Alger - Système d’établissement à suivre

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Alger - Système d’établissement à suivre


ALGER




DU SYSTEME D'ETABLISSEMENT


A SUIVRE




Depuis la conquête, la possession d’Alger coûte annuellement à la France 30,000,000 fr. et occupe trente mille hommes.

Après la sécurité de la Méditerranée qu’on pouvait assurer à moindre prix, quels sont les fruits de tant de sacrifices ? — Pour le commerce, un débouché inférieur à celui qu’a offert la régence à certaines époques ; pour ce qu’on appelle la colonisation, la mise en culture de quelque centaine d’hectares, l’ouverture de quelques communications, compensées par la dévastation de valeurs très supérieures à celles que nous avons produites.

La marche que nous avons suivie jusqu’à ce jour conduit-elle à une réduction notable dans les dépenses ? — Une augmentation est tout aussi probable.

Conduit-elle, du moins, au développement d’avantages qui, dans un avenir même éloigné, assurent la compensation des charges du présent ? — Personne n’a entrepris de le soutenir.

Une guerre continentale éclatant, laisserions-nous en Afrique un corps d’armée qui, dans un cas donné, pourrait sauver l’indépendance de la France ? — Assurément non, et alors, tous les sacrifices antérieurs seraient à peu près perdus.

Après avoir posé ces questions, il semble qu’il n’y ait plus qu’à conclure à l’abandon de cette terre où les Romains firent prospérer une civilisation si féconde, et l’on s’étonne peu que de bons esprits, préoccupés des améliorations qu’on immobiliserait sur notre sol, avec ce que coûtent des résultats si mesquins et si éventuels, ne voient, dans la possession d’Alger, qu’un fardeau dont la France ne saurait trop tôt se dégager.

Mais si, en étudiant les mœurs, les intérêts, les vœux des populations indigènes, en contrôlant par leurs effets les règles de conduite suivies de 1504 à 1792 par les Espagnols à Oran, par les Français dans la province de Bône, de 1520 à 1794, par les Turcs, dans toute la régence, de 1516 à 1830, on venait à reconnaître que l’énormité des charges et la stérilité des résultats tiennent au système d’administration que nous avons pratiqué depuis quatre ans, au peu d’attention que nous avons accordé aux conditions dans lesquelles nous devons agir, à la fausse direction de nos vues ; s’il ressortait de l’examen des faits que près de la moitié de nos dépenses est employée à détériorer notre situation ; qu’à leur réduction semblent attachés nos succès ; qu’il est facile de ramener promptement à une balance équitable les frais et les avantages de la possession d’Alger, d’y entrer dans une voie progressive d’améliorations, alors la question changerait de face ; le problème sans solution qui agite les esprits s’éclaircirait, et toute la France en viendrait à considérer la possession d’Alger du même œil que nos populations du littoral de la Méditerranée. Leur enthousiasme pour cette grande et nationale entreprise est, comme on le verra plus loin, très éloigné d’être irréfléchi.

J’ai besoin d’excuser à mes propres yeux la témérité qui me porte à entreprendre cette tâche. Membre de la commission d’Afrique instituée par ordonnance du 12 décembre 1832, j’ai pu consulter beaucoup de documens ignorés du public : bientôt convaincu que toutes les questions relatives à notre établissement en Afrique étaient dominées par celle de l’établissement de nos relations avec les indigènes, j’ai cherché, avant tout, à m’instruire de l’état social de ceux-ci, et j’ai rencontré chez quelques-uns d’entre eux une étendue d’instruction, une justesse de vues bien faites pour me guérir de la présomption qui expose notre nation, vis-à-vis de l’étranger, à de si fâcheuses méprises. A mesure que je pénétrais dans cet ordre de faits, je comprenais comment les mêmes causes, bien comprises en Égypte, avaient concilié à Bonaparte et à Kléber la soumission des populations musulmanes, et, mal comprises à Alger, nous les avaient aliénées ; les vicissitudes de nos établissemens à l’extrémité orientale de la régence, de ceux des Espagnols à l’extrémité opposée, auparavant confuses et obscures, s’expliquaient d’elles-mêmes ; je me rendais enfin raison de la solidité de la domination des Turcs, campés avec huit mille hommes sur le sol de la régence, de l’incertitude et du rétrécissement de la nôtre. L’Arabe est comme son cheval : celui-là seul en tire parti qui sait comment il veut être conduit.

Le gouvernement de Charles X n’avait cherché dans la conquête d’Alger que l’ascendant politique qu’elle pouvait lui donner pour l’exécution de ses projets sur l’intérieur de la France, et, l’œil fixé sur ce résultat, sur l’appui qu’il se promettait du retour d’une armée victorieuse et dévouée, il n’avait rien arrêté, rien prévu sur l’avenir des deux cent trente lieues de côtes que la Providence venait de livrer à la France : on parlait de céder la régence au vice-roi d’Égypte, sans songer qu’il y a plus loin d’Alger au Caire que de Paris à Saint-Pétersbourg, et que les déserts de la Libye sont moins faciles à traverser que l’Allemagne. Toutefois, malgré des fautes militaires que réparèrent le courage et la patience de nos soldats, M. de Bourmont prit vis-à-vis du pays une attitude convenable. Il se souvint de Bonaparte annonçant aux peuples d’Égypte que son but était de les délivrer de la tyrannie des Mameloucks, et proclama que la France n’avait d’ennemis que les Turcs, qui exploitaient et opprimaient la régence ; qu’il venait détruire ce repaire d’aventuriers sortis de l’Albanie et de l’Asie mineure, qui formaient exclusivement la milice d’Alger, et constituer, dans l’intérêt de l’Europe et du pays, un gouvernement indigène. Ces espérances répandues portèrent leurs fruits la population maure releva la tête, et lorsque le château de l’Empereur eut sauté, se porta en masse à la Casbah, comme auparavant les janissaires. Le dey se soumit ; une capitulation fut conclue le 5 juillet. Elle garantissait aux habitans que leur religion, leurs mœurs, leurs propriétés, seraient respectées, et le lendemain l’armée entra dans la ville [1]. Ce fut sous ces auspices que le général Danremont fut envoyé à Oran au commencement d’août : il y arriva avec onze cents hommes, et y fut accueilli par les habitans avec un empressement dont son administration juste et modérée ne les fit pas repentir : son influence pénétra dans l’intérieur des terres ; les Turcs passèrent à notre service, et nous gardèrent Mostaganem et Mascara. Dans la province de Bône, l’avenir, protégé par les souvenirs du passé, ne promettait que succès faciles ; les populations n’avaient point oublié les avantages qu’elles avaient recueillis, malgré l’oppression des beys, de leurs relaxions avec les anciennes concessions françaises, et ce qui se passe aujourd’hui prouve combien il y avait peu à faire pour les attirer à nous.

Les espérances des premiers jours de la conquête s’évanouirent bientôt ; les Maures, les Arabes, témoignèrent, chacun à leur manière, des dispositions hostiles : notre autorité fut en décadence, et dans bien des circonstances nous fîmes regretter au pays l’administration des Turcs.

La justification de ces paroles ne serait que trop aisée : elles sont bien pâles auprès des enquêtes et des procès-verbaux de la commission d’Afrique. Mais mon intention n’est point de remuer des griefs qui ne sont propres qu’à éloigner la réconciliation entre la France et l’Afrique ; et quoique la justice et la politique nous indiquent bien des maux à réparer, j’aime mieux détourner les yeux et aborder, comme il aurait fallu le faire en 1830, les questions que j’ai commencé par poser.

Deux opinions extrêmes se sont jusqu’à présent nettement prononcées sur l’avenir d’Alger : l’une tend à l’abandon, l’autre à la colonisation. Quand nous aurons vu ce qu’il est possible et avantageux de faire en Afrique, la question d’abandon sera fort simplifiée et ne présentera plus qu’une seule face : occupons-nous d’abord de la colonisation.

Les partisans de la colonisation veulent former, dans l’ancienne régence, le plus solide et le plus étendu de tous les établissemens, celui que constitue l’exploitation agricole du sol : ils ont étudié celui de l’Afrique avec la même liberté d’esprit que s’il s’était agi de la Touraine ou du Languedoc : ils ont rappelé que Rome l’avait couvert de villes populeuses, de cultures florissantes ; ils ont extrait des registres des douanes le tableau des denrées exotiques que nous offrirait, à cinq à six jours de navigation de nos côtes, cette Afrique française, et ont démontré, par des exemples incontestés de la fécondité naturelle du pays, qu’on pouvait y faire prospérera, avec des bras libres, la plupart des cultures compromises dans les colonies à esclaves ; ils ont donné ce développement de richesse agricole pour base aux relations commerciales qui s’établiraient entre la régence et la France, et n’ont pas eu de peine à établir que notre navigation étant la plus chère de l’Europe, il faut combattre les concurrences en nous créant des relations dont le rapprochement laisse peu de place à cette cause d’infériorité.

De ces flatteuses espérances, aucune n’est complètement dépourvue de fondement, et l’on pourrait calculer le cours de leur réalisation progressive, si celle-ci devait s’opérer sur un sol vierge et libre comme l’était celui de l’Amérique : mais ce sol est occupé par des Arabes, des Kabaïls très décidés à en disputer la possession, et ce serait s’exposer à d’étranges mécomptes que de perdre de vue cette circonstance.

La condition du développement de la colonisation, telle que l’entendent les personnes qui ont inscrit ce mot sur leur bannière, c’est la transposition de la propriété des mains des détenteurs actuels à des mains civilisées, et cette transposition, il faut l’avouer nettement, c’est une révolution sociale complète, c’est la guerre la plus longue et la plus acharnée.

Cette considération émeut médiocrement de soi-disant colons qui prendraient, avec plus de justice, le titre de spéculateurs sur les terres. Ceux-ci, on les dit en majorité à Alger, n’ont acheté que pour revendre : grace à l’usage d’acquérir au prix du service de faibles rentes annuelles, ils n’ont presque pas engagé de capital, et des malheurs éloignés ne les menacent qu’assez indirectement ; pourvu qu’à une époque plus ou moins rapprochée, un moment de tranquillité vienne donner du prix à leurs terres, leur but est atteint. La plupart de ces terres sont situées au-delà des avant-postes ; la vérification des titres de propriété n’a pas été fort rigoureuse, et l’on se garde, pour cause, d’aller les visiter : mais, si un nombre suffisant de bataillons formait une ligne de postes au pied de l’Atlas, la sécurité qui en résulterait, si précaire qu’elle fût, s’exploiterait à grand profit ; la spéculation s’échaufferait, le jeu s’engagerait à la hausse, et il faudrait supposer la bourse d’Alger bien différente de celle de Paris pour croire les détenteurs actuels très vivement préoccupés des chances fâcheuses que courraient leurs successeurs.

Ce peu de mots explique la popularité dont jouissent, dans les cafés d’Alger, tous les plans qui tendent à étendre le cercle de nos avant-postes : on ne s’y enquiert point si la France ne payerait pas, en quelques mois, fort au-delà de toutes les plus-values qui pourraient se gagner, et peut-être ces lignes y seront, aux yeux de quelques-uns, un acte d’hostilité contre nos possessions d’Afrique.

Les véritables colons, ceux qui viennent immobiliser leurs capitaux en Alger, attacher, dans l’acception la plus étendue de ce mot, leur existence au succès d’entreprises agricoles, ceux-là doivent regarder de plus près aux conditions dans lesquelles ils se placent : il y va pour eux de la fortune et de la vie ; la France doit ne les livrer à aucune illusion, et ne leur promettre que ce qu’elle est assurée de pouvoir tenir toujours.

Les campagnes de la régence appartiennent à deux sortes d’habitans différons de langages, d’origines et de mœurs, les Kabaïls et les Arabes : ces populations ne se mêlent point ; la première est indigène ; c’est celle que les Romains refoulèrent dans les montagnes ; l’autre a pris la place de ces conquérans. Les Kabaïls habitent des maisons, les Arabes des tentes, et les rapports entre eux sont aussi éloignés, même dans leur manière de faire la guerre, que la vie nomade et pastorale des uns l’est de la vie sédentaire des autres : l’Arabe combat à cheval, le Kabaïl à pied. Ces divergences peuvent être très favorables à notre politique vis-à-vis de ces populations ; il n’y a aucune conséquence à en tirer par rapport à l’établissement agricole. Hors à Bougie, nous n’avons, jusqu’à présent, guère été en contact avec les Kabaïls, et personne, parmi les partisans les plus décidés de la colonisation, ne leur a encore envié les rudes contrées où ils se sont maintenus contre les Romains et les Arabes. Il y aurait aussi peu de profits que de motifs à cette guerre contre une population belliqueuse qui, inexpugnable derrière ses rochers, n’aura pas la moindre envie, lorsqu’elle sera une fois rassurée sur nos vues, de venir nous disputer les positions qu’il peut nous être avantageux d’occuper sur les côtes et dans les plaines.

La colonisation ne peut donc convoiter que les plaines possédées par les Arabes. Quoique nombreuses, les notions que nous avons recueillies sur l’institution de la propriété parmi ces peuples ne sauraient être complètes, et ce que nous en savons reproduit la confusion qui existe dans les choses. Dans la plaine mène de la Mitidja, aux portes d’Alger, ce qu’on appelle ferme n’a point de limites fixes, et l’étendue n’a d’autre désignation que le nombre de paires de bœufs nécessaire à sa culture. En général, la propriété a ce caractère de communauté municipale que lui a imprimé la domination romaine dans toutes les îles de la Méditerranée : un canton appartient à une tribu, et tout membre de celle-ci a la faculté d’y cultiver chaque armée une place qu’il abandonne après la récolte pour être, au bout de quelques années de repos, ensemencée au même titre par un autre : tout le reste du terrain est destiné à la pâture des troupeaux communs. L’incertitude des limites, les besoins des troupeaux, l’état des pâturages, ne peuvent manquer d’être l’occasion de fréquens démêlés entre les tribus voisines. Pendant que les récoltes sont sur pied, la diplomatie les résout ou plutôt les ajourne : mais, vers le mois de septembre, la saison de la guerre s’ouvre pour l’Arabe, comme pour nous celle de la chasse. Ces alternatives des méditations de la vie pastorale et des agitations de la guerre ont développé à un haut degré ses facultés : il n’oublie rien, surtout les injures ; son point d’honneur ne consiste pas, comme le nôtre, à braver le danger, mais à l’éviter, à le faire retomber tout entier sur son ennemi, et ses luttes de tous les jours lui ont rendu familières toutes les ressources de la tactique la mieux appropriée au pays. La population arabe a pris tout le développement que comporte la quantité de subsistances que peuvent produire les terres avec le régime d’exploitation auquel elles sont soumises. Les enlever aux nomades, soit par la force, soit par des traités, c’est refouler les tribus les unes sur les autres. Si celle dont nous aurions pris la place cherchait à s’en faire une entre les tribus qui se sentiraient menacées par nous du même avenir, elle trouverait celles-ci coalisées pour la repousser, et n’aurait de ressource que de se mettre à leur service pour faire une guerre d’extermination à l’ennemi commun : il n’est pas douteux que nos soldats ne continssent avec une patience héroïque ces combats sans gloire, mais il ne faut pas perdre de vue que c’est pour des travaux agricoles, et non pas pour des bulletins, que nous cherchons en ce moment un champ.

De toutes les entreprises auxquelles peut se livrer l’homme, il n’en est point qui exige plus de sécurité, plus d’avenir, que les entreprises agricoles. Le capital une fois engagé ne peut plus être retiré ; il est immobilisé comme le sol même auquel il est affecté, et, pour l’anéantir, il suffit d’une interruption de travaux : quant au revenu, les fruits du labeur de toute une année peuvent s’évanouir en une heure. Que serait-ce donc que des troupeaux, des récoltes, perpétuellement exposés à l’ennemi le plus agile, le plus implacable, le plus habile à dissimuler ses attaques et sa retraite ? Le pied de l’Atlas fût-il garni de troupes, qui voudrait aller exposer des capitaux sur la foi qu’un officier ne pourra pas être négligent ou un caporal ivre un seul jour ? Quand une telle assurance serait donnée, ce ne serait rien encore ; l’existence des cultures serait subordonnée à des évènemens sur lesquels le gouvernement local n’aurait aucune espèce d’action. Vingt évènemens peuvent susciter en Europe une telle guerre que la France devrait, sans hésitation, retirer d’Afrique une notable partie de ses troupes, et n’y laisser que ce qui sera strictement nécessaire à la défense des côtes. Que deviendraient alors les fermes de la Mitidja ? Elles disparaîtraient en une semaine, et les garnisons elles-mêmes se verraient assiégées par terre et par mer. Dans un système différent, que nous examinerons bientôt, nous aurions les indigènes pour auxiliaires contre les ennemis du dehors.

Le bénéfice des entreprises agricoles les mieux conduites est trop limité pour de pareilles chances, et l’esprit aventureux dont il faut être doué pour les courir est exclusif des habitudes d’ordre, d’économie, de prévoyance, qui, dans la carrière de la culture, sont la condition du succès.

Un illustre maréchal, pour la personne duquel je suis plein de respect et d’affection, dont les opinions exercent d’ordinaire une grande influence sur les miennes, ne s’est point arrêté devant ces considérations et s’est montré favorable à l’établissement d’une ligne de postes militaires qui partant, à l’est d’Alger, de l’Aratch, passant à Belida et regagnant la mer en arrière du Mazafran et de Coléah, embrasserait dans son contour une étendue d’environ cent quartorze lieues carrées. On a déjà objecté contre ce projet que chaque hectolitre de grain qui croîtrait de la sorte à l’abri des baïonnettes, coûterait à la métropole dix fois ce qu’il rapporterait à son propriétaire ; on aurait pu demander encore où sont les cinquante-quatre mille ames et les cinquante-quatre millions de capitaux disposés à courir, pour mettre en culture ces cent quatre-vingt mille hectares, des chances dont nous n’avons indiqué qu’une partie. Hors de circonstances exceptionnelles très différentes de celles où se trouve la régence, rien ne se développe si lentement que les colonies agricoles. Les preuves n’en sont pas bien loin d’Alger. Au moment où l’on faisait le plus de bruit de la colonisation,.au mois de juillet 1833, la culture des villages de Kouba et de Dely-Ibrahim, où l’on comptait trois cent vingt colons, s’étendait sur quarante-neuf hectares. Le plateau de Boudjaréah, qui comprend les quinze lieues carrées les plus salubres et les plus voisines d’Alger, jouit d’une tranquillité parfaite ; ce n’est point à l’expulsion des tribus d’Arabes que nous en devons la paisible possession, mais à l’émigration des Turcs et des habitans de la ville qui en étaient propriétaires : là les acquisitions peuvent se faire en sûreté ; il n’y a ni marais pestilentiels à dessécher, ni tribus armées à combattre ; quelques postes, en relations journalières avec Alger, des routes déjà tracées, assurent la sécurité et la commodité des relations ; l’étendue des terrains fertiles est considérable, et cependant après cinq ans sur les 25,000 hectares du plateau, 150 à peine sont cultivés. La terre ne manque donc point aux colons, mais les colons à la terre, et rien n’est plus vain, pour le moment, que le système de colonisation ; les essais de culture que nous voudrions projeter au loin dans la plaine n’auraient d’autre effet que de multiplier à l’excès les dépenses et les difficultés, et s’opiniâtrer à des combinaisons dans lesquelles les avantages sont si inférieurs aux charges, c’est en réalité vouloir dégoûter la France de ses possessions d’Afrique et travailler à leur abandon.

On voit donc que la colonisation indéfinie présente peu d’avantages, coûterait énormément et est à peu près impossible, du moins aujourd’hui. C’est dans un autre ordre de faits et d’idées qu’est placé le système à suivre.

Les Turcs étaient pour les Arabes et les Kabaïls des maîtres et des ennemis. Leur force, dans la régence, n’était pas de plus de huit mille hommes, aidés d’autant de Colouglis ; et, s’ils n’avaient eu affaire qu’aux indigènes contre lesquels nous nous tenons sur la défensive avec trente mille hommes, rien n’était mieux assuré que la continuité de leur domination, déjà ancienne de trois siècles. Ce résultat était bien moins dû à une communauté de croyances, dont l’avantage peut être compensé, qu’à une politique qu’il nous serait facile d’imiter, que les Anglais observent dans l’Inde, que Bonaparte s’appropria instinctivement en mettant le pied sur le sol de l’Égypte.

Le principe de cette politique était simple : A NOUS LES VILLES ET LA MER ! A VOUS LES CAMPAGNES ! avaient dit les Turcs aux Arabes. Nous nous réservons ce dont vous ne voulez pas, et, sauf le tribut qui est objet de religion, nous nous interdisons de vous troubler dans vos campagnes où nous n’avons que faire. Nous n’interviendrons entre vous que pour régler vos débats et protéger les caravanes. De la sorte, il n’existera entre nous aucun sujet de collision, et la paix sera le résultat naturel de la divergence de nos directions.

Les Anglais ont agi de même dans l’Inde. Soigneux de ménager les coutumes, les préjugés des indigènes, ils ont évité, vis-à-vis d’eux, tout contact étranger aux opérations commerciales qui rapprochent les hommes sans les mêler. De nombreux froissemens auraient été la conséquence inévitable de l’installation des Européens au milieu des Indiens, et, engagé malgré soi dans, les querelles des nationaux, rendu suspect aux indigènes, le gouvernement aurait vu l’efficacité de son action politique sur ceux-ci s’énerver au milieu de ces complications. La faculté de devenir propriétaire a été circonscrite, pour les Anglais, dans des limites fort rapprochées de l’enceinte des villes principales qu’ils occupent. Pour mieux diriger le pays, on a religieusement conservé tous les ressorts de son organisation sociale et politique, et l’on s’est restreint à son exploitation commerciale. Les effets ont prouvé que c’était le moyen d’obtenir la plus grande somme d’avantages possible, que tout le reste n’était que complications et difficultés.

Avant de montrer comment la réduction de nos dépenses, l’abaissement des obstacles que nous rencontrons en Afrique, la réalisation des avantages qui, jusqu’à présent, ont fui devant nous, sont attachés à l’adoption d’un système analogue, qu’il me soit permis d’invoquer en sa faveur l’expérience trop dédaignée de nos anciens établissemens dans ces mêmes contrées.

Tout le monde ne sait pas qu’ils ont précédé, dans la province de Bône, celui des Turcs : leur première origine remonte à 1520. Les concessions françaises ont duré 274 ans, et se sont étendues de Tabarka à Collo, sur un développement de soixante lieues de côtes. L’histoire des vicissitudes qu’elles ont subies, éparse dans les archives de la marine et des affaires étrangères, renferme l’explication de nos mécomptes d’aujourd’hui, et le secret des prospérités dont nos pères furent quelquefois témoins.

Dans ces vicissitudes, deux alternatives sont bien distinctes l’une, toute de combats, de pertes et de désastres pour la France, ne manque pas de se produire quand la haute direction des affaires est dans les mains de grands seigneurs ou de commandans militaires ; l’autre, de paix, d’influence réelle dans le pays, apparaît lorsque c’est le commerce qui traite et qui administre.

A la fin du XVIe siècle, les Barbaresques chassent du bastion de France le comte d’Argencourt ; en 1619, d’horribles cruautés sont exercées, sur les provocations de cet officier, par les Barbaresques envers nos compatriotes, et, en représailles, un Chiaoux et quatre-vingts Algériens sont massacrés à Marseille : en 1624, un combat, engagé par une galère de Malte, arrête le rétablissement des relations commerciales ; en 1637, Maertis, envoyé à Alger avec une escadre pour y négocier, tire, en partant, sur la ville ; la population, voisine du bastion de France, se soulève, le prend, massacre et réduit en esclavage tout ce qui s’y trouve de Français ; en 1664, le duc de Beaufort dirige sur Gigeri une expédition aussi bien motivée que celle que nous avons récemment faite sur Bougie, et obtient pour résultat l’anéantissement d’un commerce considérable que les Français et les Génois faisaient sur cette côte. Les plus hautes folies, les plus grands obstacles à notre établissement, l’excitation aux haines les plus implacables entre les indigènes et nous, appartiennent à la période où le duc de Guise était titulaire des concessions ; c’était un colonisateur comme quelques-uns l’entendent. Voilà la part du système de guerre.

Sous François Ier, la pêche du corail s’établit et se développe sous Charles IX, Sélim Il fait concession à Thomas Lanches, négociant à Marseille, des places, ports et lièvres de Malfacarel, la Calle, Collo, le cap Rozes, Bône ; en 1560, les indigènes et le sultan laissent élever le bastion de France à six lieues O. de Bône ; de 1624 à 1633, Sanson Napoléon, négociant et guerrier, rétablit tout ce qu’avait perdu le duc de Guise ; en 1638, Coquille et Th. Piquet, négocians aimés dans le pays, réparent le désastre de l’année précédente ; en 1694, « Pierre Hély et sa compagnie, nommée et avouée par l’empereur de France pour la pêche du corail et autres négoces, sont déclarés propriétaires incommutables des places dites le bastion de France, la Calle, le cap Negro, Bône, et autres dépendances. Il est défendu à toutes les habitans de ces côtes de vendre à d’autres qu’au dit Hély et à sa compagnie, les laines, cuirs, cire et autres marchandises. Il est convenu qu’en cas de guerre il ne pourra être inquiété, mais qu’au contraire il sera maintenu dans la paisible possession desdites places, dans lesquelles il est défendu à tout autre négociant d’aller et de commercer sans le consentement dudit Hély, qui, de son côté, s’engage à payer annuellement au divan 34,000 roubies d’or (environ 105,000 francs). » Ce sont les termes du traité, et ils sont reproduits dans les traités de 1714, 1731, 1768, 1790. Pendant les disettes de 1703 à 1709, les concessions expédient annuellement en France 160,000 hectolitres de blé. En 1716, des querelles s’élèvent entre la régence et la France ; le dey nous déclare la guerre. La milice se transporte au palais : « Sans l’argent que les concessions françaises, dit-elle au dey, répandent autour de Bône, la province ne pourrait pas payer les tributs sur lesquels est assise notre solde. Avant de commencer une guerre, dont la ruine de ces établissemens serait la conséquence inévitable, tu vas donc nous prouver que tu n’as pas besoin, pour payer les janissaires, des tributs de la province de Bône. » La milice d’Alger ne professait point nos principes constitutionnels sur l’inviolabilité du prince, et, soit que tout le revenu de Bône fût nécessaire à la balance de ses comptes, soit qu’il se souvînt de Duquesne, ou qu’il craignît les conséquences de sa responsabilité, le dey renonça à ses projets contre nous ; mais il avait fait des préparatifs, et pour qu’ils ne fussent pas perdus, il déclara la guerre à la Hollande, ce qui fut approuvé de tout le monde. Après diverses alternatives pénibles, dont la plupart résultent de la situation politique de la France ou de mesures prises par son gouvernement, les concessions sont placées, en 1741, sous la direction d’une Compagnie d’Afrique qui se constitue à Marseille, avec un capital de 1,200,000 livres. Elles arrivent ainsi, en donnant des bénéfices souvent considérables, à l’année 1794, où la Convention fait verser au trésor public 2,048,248 livres provenant de la liquidation du fonds social de la compagnie [2]. Celle-ci, à l’époque d’une suppression dont les causes étaient si étrangères à l’Afrique, exerçait une grande influence sur le pays : le provençal était devenu la langue des tribus voisines ; de grands troupeaux, de belles cultures, appartenant à des Français, étaient devenues le sceau de la paix, fondée sur les relations commerciales ; et pour maintenir ces mêmes populations contre lesquelles il faut aujourd’hui des armées, pour défendre ces magasins, ces troupeaux, ces cultures, quelles étaient les forces de la compagnie ? la garnison de la Calle, composée de cinquante hommes, commandés par un capitaine, et munis de six pièces de canon de quatre qui n’ont jamais fait feu.

Voilà les résultats du système de paix.

S’il fallait le recommander par un autre contraste, il suffirait de rappeler l’occupation d’Oran par les Espagnols, contemporaine des concessions. Ferdinand-le-Catholique s’empare, en 1504, du fort de Mers-el-Kebir ; en 1509, d’Oran même. En 1708, pendant la guerre de la succession, les Maures chassent les Espagnols. En 1732, Philippe V fait partir de Carthagène une flotte de douze vaisseaux, deux frégates, trente-neuf bâtimens légers, et cinq cents transports chargés de vingt-cinq mille hommes d’infanterie, et trois mille de cavalerie ; Oran est reprise au bout d’un mois : l’Espagne l’entoure des fortifications que nous occupons, et qui coûteraient, au prix où sont aujourd’hui les choses, 58,000,000 de francs. Les Espagnols, qui ne voulaient que soumettre les infidèles, occupent soixante ans la place avec une garnison de trois mille hommes et sans pouvoir en sortir autrement qu’avec un bataillon : las enfin de ce métier de dupe, ils la remettent eu 1792 aux Algériens par un traité.

Il est pénible d’avouer que, depuis 1830, nous avons plus souvent imité les Espagnols d’Oran que les Français de Bône ; le budget et la loi des comptes sont là pour le constater. Après quarante ans, nous ressentons encore l’influence de ces systèmes opposés ; les souvenirs de l’occupation espagnole nous ont donné à Oran une guerre acharnée, et nous devons à ceux des concessions d’Afrique, les dispositions pacifiques que nous avons pu cultiver à Bône.

La régence d’Alger politiquement dominée, pendant trois siècles, par huit mille Turcs et par un dey, dont le revenu n’atteignait pas, dans les derniers temps, 2,500,000 fr. ; une province entière maintenue en paix, durant cinquante-quatre ans, par une compagnie d’étrangers dont cinquante soldats formaient toute la force militaire ; ces deux puissances, en apparence si frêles, ne pouvant être arrachées du pays, l’une, que par la brutalité de la Convention, l’autre que par l’effort des armes de la France, tout cela renferme d’assez hautes leçons sur le système à suivre à Alger. La destinée des Espagnols à Oran nous indique les écueils à éviter ; en un mot, l’histoire du passé, l’expérience du présent, tout nous crie que nous ne saurions nous approprier l’Afrique et la civiliser que par le concours de l’organisation politique des Turcs, et du développement des relations commerciales.

Les Turcs, dit-on, avaient sur nous un immense avantage. La communauté de croyances leur attachait les indigènes par le plus puissant de tous les liens, tandis que la loi des populations musulmanes leur prescrit de ne voir en nous que des ennemis. Il ne faut pas plus s’exagérer la gravité de l’obstacle qu’il ne faut se la dissimuler.

D’une part, la religion n’a jamais empêché les sectateurs de Mahomet, ni de se faire la guerre entre eux, ni de contracter des alliances profitables avec ceux qu’ils traitaient d’infidèles. L’espace de 1792 à 1830 est occupé par de fréquentes alternatives de trêves et de combats entre les Arabes du beylick d’Oran et les Turcs, et les Maures se déclarent pour nous, en 1830, à notre entrée à Alger et à Bône. En 1820, la population de Collo chasse les janissaires, se déclare indépendante, puis redemande au dey une garnison, afin de rappeler chez elle le commerce français, que ses troubles en avaient éloigné ; en 1831, les habitans de Bougie nous demandent un consul ; cette même année M. Despointes, commandant le brick l’Alcyone, est choisi pour arbitre dans les querelles des tribus voisines d’Arzew.

D’une autre part, les mahométans, avec leurs idées de prédestination, se résignent loyalement devant la force ; nous n’avons pas de soldats plus dévoués que les Turcs entrés à notre service. Les Arabes se contenteraient de tolérance pour leur religion, et le respect que nous lui témoignerions leur inspirerait une profonde reconnaissance : l’attitude des populations musulmanes soumises à la Russie témoigne ce que nous pourrions à cet égard attendre des nôtres. Mais ce ne serait point assez, et il faut faire concourir à la consolidation de notre établissement tous les préjugés comme tous les intérêts du pays.

C’est pour les musulmans un point de dogme que le califat est l’empire de la terre. Le sultan prend le titre de distributeur des couronnes, et les Kabaïls de l’Atlas, les Arabes des plaines, sont sincèrement convaincus que si nous possédons Paris et Marseille, c’est qu’il nous en a fait don. Tant qu’Alger ne nous aura pas été concédé par lui [3], une politique ennemie pourra, dans un moment de crise, soulever contre nous le fanatisme religieux des indigènes. Le cardinal de Lorraine et Richelieu, qui, les premiers, dirigèrent leurs vues politiques vers les côtés de la régence, ne laissèrent pas une arme si dangereuse à la disposition de nos ennemis, et en 1624, le grand cardinal fit ratifier par Amurat IV la concession de Selim II. C’est ainsi que notre établissement a été légitimé aux yeux des habitats de la province de Bône, et qu’il n’a jamais été compromis que momentanément et par notre faute. Un traité plus étendu ne serait sans doute pas impossible à conclure aujourd’hui : nos armes n’ont enlevé au sultan que le plaisir assez innocent de garnir, sur l’almanach de sa cour, son pachalick d’Alger du nom d’un dey sur le choix duquel il n’avait pas la moindre action, et il serait facile d’intéresser ses sentiments religieux à la régularisation de notre possession. En effet, les biens habous et ana [4] sont nombreux dans la régence, et la Mecque est aujourd’hui privée d’une partie de ses revenus : on pourrait, au prix de la reconnaissance de notre possession, se charger de régulariser la perception des rentes des établissemens pieux, et par cette convention, le paiement du tribut entre nos mains deviendrait pour les Arabes une prescription de la religion qui le leur défend aujourd’hui. Ceci est très important dans un pays où la loi politique est une avec la loi religieuse, et où le paiement du tribut constitue la reconnaissance de la souveraineté.

Cette difficulté capitale levée, notre position deviendra infiniment meilleure que celle des Turcs. Les indigènes n’avaient que des raisons de s’éloigner de ceux-ci ; ils n’en auraient que de se rapprocher de nous. Le lucre est aussi un dieu pour les Arabes ; ils ne recevraient un écu que par nous, maîtres, par la mer, de tous les débouchés : nous appellerions le commerce dans les rades inhospitalières d’où il ne partait autrefois que des forbans ; chaque bâtiment qui viendrait y mouiller établirait un point de contact entre l’Europe et les habitans de l’intérieur, et bientôt les conséquences d’une guerre maritime devenant à ceux-ci aussi dommageables qu’à nous, leur en ferait considérer l’auteur comme un ennemi. Quand notre civilisation se serait substituée, dans l’administration du pays, à la barbarie rétrograde des Turcs, l’intelligence rapide et l’esprit perfectible des Arabes iraient au-devant de toutes les mesures que nous prendrions dans leur intérêt et dans le nôtre.

La réduction considérable que l’adoption de ce système permettrait d’opérer sur les vingt-huit mille hommes de troupes que nous entretenons à Alger [5] ferait évanouir les plus vives animosités sur Lesquelles se fonde la nécessité de leur présence. Nous n’avons pas eu le bon sens des Romains, qui se gardaient d’aller disputer aux Peuples conquis leurs demeures et bâtissaient la ville romaine à ôté de la ville barbare : nous avions promis de respecter la religion, et nous avons établi nos manutentions dans les mosquées ; la propriété, et nos dévastations n’ont épargné ni une maison dans la ville, ni un jardin à l’entour ; les mœurs, et nous avons accablé de logemens militaires un peuple chez lequel l’appartement de la fille mariée est sacré pour le père. Ces violations de la capitulation, excusées, si l’on veut, par une déplorable nécessité, n’en ont pas moins eu pour effet de faire penser aux Arabes des campagnes, informés des souffrances de leurs coreligionnaires des villes, qu’il valait mieux être ennemis des Français que leurs amis et leurs voisins. Cet encombrement est aussi fâcheux pour l’armée que pour les habitans, et la cessation de cet état de choses est peut-être la première condition de l’efficacité de l’administration, du développement de la culture et du commerce, comme l’est aussi celle d’une réforme économique dans les dépenses de la régence. Celles-ci devraient bientôt descendre, au grand avantage de l’Afrique et de la France, au dessous de quinze millions. Les avantages de l’occupation balanceraient alors, aux yeux de ses adversaires les plus décidés, les charges qu’elle imposerait à la France : pour convaincre ceux-ci, il ne serait pas nécessaire de recourir aux promesses d’un avenir désormais assuré ; il suffirait, on va le voir, des faits actuellement accomplis.

S’il ne faut pas attribuer exclusivement à la conquête d’Alger le mouvement qui s’opère de nos jours dans la Méditerranée, personne ne saurait nier qu’elle n’en soit la cause capitale. Il existe une mesure authentique, irrécusable, de ce mouvement ; c’est le relevé du tonnage de nos ports dans cette mer. En voici le tableau, à partir de 1825, déduction faite de la pêche et du cabotage, qui, exclusivement réservés à la marine nationale, n’ont pas pu être sensiblement affectés par les évènemens que nous avons à considérer.


1825 548,229 Tonneaux.
1826 541,962
1827 556,455
1828 572,322
1829 506,469
1830 620,226
1831 610,531
1832 826,856
1833 689,708
1834 [6].

La moyenne des cinq années qui ont précédé celle de l’expédition d’Alger est de 545,087 tonneaux : celle de 1832 et 1833, où les fruits de la sécurité assurée, en 1830, ont pu se recueillir, est de 708,272 tonneaux. L’augmentation est de 163,185 tonneaux, ou de 28 pour 100. Si elle était due à des causes générales, elle se serait infailliblement reproduite dans le tonnage de l’Océan : trois grands fleuves, la Garonne, la Loire, la Seine, se jettent dans cette mer ; elle sert de véhicule aux approvisionnemens et aux exportations de la capitale et de nos départemens les plus industrieux, elle baigne à la fois les plus riches provinces de la France et les contrées les plus commerçantes, du monde : Cependant la circulation n’y a pas suivi l’essor pris dans la Méditerranée, le relevé suivant du tonnage en fait foi


1825 950,927 Tonneaux.
1826- 1,145,910
1827 1,058,568
1828 1,089,262
1829 1,145,025
1830 1,018,307
1831 875,113
1832 1,096,859
1833 1,074,052

Le rapprochement que nous faisions tout-à-l’heure sur la Méditerranée conduit ici à un résultat bien différent. La moyenne des cinq années de 1825 à 1829, est de 1,077,496 tonneaux : celle de 1832 et 1833 est de 1,084,995 tonneaux ; au lieu d’un progrès de 165,000 tonneaux, nous n’avons ici qu’une augmentation insignifiante de 7,499 tonneaux ; c’est moins de trois quarts pour cent.

Il faut donc reconnaître la puissance des évènemens qui se sont accomplis dans la Méditerranée : on peut revendiquer pour l’établissement d’un gouvernement régulier en Égypte, pour la libération de la Grèce et la pacification de l’Archipel, une part dans ces résultats ; mais les effets spéciaux de la conquête d’Alger se manifestent suffisamment par les époques où le progrès devient le plus rapide : il est d’ailleurs sensible qu’exclusive de la sécurité de la Méditerranée, l’existence de la puissance barbaresque devait y comprimer l’essor de la navigation.

Quoique les états de tonnage ne comprennent pas les bâtimens de guerre, qu’il ne soit ici question que de la marine marchande, il n’y aurait pas à se prévaloir beaucoup d’un accroissement de circulation fondé sur des relations dont nous paierions chèrement l’entretien : ce qu’il importe de constater, c’est le développement des échanges. A cet égard, les perceptions des douanes prouvent, encore mieux que l’activité de la navigation, que, depuis la conquête d’Alger, une prospérité très réelle s’asseoit, pour nos départemens du midi, sur des bases très solides. Pendant les dix années que nous avons considérées tout-à4heure, les douanes ont rendu :


Océan. Méditerranée.
1825 49,607,305 fr. 20,715,545, fr.
1826 58,902,912 22,625,754
1827 53,525,654 21,967,679
1828 60,156,595 25,824,570
1829 60,662,248 22,095,789
1830 56,944,249 24,105,791
1831 55,419,151 24,076,559
1832 58,137,370 29,750,045
1833 55,495,842 28,590,088
1834 50,512,250 28,267,580

Pour conserver les mêmes termes de comparaison que par rapport au tonnage, la moyenne du produit des douanes pendant les cinq années qui ont précédé celle de l’expédition d’Alger est dans


l’Océan La Méditerranée
de 56,548,902 fr ; 22,644,987
celles des années 1832, 33 et 34 est, en comptant pour l’Océan, à cause de l’entrepôt de Paris, la dernière, comme égale à la précédente [7], de 56,375,018 28,862,570
Tandis que l’Océan n’éprouve une diminution de 173,884
Une augmentation de 6,217,583

se manifeste dans la Méditerranée ; elle est de 27 et demi pour cent, sensiblement égale à celle du tonnage.

Cet accroissement dans le revenu de l’état fait plus que compenser l’excédant de dépenses que nous cause l’entretien en Afrique de troupes que nous aurions en Europe et de plus, ces 6,000,000 fr. dont les produits de douanes se sont augmentés correspondent à un mouvement de 60 à 70,000,000 fr. de marchandises, dont moitié environ produites par l’industrie nationale. A ne considérer que la question de finances et d`intérêts matériels, nous sommes donc, dès à présent, en possession d’avantages dont la réalité peut diminuer nos regrets de ne les avoir pas acquis à meilleur marché, et dans la nature desquels il est de se consolider et de s’accroître par l’effet même du système auquel nous devrons la réduction de nos dépenses.

D’autres compensations se placent, d’ailleurs, en regard de celles-ci. Les inquiétudes que donnaient, après la révolution de juillet, les dispositions de quelques parties du midi de la France sont encore présentes à nos esprits : les réactions provoquées par les souvenirs de 1815, les regrets des uns, les exigences passionnées des autres, pouvaient faire éclater, au milieu des populations, une.guerre civile qui eût été le signal de l’invasion étrangère ; mais les regards se tournèrent du côté de l’Afrique, les imaginations escomptèrent, en les exagérant, les avantages de l’ère nouvelle qui s’ouvrait pour la Méditerranée, et la prospérité de Marseille, cette métropole du midi, répondit de la tranquillité des départemens appelés à la partager. Paris même, dont les agitations ébranlent toute la France, Paris a peut-être dû à la possession d’Alger d’éviter de grands malheurs. Dans les mois de janvier et février 1831, environ quatre mille cinq cents hommes de sa population la plus audacieuse et la plus turbulente ont été dirigés sur l’Afrique [8] : faute de pouvoir leur donner d’autre emploi, on en a formé le 67e de ligne. Ces Parisiens, soustraits aux mauvaises suggestions de l’oisiveté, de la misère, ces soldats enlevés à l’émeute, ont sauvé leur division dans la retraite de Médéah, et ne se sont pas montrés moins humains qu’intrépides à arracher des victimes aux désastreuses tempêtes de février dernier : ils ont tourné contre les Arabes un courage qui pouvait s’égarer dans les discordes civiles, et accru la gloire de leur pays lorsqu’ils l’auraient peut-être ensanglanté au cloître Saint-Méry. Aucun homme d’état ne voudrait, assurément, acheter au prix de pareilles chances l’économie que nous aurions pu faire sur l’occupation d’Alger.

L’évacuation de la régence compromettrait, on le voit, des intérêts dignes de ménagement, et elle ne nous permettrait pas de réduire, comme on l’a prétendu, l’effectif de notre armée des 30,000 hommes que nous y entretenons. Le pied de paix se règle, non sur les exigences très limitées de la police intérieure, mais sur le besoin d’instruire et d’exercer le nombre de combattans nécessaires pour former, en cas de guerre, le fonds de l’armée : si cette instruction s’acquiert mieux en Afrique que dans les garnisons de nos places, le séjour de nos troupes n’y est pas tout-à-fait perdu. Les considérations d’économie ne s’appliquent donc guère au temps de paix, c’est-à-dire, dans l’état actuel de l’Europe, à neuf années au moins sur dix. Quant aux temps de guerre, notre établissement en Afrique fournit à plusieurs puissances, et notamment à l’Espagne et à l’Italie, de nouvelles raisons de tenir à notre amitié : peu de mots suffiront à montrer que, sous ce point de vue, les dépenses militaires que nous ferions à Alger sont de celles qui éloignent la guerre ou préparent la paix.

De 1509 à 1708 et de 1732 à 1792, l’Espagne a dépensé à Oran des sommes énormes en fortifications, et, malgré le peu de parti qu’elle a su tirer de cette possession, ce n’est pas sans raison qu’elle y attachait un si grand prix. En effet, ce port est à quarante lieues de Carthagène ; c’est la meilleure station du cap Bon à l’Océan ; des rades de Mers et Kebir et d’Arzew, on peut se porter, en une journée, sur les côtes d’Andalousie et de Murcie et intercepter, aussi bien que de Gibraltar, le cabotage espagnol. Si l’Espagne nous était hostile, les inquiétudes que nous lui donnerions d’Oran retiendraient, pour la défense de ses provinces méridionales, une partie des forces qu’elle serait tentée de porter sur les Pyrénées [9]. D’un autre côté, quand le commerce aura repris son cours dans le beylick d’Oran, le plus riche de la régence, cette ville et Arzew seront les principaux marchés entre l’Afrique et la Péninsule ; celle-ci sera attentive à ne point compromettre les avantages qu’elle en retirera, et toute nouvelle garantie, ajoutée à notre sécurité du côté de l’Espagne, rend une partie de nos troupes disponibles pour la défense de nos frontières du Nord et de l’Est.

La consolidation de nos établissemens de Bône inspirera des réflexions analogues aux princes d’Italie et intéressera la Sardaigne, à ne pas ouvrir facilement à nos ennemis l’accès des Alpes. Déjà les marines italiennes profitent largement de l’hospitalité qui leur est offerte sur ces côtes d’Afrique qui étaient autrefois leur terreur ; elles sentent toute la valeur de cet avantage, et les développemens qu’elles prennent sont autant de liens qui rattachent à notre politique les états dont elles dépendent.

La progression du tonnage, si remarquable dans nos ports de la Méditerranée, l’est encore davantage dans ceux des petits états qu’incommodait plus que nous [10] la piraterie barbaresque, et le mouvement commercial dont il est la mesure, s’étend à de grandes puissances éloignées, à l’Angleterre, à l’Autriche, à la Russie, aux États-Unis. Les intérêts se multiplient et se compliquent dans la Méditerranée ; le tissu de plus en plus serré qu’ils y forment commence à être une garantie de l’isolement où seraient laissés les gouvernemens qui voudraient troubler l’ordre établi, et bientôt nous ne pourrons plus avoir d’ennemis faits pour se mesurer avec nous, que ne puissent atteindre sur cette mer les coups de notre marine. La France gagne assez en richesse et en influence politique à ce progrès civilisateur, et si l’impulsion qu’elle lui donne du haut des remparts d’Alger, étend son patronage, affermit ses alliés tient en échec ses ennemis, elle ne doit pas regretter le peu de sacrifices qu’il lui coûte.

Il faut enfin considérer ce que deviendrait la régence, si nous l’abandonnions. L’Angleterre avec Gibraltar, Malte et Corfou, est suffisamment forte dans la Méditerranée ; la Russie et l’Autriche le pensent du moins, et ce serait perdre beaucoup de nos droits aux égards de ces deux puissances que de nous départir d’intérêts qu’elles regardent comme connexes, à beaucoup de titres, avec les leurs. Si nous savons administrer Alger, tout ce qui se rattache à cette position constituera bientôt une de ces questions que les diplomates appellent séparées ; sur lesquelles on est d’accord quand on est en mésintelligence sur le reste ; et par lesquelles des négociations inquiétantes sont souvent ramenées dans des voies de conciliation.

Ces considérations autorisent peut-être à conclure que l’abandon d’Alger n’a pu être proposé que faute d’un examen complet de la question et l’accueil réservé à cette opinion dans l’armée, dans la marine et dans la population du midi de la France ; l’empêchera sans doute de se reproduire.

L’expédition d’Alger pouvait avoir trois objets l’anéantissement de la piraterie, l’exploitation commerciale du nord de l’Afrique, la colonisation agricole, telle à peu près que la tirent les Romains, et la réalisation successive de ces trois objets semble devoir faire passer la régence par trois états différens.

L’occupation militaire des principaux points de la côte suffit pour garantir la sécurité de la Méditerranée. Ce but est aujourd’hui atteint, un peu chèrement, il est vrai ; mais, quoi qu’on en dise, nous n’avons point été au-delà et si nous avons assez fait pour la paix de la mer, tout semble à faire du côté de la terre. Les résultats obtenus sur le premier point doivent nous encourager à franchir un second degré,

Négocier avec le grand-seigneur ; étendre à toute la régence les traités relatifs à nos anciennes concessions, aplanir ainsi les barrières qui séparent de nous les populations mahométanes, voilà la meilleure base à donner aux opérations ultérieures. Les exemples qu’ont laissés, à cet égard, Richelieu, ce bon gardien des intérêts et de la dignité de la France, et Amurath le conquérant (elghazy), peuvent être proposés, sans qu’à Paris ou, à Constantinople personne ait aujourd’hui le droit de s’en trouver blessé. L’organisation turque, dirigée dans des vues de progrès et de civilisation, suffit, à l’égard des campagnes, à tous les besoins actuels ; bien comprise, elle ôte la place aux collisions, nous met vis-à-vis des indigènes dans l’heureuse impossibilité de mal faire et ne leur laisse que des raisons de se rapprocher de nous. Dans ce système, on pourrait reporter sur les travaux maritimes les sommes destinées à quelques établissemens militaires [11] qui deviendraient inutiles. Creuser et élargir des ports toujours garnis de nos vaisseaux, ce serait travailler pour notre marine, aussi bien qu’à Marseille et à Toulon ; ce serait aussi créer, par la multiplicité des échanges, une nouvelle existence aux indigènes. En même temps que l’accès des ports deviendrait plus facile, des routes devraient se ramifier à l’entour et pénétrer à l’intérieur ; elles serviraient nos intérêts commerciaux aussi bien que ceux des Arabes, et nous fourniraient le moyen de nous porter au secours des tribus amies avec plus de promptitude et de succès que ne pouvaient le faire les Turcs. Les mœurs, les préjugés des indigènes devraient être l’objet du respect le plus minutieux ; une seule de nos institutions pourrait leur être proposée avec avantage : la fixité et l’inviolabilité de la propriété sont choses qui se comprennent parfaitement dans les pays qui en sont privés. Lorsque deux mois après le débarquement en Égypte, Napoléon convoqua au Caire le grand divan, il lui fit constituer la propriété et reconnaître en échange le principe de l’impôt : cette mesure excita l’enthousiasme des populations, et le grand homme qui la prit, croyait, avec raison, la conquête de l’Égypte mieux assurée par là que par la bataille des Pyramides. Nous aurions dû en faire autant dans la régence, et attendre, pour spéculer sur les terres, que les limites et les propriétaires en fussent bien connus. Il faudrait, sauf les réglemens de commerce, distinguer les territoires régis par le Code civil ou par le Coran, et admettre au bénéfice de nos lois les indigènes qui voudraient résider dans nos circonscriptions.

Plus tard enfin, la colonisation agricole s’étendrait à mesure que l’ouverture des routes, la constitution de la propriété, le commerce, lui auraient frayé les voies. C’est à l’ombre de pareilles garanties, et non pas derrière des baïonnettes, qu’elle peut cheminer. L individualisation de la propriété, le débouché ouvert aux denrées, modifieraient bientôt la culture des Arabes, et la charrue, multipliant les produits de la terre, rendrait disponibles les vastes espaces qui suffisent maintenant à peine aux troupeaux. Des faits nombreux recueillis sur divers points de la régence, l’empressement des Arabes à se porter sur nos travaux pour gagner un salaire médiocre, ne permettent pas de douter que cette révolution ne fût facile. Tentée prématurément, la colonisation agricole ne ferait qu’y apporter des obstacles et nuire à l’exploitation commerciale du pays, celle, au bout du compte, à laquelle nous avons le plus d’aptitude et d’intérêt.

J’aurai peut-être l’occasion de montrer avec quelques détails quelle était l’organisation gouvernementale des Turcs, de faire l’histoire de nos concessions d’Afrique, d’interroger sur les principaux travaux qu’il serait possible et profitable de faire les documens statistiques que nous possédons sur la régence. Je n’ai voulu aujourd’hui que rassurer ceux que l’expérience des cinq années qui finissent fait désespérer de l’avenir d’Alger.

Nous sommes donc placés entre deux systèmes : l’un de guerre et de brutalité, onéreux au présent, dépourvu d’avenir, et conduisant, un peu plus tôt, un peu plus tard, par le dégoût, à l’abandon ; l’autre de paix et de progrès, ménager des ressources de la France, profitable à l’Afrique, n’employant la force qu’avec discernement, tendant enfin, par des voies avantageuses à toute l’Europe, à la réalisation de la grande pensée de Napoléon, qui voulait faire un lac français de la Méditerranée. Nous réfléchissons depuis près de cinq ans au choix à faire : il est temps de se prononcer.

Il y a dans l’existence des peuples de grandes occasions auxquelles ils ne manquent point impunément. L’inquiétude d’esprit, qui met mal à l’aise de nombreuses classes de la société, n’a plus le débouché des guerres de la république et de l’empire. Gardons-nous de lui fermer celui qui s’ouvre pour elle en Afrique : elle ne se replierait sur elle-même qu’au détriment du repos de la France et de l’Europe ; et, si les colonies à esclaves sont à jamais condamnées, ce n’est peut-être que dans le développement du système de colonies des anciens, dont les États-Unis sont une si grande application, qu’est placé le salut de nos vieilles sociétés.


J.-J. BAUDE, Député de la Loire.

  1. Art. 5 de la capitulation. « L’exercice de la religion mahométane restera libre ; la liberté des habitans de toutes les classes, leur religion, leurs propriétés. leur commerce et leur industrie ne recevront aucune atteinte ; leurs femmes seront respectées, le général en chef en prend l’engagement sur l’honneur. (Moniteur du 13 juillet 1830).
  2. il n’entre pas, pour le moment, dans mon plan de discuter les circonstances commerciales dans lesquelles s’est trouvée la compagnie d’Afrique : je ne donne donc les détails qui suivent que comme un témoignage de la permanence et de la sécurité de ses relations avec les indigènes. Voici le relevé de ses inventaires de fin d’année pendant ses cinquante-quatre ans d’existence :
    1741 1,200,000 liv. 1759 1,455,802 1777 4,666,840
    1742 952,159 1760 5,450,323 1778 4,429,800
    1743 956,871 1761 1,288,412 1779 4,552,766
    1744 1,235,572 1762 1, 5 54,769 1780 3,532,226
    1745 1,171,444 1763 5,088,537 1781 3,350,124
    1746 1,236,724 1764 928,500 1782 2,978,584
    1747 1,180,832 1765 875,662 1783 2,703,073
    1748 1,178,068 1766 474,674 1784 2,885,242
    1749 1,077,807 1767 575,701 1785 2,938,861
    1750 1,218,593 1768 598,343 1786 3,002,791
    1751 1,491,653 1769 838,757 1787 2,570,117
    1752 1,402,182 1770 964,445 1788 2,623,086
    1753 1,517,585 1771 5,339,698 1789 2,869,011
    1754 1,488,073 1772 1,983,541 1790 2,885,801
    1755 1,393,355 1773 3,296,709 1791 2,392,509
    1756 1,552,644 1774 4,812,735 1792 1,901,785
    1757 1,303,404 1775 4,520,722 1793 2,015,720
    1858 1,379,577 1776 4,564,765 1794 2,048,248


    D’après les derniers inventaires, les charges courantes annuelles de la compagnie consistaient en droits et présens aux autorités barbaresques : 188,137 liv.
    Appointemens à Marseille, Toulon, Ajaccio : 25,900
    Appointemens à la Calle, Bône, Collo, Tabarka, Alger, Tunis. : 54,538
    Vivres pour la Calle : 56,500
    Dépenses diverses : 6,706
    Loyers à Marseille : 3,300
    Pensions de retraite : 9,400
    Intérêt à six pour cent du capital primitif : 72,000
    Total : 416,481 liv.
    L’intérêt à six pour cent a toujours été exactement payé aux actionnaires et de plus, de 1772 à 1777,ceux-ci ont reçu annuellement un dividende de 3oo,ooo liv. Ces résultats furent l’ouvrage du directeur Martin, qui vint en 1766 arrêter la décadence des affaires de la compagnie. Cet état florissant, disent les rapports du temps, fut dû au soin que prit le sieur Martin de conduire toutes les opérations de cette compagnie sur les principes d’une compagnie marchande, de rendre son administration économe, fidèle et exacte, et D’EMPLOYER PRINCIPALEMENT NE BARBARIE DES SUJETS PROBES, SAGES ET CONCILIANS AVEC LES MAURES. Ces derniers mots valent la peine d’être médités

  3. Constantinople a son almanach impérial, et le pachalick d’Alger a continué à y être porté au nombre des possessions du sultan ; seulement, le nom du pacha y reste en blanc. Achmet, bey de Constantine, a, depuis notre occupation, soulevé les populations à l’aide d’un prétendu firman qui lui accordait l’investiture du gouvernement d’Alger.
  4. Les biens habous sont des espèces de majorats réversibles, après l’extinction de la famille ou de la lignée, à la Mecque ou à des établissemens religieux ou publics. Cette substitution protégeait les biens qui en sont grevés contre les spoliations et les avanies de l’autorité : ils peuvent, dans certains cas, et sur l’autorisation du cadi être cédés en échange d’une rente qui est alors sujette à réversibilité. Les biens ana sont les biens habous après qu’ils ont subi la vente à rente ci-dessus.
  5. Voici, d’après le budget de 1836, l’état de l’effectif à entretenir en Afrique : il est inférieur à celui des années précédentes et supérieur à ce qu’a jamais eu notre armée d’Égypte coutre les forces réunies de l’empire ottoman et de l’empire britannique. La bataille d’Héliopolis a été gagnée par onze mille Français sur soixante mille Turcs commandés par le grand-visir.
    Officiers Sous-Officiers et soldats Totaux Chevaux
    État-major 118 45 163 116
    Gendarmerie 8 194 202 101
    Infanterie française 433 11,105 12,138 129
    Infanterie étrangère 209 5,982 6,191 59
    Cavalerie française 162 2,69 2,631 2,273
    Cavalerie étrangère 44 996 1,040 840
    Artillerie 27 1,230 1,257 722
    Genie 39 1,541 1,580 230
    Six compagnie de discipline 30 1,207 1,237 2
    Vétérans 36 1,520 1,356
    Vivres, hôpitaux, équipages 375 755 1,130 570
    Totaux 1,481 27,444 28,925 5,138


    Sur quoi, il y a dans les dépôts en France : 1,075
    Reste en Afrique : 27,850.

  6. Tous les élémens des tableaux du tonnage de 1834, ne sont point encore réunis ; mais, à en juger par les produits des douanes des côtes qui suivent le même mouvement, il doit être à peu près le même que celui de 1833.
  7. La réduction dans les droits de douane perçus en 1834 sur les côtes de l’Océan ; n’est qu’apparente : une partie des produits s’est reportée sur l’entrepôt de Paris dont les recettes se sont élevées à 6,722,982 fr. Il faudrait un long travail pour distinguer avec précision, dans cette somme, les provenances de l’Océan de celles des frontières de terre ; mais en attribuant aux premières les trois quarts à peu près du produit, on s’écarte fort peu de la réalité.
  8. On demandera peut-être comment l’administration peut aujourd’hui diriger sur l’Afrique quatre mille cinq cents personnes. C’est que les gens qui sont embarrassans pour elle, le sont également pour eux-mêmes, et se jettent avec empressement dans la première voie qu’on leur ouvre.
    Chargé, dans des circonstances critiques, de la sûreté de Paris, je reconnus promptement que le fonds de toutes les émeutes était dans une population flottante de vingt à vingt-cinq mille individus, privée de travaux, d’avenir, en partie par sa faute, en partie par celle des circonstances, disposée au mal quoique propre au bien, placée sous la main de tous les agitateurs, population différente des voleurs qui ont un métier, et ne se compromettent que le moins possible hors des limites de leur spécialité. L’éloignement ou du moins la réduction de cette population me parut le seul moyen d’assurer la tranquillité de la capitale ; la préfecture de police organisa un mode d’enrôlement pour Alger. Ces enrôlemens, qui ne pouvaient séduire aucun ouvrier occupé, étaient souvent plus nombreux que nous ne voulions. Mon opinion était qu’il fallait en porter le nombre à seize mille. Il fut facile de démontrer au conseil municipal de Paris l’intérêt qu’avait la ville à cette opération, et, par une délibération du 24 janvier 1831, il consentit à se charger des dépenses du voyage des volontaires jusques à la Méditerranée. Ces mesures, concertées entre mon collègue M. O. Barrot et moi, permirent la clôture des ateliers de charité qui étaient une charge énorme pour la ville, et assuraient de nouveaux troubles au lieu d’en faire disparaître les élémens.
    Des recherches sur d’autres parties de la police de Paris m’ont convaincu qu’il y aurait grand parti à tirer de la possession d’Alger, dans l’intérêt de sa sûreté et de la moralité de la capitale ; mais, quoiqu’elles aient besoin d’être complétées, il serait trop long de les exposer ici.
  9. Il est difficile de présenter des considérations nouvelles sur les intérêts qui doivent nous faire tenir à l’Afrique. Celles qui se rattachent à notre position vis-à-vis de l’Espagne ont été le motif des alliances que François Ier et Henri II contractèrent, contre Charles-Quint et Philippe II, avec Khayr-Eddin et son fils Hassan, second et troisième deys d’Alger.
  10. Long-temps même avant Louis XIV, les Barbaresques avaient appris à respecter le pavillon français. En 1603, Mahomet III déposa les pachas de Tunis et d’Alger, dont les corsaires avaient couru sur nos navires, et dans le traité de 1604, conclu entre ces deux princes, le sultan déclara que les pachas let gouverneurs sous la charge desquels se seraient faites des pirateries contre les Français, en seraient responsables et seraient privés de leurs charges, promettant d’ajouter foi aux lettres qui seraient écrites à ce sujet par l’empereur de France… » Il fut en outre convenu « qu’il serait permis aux Français de courir sus à ceux d’Alger et de Tunis, s’ils continuaient leurs brigandages. »
  11. Voici les allocations portées au budget de 1835 et les propositions faites, pour 1836, au chapitre XVII dur département de la guerre.
    1855 1856
    Fortifications d’Alger, Oran, Bône, Bougie 500,000 fr
    Bâtimens militaires et logemens des services administratifs dans les quatre places ci-dessus 600,000 1,150,000
    Outils et matériel du génie, défenses des camps et lignes avancées. 150,000 150,000
    Crédits alloués pour l’année courante 1,000,000
    Crédits demandés pour l’année prochaine, 1,800,000