Rutebeuf - Oeuvres complètes, 1839/La Vie sainte Marie l’Egiptianne

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Texte établi par Achille Jubinal Chez Édouard Pannier (2pp. 106-150).


La Vie sainte Marie l’Egiptianne,


ou ci encoumence


LA VIE DE SAINTE MARIE L’ÉGYPCIENNE.


Mss. 7218, 7633.


Séparateur



Ne puet venir trop tart à oevre
Bons ouvriers qui sanz lasser oevre,
Quar bons ouvriers, sachiez, regarde
Quant il vient tart, se il se tarde,
Et l’en[1] n’i a ne plus ne mains,
Ainz met en oevre les .ij. mains,
Et d’ouvrer est si coustumiers
Que il ataint toz les premiers.
D’une ouvrière vous vueil retrère
Qui en la fin de son afère
Ouvra si bien qu’il i parut,
Que la joie li apparut
De paradis à porte ouverte
Por s’ouvraingne et por sa déserte.
D’Égypte fu la crestiene.
Et avoit non Égypciene[2] ;
Son droit non si fu de Marie.

Malade fu, puis fu garie ;
Malade fu, voire de l’âme,
Qu’ainz n’oïstes parler de fame
Qui tant fust à s’âme vilaine,
Nès Marie la Magdelaine)
Fole vie mena et orde ;
La dame de miséricorde
La rapela, puis vint arrière,
Et fu à Dieu bone et entière.

Ceste dame dont je vous conte
(Ne sai s’ele fu fille à conte,
A roi ou à empereor)
Corouça mult son Sauvéor.
Quant .xij. ans ot mult par fu bele,
Mult i ot gente damoisele,
Plesant de cors, gente de vis.
Je ne sai que plus vous devis :
Mult fu bien fete par defors
De quanqu’il apartint au cors ;
Mès li cors fu et vains et voles
Et chanjoit à pou de paroles.
A .xij. anz lessa père et mère
Por sa vie dure et amère.

Por sa vie en fol us despandre
Ala d’Égypte en Alixandre.
De .iij. manières de péchiez
I fu li siens cors entechiez :
Li uns fu de li enyvrer,
Li autres de son cors livrer
Du tout en tout à la luxure.

N’i avoit borne ne mesure ;
En geus, en boutes et en veilles
Entendoit si qu’à granz merveilles
Devoit à toute gent venir
Comment ce pooit soustenir.
Xvij. ans mena tel vie ;
Mès de l’autrui n’avoit envie :
Robes, deniers, ne autre avoir
Ne voloit de l’autrui avoir.
Por gaaing tenoit bordelage
Et por proesce tel outrage :
Son trésor estoit de mal fère.
Por plus d’amis à li atrère
Se fesoit riche et comble et plaine ;
Ès vous sa vie et son couvaine :
N’i gardoit ne cousin ne frère,
Ne refusoit ne filz ne père.
Toute l’autre vilaine vie
Passoit la seue lécherie.

Ainsi com tesmoingne la lettre,
Sanz riens oster et sanz plus metre,
Ot la dame ou païs esté ;
Mès or avint en .i. esté
C’une torbe d’Égypciens,
De preudommes, bons crestiens,
Voudrent le sépulcre requerre.
Si se partirent de lor terre
Por aler à Jhérusalem,
Qu’en cele seson i va l’en,
Au mains la gent de la contrée.
Marie a la gent encontrée :

Venue s’en est au passage.
Cele qui lors n’estoit pas sage,
Qui ainsi demenoit sa vie,
Vit .i. homme lez la navie
Qui atendoit la gent d’Égypte
Que je vous ai ci-devant dite ;
Lor compains fu : si vint avant.
Cele li est venu devant :
Proie l’i a qu’ele li die
De lui et de sa compaignie
Quel part il voudront cheminer.
Cil li respont sans demorer[3]
Por aler là où j’ai conté
Voudroient estre en mer monté.


— « Amis, dites-moi une chose :
Véritez est que je propose
A aler là où vous voudrez[4].
Ne sai se vous m’escondirez
D’avoec vous en vostre nef estre. »
— « M’amie[5], sachiez que li mestre
Ne l’ vous porront par droit desfendre
Se vous lor avez riens que tendre ;
Mès vous oez dire à la gent :
« A l’uis, à l’uis qui n’a argent ! »
— « Amis, je vous faz asavoir
Je n’ai argent ne autre avoir,

Ne chose dont je puisse vivre ;
Mès se léenz mon cors lor livre
Il me soufferront bien atant. »
Ne dist plus, ainçois les atant ;
S’entencion fu toute pure
A plus ouvrer de la luxure.

Li preudom oï la parole
Et la penssée de la fole :
Preudom fu, por ce li greva.
La fole lest, si se leva.
Cele ne fu pas esperdue ;
A la nave s’en est venue.
Ij. jovenciaus trova au port
Où mener soloit son déport.
Proie lor qu’en mer la méissent
Por tel convent que il féissent
Toute leur volonté de li.
Celui et celui abeli,
Qui lor compaignons atendoient
Sor le port où il s’esbatoient ;
Ne s’i sont c’un petit tenu
Que lor compaignon sont venu.
Li marinier les voiles tendent,
En mer s’empaignent, plus n’atendent.

L’Égypciene est mise en mer.
Or sont li mot dur et amer
De raconter sa vie amère,
Qu’en la nef ne fu nez de mère,
S’il fu de li avoir temptez,
Qu’il n’en féist ses volentez.

Fornicacions, advoltire[6],
Et pis assez que ne sai dire
Fist en la nef ; ce fust sa feste.
Por orage ne por tempeste
Ne lessa son voloir à fère
Ne péchié qui li péust plère.
Ne li souffissoit sanz plus mie
Des jovenciaus la compagnie,
Des viex et des jones ensamble,
Et des chastes, si com moi samble ;
Se metoit en itèle guise
Qu’ele en avoit à sa devise.
Ce qu’ele estoit si bèle fame
Fesoit à Dieu perdre mainte âme,
Qu’ele estoit laz de decevance.
De ce me merveil sanz doutance
Quant la mer, qui est nète et pure,
Souffroit son péchié et s’ordure,
Et qu’enfers ne l’asorbissoit,
Ou terre, quant de mer issoit.
Mès Diex atent, et por atendre
Se fist les braz en croiz estendre ;
Ne veut pas que péchierres muire,
Ainz convertisse à sa droiture.

Sanz grant anui vindrent au port ;
Mult i orent joie et déport.
Grant feste firent cèle nuit,
Mès cele où tant ot de déduit,
De geu et de joliveté,

S’en ala parmi la cité.
Ne sambla pas estre recluse :
Partout regarde, partout muse,
Por connoître liquel sont fol.
Ne li covient sonete à col :
Bien fist samblant qu’ele estoit fole,
Que par samblant, que par parole,
Car son abit et sa semblance
Démonstroient sa connoissance.
S’ele ot fet mal devant assez
Son mesfet ne fu pas passez[7].
Pis fist que devant fet n’avoit,
Quar du pis fist qu’ele savoit.
A l’église s’aloit monstrer
Por les jovenciaus encontrer,
Et les sivoit jusqu’à la porte,
Si com ses anemis la porte.

Li jors vint de l’Acenssion :
La gent à grant porcession
Aloit aorer la croiz sainte
Qui du sanc Jhésu-Crist fu tainte.
Cele penssa en son corage
Cel jor leroit son laborage,
Et por celui saintisme jor
Seroit de péchier à séjor.
Venue s’en est en la presse
Là où èle fu plus espesse
Por aler la croiz aorer,
Que n’i voloit plus demorer.

Venue en est jusqu’à l’église.
Ele ne pot en nule guise
Metre le pié sor le degré ;
Mès tout aussi com de son gré[8],
Et volontiers venist arrière,
Se trova à la gent première ;
Dont se resmuet et vient avant,
Mès ne valut ne que devant[9].

La dame voit bien et entent
Que c’est noient à qu’ele tent :
Com plus d’entrer[10] léenz s’engresse
Et plus la recule la presse.
Or dist la dame à soi-méisme :
« Lasse moi ! com petit d’aïsme,
Com fol tréu, com fier paiage
Ai rendu Dieu de mon aage !
Onques nul jor Dieu ne servi,
Ainçois ai le cors asservi
A péchier por l’âme confondre :
Terre devroit desouz moi fondre.
Biaus douz Diex, bien voi par tes signes
Que li mien cors n’est pas si dignes
Que il entre en si digne place,
Por mon péchié qui si m’enlace !
Ha, Diex ! sire du firmament !

Quant c’ert au jor du jugement
Que tu jugeras mors et vis,
Par mon cors qui est ors et vils
Sera en enfer m’âme mise
Et mon cors après le juise.
Mon péchié m’ert el front escriz ;
Comment puet cesser brais ne criz ?
Comment puet cesser plors et lermes ?
Lasse ! jà est petiz li termes :
Li justes n’osera mot dire,
Et cil qui est en advoltire
Quel part se porra-il répondre,
Qu’à Dieu ne l’estuise respondre ?

Ainsi se complaint et démente,
Et se claime lasse dolente.
« Lasse ! fet-ele, que ferai ?
Lasse moi ! comment oserai
Merci crier au Roi de gloire,
Qui tant ai mis le cors en foire ?
Mès por ce que Diex vint en terre
Non mie por les justes querre
Mès por péchéors apeler,
Mon mesfet ne li doi celer. »
Lors garde à l’entrer de l’église
Une ymage par grant devise
En l’onor de la Dame fete
Par qui ténébror fu desfete :
Ce fu la glorieuse Dame.
Adonc se mist la bone fame
A nuz genouz et à nuz contes ;
Le pavement moille de goutes

Qui des iex li chiéent aval,
Qui li moillent tout contre val
Le vis et la face vermeille.
Ensi raconte sa merveille
Et son péchié à cele ymage
Comme à .i. saint preudomme sage ;

En plorant dist : « Virge pucele[11],
Qui de Dieu fus mère et ancele,
Qui portas ton fil et ton père,
Et tu fus sa fille et sa mère,
Se la portéure ne fust
Qui fu mise en la croiz de fust,
En enfer fussons sanz retor ;
Ci éust péreilleuse tor.
Dame, qui por ton douz salu
Nous as geté de la palu
D’enfer, qui est vils et obscure,
Virge, pucele nète et pure,
Si com la rose ist de l’espine,
Issis, glorieuse roïne,
De juerie qui est poingnanz
Et tu es souef et oingnanz ;
Tu es rose, et ton fils fruis.
Enfer fu par ton fruit destruis.
Dame, tu amas ton ami,
Et j’ai amé mon anemi ;
Chastée amas et je luxure :
Bien sons de diverse nature

Je et tu qui avons .i. non.
Le tien est de si douz renon
Que nus ne l’ot ne s’i déduie ;
Li miens est plus amer que suie.
Nostre Sires ton cors ama ;
Bien i pert, que cors et âme a
Mis o soi en son habitacle.
Por toi a fet maint biau miracle,
Por toi honore-il toute fame,
Por toi a-il sauvé mainte âme,
Por toi portière et por toi porte,
Por toi brisa d’enfer la porte,
Por toi et por t’umilité,
Por toi, por ta bénignité[12],
Se fist serjanz qui sires ière ;
Por toi est estoile et lumière
A cels qui sont en toz périls ;
Daigna li tiens gloriex filz
A nous fère ceste bonté,
Et plus assez que n’ai conté.

« Quant ce ot fet li Rois du monde,
Li Rois par qui toz biens habonde,
Monta ès ciex avoec son père.
Dame, or te pri que à moi père
Ce qu’il à péchéors promist
Quant le Saint-Espir lor tramist :
Il dist que jà de nul péchié
Dont péchierres fust entechié,

Puis que de ce se repentist
Et dolor au cuer en sentist,
Jà ne les recorderoit puis.
Dame, je qui sui mise el puis
D’enfer par ma grant mesprison,
Getez-moi de ceste prison.
Soviegne-vous de ceste lasse
Qui de péchier toute autre passe.
Quand vous lez vostre Fil serez,
Que vous toute gent jugerez,
Ne vous souviegne de mes fez
Ne des grans péchiez que j’ai fez ;
Mès, si com vous le poez fère,
Prenez en cure mon afère,
Que sanz vous sui en fort berele[13],
Sanz vous ai perdu la querele.
Si com c’est voirs et je le sai
Et par espoir et par essai,
Si aiez-vous de moi merci.
Trop ai le cuer pâle et noirci
De mes péchiez dont ne sai nombre
Se ta douceur[14] ne m’en descombre. »

Adonc s’est levée Marie ;
Près li samble que fu garie.
Si ala la croiz aorer
Que toz li mons doit honorer ;
Quant ot oï le Dieu servise
Si s’est partie de l’église.

Devant l’ymage est revenue :
De rechief dist sa convenue,
Comment ele se contendra.
Si demande que devendra
Ne en quel leu porra ganchir.
Mestier a de l’âme franchir ;
Trop a esté à péchier serve.
Dès or veut que li cors déserve
Par quoi l’âme n’ait dampnement
Quant c’ert au jor du jugement ;
Et dist : « Dame, en plèges vous met,
Et si vous créant et promet
Jamès en péchié n’encharrai.
Entrez-i, je vous en garrai,
Et m’enseigniez quel part je fuie
Le monde[15], qui put et anuie
A cels qui vuelent chaste vivre. »
Une voiz oï à délivre,
Qui li dist : « De ci partiras,
Au moustier Saint-Jehan iras ;
Puis passeras le flun Jordain,
Et en pénitance t’enjoin
Qu’avant soies confesse fete
De ce qu’à Dieu t’es si mesfete.

« Quant tu auras l’eve passée,
Une forest espesse et lée
Delà le fleuve troveras.
En cele forest enterras :
Iluec feras ta pénitance

De tes péchiez, de t’ingnorance ;
Ilueques feniras ta vie,
Tant qu’aus sainz ciex seras ravie. »
Quant la dame ot la voiz oïe,
Durement en fu esjoïe ;
Leva sa main, si se seigna,
Ce fist que la voiz enseigna,
Qu’à Dieu ot le cuer enterin.
Lors encontra .i. pélerin ;
Iij. maailles, ce dist l’estoire,
Li dona por le Roi de gloire.
Iij. petiz pains en acheta ;
De cels vesqui, plus n’enporta :
Ce fu toute sa soustenance
Tant comme el fu en penitance.

Au flun Jordain en vint Marie ;
La nuit i prist hebregerie :
Du moustier Saint-Jehan fu près.
Sor la rive, dont doit après
Passer le flun à lendemain,
Menja la moitié d’un sien pain ;
De l’eve but saintefiée,
Quant béu l’ot, mult en fu liée :
De l’eve a lavée sa teste ;
Mult en fist grant joie et grant feste.
Lasse se sent et traveillie ;
N’ot point de couche appareillie,
Ne dras de lin, ne oreiller :
A terre l’estut sommeillier.
S’ele dormi ce ne fu gaires ;
N’ot pas toz jors géu en aires.

Par matin la dame se liève,
Au moustier vient et ne li griève ;
Là reçut le cors Jhésu-Crist,
Si com nous trovons en escrit.

Quant ele ot recéu le cors
Celui qui d’enfer nous mist fors,
Lors se part de Jhérusalam,
Puis s’en entra en .i. chalan ;
Le flun passa, el bois en vint :
Sovent de celui li souvint
Qu’ele avoit mise en ostage
A l’église devant l’ymage ;
Sovent prie qu’il la garisse,
Que par temptement ne guerpisse
Ceste vie jusqu’à la mort ;
Quar l’autre l’âme et le cors mort.
Or n’a que .ij. pains et demi ;
Mestier est Dieu ait à ami ;
De cels ne vivra-ele mie,
Se Diex ne li fet autre aïe.

Parmi le bois s’en va la dame ;
En Dieu a mis son cors et s’âme.
Toute jor va, toute jor vient,
Tant que la nuit venir covient.
En lieu de biau palais de marbre
S’est couchie desouz .i. arbre.
J. petit menja de son pain,
Puis s’endormi jusqu’à demain.
Lendemain au chemin se met
Et du cheminer s’entremet

Vers oriant la droite voie.
Tant chemina (que vous diroie ?)[16]
Toute devint el bois sauvage.
Sovent réclaime son ostage
Qu’ele ot devant l’ymage mis :
Mestier est Diex li soit amis.
La dame fu en la forest ;
Mès que de nuit ne prent arest.
Sa robe deront et despièce :
Chascuns rains emporte une pièce ;
Quar tant ot en son dos esté,
Et par yver et par esté,
De pluie, de chaut et de vant,
Toute est deroute par devant.
N’i remest mès[17] cousture entière
Ne par devant ne par derrière.
Si cheveil sont par ses épaules ;
Lors n’ot talent de mener baules[18].
A paine déist ce fust ele
Qui l’éust véu damoisele,
Quar ne paroit en li nul signe.
Char ot noire com pel[19] de cigne ;
Sa poitrine devint mossue,
Tant fu de pluie débatue.
Les braz, les lons dois et les mains
Avoit plus noirs (et c’ert du mains)

Que n’estoie pois ne arremenez.
Ses ongles rooingnoit aus denz ;
Ne samble qu’ele ait point de ventre
Por ce que viande n’i entre.
Les piez avoit crevez desus,
Desous navrez que ne pot plus.
Quant une espine la poingnoit
En Dieu priant les mains joingnoit :
Ceste règle a tant maintenue
Plus de .xl. anz ala nue ;
.Ij. petits pains non guères granz,
De cels vesqui par plusors anz,
Le premier an devindrent dur
Com se fussent pierres de mur ;
Chascun jor en menja Marie,
Mès ce fu petite partie.

Si pain sont failli et mengié,
Ne por ce n’a pas estrangié
Le bois por faute de viande.
Autres délices ne demande
Fors que herbe du pré mesnue
Si com une autre beste mue ;
De l’eve bevoit au ruissel,
Qu’ele n’avoit point de vessel.
Ne fet à plaindre li péchiez
Puis que li cors s’est atachiez
A fère si fort[20] pénitance.
D’erbes estoit sa soustenance :
Déables tempter la venoit

Et les fez li ramentevoit
Qu’ele avoit fet en sa jovente.
Li uns après l’autre la tempte :
« Marie, qu’es-tu devenue
Qui en cest bois es toute nue ?
Lesse le bois et si t’en is !
Fole fus quant tu i venis[21].
Tenir le doit à grant folie
Cil qui voit ta mélancolie. »

La dame entent bien le déable,
Bien set que c’est mençonge et fable.
Tant a apris l’oneste vie
Que toute la mauvèse oublie ;
Ne l’en sovient, ne ne l’en chaut
De temptacion ne d’assaut,
Quar tant a le boscage apris,
Et tant de repas i a pris,
Et ses plèges qui bien la garde,
Et la visite et la regarde,
Qu’ele n’a garde qu’ele en chiée
Ne que désormès li méschiée.
Toz les .xvij. anz premiers
Fu li déables coustumiers
De li tempter en itel guise ;
Mès quant il voit que petit prise
Son dit, son amonestement,
Son geu et son esbatement,
Si la lessa ; plus ne li nuit,

Ne l’en sovint, ne la connuit.

Or vous lerai ester la dame
Qui le cors pert por garder l’âme ;
Si vous dirai d’une gent sainte
Qui fesoit pénitance mainte
En l’église de Palestine ;
Estoit la gent de bone orine.
Entre ces genz ot .i. preudomme
Que Zozimas l’estoire nomme.
Preudom fu et de sainte vie :
N’avoit des richèces envie
Fors d’oneste vie mener,
Et bien i savoit assener ;
Quar dès le bercuel commença,
Dès le bercuel, et puis en çà
Jusqu’en la fin de son eage,
Jusques mort en prist le paage.
Uns autres Zozimas estoit
A ce tens, qui guères n’amoit
Ne Jhésu-Crist ne sa créance,
Ainz estoit plains de mescréance.
Por ce c’on ne doit mentevoir
Homme où il n’a point de savoir,
Ne de léauté, ne de foi,
Por ce le lais, et je si doi.
Cil Zozimas li bien créanz,
Qui onques ne fu recréanz
De Dieu servir entièrement[22],

Cil trova tout parfètement[23],
Règle de moine et toute l’ordre
Que de riens n’en fist à remordre.
La conversacion des frères
Procuroit comme abés et pères,
Et par parole et par ouvraingne,
Si que la gent de par le raine
Venoient tuit à sa doctrine
En l’église de Palestine,
Por aprendre à chastement vivre
Par les enseignemens qu’il livre.
I .iij. ans demora
En l’église, et labora
Tel labor com moines labeure :
C’est Dieu proier à chascune eure.

Un jor en grant elaction
De cuer en sa relégion
Chéi, et dist en tel manière :
« Je ne sai avant ne arrière
Qui de mordre me péust reprendre,
Ne qui noient m’en péust aprendre.
Philosophe n’autre homme sage,
Tant aient apris moniage,
N’a-il ès desers qui me vaille :
Je sui li grains, il sont la paille. »
Zozimas a ainsi parlé :
Lui loe par lonc et par lé.
Si comtemptez de vaine gloire,
Jhésu-Criz le prist en mémoire.
I. Saint-Esperit li envoie,

En haut li dist, si que il l’oie :
« Zozimas, mult as estrivé,
Et mult as ton cuer fors rivé
Quant tu dis que tu es parfez
Et par paroles et par fez.
Voirs est, ta règle a mult valu ;
Mès autre voie est de salu ;
Et se l’autre voie veus querre,
Lais ta meson, is de ta terre,
Lai[24] l’élacion de ton cuer,
Qu’ele n’est preus qu’à geter puer.
Fai ausi com fist Abraham,
Qui por Dieu soufri maint ahan,
Qui s’enfui en .i. moustier
Por aprendre le Dieu mestier
De jouste le flun Jordain droit :
Et tu fai issi orendroit. »

— « Biaus sires Diex, dist Zozimas,
Gloriex père, tu qui m’as
Par ton esperit visité,
Lai-moi fère ta volonté. »
Adonc issi de sa meson,
C’onques n’i ot autre reson ;
Le lieu lest où tant ot esté
Et par yver et par esté.
Au flun Jordain tantost en vint,
Quar le commandement retint
Que Diex li avoit commandé.
Droit à l’église qui de Dé

Estoit iluec fète et fondée
Le mena cil[25] sans demorée.
Venuz s’en est droit à la porte,
Si com Saint-Esperiz le porte.
Le portier apèle : il respont,
Que de noient ne se repont,
Ainz ala querre son abé ;
Ne l’a escharni ne gabé.
Li abés vient, celui regarde,
De son abit s’est bien pris garde,
Puis si s’est mis à oroison :
Après orer dist sa reson ;
Dist l’abés : « Dont estes-vous, frère ? »
— « De Palestine, biaus douz père.
Por l’âme de moi miex valoir
Ai mis mon cors en nonchaloir.
Por plus d’édificacion
Vieng en une [26] relegion. »
Et dist li abés : « Biaus amis[27],
En povre lieu vous estes mis. »
— « Sire, je vi par plusors signes
Que cist lieus est du mien plus dignes. »
Dist l’abés par humilité :
« Diex set vostre fragilité,
Et il si vous ensaint à fère
Tel chose qui li doie[28] plère ;
Quar je vous puis bien afier
Nus ne puet autre édefier

S’il méismes à lui n’aprent
Les biens, et il ne se repent[29]
Des maus de qoi il est temptez ;
Quar tels sont les Dieu volontez.

« Et puisque la grâce devine
Vous amaine à nostre doctrine,
Prenez autel com nous avons,
Que miex dire ne vous savons.
Puisque Diex nous a mis ensamble,
Bien en penssera, ce me samble,
Et nous l’en lesson convenir,
Quar bien set les siens soustenir. »
Zozimas le preudomme entent,
Qui ne se va mie vantant[30].
Les frères vit de mult saint estre,
Bien servanz Dieu le roi célestre
En géunes, en penitances,
Et en autres granz abstinances ;
En vigiles, en saumoier
Ne s’i savoient amoier.
N’avoient pas rentes à vivre
Chascune de centaine livre ;
Ne vendoient pas blé à terme[31] :
Il finaissent miex d’une lerme
Que d’une mine ou d’un sestier
De forment s’il lor fust mestier.

Quant Zozimas vit ceste gent
Qu’à Dieu sont si saint et si gent,
Et que de la devine grâce
Resplendissoit toute lor face,
Et il vit qu’il n’avoient cure
D’avarisce ne de luxure,
Ainz èrent en leu solitaire
Por plus de pénitance faire,
Mult li fist grant bien, ce sachiez ;
Quar mult en fu plus atachîez
A Dieu servir de bon corage ;
Et bien se pensse qu’il sont sage
Des secrez à leur créator.
Devant Pasques font lor ator
Dès la Purification,
Et prenent absolucion
De lor abé, si com moi samble,
Et puis s’en issent tuit ensanble
Por souffrir et travail et paine
Par les désers la quarentaine.
Li .i. portent pain ou léun[32],
Li autre s’en vont tuit géun.
Se devient-il n’ont tant d’avoir
Qu’il en puissent du pain avoir ?
En lieu de potage et de pain
Pessent de l’erbe par le plain
Et des racines que il truevent ;
Ainsinc en quaresmes s’espruevent :
Grâces rendent et si saumoient ;
Et quant li .i. les autres voient,

Sanz aresnier et sanz mot dire
S’en passent outre tout atire[33] ;
Et, à l’issir de lor moustier,
Dient cest siaume du sautier :
« Sire, mes enluminemenz,
Mes salus et mes sauvemenz, »
Et les autres vers de ce siaume.
Issi vont toute la quaresme.
Nule foiz n’uevrent-il la porte
Se n’est issi com Diex aporte
Aucun moine par aventure ;
Quar li lieus est à desmesure
Si sauvages, si solitaires
Que trespassanz n’i passe gaires.
Por ce i mena[34] Diex son preudomme,
Et bien le perçut, c’est la somme,
Que por ce li amena Diex,
Que mult estoit humbles li lieus.

Quant il partirent de l’église,
Qu’el ne remainsist sanz servise,
I. frère ou .ij.[35]. il i lessoient
Et tout ainsinques s’en issoient,
Et lors restoient clos li huis,
Que jà ne fussent ouvert puis.
Devant à la Pasques florie
Qu’arriers en lor herbrégerie
Reperoient de cel boscage,
Et raportoit en son corage

Son fruit sanz l’un à l’autre dire ;
Quar bien péussent desconfire
Lor penssée par gloire vaine
Se chascuns déist son couvaine.
Avoec els ala Zozimas
Qu’ainz de Dieu servir ne fu las.
Icil por son cors soustenir,
Por l’aler et por le venir
Porta aucune garison ;
Ici n’ot point de mesprison.
I. jor aloit parmi le bois
Ne trova pas voie à son chois.
Nequedent si fist grant jornée
Et ala tant sanz demorée
Que vint entre nonne et midi.
Lors a crié à Dieu merci,
Ses eures dist de chief en chief,
Que bien en sot venir à chief ;
Puis se reprent à cheminer,
Et bien vous di sans deviner
Qu’il i cuidoit trover hermites
Por amender par lor mérites.
Issi chemina les .ij. jors,
Que petiz li fu li séjors.
N’en trova nus, si se demeure ;
A miédi commença s’eure.
Quant il ot s’oroison fénie
Si se torna d’autre partie,
Et regarda vers orient.
I. ombre vit son escient ;
I. ombre vit d’omme ou de fame,
Mès c’estoit de la bone dame.

Diex l’avoit iluec amenée.
Ne voloit que plus fust celée ;
Descouvrir li vout le trésor,
Et bien estoit reson dès or.

Quant li preudom vit la figure
Vers li s’en va grant aléure.
Mult fu cèle de joie plaine
Quant ele ot véu forme humaine,
Nequedent ele fu honteuse.
De fuir ne fu péreceuse :
Mult s’enfui isnèlement,
Et cil la suit apertement,
Cui no paroit point de viellèce,
De faintise ne de perèce.
Celui coroit tant à esfors[36],
Et si n’estoit-il guères fors.
Sovent l’apele et dist : « Amie,
Por Dieu, quar ne me fètes mie
Corre après vous ne moi lasser,
Quar foibles sui, ne pui passer.
Je te conjur de Dieu le roi
Que en ton cors metes aroi.
Briefment le conjur par celui
Qui refuser ne set nului,
Par qui li tiens cors est desers
Et si brullés par ces désers,
De qui tu le pardon atens,
Que tu m’escoute et si m’entens. »

Quant Marie ot parler de Dieu
Por qui ele vint en cel lieu,
En plorant vers le ciel tendi
Ses mains, et celui atendi ;
Mès un ruissel par maintes foiz
Avoit coru par les desroiz :
Si a départi l’un de l’autre.
Cèle qui n’ot lange ne fautre,
Ne linge n’autre couverture
N’osa pas monstrer sa figure,
Ainz li dist : « Père Zozimas,
Por qoi tant enchacié m’as ?
Une fame sui toute nue :
Ci a mult grant desconvenue.
Gète-moi aucun garnement[37].
Si me verras apertement,
Et lors m’orras à toi parler,
Que ne me vueil à toi celer. »
Quant Zozimas nommer s’oï,
Mult durement s’en esjoï[38],
Nequedent bien set et entent
Que c’est de Dieu omnipotent,
I. de ses garnemenz li done,
Et puis après l’en aresone[39],
Et quant Marie fu couverte :
Si a parlé à bouche ouverte :
« Sire, fet-ele, biaus amis,
Je voi bien que Diex vous a mis

Ci iluec por parler ensamble.
Je ne sai que de moi te sanble,
Mès je sui une pécheresse
Et de m’âme murtrisseresse.
Por mes péchiez, por mes mesfez,
Et por les granz maus que j’ai fez
Ving ci fère ma pénitance. »
Quant cil ot sa reconnoissance
Se li vint à mult grant merveille,
Mult s’en esbahist et merveille ;
A ses piez à genouz se met,
De li aorer s’entremet
Et bénéïçon li demande.
Cèle dist : « Droiz est que j’atande
La vostre par droite reson,
Quar fame sui, vous estes hom. »
Li uns merci à l’autre crie
La bénéïçon avant die.
Zozimas se jut en la place,
L’éve li cort parmi la face :
La dame prie par amor
Bénéisse-le sanz demor,
Et li prie sanz mesprison
Por le pueple face orison.
Cele dist que il li devise
En quel point est or sainte Yglise.
Cil respont : « Dame, ce me sanble,
Que mult ont ferme pais ensanble,
Li prélat et li apostoles. »
Et cil revient à ses paroles ;
Prie li qu’el le bénéisse.
— « Ne seroit pas droiz je déisse

Avant de vous, Zozimas, sire :
Prestres estes, si devez dire.
Mult ert la riens saintefiée
Qui de ta main sera seigniée.
Diex aime ton prier et prise :
Toute ta vie m’a aprise ;
Quar tu l’as servi dès enfance.
En lui dois avoir grant fiance,
Et je r’ai grant fiance en toi.
Bénéis-moi, je te le proi. »
— « Madame, ce dist Zozimas,
Jà ma béneïçon n’auras
Ne de ci ne leverai mais,
Ainz ert passez avrils et mays
Por fain, por froit et por souffrète,
Devant que tu la m’aies fête. »

Or voit bien et entent Marie
Que por noient le détarie ;
Sanz béneir n’en veut lever,
Que que il li doie grever.
Lors s’est vers oriant tornée
Et de prier s’est atornée.
« Diex, dist-ele, rois débonère,
Toi pri et lo et je l’ doi fère.
Sire, benéoiz soies tu,
Et toute la téue vertu !
Sire, noz péchiez nous pardone
Et ton règne nous abandone,
Si que nous t’i puissons véir ;
Si nous puisses tu béneir ! »

Adonc s’est Zozimas levez
Qui de corre fu mult grevez.
Assez ont parlé ambedui[40] ;
Cil l’esgarde, et ele lui.
De rechief li dist : « Douce amie,
Sainte Yglise n’oubliez mie :
Mestier est qu’il vous en souviegne,
Que c’est or la plus grant besoingne ! »
La dame commence à orer
Et en oraison demorer,
Mès cil néant n’en entendi
Des grâces qu’ele à Dieu rendi ;
Mès ce vit-il bien tout sanz doute
Que plus la longor du coute
Fu el levée en l’air amont[41],
En Dieu priant demeura mult.
Zozimas fu si esbabiz ;
Qu’il cuida bien estre trahiz.
Enfantozmez cuida bien estre :
Dieu réclama, le Roi célestre,
Et se trest .i. petit arrière
Quant ele fesoit sa prière.
Ele le prist à apeler :
— « Sire, je ne te quier céler :
Tu cuides que fantosmes soie,
Mauvès espériz qui te doie
Décevoir, et por ce t’en vas.
Non sui, voir, frère Zozimas[42] ;
Ci sui por moi espenéir

Se Diex me puisse bénéir,
Et jusqu’à la mort i serai,
Que jamès de ci n’isterai. »
Lors a levée sa main destre,
Si le seigna du Roi célestre.
La croiz li fist el front devant[43],
Ez le séur comme devant.
De rechief commence à plorer
Et li prier et aorer,
Qu’ele li die son couvaine,
Dont ele est née et de quel raine :
Et li prie qu’ele li die
Tout son estre et toute sa vie.

L’Egypciene li respont :
« Que diras or se te despont
Mes ors péchiez, ma mauvèse œvre ?
Ne sai comment les te descuevre,
Nès li airs seroit ordoiez
Se les avoie desploiez.
Nequedent je le te’s dirai,
Que jà de mot n’en mentirai. »
Lors li a sa vie contée
Tele comme ele l’ot menée.
Endementre qu’ele li conte
Poez savoir qu’ele ot grant honte
En racontant ses granz péchiez.
De honte il chéi aus piez,
Et cil qui ses paroles ot
Dieu en mercie et grant joie ot.

« Dame, ce li dist li preudom
Cui Diex a fet si riche don,
Por qu’es-tu à mes piez chéue ?
Ci a mult grant desconvenue.
De toi véoir ne sui pas dignes ;
Diex m’en a bien monstré les signes. »

— « Père Zozimas, dist Marie,
Jusqu’à tant que soie fénie
A nului ne me descouvrir,
N’à ton abé pas ne l’ouvrir.
Par toi voudrai estre celée,
Se Diex m’a à toi demonstrée :
A l’abé Jehan parleras.
Cest message li porteras :
De ses oailles praingne cure.
Tele i a qui trop s’asséure ;
De les amender ont mestier.
Or te remetras au sentier.
Saches en l’autre quarantaine
Auras mis à une autre[44] paine,
N’asouviras pas ton désir.
En ton lit t’estoura gésir
Quant li autre s’en iront fors,
Quar trop sera foibles tes cors.
Malades seras durement
La quarantaine entirement.

« Quant passée ert la quarantaine
Et vendra le jor de la çaine[45]

Garis sera ne m’en esmoi.
Lors te pri de venir à moi.
Adonc t’en is parmi la porte ;
Le cors nostre Seignor m’aporte
En .i. vessel qui mult soit net ;
Le saint sanc en .i. autre met.
Por ce que tu l’aporteras
Plus près de toi me troveras.
Delez le flun habiterai
Por toi que g’i atenderai.
Iluec serai communiée ;
Pou après serai deviée.
Ne vi piecà homme que toi.
Aler m’en vueil. Prie por moi. »
A cest mot s’est de lui partie,
Et cil s’en va autre partie.

Quant li sainz hom aler l’en voit
Il n’a pooir qu’il l’a convoit.
A terre s’est agenoillez
Où ele avoit tenu ses piez :
Por séue amor la terre baise.
Mult li fet grant preu et grant aise.
« He ! Diex, dist-il, gloriex Père
Qui de ta fille féis mère.
Aorez, sire, soies tu !
Monstré m’as si bèle vertu
De ce que tu m’as enseignié
Quant descouvrir le m’as daingnié. »

Puis li membra du Dieu mestier.
Si s’en repère à son moustier

Et si compaignon ensemant.
Que vous iroie plus rimant ?
Li tens passa ; quaresmes vint.
Oiez que Zozimas avint.
Malages le prist à grever ;
Malades fu, ne pot lever[46] ;
Sot que voire ert la prophésie
Qu’il avoit oï de Marie.
Toute la quarantaine entière
Jut Zozimas en tel manière.
A la çaine garis se sent,
Que nus maus ne l’ va apressant.
Lors prist le cors nostre Seignor
Et le saint sanc à grant honor.
Por le plesir la dame fère
S’est departiz de son repère :
Lentilles, cerres et formant[47]
A pris, puis s’en va aitant[48],
Et tèle fu sa soustenance
En bon gré et en pénitance.

Au flun Jordain vint Zozimas,
Mès Marie n’i trova pas.
Crient de La riens que plus covoite
Son péchié ne li ait toloite
Ou que il ait trop demoré.
Des iex a tendrement ploré,
Et dist : « Biaus Diex qui me féis,
Qui le tien secré me géhis,

Du trésor que tu m’as ouvert,
Qu’à toute gent estoit couvert,
Sire, monstre-moi la merveille
Vers qui nule ne s’apareille !
Quant ele à moi parler vendra,
Sire Diex, qui la m’amenra,
Qu’il n’i a ne nef ne galie ?
Le flun ne passeroie mie.
Père de toute créature,
En ce pues-tu bien metre cure. »
De l’autre part Marie voit.
Or croi-je que mult la connoit
A avoir devers lui passée,
Que l’eve est assez grant et lée
Il li crie : « Ma douce amie,
Comment n’i passerez-vous mie ? »
Cele ot du preudomme pitié.
Si se fia en l’amistié
De Jhésu-Crist le roi du monde :
De sa main destre saigna l’onde,
Puis entré enz outre passa,
Que de noient ne s’i lassa
Ne n’i moilla onques la plante,
Si com l’Escripture le chante.
Quant li preudom a ce véu,
Grant joie en a au cuer éu :
Por li aidier vint à l’encontre ;
Le cors notre Seignor li monstre.
N’osa por li fère seignacle
Quant Diex por li fet tel miracle ;
Et quant de li fu aprochié
Par grant amistié l’a besié.

 « Amis, ce dist l’Égypciene
Qui mult fu bone crestiene,
Tu m’as mult bien à gré servie.
Ma volonté m’as assouvie[49]
Quant tu m’as aporté celui :
Grant joie doi avoir de lui. »
« Madame, dist li sainz hermites,
Cil qui d’enfer nous a fet quites
Et de la grant dolor pesant,
Est-ci devant toi en présant.
C’est cil qui par anoncement
Prist en la Virge aombrement ;
C’est cil qui nasqui sanz péchié ;
C’est cil qui soufri atachié
Son cors en la crois et cloé ;
C’est cil qui nasqui au noé ;
C’est cil de qui est nostre lois ;
C’est cil qui conduist les .iij. rois
Par autre voie en lor règné[50]
Quant à lui furent amené ;
C’est cil qui por nous reçut mort ;
C’est li sires qui la mort mort,
C’est cil par qui la mors est morte
Et qui d’enfer brisa la porte ;
C’est li sires tout sanz doutance
Que Longîs feri de la lance,
Dont il issi et sanc et eve
Qui ses amis nétoie et leve
C’est cil qui au jor du juise

Fera des péchéors justise :
Les siens fera avoec lui estre,
Et li autre iront à senestre. »
— Je le croi bien, ce dist la dame.
En sa main met mon cors et m’âme :.
C’est li sires qui tout nétoie :
Avoir le vueil quel que je soie. »
Cil li done et èle l’usa.
Le saint sanc ne li refusa,
Ainz li dona ; mult en fu liée.
Quant èle fu communiée
Grâces rent à son Créator
Quant èle a si bien son ator,
Dont dist la dame : « Biaus douz père,
Toi pri que ta bontez me père :
Xl. et .ix.[9 ans t’ai servi ;
A toi ai mon cors asservi.
Fai de ta fille ton voloir,
Mès que ne t’en doies doloir
Du siècle voudroie venir
Et voudroie à toi parvenir.
Moult volentiers, biaus très douz sire,
Qu’à toz mes maus m’as esté mire.
Moult me pleroit la compaignie
A ta douce mère Marie. »
Quant èle ot s’oroison finée
Vers le preudomme s’est tornée.
Dist li qu’il s’en revoist arrier,
Qu’acompli a son désirrier.
— « A l’autre an, quant çà revendras,
Saches morte[51] me troveras

Ou leu où premier me véis ;
Et garde que ne regéhis
Mon secré tant que me revoies,
Et si vueil encor toutes voies,
Quant Diex nous a çi assanblé,
Que tu me dones de ton blé.
Cil a pris de sa garison,
Si l’en dona sanz mesprison.
Iij. grainz en a mangié sanz plus
Que n’ot cure du seureplus[52].
Lors a vers le ciel regardé ;
Si fu ravie de par Dé
Et portée à son leu premier,
Et cil s’en retorna arrier.

La dame est à son leu venue :
La très douce dame ensalue,
Et li et son gloriex fil,
Et que de li li soviegne-il.
« Diex, dist èle, qui me féis
Et en mon cors âme méis,
Bien sai que tu m’as éu chière
Quant tu as oï ma prière.
Aler m’en vueil de ceste vie :
Je voi venir ta compaignie,
Je croi que il vienent por moi ;
M’âme et mon cors commant à toi. »
Lors s’est a la terre estendue
Si comme ele estoit presque nue ;

Ses mains croisa sor sa poitrine,
Si s’envelope de sa crine,
Ses iex a clos avenaument
Et toute sa bouche ensement.
Dedenz la joie perdurable,
Sanz avoir paor du déable,
Ala Marie avoec Marie.
Li mariz qui là se marie
N’est pas mariz à Marion :
Bien est sauvez par Marie hom[53]
Qu’à Marie s’est mariez
Qu’il n’est pas aus maris iez.

Povrement fu ensevelie ;
Couverte n’ot c’une partie
De li du drap que Zozimas
Li dona, qui fu povres dras.
Poi ot le cors acouveté ;
Diex ama moult tel povreté,
Et riche et povre et foible et fort
Sachent font à lor âme tort
Se richement partent du siècle,
Quar l’âme n’aime pas tel riègle.
La dame jut desus la terre,
Qu’il n’est nus qui le cors enterre,
Ne oisel ne autre vermine
N’i aprocha tout le termine.
De li garder Diex s’entremist,
Si que sa char ainz ne maumist.

Zozimas ne s’oublia mie
Qui fu venuz en s’abéie,
Mès d’une rien li griève fort
Et moult en a grant desconfort,
Que il ne set ne o ne non
A dire comment ele ot non.
Quant cel an fu tout trespassé
Si a outre le flun passé ;
Par le bois va la dame querre
Qui gist encor desus la terre.
Aval et amont la reverche
Si qu’entor li meismes cerche ;
Près de li est, n’il n’en set mot.
« Que ferai-je, se Diex ne m’ot
Et il la dame ne m’enseigne ?
Or ne sai-je que je deviegne !

« Sire Diex, ce dist li preudom,
S’il te plest done-moi tel don
Que je puisse véoir celi
Qui tant a à toi abeli.
Ne me mouvrai s’on ne m’enporte,
Se ne la truis ou vive ou morte ;
Mès s’ele fust vive, je croi
Qu’ele venist parler à moi.
Sire, se tu de moi as cure,
Lai-moi fère sa sépulture. »
Quant il ot proié Jhésu-Crist,
Si com nous trovons en escrit,
En grant clarté, en grant odor,
Vit cele où tant avoit d’amor.
De l’un de ses dras s’est mis fors,

S’en a envelopé le cors ;
Mult tendrement les piez li baise.
Grant douçor li fist et grant aise,
Puis l’esgarda de chief en chief :
Si vit .i. escrit à son chief
Qui nommoient la crestiene :
C’est Marie l’Égypciene !

Adonc a pris le cors de li ;
Mult humblement l’enseveli.
Grâces rendi nostre Seignor
Quant il li a fet tele honor[54].
Ce le féist mult esjoïr
S’il éust por li enfouir
Aucune âme à la fosse fère.
Adonc n’i a demoré guère
Que il vit venir .i. lyon ;
Mult en fu esbahiz li hom ;
Mès il vit si humble la beste,
Sanz sanblant de fère moleste,
Bien sot que Diex li ot transmis.
Puis li a dit : « Biaus douz amis,
Ceste fame avoit non Marie,
Qui mult par fu de sainte vie.
Or te pri[55] que nous l’enterriens,
Si t’en pri mult sor toute riens ;
Or te pri de[56] la fosse fère. »
Qui lors la beste debonère
Véist piez en terre fichier

Et à son musel afichier ;
De terre gète grant foison
Et de sablon mult plus c’uns hom.
La fosse fet grant et parfonde
Por cele dame nète et monde.
Quant la fosse fu bien chevée
Li sainz hermites l’a levée
A ses mains par devers la teste,
Et par les piez le prist la beste.
En la fosse font-il dui mise
Et bien couverte à grant devise.

Quant la dame fu enfouie
Et la beste s’en est fuie,
Zozimas remest lez la dame
(Ne troverez mès tèle fame).
Toz jors volentiers i séist ;
Jamès mouvoir ne s’en quéist.
Grâces rent au Roi gloriex
Qui aus siens n’est pas oublieus,
Et dist : « Diex ! bien sai sanz doutance,
Fols est qui en toi n’a fiance.
Bien m’as monstré, biaus très douz sire,
Que nus ne se doit desconfire
Tant ait esté péchierres fors ;
Que tes secors et tes confors
Li est toz jors appareilliez,
Puisqu’il se soit tant traveilliez
Qu’il en ait pénitance fète.
Bien doit à toz estre retrète
La vie à la benéurée
Qui tant se fist desfigurée.

Désormès, por la seue amor[57]
Et por la teue, à toi demor ;
Ne jà por mal ne por descorde
Ne vueil descorder de t’acorde. »
En plorant retorna arrière ;
Toute la vie et la manière
Conta au chapitre en couvent
C’onques n’en menti par couvent,
Comme il ès désers la trova
Et com sa vie li rouva
A raconter de chief en chief ;
Comment il trova à son chief
En .i. petit brievet escrit
Ce qui son nom bien li descrit ;
Comment il li vit passer l’onde
Du flun Jordain grant et parfonde,
Tout sanz chalant et sanz batel,
Tout ausi com s’en .i. chastel
Entrast parmi outre la porte,
Et comment il la trova morte ;
Comment il l’acommenia,
Comment ele prophécia
Qu’il girroit en la quarantaine ;
Comment ele dist son couvaine
Qu’il estoit, comment avoit non
Et s’il estoit prestres ou non ;
Comment uns lyons i sorvint,
Qui par devers les piez la tint ;
Comment l’aida à enfouir,
Et puis si s’en prist à fuir.

Li preudomme oient les paroles
Qui ne sont mie de frivoles ;
Les mains joingnent, vers Dieu les tendent,
Et grâces et merciz li rendent.
N’i ot nul n’amendast sa vie
Por le miracle de Marie ;
Et nous tuit nous en amendon
Tant com nous en avons bandon ;
N’atendons pas jusqu’à la mort :
Nous serions trahi et mort ;
Quar cil se repent trop à tart
Qui por pendre a au col la hart.

Or prions tuit à ceste sainte
Qui por Dieu souffri paine mainte
Qu’ele prit à celui Seignor
Qu’en la fin li fist tele honor
Qu’il nous doinst joie pardurable
Avoec le père espéritable.
Por moi, qui ai non Rustebuef,
Qui est dit de rude et de buef,
Qui ceste vie ai mise en rime,
Que iceste Dame saintisme
Prit celui cui ele est amie
Qu’il Rustebuef n’oublit mie.

Amen.


Explicit la Vie Marie l’Égypciene.

  1. Ms. 7633. Var. Lors.
  2. Ms. 7633. Var. Por ce ot non l’Egyptienne.
  3. Ms. 7633. Var. Devineir.
  4. Ms. 7633. Var. Iroiz.
  5. Ms. 7633. Var. Midame.
  6. Ms. 7633. Var. Avoutire.
  7. Ms. 7633. Var. Lasseiz.
  8. Ms. 7633. Var. Se de grei.
  9. Après ce vers le Ms. 7633 ajoute les quatre suivants :
    Par maintes fois si avenoit
    Quant jusqu’à l’église venoit,
    Ariers venoit maugré ces dens
    Que ne pooit entrer dedens.
  10. Ms. 7633. Var. Quant plus d’entreir.
  11. Les quatorze vers suivants ne se trouvent pas au Ms. 7633 ; ils sont reproduits dans le Dit de la fame au chevalier et du Soucretain. (Voyez cette pièce, vers 25e et suivants, page 319, 1er volume.)
  12. Ms. 7633. Var.
    Por toi, por ta miséricorde,
    Por toi, Dame, et por ta concorde, etc.
  13. Ms. 7633. Var. Merele.
  14. Ms. 7633, Var. Vertuz.
  15. Ms. 7633. Var. Le siècle.
  16. Le Ms. 7633 ajoute ces deux vers :
    A tout la soif, à tout la fin
    Et à petit d’yaue et de pain.
  17. Ms. 7633. Var. Il n’i remaint.
  18. Baules, danses, joyeusetés.
  19. Ms. 7633. Var. Pié.
  20. Ms. 7633. Var. Grief.
  21. Le Ms. 7633 ajoute :
    Bien as getei ton cors à gaste
    Quant cis viz sanz pain et sanz paste.
  22. Ms. 7633. Var. Parfètement.
  23. Ms. 7633. Var. Premièrement.
  24. Ces vers et le suivant manquent au Ms. 7633.
  25. Ms. 7633. Var. Droit.
  26. Ms. 7633. Var. Vostre.
  27. Ms. 7633. Var. Et dist l’abés : « Biaux doulx amis. »
  28. Ms. 7633. Var. Puisse.
  29. Ms. 7633. Var. Reprent.
  30. Le Ms. 7633 ajoute les deux vers suivants :
    Mult li plout, mult li abeli,
    Qu’il n’est presompcions de li.
  31. Rutebeuf, dans une autre de ses pièces, adresse encore ce reproche au clergé du 13e siècle.
  32. Léun, légumes.
  33. Les six vers suivants manquent au Ms. 7633.
  34. Ms. 7633. Var. Mit.
  35. Ms. 7633. Var. Ij. frères ou trois.
  36. Ms. 7633. Var. Ainz corroit à mout grant effort.
  37. Ce vers est sauté au Ms. 7633.
  38. Ms. 7633. Var. Esbahi.
  39. Ms. 7633. Var. Si l’araisonne.
  40. Ce vers et le suivant manquent au Ms. 7633.
  41. Ms. 7633. Var. Fu levée en l’air contremont.
  42. Ms. 7633. Var. Mais non sui, peire, Zozimas.
  43. Ce vers et le suivant manquent au Ms. 7633.
  44. Ms. 7633. Var. Grant.
  45. Ms. 7633. Var. Ceinne.
  46. Ms. 7633. Var. Dureir.
  47. Ms. 7633. Var. Fourment.
  48. Ms. 7633. Var. Fièrement.
  49. Ms. 7633. Var. Acomplie.
  50. Ms. 7633. Var. Regnei.
  51. Ms. 7633. Var. Morte ou vive.
  52. Le Ms. 7633 ajoute ici :
    Xxx. anz ot estei el leu gaste
    Que n’ot mangié ne pain ne paste.
  53. Le Ms. 7633 ne contient pas les deux vers suivants.
  54. Ms. 7633. Var. Qui li a fait si grant honeur.
  55. Ms. 7633. Var. Convient.
  56. Ms. 7633. Var. Que pences de.
  57. Ce vers et les trois qui le suivent manquent au Ms. 7633.