L’entrée d’Espagne/Laisse CCCCXXVIII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄   Laisse CCCCXXVII Laisse CCCCXXVIII Laisse CCCCXXIX   ►
CCCCXXVIII[1]

L’arcivesque Trepins lez une porte lee
A coisis un Paiens qe avoit entesee
Une grose arbalestre coiemant a celee

9895Por treire a nostre gient ou ele iert amasee ;
L’arcivesque le garde, s’a la color müee ;
La lance q’il manoie li a droite lancee,
Tiel colp li a doné parmi la pitrinee
Trosqu’au fil de la schine li a l’aste pasee,
9900Si que mort l’abati aval gole levee.
Adunc fu l’arbalestre de toise descochee
E feri un Normant qe servoit de soudee ;
La targe li escartelle, s’a la brune fausee ;
El cors fiert le quarel, l’arme s’en est alee.
9905Aprés reforcerent Saracins la meslee ;
Trairent dars et saietes, et l’ensaigne ont cacee.
La oit une bataile cruaus, desmesuree ;
Et ont si Saracins lor besogne ahastee
Che François reüserent pres d’une balestree :
9910Nes puet tenir Rollant, par dit ne por proiee,
Car plus de .ii.c i a qe la carn ont navree.


◄   Laisse CCCCXXVII Laisse CCCCXXVIII Laisse CCCCXXIX   ►
  1. — 9895 oucle iert — 9896 mue — 9897 droite lance — 9899 Trosquã fil — 9900 g. lieuee — 9902 soude — 9903 fause — 9906 saites et lor e. o. cace — 9907 auaus desmesure — 9908 hahaste — 9909 rẽserẽt — 9910 Nel p. — 9911 nature