75%.png

Œuvres poétiques de Chénier/Moland, 1889/Tout mortel se soulage

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search

Œuvres poétiques, Texte établi par Louis MolandGarnierVolume 1 (p. 259-260).

XLI[1]


Tout mortel se soulage à parler de ses maux.
Le suc que d’Amérique enfantent les roseaux

Tempère au moins un peu les breuvages d’absinthe.
Ainsi le fiel d’amour s’adoucit par la plainte ;
Soit que le jeune amant raconte son ennui
À quelque ami jadis agité comme lui ;
Soit que seul dans les bois, ses éloquentes peines
Ne s’adressent qu’aux vents, aux rochers, aux fontaines.

  1. Éditions 1819.