75%.png

Œuvres poétiques de Chénier/Moland, 1889/Lorsqu’un amant qui pleure

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Œuvres poétiques, Texte établi par Louis MolandGarnierVolume 1 (p. 276).

LIX[1]


Lorsqu’un amant, qui pleure en vain près d’une belle,
La voit à ses rivaux également rebelle.
Il peut souffrir ; il peut, sans honte et sans éclats,
Partager des rigueurs qui ne l’outragent pas.
Mais à d’autres que lui s’il voit qu’elle est unie,
Son infortune alors lui semble ignominie ;
Et dans son cœur blessé gémissent en courroux
L’orgueil, l’amour : tous deux dieux sombres et jaloux.

  1. Éd. G. de Chénier.