Rutebeuf - Oeuvres complètes, 1839/La vie sainte Elysabel

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Texte établi par Achille Jubinal Chez Édouard Pannier (2pp. 151-226).


La Vie sainte Elysabel,


ou ci encoumence


LA VIE SAINTE ÉLYSABEL,


fille au roi de hongrie [1].


Mss. 7218, 7633.


Séparateur



Cil Sires dist que l’en aeure :
« Ne doit mengier qui ne labeure ; »
Mès qui bien porroit laborer,
Et en laborant aourer
Jhésu, le père espéritable,
A qui loenge est honorable,
Le preu feroit de cors et d’âme.
Or pri la glorieuse Dame,
La virge pucèle Marie,
Par qui toute fame est garie

Qui la veut proier et amer,
Que je puisse en tel lieu semer
Ma parole et mon dit retrère
(Quar autre labor ne sai fère)[2]
Que en bon gré cele le praingne
Por qui j’empraing ceste besoingne,
Ysabyaus, fame au roi Thibaut[3].
Que Diex face haitié et baut
En son règne, avoec ses amis,
Là où ses disciples a mis.
Por li me vueil-je entremetre
De ceste estoire en rime metre
Qui est venue de Hongrie.
Si est li procès et la vie
D’une dame que Jhésu-Criz
Ama tant (ce dist li escriz)
Qu’il l’apela à son servise :
De li list-on en sainte Yglise.
Elysabel ot non la dame
Qu’à Dieu rendi le cors et l’âme[4].
Si com l’en tient le lis à bel,
Doit l’en tenir Elysabel
A sainte, à sage et à senée.
Vers Dieu se fu si assenée

Que toz i fu ses cuers entiers
Et s’atendue et ses mestiers.
Ysabiaus fu mult gentiz fame[5].
De grant lingnage et preude fame[6],
De rois, d’empereors, de contes,
Si com nous raconte li contes.

La renommée de s’estoire
Ala à la pape Grigoire.
Viij. apostoiles ot à Rome
Devant cestui, ce est la somme,
Qui furent nommé par cest non.
Preudom fu et de grant renon,
Et droiz pères en vérité
Et au pueple et à la cité.

Chascuns de la dame parla
Et des miracles que par là
Fesoit, de contrez redrecier,
De sours oïr, fols radrecier,
De malades doner santé,
D’autres vertuz[7] à grant plenté.
Quant nostre pères l’apostoles
Ot entendues les paroles
Et la sainte vie à celi
Que Dieu et au siècle abeli[8],
Par seremenz le fist enquerre

Aux granz preudommes de la terre
C’on li mandast par lettres closes
Le procès et toutes les choses
Que l’en en la dame savoit,
Qui si grant renommée avoit.

Li grant preudomme net et pur
S’en alèrent droit à Mapur[9],
Là où ceste dame repose,
Por miex enquerre ceste chose.
Si assamblèrent, ce me samble,
Evesque et arcevesque ensamble,
Et preudomme relégieus
Qui n’estoient pas envieus
De dire fable en lieu de voir.
Quanques l’en pot apercevoir
De ses miracles et trover
Que l’en pooit par droit prover
Enquistrent bien icil preudomme,
Dont je les nons pas ne vous nomme ;
Et ne porquant isnelemant
Se il ne fussent Alemant
Les nommaisse, mès ce seroit
Tens perduz qui les nommeroit :
Plustost les nommaisse et ainçois
Se ce fust langages françois ;
Mès n’ai mestier de dire fable :
Preudhomme furent et créable.

Les preudes genz firent escrire

En parchemin et clorre en cire
Quanqu’il porent apercevoir,
Sanz assembler mençonge à voir.
Li messagier furent mandé ;
Oncques n’i ot contremandé.
Assamblent soi ; assamblé furent.
Ensamble, ce me samble, murent,
Lor besoingnes bien atornées ;
Tant alèrent par lor jornées,
La voie plaine et la perrouse,
La pape truèvent à Perrouse.
Tost fust la novèle séue ;
La piétaille s’est esméue :
Chascuns vient, chascuns i acort.
Li messagier vindrent à cort ;
L’apostoile baillent l’escrit
Là où li fet furent descrit
D’Élysabel la dame sage :
Mult furent joï li message.

L’apostoiles les lettres œvre
Là où li procès et li œvre
De cele dame fu descrite
Qui si fu de très grant mérite.
Cil sains preudom la lettre lut :
Li lires mult li abelut.
Mult prise la dame et honeure ;
Por la dame de pitié pleure
Et de la grant joie ensemant.
Que vous iroie plus rimant ?
Saintefiée fu et sainte ;
Puis fist-ele miracle mainte,

Que vous m’orrez retraire[10] et dire :
Dès or commence la matire.
Ce fu doné à la Parrousse
Por la dame relegiouse
De bone conversacion,
En l’an de l’incarnacion
M. et .cc. et .iiij. et .xxx.,
Si com l’escripture le chante.

Por noient vit qui ne s’avoie :
Qui ne veut tenir bone voie
Tost est de voie desvoiez :
Por ce vous pri que vous voiez
La vanité de ceste vie
Où tant a rancune et envie.
Cil qui tout voit nous ravoia
Qui de paradis la voie a
Batue por nous avoier ;
Véez, provost ; véez, voier ;
Voie chascuns, voie chascune :
Or n’i a-il voie que une,
Quar l’autre voie avoiera ;
Fols ert qui le convoiera :
N’i fu pas la dame avoié
Qui des angles fu convoié
Lasus en paradis célestre,
Quant du siècle déguerpi l’estre,
Que sainte vie et néte et monde
Ot menée la dame el[11] monde.

Au roi de Hongrie fu fille.
Sa vie, qui pas ne l’aville,
Dist que dame fu de Teringe.
Assez sovent lessa le linge
Et si frotta le dos au lange.
Du siècle fu assez estrange[12] :
A Dieu servir vout son cuer metre,
Quar, si com tesmoingne la lettre,
Vertuz planta dedenz son cuer :
Aus œvres parut par defuer.
Toz visces de sa vie osta :
De Dieu s’oste qui tel oste a ;
Ne puet amer Dieu par amors.
Escole fu de bones mors,
Examples fu de pénitance
Et droiz mireors d’ingnorance,
Si com briefment m’orrez retrère,
Mès qu’il ne vous doie deplère.

Si honeste vie mena
Tant comme en cest siècle régna,
Dès qu’ele n’avoit que .v. anz
Jusqu’ele en ot je ne sai quanz,
C’est-à-dire toute sa vie,
Que d’autre vie n’ot envie,
Si com li preudomme l’enquistrent
Qui à l’apostoile le distrent.
N’osta pas bien visces de li
Cele qu’à Dieu tant abeli,
Quant ele, qui si gentiz dame

Estoit com plus puet estre fame,
Fuioit les vanitez du siècle,
Et enseignoit la droite riègle
D’avoir le règne perdurable
Avoec le Père espéritable
A cels qui avoec li estoient,
Qui de tel vie la savoient ?
Orgueil, iror, et gloutonie,
Et visces dont l’âme est honie,
Luxure, accide et avarisce,
Et puis après le vilain visce
Qui a non envie la male,
Qui l’envieus fet morne et pâle,
Osta si et mist à senestre
Que Diex en ama miex son estre.

Por ce que sermoner me griève,
Le prologue briefment achiève,
Que ma matire ne destruie.
L’en dit que biau chanter anuie :
Or m’estuet brief voie tenir ;
A mon propos m’estuet venir.
Escoutez donc, ne fètes noise :
Si orrez jà, s’il ne vous poise,
Les miracles apers et biaus
Que cele sainte Élysabiaus[13]
Fist à sa vie et à sa mort.
Ainz puis meillor dame ne mort
La mort qu’ele vint celi mordre,
Que Dieu servir se vout amordre.

Ne tint mie trop le cors chier :
Avant se lessast escorcier
Qu’au cors féist sa volenté,
Tant ot le cuer à Dieu planté.

En .iiij. pars est devisiée[14]
Sa vie, qui tant est proisiée.
La première partie dist
Les oevres qu’en sa vie fist :
Comment à Dieu servir aprist
Jusques lors qu’ele mari prist,
Comment se tint et nète et monde.
Or dit la partie seconde
Comment fu preude fame et sage
Puisqu’ele entra en mariage.
La tierce partie devise
En quel manière et en quel guise
Vesqui puis la mort son seignor,
Qui tant la tint à grant honor,
Tant que par grant dévocion
Prist l’abit de relegion.
Ne vous vueil pas fère lonc conte :
La quarte partie raconte
Comment cele qui tel fin a
Sa vie en l’ordre defina.
Puis orrez en la fin du livre,
Se Jhésu-Criz santé me livre,
Miracles une finité,
Que cil de sa voisinité
Qui furent créable et preudomme

Provèrent à la cort de Romme.

Mult est musars[15] qui Dieu ne croit
Et cil mauvès qui se recroit
De celui Seignor criembre et croire
Qui nule foiz ne set recroire
D’acroistre cels qui en lui croient ;
Dont sont cil fol qui se recroient,
Qu’au Créator merci ne crient.
Cil qui de cuer vers lui s’escrient,
S’il ont el créator créance,
Endroit de moi, je croi en ce[16]
Que lor lermes, lor plor, lor criz,
Ou David ment et ses escriz,
Seront en joie converti ;
Et cil seront acuiverti
Qu’adès acroient sor leur piaus,
Quar li paiers n’ert mie biaus.
Ceste dame, qui en Dieu crut,
Qui sor ses piaus guères n’acrut[17],
Se dut bien vers Dieu apaier,
Quar de légier le pot paier.

Or, dit l’estoire ci endroit,
V. anz avoit d’aage droit
Elysabel, la Dieu amie,
Qui fille ert au roi de Hongrie[18],
Quant à bien fère commença.

Dès les .v. ans et puis en çà,
Ot avec li une pucèle.
Gente de cors et jone et bèle[19]
Et virge estoit, et monde et nète :
Pucèle, non, mès pucelète.
Avoec li fu por li esbatre :
L’une ot .v. anz, et l’autre iv.
A cele virge fu requis
Et bien encerchié et enquis,
Qu’avoec la dame avoit esté
Et maint yver et maint esté,
Qu’ele déist tout le couvaine
Comment la dame se demaine.
Cele jura et dist après :
« Or, escoutez ; traiez-vous près ;
S’orrez, dist-ele, de celi
Qu’à Dieu et au siècle abeli.
Je vous di deseur ma créance
Que ceste dame dès enfance
Si mist toute s’entencion
En Dieu et en rélegion ;
Là fu ses droiz entendemenz,
Ses geus et ses esbatemenz.
Quant dès lors que .v. anz n’avoit
(Je ne sai se lettres savoit)
Portoit .i. sautier à l’église
Si com por dire son servise.
Lez l’autel voloit demorer
Si com s’ele déust ourer[20].

Afflictions fesoit-el toutes
A nuz genouz et à nus coutes ;
Au pavement joingnoit sa bouche ;
N’i savoit nul vilain reprouche.

« Li enfant qu’avoec li estoient
I. geu soventes foiz fesoient,
Si com de saillir à .i. pié ;
Et cele par grant amistié
Si s’enfuioit vers la chapele,
Et lessoit chascune pucèle,
Si com s’adès déust saillir,
Quant à l’entrer devoit faillir,
Tant avoit cuer fin et entier
Que por Dieu besoit le sentier.
Sachiez jà ne fust en cel lieu,
S’ele jouast à quelque gieu,
Que s’espérance et sa mémoire
Ne fust à Dieu, le Roi de gloire ;
Quar se li cors juoit là fuer,
A Dieu avoit fichié le cuer.
Ainsi juoit sanz cuer li cors :
Li uns à Dieu, l’autre là fors[21] ;
Assez avoit de geu en aus.
Un geu que l’on dit des aniaus,
A quoi l’en gaaingne et pert,
Savoit-ele tout en apert ;
A ce geu gaaingnoit sovent,
Et si départoit par couvent
Aus povres pucèles meisme

De trestout son gaaing la disme.
Cele qui son don recevoit
Par covent fet dire devoit
La patre nostre et le salu
La dame qui tant a valu.

« A ce geu mult s’agenoilloit ;
Couvertement les mains joingnoit,
Et disoit : Ave, Maria,
De chief en chief ce qu’il i a.
A aucune des puceletes
Disoit : « Je vueil lez moi te metes,
Si te vueil proier et requerre
Que nous mesurons à la terre,
Quar de savoir sui mult engrant
Laquel de nous .ij. est plus grant. »
Si n’avoit de mesurer cure :
Por li couvrir, par la mesure
Voloit que plus de bien féist
Et plus de proières déist.

« Encor vous di-je de rechief,
Por ce que saint Jehan en chief
Est garde de toute chasté,
Que la seue ne fust gastée ;
Por ce i ot-el s’amor mise
Et son cuer mis en son servise.
Celui évangelistre amoit ;
Après Dieu seignor le clamoit.
S’on li demandoit por celui
Ele n’escondisoit nului :
Celui servi, celui ama ;

Après Dieu son cors et s’âme a
Mis à celui du tout en garde :
Ne fist pas que fole musarde.
Se l’en li éust chose fète
Dont ele fust en iror trète,
Por saint Jehan l’evangelistre,
Son droit mestre et son droit menistre,
Li estoit du tout pardoné
Que jà puis n’en fust mot soné.
Encor vous di s’il avenist
Qu’aler gésir la convenist,
S’ele n’éust assez prié
Dieu et de cuer regracié,
Ele prioit en son lit tant
Que mult s’i aloit délitant.
Après vous di en briez paroles,
En geus, en festes, en caroles
Et à quanqu’enfant doit plère,
Si com se n’en éust que fère,
Lessoit-ele, sachiez sans doute ;
Quar ne prisoit guères tel route
Envers l’ami c’on doit amer,
En qui amor n’a point d’amer.

« Aus festes et aus diemanches[22]
Ne metoit ganz, ne vestoit manches
Tant que midis estoit passez ;
Et autres veus fesoit assez
Dont anuis seroit à retrère,
Et j’ai mult autre chose à fère.

Ainsi vesqui en sa jonece.
Assez ot anui et destrece
Ainçois qu’ele fust mariée,
Quar à norrir estoit livrée
Aus plus granz seignors de l’empire
De toutes genz estoit la pire
Qui fust en la maison son père.
Dure gent i ot et amère
Envers li plus qu’il ne devoient :
Par envie mult li grevoient,
Tant i avoit venin et fiel.
« Ceste prendra la grue au ciel,
Fesoient-il, par ataïne, »
Tant avoient à li haïne
Por ce c’onestement vivoit ;
Et li faus envieus qui voit
Honeste gent d’oneste vie
A toz jors d’aus grever envie.

« Quant[23] que son seignor éust
Ne que de l’avoir riens séust
Fors, ainsi com la gent devine,
Cil qui savoient le couvine
Son seignor li blasmoient souvant,
Et li aloient reprovant
Ce que il la voloit jà prendre.
Se il li péussent desfendre
Il li éussent desfendu
Que jà n’i éust entendu ;
Et disoient si conseillier :

« Nous nous poons mult merveillier
Que béguins volez devenir ;
Ne vous en poez plus tenir !
C’est folie qui vous enhète. »
Volontiers l’eussent soustrète
Et menée en aucun manoir.
Quant il virent que remanoir
Ne porroit mès, c’est la parclose,
Et li éussent fet tel chose
Dont ele perdist son douaire,
Et s’en reperast au repaire
Son père dont ele ert issue ;
Mès Diex l’en a bien desfendue,
Quar celui que Diex prent en cure
Nus ne li puet grever ne nuire.
Or avez oïe s’enfance
Toute, fet cele, sanz doutance. »

— « Bele suer, combien puet avoir
Que vous poez apercevoir
Qu’avoec li conversé avez ?
Dites-le-nous se vous savez, »
Firent cil qui firent l’essai.
« Seignor, dist-ele, je ne sai ;
Je di por voir, non pas devin,
Dès lors qu’avoec madame ving
Iij. anz avoie et ele .v.
Dès lors i ai esté ainsinc
Tant qu’ele vesti cote grise ;
Tant vous en di, plus n’en devise,
C’est-à-dire l’abit de l’ordre
Qu’à tel amors se vout amordre. »

Piez poudreus et penssée vole
Et œil qui par cinier parole
Sont .iij. choses, tout sanz doutance,
Dont je n’ai pas bone espérance,
Ne nus preudom ne doit avoir ;
Quar par ces .iij. puet l’en savoir
Qui à droit sen le remenant,
Qui lors va celui reprenant,
Et qui à bien fère l’ensaigne ;
Si vaut autant com batre Saine :
Tout est perdu quanqu’on li monstre.
Dites-li bien, il fera contre,
Quar il cuideroit estre pris
S’il avoit à bien fère apris.
Ne vaut noient ; li cuers aprent,
Li cuers enseigne et se repent,
Au cuer va tout. Qui a bon cuer
Les oevres monstre par defuer :
Li mauvès cuers fet mauvès homme.
La preude fame et le preudomme
Fet li bons cuers, je n’en dout mie[24].
Ceste qui à Dieu fu amie
Et qui à Dieu se vout doner
Ne s’en fist guères sermoner.
Sa serve fu ; bien le servi ;
Par bien servir le déservi.
Li bons serjanz qui de cuers sert
En bien servir l’amor désert
De son seignor por bien servir.
Qui ne se voudra asservir,

Je lo l’amor de Dieu déserve
Quels que il soit, ou sers ou serve,
Quar qui de cuer le servira
Bien sachiez qu’il déservira
Par qoi l’âme de lui ert franche :
Ci n’a mestier, fuie ne ganche.

Elysabel ot droit aage
D’avoir l’ordre de mariage[25]
Que fame pert non de pucèle.
De ceste qui dame novèle
Est orendroit vous vueil retrère.
Or entendez de son afère :
Li preudomme orent mult grant cure
De savoir la vérité pure
De la sainte vie de ceste ;
Mult en furent en mainte[26] enqueste.

Ysentruz, qui fu veve fame,
Relegieuse et bone dame,
Fu avoec li .v. anz, ce croi,
De son consel, de son secroi,
Au vivant Loys landegrave.
Après i fu la dame veve,

Puis que Loys fu trespassez,
I. an entier et plus assez
Tant que se fu en l’ordre mise.
Des enquereors fu requise
Ysentruz de dire le voir ;
Jurer l’estut par estavoir.
Ysentruz fist son serement,
Et puis si dist apertement
A son pooir la vérité :
« Humble, plaine de charité
Est mult Elysabel, fet-ele ;
Jà ne querroit de la chapele
Yssir ; jà ne querroit qu’orer
Et en oroison demorer.
Mult murmurent ses chamberières
Que jamès ne querroit arrières
Venir du moustier, ce lor samble ;
Mès coiement d’entr’eles s’emble,
Et va Dieu proier en amblant.
Jamès ne verrez sa samblant ;
Quant plus ert en grant seignorie,
Et plus ert amée et chiérie ;
Lors avoit-ele .i. mendiant,
Qu’ele n’alast Dieu oubliant,
Qui n’avoit pas la teste saine ;
Ainz vous di qu’il l’avoit si plaine
D’une diverse maladie
Que n’est pas droiz que je la die
(Sanz nommer la poez entendre),
Que nus n’i osast la main tendre.
Celui nétioit et mondoit,
Celui lavoit, celui tondoit ;

Plus li fesoit que vous diroie,
Que dire ne vous oseroie.
En son vergier menoit celui
Por ce que ne véist nului
Et que nus hom ne la véist,
Et s’aucune la repréist
Et ele ne savoit que dire,
Si prenoit par amors à rire.

« Entor li avoit .i. preudhomme
Que chascuns mestre Corras nomme
De Mapur, qui obédiance
Li fist fère par l’otriance
De son seignor : or soit séu
De qoi l’obédience fu :
Qui le voudra savoir se l’sache.
En l’abéie d’Ysenache[27]
Qui est de sainte Katherine,
Voua de penssée enterine
A entrer, ce trovons el livre,
Se son seignor pooit sorvivre ;
Puis après li fist estrangier
Toute la viande à mengier
Dont ele pensse ne devine
Qui soit venue de rapine ;
Et de ce se garda si bien
Qu’onques n’i mesprist de rien ;
Quar quant la viande venoit
De leu qu’ele soupeçonoit
Et lez son seignor assise ière,

Si déissiez à sa manière
Qu’ele menjast (ce n’est pas fable)
Plus que nus qui fust à la table ;
Ce de mengier n’esconsdisoit,
Que çà et là le pain brisoit.

« Or savoient ices novèles
Iiij.[28] sanz plus de ses damoisèles.
Son seignor dient en apert
Que il s’âme détruit et pert,
Et que jamès n’ert absolue
De mangier viande tolue.
Il lor respont : « Forment me griève,
Mès ne voi comment j’en achiève,
Et sachiez je m’en garderoie[29]
Se les paroles ne doutoie.
Si en faz ce que fère doi,
Ma gent me monsterront au doi :
Mès bien vous di certainement,
Se je puis vivre longuement,
Sor toute rien que je propose
Moi amender de ceste chose. »

« Quant de droite rente venoit
La viande, si la prenoit,
Ou des biens de son droit doaire ;
D’autres n’avoit-ele que faire.
De cels menjue, de cels use,
Et se cil li faillent, si muse

Et ele et toute sa mesnie.
Ez vous sa vie desresnie ;
Mès aus plus granz seignors mandoit
Ou en présent lor demandoit
Qu’il li donaissent de lor biens,
S’on ne trovast à vendre riens ;
Quar de droite rente estoit cort
Li biens qui venoit à la cort ;
Et ele avoit bien entendu
Que li mestres ot desfendu.

« Assez sovent menjaissent bien
Mult volentiers ele et li sien
Du pain se assez en éussent,
Que sanz doute mengier péussent ;
Et à la table endroit de soi
Avoit sovent et fain et soi[30],
Et s’avoit-il mult à la table
Bone viande et bien metable,
Mès tout adès redoute et pensse
Que ce ne soit sor sa desfensse.

« Une foiz ert à table assise
Où assez ot viande mise
De qoi, sauve sa consciance,
Ne pot penre sa soustenance
Fors d’un présent qui fu venuz
Où il ot .v. oisiaus menuz.
De cels menja, mès ce fu pou,
Qu’ele douta devers saint Pou

Ne venist lendemain viande.
Les .iii. à garder en commande ;
De cels menja mult volentiers
Et en vesqui .iii. jors entiers :
A chascun menga la moitié.
Assez avoit plus grant pitié
De sa mesnie que de li,
Quar chascun jor véoit se li
Mengiers fust prest pou en prissent,
Quel que fain que il soustenissent.

« Aus vilains viande rouvoit,
Et s’ele honeste la trovoit,
Si disoit : « Mengiez, de par Dé,
Que Diex nous a bien regardé. »
Une foiz se fu atornée
Por chevauchier une jornée,
Là où ses sires devoit estre.
Bien lor fu viande à senestre,
Que il osaissent par droit prendre
Sanz els mesfère ne mesprendre,
Fors que pain noir, dur et hasle,
Tout muisi et tout très sale.
Onques plus n’orent que je di ;
Et si fu à .i. samedi
Qu’il estoient tuit géun.
N’orent pois ne autre léun :
Cel jor lor pot dire la geule :
« Cui avient une n’avient seule. »

« Durs fu li pains et crouste et mie :
Li dui n’en menjaissent demie

Se le jor mengier en déussent,
Se il atendri ne l’éussent ;
Mès sanz faille atendrir le firent
En ève chaude où il le mirent.
Après ce digner povre et gaste,
Que l’en ot du pain dur paste
Par l’ève chaude où il fu mis,
Se sont-il d’errer entremis.
N’orent mestier de desferrer
Que puis les covint-il errer
Tels .viij. liues que, par droit conte,
L’une de là, .ij. de çà monte.

« Assez parlèrent maintes boches
Et distrent mult de tels reproches
Qui ne furent ne bel ne gent :
Si n’èrent pas estrange gent,
Mès de lor genz de lor ostel,
Et dient c’onques mès n’ot tel
Mari dame com ceste-là :
Chascuns le dit, nus ne l’ cela.

« Jamès ne li fust nus anuiz
En relever toz jors de nuiz
Por aler à l’église orer ;
Et tant i voloit demorer
Que nus pensser ne l’oseroit.
Du dire folie seroit ;
Mult sovent li disoit ses sires :
« Dame, vaudroit i riens li dires ;
Je dout mult que mal ne vous face ;
Cil qui n’a de repos espasse,

Cui adès covient endurer,
Je vous di qu’il ne puet durer. »
Mult prioit à ses damoiseles,
A toutes ensamble que eles
L’esveillassent chascun matin :
Ne lor parloit autre latin.
Par le pié se fesoit tirer ;
Quar mult doutoit de fère irer
Son seignor et de l’esveillier ;
Et il fesoit de sommeillier
Tel foiz samblant que il veilloit
Que que l’en la dame esveilloit. »

Dist Ysentruz : « Quant je voloie
Li esveillier, et je venoie
A son lit, li par le pié prendre,
Et je voloie la main tendre
Au pié ma dame, et j’esveilloie
Mon seignor que son pié tenoie,
Il retraioit à lui son pié
Et le souffroit par amistié.
Sor .i. tapiz devant son lit
Dormoit sovent à grant délit
Par la grant plenté de proières
Que Diex amoit et tenoit chières.

Quant du dormir estoit reprise
Devant son lit en itel guise,
Si respondoit com dame sage :
Je vueil que la char ait domage,
En ce qu’ele souffrir ne puet
A fère ce qu’à l’âme estuet. »

Quant son seignor lessoit dormant,
En une chambre coiemant
Se fesoit batre à ses bajasses
Tant que de batre estoient lasses ;
Quant ç’avoit fet par grant désir,
Plus liement venoit gésir.
Chascun jor en la quarantaine
Et une foiz en la semaine
La batoient, ce vous redi,
En charnage, le vendredi.

Ainsinc souffroit ceste moleste :
Devant gent fesoit joie et feste ;
Quant ses sires n’i estoit pas,
Si n’estoit pas la chose à gas.
En jéuner et en veillier,
En orer, ou cors traveillier,
Estoit-ele si ententive
Qu’à granz merveilles estoit vive.
Ainsinc vivoit et nuit et jor
Com dame qui est sanz seignor.
Si estoit débonère et simple ;
Bèle robe ne bèle guimple
Ne metoit pas, mès la plus sale
Tant que l’en menjoit en la sale ;
Et si estoit la haire mise
Emprès la char soz la chemise ;
Et de robe estoit par defors
Mult gentiment[31] vestuz li cors.
Lors péust l’en dire, ce cuit :

« N’est pas tout or quanqu’il reluist. »

Lors estoit parée et vestue
Que ele savoit la venue
Que son seignor devoit venir,
Ne mie por plus chier tenir
Le cors, ce sachiez bien de voir,
Ainz poez bien apercevoir
Que ce por son seignor fesoit
Et que por ce miex li plesoit.
A ses séculières voisines,
Par jeûnes et par desciplines,
Enseignoit à fuir le siècle
Qui ne va pas à droite riègle,
Et que chascuns devroit haïr
Qui ne vaudroit s’âme trahir.
Les caroles lor dévéoit[32]
Et toz les geus qu’ele véoit
Qui l’âme puéent coroucier ;
Mult les amast à adrecier
Et honeste vie mener
Par les bons examples doner.

Quant les borgoises du chastel,
Affublées de lor mantel.
Aloient d’un enfant à la messe,
Chascune aloit comme comtesse
Mult bien parée à grant devise :
Ainsinc aloient à l’église ;
Mès ele i aloit autrement,
Quar ele i aloit povrement

Vestue et toute deschaucie.
Par les boes de la chaucie
Descendoit du chastel aval
Sanz demander cher ne cheval.
Son enfant en son braz venoit,
Et sa chandoile ardant tenoit.
Tout ce metoit desor l’autel,
Et .i. aignel trestout autel
Com Nostre-Dame fist au Temple ;
De ce prist-ele à li example.
En l’onor Dieu et Nostre-Dame
Donoit à une povre fame
La robe qu’ele avoit vestue
Quant de messe estoit revenue.

Mult ert la dame en oroisons,
Tant com duroient rouvoisons,
Qu’entre les fames de la vile
(Ne cuidiez pas que ce soit guile)
Se muçoit por aler à viau.
Lors avoit-ele son aviau
Quant tele ouvraingne pooit fère :
Jamès ne li péust desplère.

Filer fesoit por fère toile ;
N’est pas reson que je vous çoile
Qu’ele en fesoit quant fète estoit :
Frères Menors en revestoit
Et les autres qui de poverte
Trovoient trop la porte ouverte.
Que vous iroie-je aloingnant[33],

Ne mes paroles porloignant ?
Toz biens à fère li plesoit :
Les mors ensevelir fesoit.

S’aucun povre oïst esmaier
Qui déist : « Je ne puis paier ;
Je ne sai quel conseil g’i mète, »
Ele paioit por lui la dète.
Si ne li pooit abelir
S’on fesoit povre ensevelir
Qu’il en portast nueve chemise ;
La viez li estoit el dos mise
Et la nueve por Dieu donée :
Si estoit la chose ordenée.
Encor vous di, seignor, après,
Où que ce fust ou loin ou près,
Aloit les malades véoir,
Et delez lor lit asséoir ;
Jà si ne fut la meson orde ;
Tant ot en lui miséricorde
Que ne redoutoit nule ordure,
Car d’aus aidier avoit grant cure.
Mirgesse[34] lor estoit et mère,
Quar n’estoit pas mirgesse amère
Qui prent l’argent et si s’en torne,
Queque li malade séjorne ;
Ainçois ouvroit de son mestier
Et i metoit le cuer entier.
Se li cors ert en guerredon,
L’âme en atendoit guerre don.

Mestre Corras, por sermoner
Et por bons examples doner,
Voloit aler parmi la terre :
S’envoia cele dame querre.
Cele c’une dame atendoit
De là aler se desfendoit,
Quar c’estoit une grant marchise ;
Si ne vousist en nule guise
C’on ne la trovast en meson,
C’on n’en déist fole reson.
Por ce li fust de l’aler grief,
Et cil la manda de rechief,
Que sor obédience viengne,
Que nule riens ne la détiengne.

Quant d’obédience parla,
Et la dame cele part là
S’en ala sanz sa compaignie,
S’ele en déust estre honie ;
Merci cria de son mesfet
Et de l’iror qu’il li ot fet.
Ses compaignes furent batues
Sanz plus de chemises vestues
Por le demorer qu’eles firent
Puis que son messagier oïrent.
Or fu jadis en .i. termine
Que il estoit mult grant famine :
Landegrave, qui preudom ière
Et qui l’amor Dieu avoit chière,
Envoia com preudom loiaus
De ses granches espéciaus
Tout le gaaignage as Strémone,

Sanz ce que nus ne l’en sermone,
Por départir aus povres genz.
Mult ert li dons et biaus et genz ;
Quar povres qui ert à séjor
De s’ausmone passoit le jor.
A Watebert[35] demoroit lors,
.I. chastel de la vile fors :
Léenz a une grant meson
Qui lors estoit en la seson
Plaine d’enfermes et d’enfers :
Assez estoit griez cis enfers.

Cil ne pooit pas tant attendre
Cele eure à qoi l’en soloit rendre
Aus povres l’aumosne commune,
Mès jà ni éust un ne une
Qu’il ne véist chascun par soi :
Cil n’avoient ne fain ne soi.
Cels sermonoit Elysabiaus ;
Les moz lor disoit douz et biaus
De pascience et de salu
Qui lor à aus âmes valu.
Mult issoit sovent grant puor
De lor robes por la suor,
Si que souffrir ne le pooient
Celes qui avoec li estoient ;
Mès ele le souffroit si bien
Que jamès ne li grevast rien ;
Ainz les couchoit et les levoit,
Que nule riens ne li grevoit,

Et lor nétioit nez et bouche,
S’on l’en déust fère reprouche.

Là furent de par li venu
Petit enfant et povre et nu
Qu’ele-méisme fist venir ;
Qui les li véist chier tenir,
Baignier, couchier, lever et pestre,
Il la tenist à bone mestre.
Ne lor estoit dure n’amère :
Li enfant l’apeloient mère ;
A cels aloit-ele environ,
Cels metoit-ele en son giron.

A cel tens et à celui terme
.Iij. manières de gent enferme
Ot-ele lors à gouverner
Que toz li covint yverner,
Et cil qui plus estoit haitiez
Ne se soustenoit sor ses piez.
Mauvès i ot, et si ot pires,
Et très mauvès. C’est granz martyres.
Des .ij. ai dit qu’ele en fesoit,
Comment ele les aaisoit :
Des autres vous vueil dire après.
Cels voloit avoir de li près
Devant le chastel, lez la porte,
Là où ele-méisme porte
Ce qui à table lor remaint.
Si lor espargnoit-ele maint
Bon morsel qu’ele menjast bien :
Ce fesoit et ele et li sien.

A la table lor fu remis
Uns poz qui n’estoit pas demis
De vin ; si lor porta à boivre :
Si pou i ot, ne l’os mentoivre,
Mès Diex, à cui riens n’est celé,
Cui tuit secré sont révélé,
A cui nul cuer ne sont couvert,
I ouvra si à découvert
Que chascuns but tant comme il pot
Et s’en remest autant ou pot,
Quant chascun ot assez béu,
Comme au commencier ot éu.

Je di por voir, non pas devine,
Moisson de semence devine
Moissonna en itel manière
Tant que moissons entra plenière.
Toz cels qui se porent lever
Sanz els trop durement grever
Revesti de lange et de linge
La bone dame de Turinge.
A chascun dona sa faucille,
Por ce quant l’en les blez faucille
Povres qui ne va faucillier
Ne se porroit plus avillier
S’il est tels que faucillier puisse ;
Quar il n’est nus qui oiseus truise
Lors, clerc, ne lai, ne escuier,
Que il ne le doie huier.

Ainz que ses sires rendist âme,
Qu’ele estoit de Turinge dame,

Fesoit merveilles à oïr ;
Que lors la vissiez esjoïr
Et de feste fère enrainie
Qu’ele ert à privée mesnie
Sanz compaigne d’estrange gent,
Ne demandoit pas le plus gent
Mantel qui fust dedenz sa chambre,
Si com l’estoire me remambre,
Mès le plus vil et le plus sale :
Ainsinc aloit parmi la sale,
Et bien disoit à bouche ouverte :
« Quant je serai en grant poverte
Ainsinc serai mès tout sanz doute. »
Puis ot-ele povreté toute,
Et bien prophétiza le puis[36] :
De povreté où chéi puis,
Si com vous orrez après dire,
Se vos entendez la matire.

Toz jors à la çaine par rente,
Ne cuidiez pas que je vous mente,
Fesoit la dame .i. grant mandé
Là où li povre èrent mandé
Que la dame entor li savoit ;
A trestoz cels lor piez lavoit
Et besoit après essuier.
Jà ne li péust anuier ;
Et puis fesoit mésiaus venir,
Qui lors l’en véist convenir,
Laver les piez, besier les mains,

Et trestout ce estoit du mains ;
Quar avoec aus se voloit seoir,
Et les voloit ou vis véoir.
Lors sermonoit en tel manière :
« Mult devez bien à bèle chière,
Biau seignor, souffrir ce martire ;
N’en devez duel avoir ne ire,
Qu’endroit de moi ai la créance,
Se vous prenez en paciance
Cest enfer qu’en cest siècle avez,
Ne se Dieu mercier savez,
De l’autre enfer serez tuit cuite :
Or sachiez ci a grant mérite. »

Ainsinc la dame sermonoit,
Et puis après si lor donoit
A boivre et à mangier et robe,
Que ne les servoit d’autre lobe.
Se j’estoie bons escrivains
Ainz seroie d’escrire vains
Que j’éusse dit la moitié
De l’amor et de l’amistié
Qu’à Dieu monstroit et jor et nuit.
Et je dout qu’il ne vous anuit.
Or a la dame ainsinc vescu
Que de sa vie a fet escu
Por s’âme desfendre et couvrir
Et por saint paradis ouvrir
Envers li après son decès.
Pou en verrez jamès de ces
Qui facent autant por lor âme.
Ainsinc vesqui la bone dame

Tant com ses sires fu en vie.
Or orrez la tierce partie
Qui parole de sa vevée,
Où èle fu forment grevée.

Ces .ij. dames qui juré orent,
Qui la vie à la dame sorent,
S’acordèrent si bien ensamble
Que l’une reson l’autre samble.
Par qoi cil qui l’enqueste firent
Mult durement s’en esjoïrent ;
Et ces .ij. avoient véue
La bone vie et connéue[37]
Que ceste dame avoit menée
Qui tant fu et sage et senée.

Bons ouvriers est qui ne se lasse :
Itels ouvriers toz autres passe.
Qui porroit trover tel ouvrier,
Mult i auroit bon recouvrier,
Et mult est bons à metre en œvre
Bons ouvriers qui sanz lasser oevre.
Cest ouvrier vous vueil descouvrir ;
Por l’ouvrier vueil la bouche ouvrir :
Li bons cuers qui Dieu doute et aime,
Et la bouche qui le réclaime,
Et li cors qui les oevres fet
Et en paroles et en fet :
Ces .ij. choses mises ensamble,
C’est li ouvriers, si com moi samble ;

C’est cil qui Dieu sert et aeure,
C’est li labors que il labeure :
Ceste dame tele œvre ouvra ;
Bons ouvriers fu, bien s’aouvra[38].

La mort, qui fet à son passage
Passer chascun, et fol et sage,
I fet ci passer landegrave.
La dame remaint dame veve ;
Dame, non pas, mès povre fame,
Que petit doutèrent lor âme
Li chevalier d’iluec entor.
Fors du chastel et de la tor
La getent, et de son douaire ;
Ne li lessent en nul repaire
A qu’ele se puisse acouper[39],
Ne penre repast ne souper.
Li frères son seignor vivoit,
Qui jones hom ert, et si voit
L’outrage que l’en sa suer fet,
C’onques n’amenda ce forfet[40].
Or a quanques demandé a,
Or a ce à qu’ele béa,
Or a-ele sa volonté
Puisqu’ele chiet en orfenté[41] ;
C’est ce qu’ele onques plus prisa,

C’est ce qu’à Dieu plus requis a ;
Et por ce dist ci Rustebués :
« Qui à bués bée si a bués. »

La dame est du chastel issue ;
En la cité s’en est venue
Chiez .i. tavernier en la cort[42],
Et la tavernière l’acort,
Et li dist : « Dame, bien viegniez ! »
Li taverniers, bien enseigniez,
Li dist : « Dame, venez séoir :
Pieçà mès ne vous poi véoir. »
— « Or est mestiers que l’en me voie :
L’en m’a tolu quanques j’avoie,
Dist la bone dame en plorant :
De ce vois-je Dieu aorant. »
Ainsinc jut la nuit en l’ostel,
C’onques mès dame ne l’ot tel ;
Mès li gésirs petit li griève.
D’entor la mienuit se liève ;
Si ala oïr les matines
Aus Cordeliers ; mès ses voisines.
N’i aloient pas à tele eure.
Mult mercie Dieu et aeure
De ceste tribulacion,
Et par mult grant dévocion
Pria toz les Frères Meneurs
Grâces rendissent des honeurs
A Dieu que il li avoit fètes
Et de ce qu’il li a soutrètes.

De grant charge l’a deschargie,
Quar qui richièce a en chargie,
L’âme est chargie d’une charge
Dont trop à envis se décharge,
Que mult s’i délite la char :
Tel charge fet le large eschar ;
Qui de tel charge est deschargiez,
Si ne met pas en sa char giez ;
Li maufez, por l’âme enchargier,
Ne se vout pas cele enchargier ;
De tel charge ainz la[43] descharga :
Mise jus toute la charge a.
Or la repraingne qui se[44] viaut,
Chargiez ne puet voler en haut,

A lendemain, sachiez de voir,
Que nus ne l’osa recevoir
En son hostel por herbergier ;
Ainz mena chiés .i. sien bergier
Ses enfanz et ses damoisèles.
Or i a plus dures novèles,
Qu’il fist si froit que là dedenz
Firent tuit martiaus de lor denz ;
La froidure lor fu destroite,
Et la meson estoit estroite.
Li bachelers, il et sa fame,
S’en issirent fors por lor dame.
Dist la dame : « Se je véisse
Nostre oste, grâces li rendisse
De ce qu’il nous a ostelez. »

Mès li osteus n’est guères lez.
A lendemain est revenue
A l’ostel dont ele ert issue ;
Mès nus des hommes son seignor
Ne li porte foi ne honor :
Chascuns du pis qu’il puet li fet
Sanz ce que riens n’i a mesfet.
Chiés les parenz de par le père,
Ne sai chiés cousins ou chiés frère,
Ses enfanz norrir envoia :
Cele remest qui Dieu proia.

Une foiz aloit à l’église
Por escouter le Dieu servise ;
Si passoit une estroite rue :
Contre li se r’est embatue
Une viellete qui venoit,
Cui ele s’ausmone donnoit.
Mult avoit en la rue fange,
Si fu la voie mult estrange ;
De pierres i ot .i. passage.
La viellete, qui pou fu sage,
Jeta la dame toute enverse
En cele grant boe diverse.
La dame d’iluec se leva,
Desvesti soi, si se lava,
Et rist assez de l’aventure
Et de la vielle et de l’ordure.
Petit menja et petit but[45],

Que la maladie li nut,
Où ele ot grant pièce géu.
Sus se leva, si a véu
Lez li une fenestre grant ;
Cele, qui d’orer fu engrant,
Mist son chief fors par la fenestre
Por gracier le Roi célestre.
Quant les iex clot, longuement pleure,
Longuement en ce plor demeure,
Et quant les iex vers le ciel oevre,
Le plorer pert, joie recuevre ;
Et mena ainsinc tele vie
Jusqu’endroit l’eure de complie :
A iex clos, plaine de tristèce,
A l’ouvrir recuevre leèce.
Puis dist la dame : « Ha ! Rois de gloire,
Puisqu’avoir me veus en mémoire,
Ensamble o toi sanz départir
Estre vueil ; et tu repartir
Me vueilles, sire, de ton règne
Et de t’amor, qui partout règne. »

Ysentruz, qui plus fu s’amie
Que nule de sa compaignie,
Li dist : « Dame, à cui[46] avez tant
Dit ces paroles que j’entent ? »
Sainte Élysabiaus li respont
Et les paroles li despont ;
Son secré li a descouvert,
Et dist : « Je vi le ciel ouvert,

Et vi Dieu vers moi enclinier,
Qui nului ne veut engingnier.
Conforter me vint du torment
Et de l’angoisse qui forment
M’avoit tenu jusc’orendroit.
En cel point et en cel endroit
Que le ciel vi, si fui en joie ;
Quant les iex d’autre part tornoie,
Lors si me convenoit plorer
Et la grant joie demorer. »

Or avint en celui termine
De la dame de bonne orine,
C’une seue tante abéesse
De ce païs fu mult engresse
C’uns siens frères, cui ele ert nièce,
La méist chiés li une pièce,
Si com tel dame, à grant honor,
Jusqu’ele éust autre seignor ;
Évesque estoit d’un païs
Vers cele Hongrie laïs.
Celes qu’avoec la dame estoient,
Qui chastée vouée avoient,
Orent grant paor de s’alée,
Et qu’ele ne fust mariée ;
Et la dame les reconforte,
Et dist : « Miex voudroie estre morte
Qu’avoir ma foi vers Dieu mentie,
Vers qui je me sui assentie
A estre sa fame espousée.
Tels resons ne sont que rousée :
Ne vous en devez desconfire :

Toutes resons se lessent dire.
Sachiez, se mon oncle m’esforce
Que je preingne mari à force,
Je m’enfuirai en aucun leu
Où je me ferai .i. tel geu
Que je me coperai le nez :
S’ert li mariage remez,
Qu’il n’ert lors nus hom qui ait cure
De si desfete créature. »

Cil siens oncles la fist mener
A .i. chastel, tant qu’assener
La péust à aucun preudomme ;
Et vous savez (ce est la somme)
D’amer Dieu fist semblant et chière ;
Si n’en fu fausse ne doublière.
Dementières qu’en tel torment
Estoit dementanz si forment,
Vint uns messages qui aporte
Noveles, et hurte à la porte,
Qu’en son pays l’estuet errer
Les os son seignor enterrer
C’on aporte d’outre-mer.
Cele qui tant le pot amer
Rendi grâces à Dieu le père
Et à la seue douce mère
De ce qu’ainsinc l’a conseillié.
De l’errer s’est apareillié :
Vint où li vavassor l’atendent,
Qui les os enterrer commandent
En .i. cloistre d’une abéie.
Or ait Diex l’âme en sa baillie.

Landegrave fu mis en terre.
La dame pristrent à requerre
Qu’ele à Turinge s’en viengne.
Il atornèrent sa besoingne
De son douaire en itel guise
Com la droiture le devise.
Dist l’évesque : « Ele i ira,
Mès que chascuns m’afiera
Que son douaire li rendrez
Tantost qu’à Turinge vendrez. »
Mès pou prisa douaire et don ;
Si qu’arriers s’en vint à bandon
Au leu dont ele estoit issue ;
Mès pou i est arestéue
Quant ses mestres par estovoir,
Mestre Corras, l’en fist movoir.
De son douaire estoit la vile
Et li chastiaus (ce n’est pas guile),
Mès avoir n’i pot remanance,
Qu’ele i ière sor la pesance
De cels qui aidier li devoient,
Et il à force l’i grevoient.
Issi s’en, qu’issir l’en covint :
A une vilète s’en vint ;
Si entra en une meson
Qui n’estoit pas mult de seson :
Par les paroiz estoit ouverte
Et par deseure descouverte.
Fols est qui por tel leu s’orgueille ;
Assez i pléust, se la feuille
Des arbres n’en ostast la pluie :
S’à pluie moille, à chaut essuie.

N’i menjue saumon ne trute,
Barbiau, ne luz[47] la bien estrute ;
Du pain menjue volontiers,
Non pas tant com li est mestiers :
Ne li chalut du seureplus.
Ausi fu comme en .i. reclus
Et sa gent si com gent recluse ;
N’est pas droiz que Diex les refuse,
Li chauz, li venz et la fumée
I estoit bien acoustumée :
Ce les grevoit aus iex forment
Et les metoit en grief torment ;
Nequedent ses mains en tendoit
Vers Dieu, et grâces l’en rendoit.
D’iluec s’en ala à Mapur,
Une meson fete de mur
Et de boe et de viez mesrien
Si viels que il ne vaut mès rien.
Iluecques mult i demora ;
Dieu i servi et aora.
A la bone dame donèrent
Ij. mile mars ; à tant finèrent
De son douaire si ami ;
Ainz n’en retint marc ne demi :
Tout départi aus povres genz ;
Ainsi s’en ala li argenz.

Or li furent remez encor
Robes, vessel d’argent et d’or,
Et dras de soie à or batuz.

Si fu li orguex abatuz
C’onques nul n’en vout retenir :
A Dieu en lessa convenir.
El non du Père espérital
Fonda iluec .i. hospital ;
Iluec couchoit à grant honor
Mult de povres Nostre Seignor.
A boivre, à mengier lor donoit,
Tout le sien i abandonoit.
De ses amis en fu blasmée,
Et lédengie et mésamée,
Et clamée fole et musarde,
Por ce que les povres regarde.
Quant tels choses pooit oïr,
Riens ne l’ pooit plus esjoïr.
En paine, en tribulacion
Et en sa grant temptacion,
La conforta, ce dist l’estoire,
Après Dieu le pape Grigoire,
Qui par lettres la saluoit
Et mult d’escriz li envoioit
Où mult avoit enseignement
Por qu’ele vesquist chastement,
Examples de sainz et de saintes
Et de douces paroles maintes ;
Et li prometoit à avoir
Avoec tout ce .i. douz avoir :
C’est la joie de paradis,
Que li saint conquistrent jadis.
S’ele vousist greignor avoir,
Grant seignorie et grant avoir
Éust éu plus que devant :

Tout ne prise .i. trespas de vant.

Mestre Corras bien li sermone ;
Temporels chose ne foisone :
Tost est passé du soir au main ;
Tels richeces c’on a en main
Ainsinc s’en vont comme eles vienent,
Que l’en ne set qu’eles devienent.
L’amor Dieu ot si ou cuer,
Toutes tels choses geta fuer.
Des diz au mestre li souvint,
Si que par force li convint
Enfanz et richece oublier
Et seignorie et marier.
Lors dist-ele à ses chamberières :
« Diex a oïes mes proières ;
Seignorie que j’aie éue
Ne pris pas .i. rain de ségue ;
Mes enfanz aim pou plus d’ainsins
Que les enfanz à mes voisins ;
A Dieu les doing, à Dieu les lais :
Face-en son plesir désormais.
En despiz, en destractions[48],
En autres tribulacions,
Sachiez, de voir, tant m’i délite
Que la joie n’est pas petite.
Je n’aim fors Dieu tant seulement,
Mon créator, mon sauvement. »

Mestre Corras mult la tençoit.

Por ce que plus la tormentoit,
Li ostoit d’entor li la gent
Dont plus li estoit bel et gent.
Ce fist por li plus tormenter
Et por li fère gaimenter.
Dist Ysentruz : « Por ce que plus
M’amoit que tout le seureplus,
Me mist-il fors de la meson,
Et se n’i sot autre reson
Fors li grever et anoier,
Et por croistre le Dieu loier[49]
Par cele tribulacion,
Ès vous toute s’entencion.
Sa compaigne qui dès enfance
Ot fet avoec li pénitance
Li osta, si que de nous .ij.
Li engreignoit toz jors li deuls.
Por nous .ij. mult sovent ploroit
Por ce que sanz nous demoroit[50].
Que vous feroie longue rime ?
La gent félonesse et encrime
Mist entor li, la bone osta.
Si cruels vielles à oste a,
S’ele mesprent eles l’encusent ;
A li grever mult sovent musent :
Ne l’estuet pas penser à trufes,
Batre la font et doner bufes.
Quant mestre Corras à li vient,
Puis que des buffes li sovient

Que Diex reçut, si les reçoit :
Ainsinc vaint la char et deçoit.
Toz jors à bien fère s’amort
De s’enfance jusqu’à la mort.
Tant comme au siècle fu en vie,
Por haine ne por envie,
Ne por mal c’on li séust trère,
Ne lessa onques à bien fère. »
Ainsinc dist Ysentruz et Gronde,
Les .ij. meillors dames du monde ;
Lor seremenz si bien s’acorde,
Ce c’une dit l’autre recorde.

Espérance d’avoir pardon
Ou par pénitance ou par don
Fet endurer mainte mésaise :
Li endurers fet mult grant aise,
Quar mult legièrement endure
Qui eschive paine plus dure.
Ceste dame qui pou dura
Pénitance dure endura
Por avoir vie perdurable
Avoec le Père espéritable.

Ici dist la quarte partie,
Là où est la fins de sa vie,
Qu’ele avoit une damoisele
Qui avoit autel non comme ele :
An .ij. Élysabiaus[51] ont non.
Preude fame et de grant renon

Fu mult ceste, ce dist l’estoire.
Por ce c’on la péust miex croire,
Jura qu’ele diroit le voir
De quanqu’ele porroit savoir
De toute la vie sa dame ;
Ainsinc le jura deseur s’âme.

« Seignors, dist-ele, ce sachiez,
Sanz mauvès visces, sanz pechiez
Est mult ma dame, et de vertuz
Est mult li siens cor revestuz.
Oï avez en quel manière
Aus povres fesoit bèle chière :
Aus povres fist plus grant servise,
Puis qu’ele fu en l’ordre mise
Qu’onques n’avoit fet devant.
Aucune foiz et mult souvant
Lor donoit, ce dist Ysabiaus,
Le més qui plus lor estoit biaus. »
Et dist encor que une dame
Guertrus[52], qui estoit gentiz fame,
Vint véoir ceste dame sainte
Dont l’en disoit parole mainte.
Bertous, uns enfés, vint o soi ;
De Dieu servir avoit grant soi :
Se li pria mult doucement
Qu’à Dieu priast dévotement
Que diez l’esperit de sa flame
Si que sauver en péust s’âme.
Élysabel Dieu réclama

Que de cuer finement ama,
Qu’à l’enfant otroiast sa grâce.
Ne demora guères d’espace,
Quant il et la dame prioit,
Que li enfès haut s’escrioit :
« Dame, lessiez vostre oroison,
Que Diex m’a mis hors de prison
Et m’a de s’amor eschaufé,
Et mis hors des mains au maufé. »
A chascun ainsinc avenoit
Qui por tel cas à li venoit.
Ce li avint que je recort
I. an tout droit devant sa mort.

Or avint, si com d’aventure,
C’une trop bele créature
Vint à li, s’ot non Herluiz.
Li corages li ert fuiz
De Dieu amer parfètement ;
Ainz ot mis son entendement
A ses bèles trèces pingnier.
Ne vint pas por li enseignier
Comment l’en devoit Dieu servir
Por saint paradis déservir :
Une seue suer vint véoir,
Conforter et lez li séoir,
Qui chiés cele dame gisoit.
Or n’est nus hom, s’il devisoit
Comment ele avoit biaus chevols,
Qui ne fust au deviser fols ;
Quar qui delez li s’acoutast
Il déist qu’ors en dégoutast.

Tant par estoient crespe et blonde,
Tant de si biaus n’avoit el monde.
Ces cheveus si crespés[53] et biaus
Fist coper sainte Elysabiaus ;
Et cele pleure, et brait, et crie,
Si que hautement fu oïe.
Les genz qui cest afère virent
A ceste bone dame dirent
Por qu’ele avoit ce chief tondu.
La dame lor a respondu :
« Seignor, fel-ele à briez paroles,
N’ira-ele mie aus caroles :
Bien cuideroit estre honie
A tout sa teste desgarnie. »
Lors commanda c’on li apèle,
A li venir cele pucèle.
Cele i vint. Adonc li demande
De ses cheveus reson li rande,
Qu’il li ont au siècle valu
Puisque l’âme en pert son salu.
« Dame, jà en orrez la voire :
Ou nonnain blanche ou nonnain noire
Éusse esté, se mi chevol
N’éussent fet mon cuer si fol. »
— « Dont aim-je miex que ainsi[54] soies,
Tout por toi metre en bones voies,
Que li miens filz fust emperères,
Si m’aït mesires saint Pères. »
Ainsinc la prist et la deçut ;

En l’ordre avoec li la reçut.

En ce méisme jor avint
Que Herluiz en l’ordre vint,
L. marz dona d’argent
Et départi à povre gent ;
Mès ne pot pas cele pécune
Départir de jors sanz la lune.
Li povres s’en vont, li plus fort ;
Cil qui plus orent de confort
Mestier demorèrent o soi,
Mès cil n’orent ne fain ne soi,
Ançois furent à grant délit
Bien péu et s’orent bon lit,
Bien aisiez trestout à point,
Lor piez lavez et furent oint
Qui crevé erent de mésaise.
Que diroie[55] ? Tant orent aise
Qu’oublié orent la destrèce
Et chanta chascuns de léèce ;
Quar povres qui a bien, sanz faille,
Met tout le mal à la viez taille.

Esbatre estoit alée .i. jor :
Si comme ele estoit à séjor[56],
Loing trova de son hospital
Une fame qui aloit mal.
La bone dame fist la couche :

Dedenz une granche l’acouche ;
L’enfant reçut et en fu baille.
La première fu qui le baille ;
Lever le fist et baptisier :
Son nom, qui tant fist à prisier,
Mist à l’enfant, s’en fu marraine :
Tel marraine n’a mès el raine.
Chascun jor le mois tout entier
Sot bien léenz le droit sentier.
Bien la porvit en sa gésine
De pain, de vin et de cuisine.

Quant li termines fu passez
Là où ele ot éu assez
Quanques droit à tel fame fu,
Le pain, le vin, la char, le fu,
Et le baing quant il fu à point,
Que de mesaise n’i ot point,
Et du moustier fu revenue,
Et la dame s’est desvestue
De son mantel grant aléure
Et de sa propre chaucéure,
Avoec tout .xij. coloingnois
Dont li uns vaut .iiij. tornois ;
Tout li done. Lors s’en parti,
Quant tout ce li ot reparti ;
Et cele et ses mariz ensamble
S’en fuirent, si com moi samble.
L’enfant lessièrent en l’osté :
Tout l’autre avoir en ont osté.
Devant c’on commençast matines,
Ces .ij. qu’à Dieu sont enterines,

Ysabiaus, oïr le servise,
Et sa dame sont à l’église
Venues : quant la dame i vint
De sa fillole li souvint.
Ysabel savoir i envoie ;
Cele vint là. Que vous diroie ?
N’i trova que l’enfant dormant.
Ez-vous celi en grant tormant ;
A sa dame en est revenue
Et li di la desconvenue :
« Va donc, fet-ele, l’enfant querre. »
Puis qu’ele sont fors de la terre,
Por norrir l’envoia la dame
Tout maintenant enchiés la fame
D’un chevalier qui sa voisine
Estoit, et de mult franche orine.

Lors envoia querre le juge
Qui les droiz de la cité juge ;
Si commanda c’on les querrist
Là où li querres s’aferist.
Demandé furent et rouvé,
Et quis, ainz ne furent trové.
Dist Ysabiaus : « Ma dame chière,
L’en ne’s puet en nule manière
Trover. Priez à Dieu le Père
Qu’il rende à l’enfant sa mère. »
Cele dist qu’ele n’oseroit,
Que mestre Corras le sauroit ;
Mès face en Diex sa volenté.
Ainz n’i ot plus dit ne chanté ;
Ne demora mie granment,

Se li escripture ne ment,
Li mariz et la fame vindrent,
A genillons lez li se tindrent,
Et regehirent lor pechié
Dont maufez les ot entechié.
Devant li distrent par couvant
Qu’aler ne pooient avant.
Remède quistrent du mesfet
Que sanz reson avoient fet.
Lors distrent les genz du chastel
Que des sollers ne du mantel
N’aura point ; ainz ert départi
Por ce que vilment s’en parti.
La dame lor dist : « Bien me plest :
« Fètes-en tout quanques droiz est. »

A une pucèle donèrent
Le mantel qu’à celi ostèrent ;
Cele voua relégion
Tantost de bone entencion.
Une veve r’ot en ses piez
Les sollers qu’ele avoit chauciez ;
Et cele reprist son enfant
Qu’ele ot lessié mauvesemant.
La vile lesse ; si s’en ist :
Tant grate chièvre que mal gist.

Ermenjart, qui relégieuse
Estoit mult et fu curieuse
De servir Dieu parfètement,
Refist ainsi son serement.
Ainz fu de gris abit vestue

Que la dame se fust rendue,
Et bien dist qu’ele acoustuma
La dame qui tel coustume a
A menistrer aus povres seule.
Jusques lors ne menjoit lor gueule,
Qu’ele-méisme les pessoit,
Que pou ou noient les lessoit,
Tant estoit la dame humble et simple.
Aniaus d’or, et noiaus, et guimple
Vendoit et en prenoit l’argent
Por doner à la povre gent.
Ci n’avoit mie grant orgueil,
C’un enfant qui n’avoit c’un œil
Et s’ert tingneus, si com moi mambre
Porta la nuit .vi. foiz à chambre ;
Si grant pitié de lui avoit,
Ses drapiaus ordoiez lavoit,
Et l’aresnoit si doucement
Con s’éust grant entendement.
Puis qu’ele fu en l’ordre entrée,
Tel coustume a acoustumée :
Les malades baignoit ses cors
Et les traioit de lor lit fors.
Les baigniez recouchoit[57] arrière
Et les couvroit[58] à bèle chière,
Et fet coper une cortine
Qui la meson toute encortine
Por les baingniez enveloper ;
Por ce sanz plus la fist coper.

Une mesele si poacre
Qu’il n’avoit si desi en Acre
Couchoit la dame et la levoit,
Que nule riens ne li grevoit.
Les piez et les mains li lavoit
Et les plaies qu’ele i savoit,
Qu’ele gisoit en l’ospital ;
N’onques li cuers ne l’en fist mal.
Ses compaignes ne la pooient
Regarder, ainçois s’en fuioient.
Mult aléja sa maladie :
Au chief de la herbergerie
La coucha por miex aaisier
Et por les plaies apaisier.
Mult doucement à li aloit ;
A li mult doucement parloit.
La laine qui de l’abéie[59]
Venoit (ce tesmoingne sa vie)
Filoit, et si offroit l’argent
Qu’el’ gaaignoit à cele gent.
Des mains li ostoit la quenoille
Por ce que trop fesoit besoingne ;
Si doutoient de li grever
Et si la fesoient lever
Por esbatre et esbanoier ;
Mès mult li pooit anoier
Quant rien ne li lessoient fère.
Si prenoit sa quenoille à trère
Por le filer appareillier ;
Quar toz jors voloit traveillier.

Des gros poissons li envoioient
Riche homme qu’entor li estoient :
Fesoit vendre et doner por Dieu ;
Ne les metoit en autre preu.

Son père novèles oï
Teles que pas ne s’esjoï,
Que l’en li dist sa fille estoit
Si povre qu’ele vestoit
Robe de laine sanz color[60].
S’en ot li preudom grant dolor,
Dont l’estoire ci endroit conte,
Li Rois i envoia .i. conte :
Preudom ert et bon crestien,
Si ot non li quens Pavien,
Et li dist : « Quant vous revenez,
Ma fille avoec vous amenez. »
Li quens se parti de Hongrie
A mult très bèle compaignie ;
De chevauchier bien s’entremist.
Ce ne sai-je combien il mist
A venir jusqu’à Mapur droit.
Si la trova en tel endroit
Qu’il ne la cuida pas trover,
Et lors pot-il bien esprover
Les paroles de la poverte
C’on avoit au Roi descouverte,
Quar il la trova el chastel
Afublée d’un viez mantel

Dont la pane le drap passoit :
Li porters toute la lassoit.
Si la trova laine filant,
Et si ne filoit pas si lant
Com les autres, mès à granz trais ;
Et li preudom s’est avant trais.
Quant il la vit si povrement,
Si se merveille durement
Et dist : « Je voi ci grant desroi :
Ainz mès ne vi fille de roi
Laine filer, n’avoir tel robe. »
Ceste ne fet pas trop le gobe :
Là où sa manche li dépièce
D’autre drap i met une pièce.
Volontiers l’en éust menée,
Et l’éust mult miex assenée
De sa vie, et enchiés son père,
Quar vie menoit trop amère.
Il s’en ala, n’enmena point,
Et cele remest en tel point.

En yver, par la grant froidure,
Se gisoit sor la chaume dure :
Ij. coutes metoit desus soi.
S’ele avoit assez fain et soi,
Si se pensse que ne l’en chaut
Puisqu’ele avoit aus costez chaut.
Aucune foiz ce li avint
Que mestre Corras à li vint[61]

Por li mener : si l’enmenoit ;
De sa laine li remanoit
A filer ; si vendoit la laine :
De l’argent retenoit sa paine
Et lor rendoit l’autre partie
Quant la seue en estoit partie ;
Quar léaument vivre voloit
De la laine qu’ele filoit.
Mestre Corras forment cremoit
Por l’amor Dieu que tant amoit,
Et disoit une tel reson :
« Doit estre si uns mortels hom
Doutez. Nenil, mès Diex li Pères,
Lès qui amors ne sont amères. »
En .i. cloistre s’en fu entrée
Où mestre Corras l’ot mandée,
Por prendre là conseil le plus
Se il la metroit en reclus ;
Et lors prièrent les nonnains
Mestre Corras à jointes mains
Que léenz entrer la féist
Si que chascune la véist.
« Je vueil bien, dist-il, qu’ele i aille. »
Nequedent, il cuidoit sanz faille
Qu’el’ n’i entrast por nule chose.
Atant si l’ont léenz enclose ;
Chascune d’eles l’a véue,
Et quant de léenz fu issue,
Mestre Corras li vint devant
Qui li ala ramentevant :
« Vostre voie est mal emploiée :
Vous estes escommeniée. »

Ne li poi miex la jangle abatre.
A .i. Frère les a fet batre
Qui avoit non frère Gautier.
Mestre Corras dist el sautier
La Miserere toute entière,
Et cil batoit endementière.
Ermenjart ni ot rien mesfet,
Que mestre Corras batre fet ;
Mès li mestres bien ce retient :
« Bien escorce qui le pié tient. »

Lors dist la dame : « Ermenjart suer,
N’aions pas ces cops contre cuer ;
L’erbe qui croist en la rivière
Se plesse, puis revient arrière,
Joieusement se liève et plesse ;
Aussi te di que le cop besse
Por recevoir la descipline
De componcion enterine,
Que Diex le mesfet li pardonne,
Por que il aus cops s’abandonne ! »

Ermenjart dit bien et recorde
Que la dame sovent s’acorde
Au vivre de garder diète ;
Que sa complexion ne l’ mete
En maladie, que l’orer
Ne convenist à demorer.
Ses bajasses, ses damoiseles
Ne pooit pas soufrir que eles
L’apelaissent dame à nul fuer,

Fors seul Elysabel[62] ou suer.
A sa table, delez sa coste,
Les fet séoir, d’autre les oste
S’à autre vuelent asséoir ;
Ainz les veut delez li véoir.
Mengier les fet en s’escuele :
S’or fu dame, or est damoisele.
Dist Ermenjars, qui mult fu sage :
« Vous querez le nostre domage,
De ce que nous orguillissons,
Quant lez vous à table séons[63],
Et aquerrez en cestui geu
Vostre mérite et vostre preu. »
Lors répondi la dame adonques :
« En mon giron ne séez oncques ;
Mès or vous i covient séoir :
Si vous porrai de près véoir. »
Pos et escueles lavoit,
Là où ordoiez les savoit,
Com se de l’ostel fu bajasse :
Issi s’use et issi se lasse.
Aus povres sa robe donoit,
Si que petit l’en remanoit
Por chaufer ou por le pot cuire ;
Por eschiver la grant froidure
Aloit séoir en la cuisine,
Et ne pensse ne ne devine
Fors à regarder vers le ciel.

Pou doutoit lors froidure et giel[64] :
Ne li chaloit s’ele trambloit :
De ce, sains Martin resambloit,
Qui vers le ciel regarda tant
Dieu, qui les siens toz jors atant ;
Aucune foiz sa robe ardoit
Que que vers le ciel regardoit.
Les bajasses convenoit corre
Por sa robe du feu rescorre
Là où li dras estoit usez.
Jà autres n’i fust refusez ;
Ne li chaloit ou viez ou nues ;
Volentiers le metoit en oes ;
Les povres aloit reverchant
Et lor afères encerchant ;
Si lor portoit pain et farine
Cele dame de bone orine,
Puis revenoit à l’orison :
Lors déissiez qu’est en prison
Reliques de sainz et de saintes.
A nus genouz et à mains jointes,
Aoroit ; volontiers, sanz doute,
Bien aloit après Dieu lor route.
Mestre Corras sot son grant don[65]
Qu’ele donoit tout à bandon :
Se li desfent qu’ele ne doingne
A nul povre qui à li viengne

C’un seul denier à une voie
(Issi de doner la desvoie),
Ou de pain une seule pièce ;
Mult bien s’en gart, que qu’il li grièce.
Une foiz aloit .i. hermite
Visiter, mès voie petite
Ot alé, que li mestres mande
Qu’ele retort, que plus n’atande.
La dame respont au message :
« Amis, bien pert que nous sons sage.
S’or ne resamblons la limace
Jà aurons perdu nostre grâce.
La limace gète son cors
De l’escalope toute fors
Par le biaus tens ; mès par la pluie
Rentre enz quant ele li anuie :
Issi covient-il or nous fère
Reperier à nostre repère. »
I. enfant ot petit et tendre,
De ses enfanz trestout le mendre,
Qu’ensus de li fist esloingnier,
Qu’ele doutoit à porloingnier
Ses prières por cel enfant :
Por ce le venir li desfant ;
Et si avoit une coustume
Qu’autre gent guères n’acoutusme :
Ne cuit que jamès nus tele oie,
Que lorsqu’ele avoit plus grant joie
Ploroit-ele plus tendrement ;
Et véissiez apertement
Qu’il ne paroit dedenz son vis
Corouz ne fronce, c’est avis,

Ainçois chéoit à lerme plaine
Com li ruissiaus de la fontaine.
Les lermes vienent, c’est la fin,
Du cuer loial et pur et fin.

Une foiz entra en .i. cloistre
De povres genz qui pas acroistre
Ne se pooient de lor biens ;
Fors d’aumosne n’avoient riens,
Ymages li monstrent bien fètes,
Bien entaillies et portrètes ;
Mult orent cousté, ce li samble,
Ainçois que il fussent ensamble ;
Mult l’en pesa, et bien lor monstre,
Et mult lor en va à rencontre,
Et dist : « Je croi miex vous en fust,
Se ce c’on a mis en ce fust
Por fère entaillier ces ymages
Fust mis en preu ; c’or est domages
Qui a l’amor de Dieu el cuer
Les ymages qu’il voit defuer,
Si ne li font ne froit ne chaut.
Endroit de moi il ne m’en chaut,
Et bien sachiez, ce me conforte,
Que chascuns crestiens, là, porte
Les ymages el cuer dedenz.
Les lèvres muevre ne les denz
Ne font pas la relegion,
Mès la bone componcion. »

Ne pooit oïr les paroles
Qui viennent des penssées voles,

Ainz disoit de cuer graciex :
« Que sont ore, Diex, li gloriex ? »
C’est-à-dire qui a savoir
Que de Dieu doit paor avoir,
Qu’il ne mespraingne en son servise.
Or avez oï en quel guise
Vesqui : encore i a assez ;
Mès je sui d’escrire lassez
De pascience et de pitié[66],
De charité et d’amistié,
Et de sens et d’umilité,
De douçor et de charité,
De foi et de miséricorde,
Assez plus que ne vous recorde.
Si com nous avons bien apris
De cels qui entre bons est pris
De bon regnier avoir au siècle
Qui nous distrent la droite riègle
Et qui s’ont éu sanz dangier
A son boivre et à son mengier.

Ysabiaus dont je dis devant
Fu avoec li à son vivant,
Qui tout issi la tesmoingna ;
Mès à ce plus de tesmoing a,
Qu’autres i furent, ce me samble,
Qui bien s’acordèrent ensamble.

Mult est fols qu’en son cors se fie,
Quar la mort, qui le cors desfie,
Ne dort mie quant li cors veille,


217

Ainz li est toz jors à l’oreille :
N’est fors qu’aprèz li granz avoirs.
Tout va, et biauté et avoirs[67] :
Por c’est cil fols qui s’en orgueille ;
Quar il l’esprent, vueille ou ne vueille.
Folie et Orgueil sont parent ;
Sovent i est bien apparant.
Tout va, ce trovons en escrit,
Fors que l’amor de Jhésu-Crist.
Li fel, li mauvès, li cuivers,
Qui adès a les ciex ouvers
A regarder la mauvese oevre ;
Qui nule foiz sa bouche n’uevre
Por bien parler ne por bien dire,
Doit bien avoir le cuer plain d’ire
Quant du siècle doit departir.
De duel li doit li cuers partir
Quant il voit bien sans séjorner
Qu’il n’en puet plus retorner,
Perdre li estuet cors et âme
Et metre en perdurable flame.
Mès li bons qui a Dieu servi
Et qui a le cors asservi
Au siècle por l’âme franchir,
Cil ne peut chéoir ne guenchir,
Que s’âme n’ait isnel le pas
Paradis après le trespas.
Liement le passage passe
Qui toz maus au passer trespasse.
En la mort a félon passage :

Passer i estuet fol et sage.
Qui cel pas cuide trespasser
En fol cuidier se puet lasser.
Tout li estuet lessier ; tout lesse.
La mort ne fet plus longue lesse
A ceste dame ci endroit.
Por ce vous vueil dire orendroit
De sa vie ce que j’en truis.
Ne dites pas que je contruis,
Ainz sachiez bien, en vérité,
C’est droiz escriz d’auctorité.

Ysabiaus dist : « Seignor, j’estoie
Lez ma dame, où je me séoie,
Quant ele ert au point de la mort ;
Et lors oï, non guères fort,
Une douce voiz et série.
De son col[68] me vint cèle oïe :
Tornée ert devers la paroi,
Et lors se torna devers moi.
Se li dis lors tout esraument :
« Chanté avez trop doucement,
Ma dame. — As-le tu oï ?
— Oïl ; il m’a tout esjoï. »
Lors dist : « Uns oiseles chantoit
Lez moi, si qu’il m’atalentoit
De chanter : por ce si chantai ;
Gran confort de son douz chant ai. »
Et quant nous vit delez son lit,
Si vous di mult li embelit,

Et dist : « Dites que feriiez
Se ci l’anemi veiiez ? »
Mult petit demoré i a
Quant à haute[69] voiz s’escria :
« Fui de ci, fui ! fui de ci, fui ! »
Ce oï-je, et à ce fui.
Puis dist après : « Or s’en va cil ;
Parlons de Dieu et de son fil.
Li parlers pas ne nous anuit ;
Quar il est près de mienuit
Et à tele eure fu-il nez,
Li purs, li fins, li afinez[70] ;
Et s’ot en lui si douce touche
Qu’il vout estre mis en la couche.
Lors cria-il l’estoile clère
Qu’il fu nez de sa douce mère,
Qui les .iij. rois à lui conduit,
Sans avoir nul autre conduit. »

« Au parler de Dieu déissiez,
Se vous el vis la véissiez,
Qu’ele n’avoit mal ne dolor,
Que lors ne perdist jà color.
Dire li oï de sa bouche :
« Ermenjart, que li jors aprouche
Que Diex apèlera les siens. »
Cel jor fu lie sor toutes riens
En cel eure qu’ele fina.
Cele qui si douce fin a

Fu tout ausi comme endormie,
Qu’au trespasser n’est point fenie.
Iiij. jors fu li cors sor terre
C’on ne le muet n’on ne l’enterre.
Une odor si douce en issoit
Qui de grant odor remplissoit
Toz cels qui entor li venoient
Qui envis la bière lessoient.
Au cors couvrir n’ot pas riote :
Couvers fu d’une grise cote,
Le vis d’un drap, c’on ne le voie ;
N’i ot autre or ne autre soie.
Assez i vint grant aléure
De gent coper sa vestéure ;
Des cheveus et du mammeron
Li copa l’en le sommeron ;
Doiz de piez et ongles de mains
Li copa l’en, ce fu du mains.
Toute l’éussent dérompue
Qui ne lor éust desfendue.

Povre gent et malade et sain
Vinrent léenz trestuit à plain.
Chascuns la plaint[71] et la gaimante
Com s’ele lor fust mère ou tante.
Anuiz sambleroit à retrère
Qui vous conteroit tout l’afère.
Par tout est bien chose séue,
(Ce set la gent grant et menue,
Et par les tesmoins par couvent)

Que Diex le resveilloit sovent
De ses secrez, et nis si angle
N’estoient pas de li estrange.
Lui-méismes vit face à face
Et mult d’angles à grant espasse ;
Et lors qu’ele estoit ravie
C’on déist qu’ele estoit en vie[72],
Avoit mult tres clère la chière :
C’estoit avis qu’en bon lieu ière.
De ce se tut, bien le cela ;
Fors à gent ne le revéla,
D’ordre sage et relegieuse
Qui n’estoit fole n’envieuse ;
Quar mult doutoit en son mémoire
Qu’il ne chéist en vaine gloire,
Quar el ne l’avoit pas apris,
Ainçois avoit le bon mors pris
D’estre piteuse dès enfance,
Et à fère grief pénitance.
Assez vous puis ci raconter
Chose qu’à anui puet monter ;
Quar je n’ai pas dit la moitié
De l’amor et de l’amistié
Qu’à Dieu monstroit et jor et nuit ;
Quar je dout qu’il ne vous anuit ;
Et nequedent s’il vous grevoit
Et s’il anuier vous devoit,
Vous di là où ele habita
Xvi. mors i resuscita.
I. avugle raluma là

Qui dévotement i ala,
Qui onques œil n’ot en la teste,
Ne samblant où il déust estre,
Dont chascuns qui l’ vit se merveille ;
Mès Diex fet bien si grant merveille !…
Puisqu’ele fu mise en la châsse
De plors vous di a une masse
D’uile decoru une goute,
Qui petit et petit dégoute ;
Et c’est bien à savoir certain
C’on le puet bien véoir à plain :
Goute de rousée resamble,
Quant l’une goute à l’autre assamble
Si com du cors saint Nicolas,
Qu’ainz nus des .ij. n’ot le col las
De fère oevre de charité :
Ce set chascuns de vérité.

Ceste dame saintisme et sainte
Qu’ainz de Dieu servir ne fu fainte,
Apertement et main à main
Trespassa tout droit lendemain
Des octaves la Saint-Martin
En yver, si com je devin.
En l’ospital en sa chapele
Fu enterrée comme cele
Qui de saint Nicolas la fist
Vers qui onques rien ne mesfist.
Par la volente Jhésu-Crist,
Si com nous trouvons en escrit,
Vindrent abé et autre gent,
Qu’à l’enterrer furent serjent,

Et li firent très biau servise
Tel com l’en puet[73] fère en église,
Uns riches hom vint à sa châsse[74],
Où mult avoit d’orgueil grant masse
Et de très grant péchié mortel,
Quar se la mort éust mort tel,
En enfer en alast errant,
Ne sus morel, ne sus ferrant.
Vers la dame fist sa clamor,
Quar mult i ot foi et amor :
Gariz fu envers le maufé,
Qui de ce l’avoit eschaufé.
Cil riches hom bien le connut,
Qu’ainz puis temptement ne li mut,
Par quoi rechéist en péchié,
Dont maufé l’avoit entechié.
Tel dame fu de toz endroiz,
Qu’ele fesoit les contrez droiz,
Les sours oïr, fols ravoier :
Onques ne la sot déproier
Qui de son mal n’éust santé.
Ne vous auroie hui tout chanté[75] :
Assez fist de miracles biaus
Ma dame saint Élysabiaus.
Bien la doivent enfant amer,
Qu’en li ne trovèrent amer :
Ne lor fu dure ne amère,
Ainçois lor fu sanz amer mère ;
Et li jovent en lor jovante

La doivent amer sanz doutance ;
Quar de la mort espéritel
En gari mains, et tout itel
Fist-ele de temporel mort,
Qu’ele resuscita le mort.
Amer la doivent povre et riche,
C’onques aus povres ne fu chiche,
Ainz lor donoit sans retenir
Quanques ses mains pooit tenir.
Ainsinc fist la benéurée :
Bien dut s’âme estre asséurée,
Dont Rustebués a fet la rime.
Se Rustebués rudement rime
Et se rudèce en sa rime a,
Prenez garde qui la rima.

Rustebuef, qui rudement oevre,
Qui rudement fet la rude oevre,
Qu’assez en sa rudèce ment,
Rima la rime rudement ;
Quar por nule riens ne croiroie
Que bués ne féist rude roie,
Tant i méist l’en grant estude.
Se Rustebués fet rime rude,
Je n’i part plus ; mès Rustebués
Est aussi rudes comme uns bués ;
Mès une riens me réconforte :
Que cil por qui la fis la porte
A la roïne Ysabel
De Navarre, cui mult ert bel ;
Que l’en li lise et qu’ele l’oie,
Et mult en aura-el grant joie.

Mesire Érars la me fist fère
De li signes, et toute trère
De latin en rime françoise ;
Quar l’estoire est bèle et cortoise,
L’estoire de la dame, afin
Qu’à Dieu ot cuer féable et fin.
De fin cuer loial finement,
Se l’estoire en la fin ne ment,
Bien dut finement definer,
Quar bien volt son tens afiner
En servir de penssée fine
Celui Seignor qui sanz fin fine.
Or prions donc à celi
A cui tant bien fère enbeli
Que por nous deprit à celui
Dieu qui ne refuse nului,
Et par sa proière en proit cele
Qui fu et sa mère et s’ancele,
Que il nous otroit cele joie
Que il à cele Dame otroie.
Explicit, Diex en soit léez !
Dites Amen, vous qui loez.


Explicit la Vie sainte Élysabel.

  1. Un de nos jeunes pairs de France, M. de Montalembert, dont l’honorable caractère, les opinions généreuses et le véritable talent littéraire font doublement honneur au pays, a publié en 1836 (Paris, chez Débecourt, rue des Saints-Pères, no 69 ; 1 volume grand in-8o) l’Histoire de sainte Élisabeth de Hongrie, duchesse de Thuringe (1207-1231). Ce livre est précédé d’une introduction où l’auteur développe brillamment toute l’histoire de la première partie du 13e siècle. Cette introduction est suivie de l’indication des sources historiques consultées par l’auteur pour la Vie de sainte Élisabeth. (Voyez, pour plus de détails, la note qui se trouve à la fin du présent volume.)
  2. Il paraît que Rutebeuf tenait à bien inculquer cette idée à ses protecteurs, car elle se représente plusieurs fois dans ses poésies. Voyez surtout tome 1er, page 9, vers 13e, où il dit :
    Je ne sui pas ouvriers des mains.
  3. Ceci indique que la Vie de sainte Élysabel a été composée de 1258 à 1270, puisque ce fut à la première de ces époques qu’Isabelle, fille de saint Louis, épousa Thibaut de Navarre, et qu’à la seconde elle mourut presqu’en même temps que son mari.
  4. Ce vers et le précédent manquent au Ms. 7633.
  5. Ms. 7218. Var. Elysabel fu gentiz dame.
  6. Ms. 7633. Var. Bone dame.
  7. Ms. 7633. Var. Miracles.
  8. Ms. 7633. Var. Mult li plut et li abeli.
  9. Marbourg.
  10. Ms. 7633. Var. Conteir.
  11. Ms. 7633. Var. En cest.
  12. Ms. 7633. Var. Asseiz ce fist dou siècle estrange.
  13. Ms. 7633. Var. Que madame sainte Ysabiaus.
  14. Ms. 7633. Var. Loée.
  15. Musars : voyez pour ce mot la pièce citée à la fin du volume, et qui est intitulée : Du Chastie-Musart.
  16. Ms. 7633. Var. J’ai fiance.
  17. Ms. 7633. Var. Petit acrut.
  18. Ms. 7633. Var. La fille le roi de Hongrie.
  19. Ms. 7633. Var. Qui avoit auteil non com ele.
  20. Ms. 7633. Var. Séust oreir.
  21. Les seize vers suivants manquent au Ms. 7633.
  22. Les six vers suivants manquent au Ms. 7633.
  23. Ms. 7633. Var. Avant.
  24. Ms. 7633. Var. N’en douteiz mie.
  25. Après ce vers le Ms. 7633 ajoute les huit suivants :
    Mari li donent, mari a,
    Car cil qui bien la maria
    N’en douta gaires chevaliers,
    Ne sénéchauz ne concilliez.
    Ce fut li rois qui tot aroie,
    Jhésu-Crist qui les siens avoie.

    Or dit la seconde partie
    Que l’enfance est lors départie, etc.
  26. Ms. 7633. Var. Grant.
  27. Ms. 7633. Var. De Senache.
  28. Ms. 7633. Var. Trois.
  29. Ms. 7633. Var. Je n’en mangeroie.
  30. Les cinquante-six vers suivants manquent au Ms. 7633.
  31. Ms. 7633. Var. Richement.
  32. Ms. 7633. Var. Deffendoit.
  33. Ce vers et le suivant manquent au Ms. 7633.
  34. Ms. 7633. Var. Miresse.
  35. Ms. 7633. Var. Watebort.
  36. Ms. 7633. Var. Je cuis.
  37. Ms. 7633. Var. Séue.
  38. Le Ms. 7633 ajoute :
    Car senz lassiez le Roi de gloire
    Servi, ce tesmoigne l’estoire.
  39. Ms. 7633. Var. Assoupeir
  40. Ms. 7633. Var. Mesfait.
  41. Ms. 7633. Var. Povretei.
  42. Ms. 7633. Var. Enz ou borc.
  43. Ms. 7633. Var. S’en.
  44. Ms. 7633. Var. La.
  45. Ce vers et tous ceux qui suivent, jusqu’à l’alinéa, manquent au Ms. 7633.
  46. Ms. 7633. Var. Où.
  47. Luz, brochet.
  48. Ce vers et les trois suivants manquent au Ms. 7633.
  49. Ms. 7633. Var. Mestier.
  50. Ms. 7633. Var. Ij. estoit.
  51. Ms. 7633. Var. Anbedeuz Ysabiaus.
  52. Ms. 7633. Var. Gertruz.
  53. Ms. 7633. Var. Blondes.
  54. Ms. 7633. Var. Tondue.
  55. Ms. 7633. Var. Je vos di.
  56. Le Ms. 7633 ajoute ici ces deux vers :
    Loing de son hôpital trouva
    Une fame qui travilla.
  57. Ms. 7633. Var. Reportoit.
  58. Ms. 7633. Var. Couchoit.
  59. Les dix-huit vers qui suivent manquent au Ms. 7633.
  60. Nos ancêtres tenaient beaucoup, à ce qu’il paraît, aux étoffes brillantes, surtout à la couleur écarlate. On peut voir à ce sujet une note de Legrand d’Aussy, tome II de ses Fabliaux, page 231, édition Renouard.
  61. Les huit vers qui suivent celui-ci manquent au Ms. 7633, et ceux qui le précédent n’y sont point placés dans le même ordre qu’au Ms. 7218.
  62. Ms. 7633. Var. Fors que tant Ysabel.
  63. Ms. 7633. Var. A la table sons.
  64. C’est ici que le Ms. 7633 place ces quatre vers, qui se trouvent page 211 :
    Maistre Corras forment cremoit
    Por l’amor Dieu que tant amoit,
    Et disoit une teil raison :
    « Doit estre si uns morteiz hom. »
  65. Les huit vers suivants ne se trouvent qu’au Ms. 7218.
  66. Les douze vers suivants ne se trouvent pas au Ms. 7633.
  67. Ms. 7633. Var. Savoirs.
  68. Ms. 7633. Var. Cors.
  69. Ms. 7633. Var. Qu’à haute vois fort s’escria
  70. Les six vers suivants manquent au Ms. 7633.
  71. Ms. 7633. Var. Pleure.
  72. Ms. 7633. Var. Est endormie.
  73. Ms. 7633. Var. Doit.
  74. Ce vers et les treize qui le suivent manquent au Ms. 7633.
  75. Ms. 7633. Var. Contei.