75%.png

Œuvres poétiques de Chénier/Moland, 1889/Eh bien, je le voulais

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Œuvres poétiques, Texte établi par Louis MolandGarnierVolume 1 (p. 259).

XL[1]


Eh bien ! je le voulais. J’aurais bien dû me croire !
Tant de fois à ses torts je cédai la victoire !
Je devais une fois du moins, pour la punir,
Tranquillement l’attendre et la laisser venir.
Non. Oubliant quels cris, quelle aigre impatience
Hier sut me contraindre à la fuite, au silence,
Ce matin, de mon cœur trop facile bonté !
Je veux la ramener sans blesser sa fierté ;
J’y vole ; contre moi je lui cherche une excuse.
Je viens lui pardonner, et c’est moi qu’elle accuse.
C’est moi qui suis injuste, ingrat, capricieux :
Je prends sur sa faiblesse un empire odieux.
Et sanglots et fureurs, injures menaçantes,
Et larmes, à couler toujours obéissantes ;
Et pour la paix il faut, loin d’avoir eu raison,
Confus et repentant, demander mon pardon.

  1. Éditions 1819.