux destin.
Et nous dirons par tout qu’un si rare navire
Ne fut jamais chargé d’un si rare butin.