100%.png

Atar-Gull/01

La bibliothèque libre.
< Atar-Gull(Redirigé depuis Atar-Gull/I/I)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Le commandant Brulart.

LIVRE PREMIER


CHAPITRE PREMIER.

La catherine


Jamais d’enfants ! jamais d’épouse !
Nul cœur près du mien n’a battu ;
Jamais une bouche jalouse
Ne m’a demandé : d’où viens-tu ?

Vict. Hugo. — Ode xxi, t. 2.


Où peut-on être mieux
Qu’au sein de sa famille !

Vieil air.


Voyez ce brick, il glisse bien timidement sur la mer des Tropiques, car c’est à peine si cette brise légère et folle peut gonfler ses larges voiles grises.

Écoutez le murmure sourd et mélancolique de l’Océan : on dirait le bruit confus d’une grande cité qui s’éveille ; voyez comme les vagues se soulèvent à de longs intervalles et déroulent avec calme leurs immenses anneaux ; quelquefois une mousse blanche et frémissante jaillit du sommet diaphane des deux lames qui se rencontrent, se heurtent, s’élèvent ensemble et retombent en poussière humide après un léger choc.

Oh ! qu’elle est scintillante et nacrée cette frange d’écume qui se découpe sur les flancs bruns du navire ! comme le cuivre de la carène étincelle en reflets d’or au milieu de ces eaux vertes et liquides ! que le soleil brille doucement au travers de ces voiles arrondies qui projettent au loin leurs ombres tremblantes !

Et par l’ange de saint Pierre, c’est un vaillant brick que celui-ci, qui, mollement bercé sur une mer paresseuse, semble s’y jouer comme une dorade par un beau temps.

Au souffle de cette petite brise, il continue honnêtement son chemin vers le sud-est, arrivant sans doute d’Europe, où il se sera défait de toute sa cargaison, car il navigue sur son lest, et montre presque deux pieds de cuivre hors de l’eau.

Il fait à bord une chaleur excessive, et le soleil ardent de l’équateur calcine le pont, malgré la double tente qui couvre la dunette.

Dans ce navire, tout était propre, luisant, frotté ; il y régnait un ordre admirable, un arrangement minutieux des plus petits détails, on eût dit un de ces comptoirs d’acajou soigneusement cirés, qui font la gloire et le bonheur d’un respectable fabricant de bonneteries.

Les fenêtres, ouvertes à la brise, laissaient pénétrer dans la dunette un courant d’air vif et frais qui soulevait de jolis rideaux de toile de Perse, et une vaste moustiquaire dont les plis légers entouraient un lit suspendu.

L’ameublement de cette petite cabine était fort simple : deux chaises, quelques instruments de mathématiques, un porte-voix, une malle, une table à roulis, et sur la table deux verres et une cruche de genièvre.

Au-dessus, le portrait d’une femme grasse et rebondie, souriant à un gros enfant joufflu qui lui offrait une rose, je crois ; et dans le fond du tableau un chat angora, l’œil vif, la patte en l’air, jouant avec une bobine de coton.

Quel portrait ! quelle femme ! quel enfant ! quelle rosé ! quel chat !

Tout cela fade et blanc, faux et lourd, laid, guindé, plâtré ; pourtant on y trouvait je ne sais quelle naïveté d’expression qui n’était pas sans charmes : on reconnaissait dans cette peinture informe une bonne nature de femme heureuse et gaie ; et jusqu’à ce gros enfant, rouge comme sa rose, tout semblait respirer le bonheur et la joie. — Et puis, au-dessus du tableau pendait, soigneusement accrochée a un clou, une vieille couronne de bluets toute fanée.

L’équipage du brick, accablé par la chaleur, s’était sans doute retiré dans le faux pont, et tout dormait à bord, excepté le matelot du gouvernail et trois autres marins couchés au pied du grand mât.

Le timonier fit alors tinter huit fois une petite cloche placée près de lui, et cria d’une voix forte : « Allons, vous autres, relevez le quart. »

Le bruit causé par cette manœuvre réveilla sans doute l’habitant de la dunette, car la moustiquaire s’agita, on entendit tousser, remuer, grogner, et un homme en sortit, après s’être frotté vingt fois les yeux en bâillant d’une étrange manière.

C’était M. Benoît (Claude-Borromée-Martial), capitaine et propriétaire du brick la Catherine, de trois cents tonneaux, doublé et chevillé en cuivre (le brick).

M. Benoît (Claude-Borromée-Martial) était court, replet, fortement coloré, un peu chauve, avait le nez gros et rouge, les lèvres épaisses, le menton rentré, les joues pleines et lisses, et de petits yeux d’un bleu clair qui exprimaient une parfaite quiétude : en somme, c’était bien la plus honnête physionomie du monde. Une veste et un pantalon de toile rayée composaient toute sa toilette, et lorsque, après avoir entouré son cou d’un madras, couvert sa tête grisonnante d’un grand chapeau de paille, il sortit de sa dunette, la figure calme et reposée, l’air souriant, satisfait, les mains croisées derrière le dos… vrai, n’eussent été les feux dévorants de l’équateur qui faisaient étinceler l’Océan comme un miroir au soleil, la chaleur étouffante et le plancher mobile du brick… on eut pris M. Benoît pour un campagnard, humant l’air parfumé du matin dans son bosquet de tilleuls fleuris, et allant s’asseoir sur le frais gazon pour respirer à son aise la bonne odeur de ses jasmins tout brillants des gouttes de rosée.

« Eh bien, garçon, — dit-il au timonier en lui pinçant joyeusement l’oreille, — la Catherine file donc devant la brise comme une demoiselle respectueuse devant sa mère ? (Car les comparaisons de M. Benoît étaient toujours chastes.) — Oui, capitaine ; mais elle se tortille comme une déhanchée, la vilaine. Tenez… quel coup de roulis… et cet autre… — Ah ! dame, mon garçon, si nous avions quelques quintaux de fer dans notre cale, elle serait appuyée, cette pauvre Catherine : mais arrive notre chargement, et tu la verras ne pas plus broncher que l’armoire à linge que j’ai à Nantes dans ma petite salle à manger, où je reçois mes amis, » disait naïvement le bon capitaine en étouffant un soupir de regret.

À ce moment, un grand homme, brun et décharné, descendit des haubans de misaine et sauta sur le pont.

« Je ne l’ai plus revue, — dit-il au capitaine Benoît en lui rendant sa lunette, — il faut qu’elle soit cachée dans la brume, car elle épaissit diablement, la brume ; et le soleil, hein… est-il foncé ?… — Le fait est, monsieur Simon, que le soleil a l’air du four de campagne que Catherine faisait rougir au feu pour dorer le macaroni que j’aimais tant… (Ici nouveau soupir.) Mais, dis-moi, cette goélette… elle me tracasse. — Disparue, capitaine, disparue ; j’avais d’abord craint que ce ne fut une goëlette de guerre, mais non ; un gréement tenu comme la tignasse d’un mousse malpropre, des mats de hune et des flèches de perroquet à faire chavirer le bon Dieu, s’il s’embarquait à bord,… et… — Simon,… Simon,… tu recommences, je n’aime pas à t’entendre blasphémer comme un païen ; tu fais le philosophe, et ça te jouera un tour… tu verras. — — Allons, bon, motus : mais, je vous le dis, cette goélette n’est point un bâtiment de guerre pour sûr ; d’ailleurs, les croiseurs anglais ou français ne visitent jamais ce côté de la ligne ; ainsi ne craignez rien. — Je ne crains rien non plus : j’ai, exprès, choisi ce côté de ligne, parce que je n’ai pas de concurrents ; mes affaires n’en vont pas plus mal : encore un ou deux jours, et nous verrons le père Van-Hop… Il devient retors en diable ; par exemple, le bois d’ébène[1] renchérit. Ah ! il est passé, ce bon temps où, pour quelques caisses de quincailleries, j’en chargeais mon brick à ne savoir où mettre les pieds… — Alors, — dit Simon, — on se moquait pas mal du déchet. — Un tiers, Simon, — toujours un tiers de déchet, parce qu’il faut, vois-tu, que le bois d’ébène fasse son jeu dans le faux pont, à cause de l’humidité et de la chaleur. — Aussi, capitaine, ce qui reste est fameux !! et on peut le vendre à la Jamaïque pour en faire des pioches et des chariots, sans crainte qu’il éclate, répondit Simon en riant. — Farceur,… et pourtant c’est une partie toujours très-demandée par ces messieurs des colonies. — Cordieu ! capitaine, si vous croyez qu’il ne faut pas plus de temps au chanvre pour pousser que pour s’user une fois qu’il est tressé en cordages,… et que le bon Dieu n’a qu’à souffler pour… — Ah çà, Simon, encore ! tu ne veux donc pas finir ?… Silence donc, tu vas nous attirer quelque chose de là-haut ; tais-toi : viens plutôt causer de Catherine et boire une gorgée de gyn. »

Le capitaine et son second entrèrent dans la dunette, et s’attablèrent.

« Tiens, Simon, — dit Benoît en montrant le portrait qui ornait sa petite chambre, vois donc, on croirait que Catherine nous regarde ; et Thomas, donc,… est-il ressemblant ! Jusqu’à Moumouth qui a l’air de me reconnaître avec sa patte levée et puis c’est cette couronne-là qu’ils m’ont donnée le jour de ma fête… À la Saint-Claude… Pauvres chers amours ! allez,… je pense à vous. » Et il soupira profondément. Le digne homme !…

« Le fuit est, capitaine, que vous pouvez vous vanter de faire un crâne père de famille, — dit l’autre avec l’accent d’une intime conviction. — Aussi, une fois celle campagne finie, reprit Benoît, — je plante mes choux ; car, après tout, qu’est-ce que je veux, moi ? je n’ai pas d’ambition. Ah ! mon Dieu ! une petite maison blanche, des volets verts et un rond d’acacias sous lequel on dîne avec une paire d’amis et sa chère Catherine,… sa chère épouse. » Et les yeux du capitaine Benoît pétillaient de plaisir en contemplant avec amour le portrait de ce qu’il appelait son épouse.

« C’est qu’aussi, capitaine, votre épouse… Ah ! votre épouse est digne d’être aimée… elle a, sacredieu ! une paire de bossoirs que… — Simon ! ah ! Simon… — Pardon, capitaine ; c’est le gyn, il est fameux, et ça monte. À propos de gyn, capitaine… Mais voyez donc quel calme, quel beau temps ! ça réjouit le cœur. À propos de gyn, on dit, et j’en suis sûr, qu’il n’y a rien de bon pour la santé comme de faire bouillir dans du tafia une pomme de pin piquée d’une douzaine de piments enragés, et gros comme le poing de poivre de Cayenne ; on mêle ça avec le rhum ou le genièvre, et mordieu, capitaine, c’est à regretter de n’avoir pas le gosier large, large comme une manche à vent, pour s’en abreuver à flots. — Bigre, ça doit gratter un peu, — dit Benoît en hochant la tête. (Pardonnez-lui ce juron (bigre), c’était le seul qu’il se permît) — Du tout, capitaine, c’est un velours, c’est doux comme le duvet d’une d’une mouette, un baume pour l’estomac… J’ai connu un quartier-maître voilier, un nommé Bequet, qui s’est guéri avec ça d’un affreux catarrhe qu’il avait pris à Terre-Neuve sur un banc de glaces. — Ça, c’est vrai comme Catherine n’a qu’un œil. Simon, à ta santé, mon garçon. — Ne me croyez pas si vous voulez… À la vôtre, capitaine. Mais voyez donc quel temps ! — Au fait, Simon, quel joli calme ! il fait presque frais. Oh !… le beau soleil… À ta santé… Un temps comme celui-là, vois-tu, ça donne envie de boire. — Capitaine, ceci est physique… Mettez une éponge imbibée au soleil, et vous verrez la chose. À la vôtre. — Ah ! Simon, c’est toi qui me fais l’effet de l’éponge, car tu t’imbibes joliment, — répondit maître Benoît, qui commençait à être fort gai, très-gai, on ne peut pas plus gai. — Dis donc, Simon… — Capitaine… — Si tu es raisonnable et que le père Van-Hop ne m’écorche pas trop en revenant de la Jamaïque… nous relâcherons quelque part. »

Et en parlant de parcourir ainsi presque le quart du globe, le bon homme n’y mettait pas plus d’importance que s’il eût dit : « En revenant du faubourg, si j’ai fait un bon marché, nous entrerons prendre quelque chose dans une taverne. »

« Vrai… bien vrai ? — Foi d’homme, Simon : et alors… deux ou trois bonnes journées… des farces, — dit à voix basse et mystérieusement Benoît eu couvrant à moitié sa bouche avec sa main gauche. — C’est ça, capitaine, des folies ; nous rirons, je dépense ma solde en deux jour allez donc : des voitures, des femmes, des oranges, des gants, des bas, des chaînes de montres, un castor en poil et des bretelles ! Allez donc, tout le tremblement à la voile ! — Et c’est vrai, et allez donc, — répétait Benoît à moitié gris, en frappant sur la table avec son gobelet de fer-blanc. — Et allez donc… nous nous amuserons joliment… Quel beau temps !… Ah ! ouf ! mais il ne faudra pas que Catherine sache… bigre !… — Pardieu… capitaine… je le crois bien… À sa santé… Nous relâcherons à Cadix… Ah ! capitaine… capitaine, je vous vois déjà sur la place San-Antonio… Tonnerre du diable… c’est là qu’il y a des femmes ! des yeux grands comme les écubiers d’une frégate, des dents… comme des râteliers de tournage, et puis comme dit la chanson :

 
Y una popa,
Caramba.
Como un bergantin.


Ah ! bah, faut jouir de la vie ; au bout du mât la hune — C’est vrai, Simon, d’un jour à l’autre on peut avaler sa gaffe[2]… et, bigre, on a raison de… »

À ce moment, le capitaine fut interrompu par un bruit infernal, et le brick donna une telle bande sur bâbord, que les bouts-dehors des basses vergues plongèrent d’un pied dans l’eau.

Benoît et Simon s’attendaient si peu à cette effroyable secousse, qu’ils furent jetés sur la cloison.

« C’est une saute de vent[3], — cria Benoît tout à fait dégrisé et se précipitant hors de la dunette. — Ce qui nous annonce un ouragan… Ainsi, nous allons rire, » dit Simon en suivant son capitaine.

  1. Les négriers appellent ainsi les chargements de noirs qu’ils prennent sur la côte.
  2. Mourir.
  3. On donne ce nom à un changement subit de plusieurs quarts dans le vent régnant. Les marins expérimentés jugent du moment où le vent doit sauter par le calme qui précède ; ce qui est important pour ne pas perdre des mâts ou des voiles, car les sautes de vent arrivent avec une furieuse violence.