Rutebeuf - Œuvres complètes, 1839/Ci coumence li diz de l’erberie

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Texte établi par Achille Jubinal Chez Édouard Pannier (1pp. 250-259).


CI COUMENCE


Li Diz de l’Erberie[1],


ou ci coumance


L’ERBERIE RUSTEBUEF.


Mss. 7633, 198 N.-D.


Séparateur



Seigneur qui ci estes venu,
Petit et grant, jone et chenu,
Il vos est trop bien avenu,
Sachiez de voir ;
Je ne vos vuel pas desovoir :

Bien le porreiz aparsouvoir,
Ainz que m’en voize.
Aséeiz-vos, ne faites noise :
Si escoutez, c’il ne vos poize.
Je sui uns mires ;
Si ai estei en mainz empires[2] :
Dou Caire m’a tenu li sires
Plus d’un estei ;
Lonc tanz ai avec li estei ;
Grant avoir i ai conquestei.
Meir ai passée,
Si m’en reving par la Morée,
Où j’ai fait mout grant demorée,
Et par Salerne,
Par Burienne et par Byterne[3].
En Puille, en Calabre, Palerne[4]
Ai herbes prises
Qui de granz vertuz sunt emprises :
Sus quelque mal qu’el soient mises,
Li maux c’enfuit.
Juqu’à la rivière qui bruit
Dou flun des pierres jor et nuit

Fui pierres querre.
Prestres Jehans[5] i a fait guerre :
Je n’osai entrer en la terre,
Je fui au port.
Mout riches pierres en aport
Qui font resusciter le mort.
Ce sunt ferrites
Et dyamans et cresperites[6],
Rubiz, jagonces, marguarites,
Grenaz, stopaces,
Et tellagons, et galofaces :
De mort ne doutera menaces

Cil qui les porte[7].
Foux est ce il ce desconforte ;

N’a garde que lièvres l’en porte
C’il se tient bien ;

Si n’a garde d’aba[8] de chien,
Ne de reching[9] d’azne anciien ;
C’il n’est coars
Il n’a garde de toutes pars.
Carbonculus et garcelars[10],
Qui sunt tuit ynde,
Herbes aport des dézers d’Ynde
Et de la terre Lincorinde[11]
Qui siet seur l’onde
Elz quatre parties dou monde,
Si com il tient à la roonde.
Or m’en creeiz :
Vos ne saveiz cui vos véeiz ;
Taisiez-vos, et si vos séeiz.
Véiz m’erberie :
Je vos di, par sainte Marie,
Que ce n’est mie freperie,
Mais granz noblesce ;
J’ai l’erbe qui les v… redresce
Et cele qui les c… estresce
A pou de painne ;
De toute fièvre sanz[12] quartainne

Gariz en mainz d’une semainne,
Ce n’est pas faute ;
Et si gariz de goute flautre :
Jà faut n’en iert basse ne haute,
Toute l’abat.
Ce la vainne dou cul vos bat,
Je vos en garrai sanz débat,
Et de la dent
Gariz-je trop apertement
Par .i. petitet d’oignement.
Que vos dirai ?
Oiez coument jou confirai :
Dou confire ne mentirai,

C’est cens riote[13].
Preneiz dou sayn de la marmote,

De la merde de la linote
Au mardi main
Et de la fuelle dou plantain,
Et de l’estront de la putain
Qui soit bien ville[14],
Et de la pourre de l’estrille,
Et du ruyl[15] de la faucille,
Et de la lainne,
Et de l’escorce de l’avainne
Pilei premier jor de semainne ;

Si en fereiz
Un amplastre : dou juz laveiz[16]
La dent, l’amplastrei metereiz
Desus la joe.
Dormeiz .i. pou, je le vos loe ;
S’au leveir n’i a merde ou boe,
Diex vos destruie !
Escouteiz, c’il ne vos anuie,
Ce n’est pas jornée de truie
Cui poéiz faire ;
Et vos cui la pierre fait braire,
Je vos en garrai sanz contraire
Ce g’i met cure.
De foie eschausfei, de routure[17],
Gariz-je tout à desmesure,
A quel que tort[18] ;
Et ce voz saveiz home sourt[19],
Faites-le venir à ma cort :
Jà iert touz sainz.
Onques mais nul jor n’oy mains,
Ce Diex me gari ces .ij. mains,
Qu’il orra jà.
Or oeiz ce que m’en charja
Ma dame, qui m’envoia sà.


Bele gent, je ne suis pas de ces povres prescheurs, ne de ces povres herbiers[20] qui vont par devant ces mostiers, à ces povres chapes mau cozues, qui portent boîtes et sachez, et si estendent .i. tapiz ; car teiz vent poivre et coumin et autres espices, qui n’a pas autant de sachez com il ont. Sachiez que de ceulz ne sui-je pas ; ainz suis à une dame qui a non madame Trote[21] de Salerne, qui fait cuevre-chief de ces oreilles, et li sorciz li pendent à chaainnes[22] d’argent par-desus les espaules ; et sachiez que c’est la plus sage dame qui soit enz quatre parties dou monde. Ma dame si nos envoie en diverses terres et en divers païs, en Puille, en Calabre, en Tosquanne, en Terre de Labour, en Alemaingne, en Soissoinne, en Gascoingne, en Espaigne, en Brie, en Champaingne, en Borgoigne, en la forest d’Ardanne, por occir les bestes sauvages et por traite les oignemens, por doneir médecines à ceux qui ont les maladies ès cors. Ma dame si me dist et me commande que, en queilque leu que je venisse, que je déisse aucune choze si que cil qui fussent entour moi i prissent boen essample, et por ce qu’ele me fist jureir seur sainz quant je me départi de li, je vos apanrai à garir dou mal des vers se volez oïr. — Voleiz oïr ?

[23] Aucune genz i a qui me demandent dont les vers viennent. Je vos fais asavoir qu’il viennent de diverses viandes reschauffées, et de ces vins enfuteiz et boteiz. Si se congrient[24] ès cors par chaleur et par humeurs ; car, si com dient li philosophe, toutes chozes en sont criées, et por ce, si viennent li ver ès cors qui montent jusqu’au cuer, et font morir d’une maladie c’on apele morts obitainne. Seigniez-vos ! Diex vos en gart touz et toutes !

Por la maladie des vers garir (à vos iex la véeiz, à vos piez la marchiez !) la meilleur herbe qui soit elz quatre parties dou monde, ce est l’ermoize. Ces fames c’en ceignent le soir de la Saint-Jehan, et en font chapiaux seur lor chiez, et dient que goute ne avertinz[25] ne les puet panre n’en chiez, n’en braz, n’en pié, n’en main ; mais je me merveil quant les testes ne lor brisent et que li cors ne rompent parmi, tant a l’erbe de vertu en soi. En cele Champaigne où je fui néiz l’appele-hon marreborc, qui vaut autant comme la meire des herbes. De cele herbe panrroiz troiz racines, .v. fuelles de sauge ; .x. fuelles de plantaing. Bateiz ces chozes en .i. mortier de cuyvre, à un peteil de fer, desgeuneiz-vos dou jus par .iij. matins : gariz sereiz de la maladie des vers.

Osteiz vos chaperons, tendeiz les oreilles, regardeiz mes herbes que ma dame envoie en cest païs et en cest terre ; et por ce qu’el vuet que li povres i puist ausi bien avenir coume li riches, ele me dist que j’en féisse danrrée ; car télé a .i. denier en sa borce qui n’i a pas .v. livres[26] ; et me dist et me commanda que je prisse .i. denier de la monoie qui corroit el païs et en la contrée où je vanrroie : à Paris .i. parisi, à Orliens .i. orlenois[27] à Aumans .i. mansois, à Chartres .i. chartain, à Londres en Aingleterre .i. esterlin ; por dou pain, por dou vin à moi ; por dou fain, por de l’avainne à mon roncin ; car teil qui auteil sert d’auteil doit vivre.

Et je di que c’il estoit si povres, ou honz ou fame, qu’il n’éust que doner[28], venist avant : je li presteroie l’une de mes mains por Dieu et l’autre por sa meire, ne mais que d’ui en .i. an féist chanteir une messe do Saint-Espérit, je di nouméement por l’arme de ma dame, qui cest mestier m’aprist je ne fasse jà trois pez que li quars ne soit por que l’arme de son père et de sa mère en rémission de leur péchiez. Ces herbes, vos ne les mangereiz pas ; car il n’a si fort buef en cest pays, ne si fort destrier que cil en avoit ausi groz com .i. pois sor la langue qu’il ne morust de mal mort, tant sont forts et ameires ; et ce qui est ameir à la bouche, si est boen au cuer. Vos les metreiz .iij. jors dormir en boen vin blanc ; se vos n’aveiz blanc, si preneiz vermeil[29] ; si vos n’aveiz vermeil, preneiz de la bele yaue clère ; car teiz a un puis devant son huix, qui n’a pas .i. tonel de vin en son célier[30]. Si vos en desgeimerciz par .xiij. matins. Ce vos failleiz à un, preneiz autre[31] ; car ce ne sont pas charaies[32] ; et je vos di par la paission dont Diex maudist Corbitaz[33] le juif qui forja les .xxx. pièces d’argent en la tour d’Abilent, à .iij. lieues de Jhérusalem dont Diex fu venduz, que vos sereiz gariz de diverses maladies et de divers mahainz, de toutes fièvres sanz quartainne, de toutes goutes sanz palazine, de l’enflure dou cors, de la vainne dou cul c’ele vos débat ; car ce mes pères et ma mère estoient ou péril de la mort et il me demandoient la meilleure herbe que je lor péusse doneir, je lor donroie ceste[34].

En teil menière venz-je mes herbes et mes oignemens : qui vodra si en preingne, qui ne vodra si les laist.


Explicit l’Erberie Rustebuef.

  1. « Voyez, pour une pièce qui porte le même titre, la note A bis, à la fin du volume. — Méon, dans son nouveau recueil de Fabliaux, a imprimé celle-ci d’après le Ms. 7633 seulement. Legrand d’Aussy (t. IV, page 239, édition Renouard) en a donné une traduction fort infidèle, qu’il a fait précéder de l’avis suivant : « De l’Herberie, ou le Dit de l’Herberie, tels sont les deux titres de deux pièces totalement différentes, que j’ai réunies et fondues ensemble parce que le sujet en est le même, ne contenant toutes deux que des propos de charlatan dans une place publique. Elles sont intitulées Herberie, du métier de ces sortes de gens qui alors vendaient au peuple des herbes. L’une est en prose, l’autre est moitié en prose et moitié en vers ; toutes deux dans l’original sont fort ordurières. C’était ainsi qu’alors on amusait la canaille, et bien de hauts seigneurs n’avaient point le goût plus difficile. Telles étaient, je ne cesserai de le répéter, les mœurs de ce bon vieux temps qu’aujourd’hui l’on nous vante sans cesse. »

    Vient alors le travail de Legrand, qui n’est pas même une imitation, tant il s’éloigne des originaux. Il est suivi de ces réflexions : « Cette pièce pourrait fort bien avoir été un de ces jeux dont il a été parlé dans le second volume à la suite du Lai de Courtois d’Arras, une sorte de farce dramatique à deux personnages, ou à trois si l’on y faisait jouer l’homme qui vient se plaindre du mal de dents. »

    Legrand d’Aussy parle après cela des Geus d’aventure, petite pièce tirée du Ms. 7218 *, et il en cite même quelques couplets ; mais malgré son titre de Geus, ce petit poëme n’a rien de dramatique.

    On peut voir notre opinion sur les conjectures théâtrales de Legrand, à la fin du volume, note Q.

    * M. Trébutien, membre zélé de la Société des Antiquaires de Normandie, auquel nous devons déjà la publication du Pas Salhadin, du Dit des trois Pommes et du Roman de Robert-le-Diable, a publié également, non Les Geus d’Aventure, mais un Dit d’Aventures dont le but est de se moquer de la chevalerie.

  2. Ms. 198 N.-D. Var. S’ai esté par divers empires.
  3. Burienne, dans le Siennois, en Italie, avec un lac qui porte ce nom. Quant à Byterne, c’est peut-être Viterbe.
  4. Ms. 198 N.-D. Var. Luserne.
  5. L’histoire de Prestre Jehan est une des plus singulières et des plus répandues qui nous soient restées du moyen âge. Elle remonte au 12e siècle et contient le récit fabuleux des productions qui se trouvent dans les royaumes de ce prince, prêtre nestorien qui à cette époque, au dire de nos vieux et crédules chroniqueurs, aurait soumis à sa domination de vastes contrées en Abyssinie. Ces productions sont a peu près dans le genre de celles dont parle Rutebeuf. Je ne m’étendrai pas davantage ici sur ce sujet, d’abord parce qu’il serait fort long à traiter, et ensuite parce que j’en ferai prochainement l’objet d’une dissertation spéciale.
  6. Ce vers manque au Ms. 198 N.-D.
  7. La croyance aux diverses vertus des pierres était fort répandue dans le moyen âge. C’est de là qu’est venue la recherche de la pierre philosophale. On trouve dans l’inventaire des meubles, joyaux, etc., du roi Charles V, exécuté en 1379, Ms. 8356 de la Bib. royale, folio LXXII, vo, la mention de deux pierres estans en ung coffre de cypraès que le roy fait porter continuellement avecques soy dont il porte la clef. La première est une pierre appelée la pierre saincte. qui ayde aux femmes à avoir enfant, laquelle est enchâssée en or, et y sont quatre perles, six esmeraudes, deux ballaiz et au dos y a ung escu de France, estant en ung est ustuy de cuir.
    Item, la pierre qui guérist de la goute, en laquelle est entaillé ung Roy et lettres en ebrieu d’un costé et d’autre, laquelle est assise en or à fillet, et a escript au dos sur ledit fillet, et est la dicte pierre en ung estuy de cuyr baully pendant à ung laz de soye où il a deux boutons de perles.
  8. Ms. 198 N.-D. Var. Debai.
  9. Reching, action de braire.
  10. Ms. 198 N.-D. Var. Charbon ne los et garolas.
  11. Dans les romans du cycle carlovingien le nom Lincorinde de est donné à la fille de
    Jonas, fier admiral du règne de Persie,
    Qui tint toute la terre jusqu’à la mer Rougie.
  12. Ms. 198 N.-D. Var. Fors.
  13. Riote, raillerie, et plus proprement : bavardage.
    Li uns chaule, li autres note,
    Et li autres dit la riote.
    (Le dit du Buffet. — Fabliaux et Contes de Barbazan.)
    Il y a aussi une pièce intitulée La riote de l’ monde qui a été publiée par M. Francisque Michel.
  14. Ms. 198 N.-D. Var. Vielle.
  15. Ruyl, rouille.
  16. Ms. 198 N.-D. Var. I. plastre et du jus laverez.
  17. Routure, rupture.
  18. Ms. 198 N.-D. Var. A que qu’il tourt.
  19. Ms. 7633. Var. Tort.
  20. Herbiers : le statut de la faculté de médecine rédigé en 1281, sous le décanat de Jean de Chérolles, défend au Herbiers de donner aucun remède altérant, laxatif ou autre, si ce n’est en présence d’un médecin, excepté les remèdes vulgaires, tels que sucre rosat, eau rose, etc.
  21. Ms. 198 N.-D. Var. Crote.
  22. Ms. 198 N.-D. Var. A .ij. channes.
  23. Le Ms. 198 N.-D. commence l’alinéa par ces mots : « De par Dieu, aucune, etc. »
  24. Ms. 198 N.-D. Var. Et les autres si se contienent.
  25. Avertinz, vertige, épilepsie.
  26. Ms. 198 N.-D. Var. Sols.
  27. Le Ms. 198 N.-D. ajoute : « A Estampe .i. estampois, à Bar .i. barrois, à Viane .i. vianois, à Clermont .i. clemondois, à Dyjon .i. dijonnois, à Mascon .i. masconois, à Tors .i. tornois, à Troies .i. tréessien, à Raias .i. rencien, à Prouvins .i. provenoisien, à Amiens .i. moncien, à Arras .i. artisien.
  28. Ms. 198 N.-D. Var. Point d’argent.
  29. Ms. 198 N.-D. Addition. Si vous n’aveiz vermeil, preneiz chatain ; se vos n’aveiz chatain, etc.
  30. Ms. 198 N.-D. Var. Hostel.
  31. Ms. 198 N.-D. Var. Se vous i failliez le quart, prenés le quint.
  32. Charaies, sortiléges.
  33. Ms. 198 N.-D. Var. Corbacas.
  34. La dernière phrase manque au Ms. 198 N.-D.