75%.png

Œuvres poétiques de Chénier/Moland, 1889/J’ai vu sur d’autres yeux

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Œuvres poétiques, Texte établi par Louis MolandGarnierVolume 2 (p. 257-258).

II[1]


J’ai vu sur d’autres yeux, qu’amour faisait sourire,
Ses doux regards s’attendrir et pleurer,
Et du miel le plus doux que sa bouche respire
Un autre bouche s’enivrer.

Et quand sur mon visage, inquiet, tourmenté,
Une sueur involontaire
Exprimait le dépit de mon cœur agité,
Un coup d’œil caressant, furtivement jeté,
Tempérait dans mon sein cette souffrance amère.

Ah ! dans le fond de ses forêts,
Le ramier, déchiré de traits,
Gémit au moins sans se contraindre ;
Et le fugitif Actéon,
Percé par les traits d’Orion[2],
Peut l’accuser et peut se plaindre.

  1. Édition 1819.
  2. C’est-à-dire tout simplement : Et le fugitif cerf percé par le traits d’un chasseur.