Ah ! La Belle Escalade

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche




« Chanson de l’Escalade » (ou « Ah ! la belle Escalade » ), parue en 1793 à l’occasion de la fête de l’Escalade rétablie par le Gouvernement révolutionnaire à Genève ; elle est chantée sur l’air de la Carmagnole.[1]



1
Allons, citoyens, de grand cœur, (bis)
Réveillons ici notre ardeur, (bis)
Pour chanter les exploits
Des vaillants Genevois
Du temps de l’Escalade,
Savoyard, Savoyard,
Du temps de l’Escalade,
Savoyard, gard, gard.

2
Ce fut l’an mil six cent et deux, (bis)
Qu’on vit ces Savoyards furieux, (bis)
Dans l’ombre de la nuit
Violer notre réduit
Ah ! la belle Escalade,
Savoyard, Savoyard,
Ah ! la belle Escalade,
Savoyard, gard, gard.

3
Les plus hardis au pied du mur, (bis)
Croyaient déjà que d’un pied sûr, (bis)
Ils pouvaient tout tenter :
Mais en voulant monter,
Ah ! la belle Escalade,
Savoyard, Savoyard,
Ah ! la belle Escalade,
Savoyard, gard, gard.

4
Le Ciel qui veillait sur l’État, (bis)
Permit que d’un brave soldat (bis)
Un canon ajusté
Les fit tous culbuter.
Ah ! la belle Escalade,
Savoyard, Savoyard,
Ah ! la belle Escalade,
Savoyard, gard, gard.

5
Le pétardier un peu après, (bis)
Voulant s’avancer de trop près, (bis)
La coulisse, dit-on,
L’envoya chez Caron.
Ah ! la belle Escalade,
Savoyard, Savoyard,
Ah ! la belle Escalade,
Savoyard, gard, gard.

6
Une vieille au poing vigoureux (bis)
Prit sa marmite sur le feu (bis)
Sans attendre plus tard
Coiffa un Savoyard
Ah ! la belle Escalade,
Savoyard, Savoyard,
Ah ! la belle Escalade,
Savoyard, gard, gard.

7
Un jésuite très furieux, (bis)
Exhortait les moins valeureux, (bis)
Avec des passeports
À passer chez les morts.
Ah ! la belle Escalade,
Savoyard, Savoyard,
Ah ! la belle Escalade,
Savoyard, gard, gard.

8
L’alarme enfin se répandit, (bis)
Chacun d’un saut quitta son lit, (bis)
Et, lorsqu’ils combattaient,
Sans culotte ils étaient.
Ah ! la belle Escalade,
Savoyard, Savoyard,
Ah ! la belle Escalade,
Savoyard, gard, gard.

9
Pendant un bruit si étonnant, (bis)
Bèze dormait profondément, (bis)
Quand le jour fut venu,
Il les vit tous pendus.
Ah ! la belle Escalade,
Savoyard, Savoyard,
Ah ! la belle Escalade,
Savoyard, gard, gard.

10
Nous qui chantons d’un cœur joyeux, (bis)
La gloire de nos chers aïeux, (bis)
Cherchons à notre tour,
D’imiter leur amour.
Ah ! la belle Escalade,
Genevois, Genevois
Ah ! la belle Escalade,
Genevois, cette fois !

  1. Paroles extraites de « Recueil de l’Escalade », année 1950, recueil édité par la Compagnie de 1602. pp. 55 et suivantes.