75%.png

Œuvres poétiques de Chénier/Moland, 1889/Triste chose que l’amour

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Œuvres poétiques, Texte établi par Louis MolandGarnierVolume 1 (p. 283).

LXXI[1]


Él. comm.

Triste chose que l’amour !… pour un moment de plaisir, des siècles de supplices… pourtant ces peines ne sont pas sans plaisir… Ah ! quand cesserai-je d’aimer… ! Oh ! que cette jeune fille que je vois tous les jours est belle Description… Ah ! malheureux ! j’ai beau fuir l’amour comme un esclave fugitif ou comme un taureau qui a secoué le joug, ou comme un cheval qui s’est enfui de l’étable… mais il sait me retrouver, et levant sur moi une branche de myrte dont il me menace en riant, il me donne de nouveaux fers, il soumet ma tête à un nouveau joug, il monte sur moi et me gouverne avec un nouveau frein qu’il rit de me voir mordre…


Mandit sub dentibus aurum…[2]

  1. Éd. G. de Chénier.
  2. Virgile, Énéide, liv. VII, v. 279.