La Chanson d’un gas qu’a mal tourné/Alcide Piédallu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Alcide Piédallu


Alcid’ vient d’ qu’ri du grand papier, pour vingt centimes,
Cheu l’épicier’ qu’en tient esprés à son sarvice.
Il ouv’er soun affér, son… dictiounnaire ed’ rimes
Et sauc’ sa pleum’ dans l’encr’!
                                            J’aurons bentout l’comice
Ou queuqu’ fête en l’hounneur des soldats d’souéxant’dix !

Pasqu’Alcid’ ne fait guér’ que su’ les cochons gras
Ou su’ les malheureux moblots d’l’Armée d’la Louére.
Les uns qu’on médailla, les aut’s qu’on médaill’ra,
Les uns qu’on fit tuer, les aut’s que l’on tuera…
Chacun son genre ! Alcid’ ne sait chanter qu’la glouère !

Le v’là parti… Les vers et les rimes s’épousent :
« Un, deux, troués, quat’, cinq, six, sept, huit, neuf, dix, onz’, douze !
Agriculture et préfectur’… France et Vaillance !… »


Si ses rim’s sont pas rich’s, rich’s, rich’s, a’ sont d’conv’nance,
Si ses vers n’ont pas d’aile, i’s ont ben douze pieds !
Douz’ pieds pour mieux sauter par-dessus vous souffrances,
Ô les tach’rons peineux d’la terre aux grous farmiers,
Et vous dont les carcass’s engraiss’nt les blés d’Coulmiers !

Pasqu’Alcide a du taq’te, et soun âme en est pleine :
I’ sait coumm’ ça les chouss qu’i’ faut dire et pas dire
Au bieau mitan d’cérémoni’s républicaines,
Quand l’Mair’ pouill’ soun habit et que l’Préfet douét v’ni’.

Bref, il a du mérite. I’ songe, il imagine…
Et ses vers, en tombant su’ l’papier d’l’épicière,
S’entass’nt coumm’ les lauriers d’la couronn’ qu’i’ va fère
Pour la race héroïque ou la race porcine.

Ren ne l’dérange ! Y a ben un p’tit rossignolet
Qu’a pas besoin d’affér’ pour tourner son couplet
Et qui chant’ su’ la f’nèt’e ouverte au ras du ciel :
— « Ta gueul’, moignieau !… T’es pas un chanteux officiel ! »

Y’a l’vent qui pouss’ la sienn’ dans la moisson biauc’ronne,
Et ça n’est pas la v’nu’ prochain’ du député

Qui l’met en train, pas pus qu’a’ ne l’frait s’arrêter.
— « Chant’, vent idiot !… » Alcid’ se fout d’quoué qu’tu chantonnes ;
Pour li la poési’, ça n’existe seul’ment
Qu’su’ l’devant des estrad’s, qu’au pied des monuments !

Y a ben itou queuqu’s bergerets aux champs, à c’tt’ heure,
Qu’ont un flutieau en poche avec eun’ garce au cœur :
… « De quoué, fére eun’ chanson, c’est ben malin, parguè !
Ô gué ! j’aime ma mi’ !… je l’aime ben, ô gué ! »
— Alcid’ n’en bourdit pas d’son travail et d’son calme :
C’est pas des r’frains coumm’ ça qui font avouer les palmes !

Alcid’ ne bourdit pas d’vant la Chanson d’la Vie…
Voui, mais v’là ses quat’ sous d’papier qui sont remplis,
Et dimanche el’ Préfet dira : « Très bien ! bravo ! »…
Ben ! si v’ét’s pas contents, vous autr’s, quouè don’ qu’vous faut ?