75%.png

Œuvres poétiques de Chénier/Moland, 1889/Souffre un moment encore

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Œuvres poétiques, Texte établi par Louis MolandGarnierVolume 1 (p. 224-225).

XXV[1]


 
Souffre un moment encor ; tout n’est que changement ;
L’axe tourne, mon cœur ; souffre encore un moment.
La vie est-elle toute aux ennuis condamnée ?
L’hiver ne glace point tous les mois de l’année.
L’Eurus retient souvent ses bonds impétueux ;
Le fleuve, emprisonné dans des rocs tortueux,
Lutte, s’échappe, et va, par des pentes fleuries,
S’étendre mollement sur l’herbe des prairies.
C’est ainsi que, d’écueils et de vagues pressé,
Pour mieux goûter le calme, il faut avoir passé,
Des pénibles détroits d’une vie orageuse,
Dans une vie enfin plus douce et plus heureuse.
La Fortune, arrivant à pas inattendus
Frappe, et jette en vos mains mille dons imprévus :
On le dit. Sur mon seuil jamais cette volage
N’a mis le pied. Mais quoi ! son opulent passage,
Moi qui l’attends plongé dans un profond sommeil,

Viendra, sans que j’y pense, enrichir mon réveil.
Toi, qu’aidé de l’aimant plus sûr que les étoiles
Le nocher sur la mer poursuit à pleines voiles ;
Qui sais de ton palais, d’esclaves abondant,
De diamants, d’azur, d’émeraudes ardent,
Aux gouffres du Potose, aux antres de Golconde.
Tenir les rênes d’or qui gouvernent le monde,
Brillante déité ! tes riches favoris
Te fatiguent sans cesse et de vœux et de cris :
Peu satisfait le pauvre. Ô belle souveraine !
Peu ; seulement assez pour que, libre de chaîne,
Sur les bords où, malgré ses rides, ses revers,
Belle encor l’Italie attire l’univers,
Je puisse au sein des arts vivre et mourir tranquille !
C’est là que mes désirs m’ont promis un asile ;
C’est là qu’un plus beau ciel peut-être dans mes flancs
Éteindra les douleurs et les sables brûlants.
Là j’irai t’oublier, rire de ton absence ;
Là, dans un air plus pur respirer, en silence
Et nonchalant du terme où finiront mes jours,
La santé, le repos, les arts et les amours.

  1. Édition 1819.